Comment sauver le domaine publique français : la maille inversée?

Le monde de la pêche en France connait une mutation importante. D’un côté, certaines rivières, certains lacs, certaines eaux publiques, se vident de leur population piscicole, au grand dam des pêcheurs de loisirs que nous sommes, et d’un autre, l’apparition de centres de pêche privés n’a jamais été aussi forte! La demande étant de plus en plus forte et l’offre de plus en plus faible, il y a un effet de vases communicants. Il y a bien d’autres raisons expliquant ce phénomène, comme le manque de temps et surtout l’envie de faire beaucoup de poissons en un temps restreint, et de gros poissons si possibles.

Toujours est-il que ces centres ont une règle très simple : le no-kill! Avoir de jolis spécimens attire du monde et laisser mourir et repartir ces poissons serait se tirer une balle dans le pied économiquement parlant! C’est pourtant ce qui se fait dans le domaine publique, sans que cela n’alerte personne dans les plus hautes instances. Pire, on laisse voyager les poissons du domaine publique pour alimenter le domaine privé (lire ici), comme s’il n’y avait pas assez à faire avec les trafics illégaux de poissons.

Alors pourquoi ne pas mettre en place une règle très simple? Celle de la maille inversée! Un spécimen attire le pêcheur, alors s’il est capturé, autant qu’il reparte à l’eau plutôt qu’il finisse dans une casserole non? Pourquoi ne pas obliger de relâcher le poisson quand il n’est pas maillé, au dessus d’une certaine limite, mais en dessous d’une autre limite également. A quoi cela rime d’avoir un brochet ou un sandre de plus d’un mètre dans la casserole? A quoi ça rime d’avoir une carpe de plus de 10kg dans un four? Et je ne parle même pas de remplir un congélateur, mais bien de consommer du poisson frais!

Alors à l’heure des réflexions sur la pêche en France, il faudrait peut être intégrer ce paramètre et le faire appliquer aussi aux pêcheurs professionnels pour que les spécimens du domaine publique puisse rester en vie et continuent d’attirer les pêcheurs au bord de l’eau… sans avoir à débourser pour un plan d’eau privé.

Des idées, des propositions? Brochet, sandre, Black-bass, perche, silure, carpe : A partir de quelle taille considérez-vous ces poissons comme des spécimens à protéger pour la pêche sportive? A vous de donner votre avis dans les commentaires et n’hésitez pas à partager cela avec vos amis pour faire avancer la prochain loi pour la pêche de loisir en France!

Autres articles intéressants

9 commentaires

  1. pour moi no kill pour toutes carpes au dessus de 3 kg le sandre 55 cm le brochet 60 cm perche et silure libre et le black bass 40 cm voila a plus

  2. Pour ma part je pence que le poisson devrai etre relacher au dessus et en dessous des tailles suivante.
    Brochet : 55cm – 90cm
    Sandre : 55cm – 85cm
    Perche : 20cm – 40cm
    Black Bass : 20cm – 40cm
    Carpe : 5kg maximum
    Silure : pas de limite
    Pour le reste je ne le pêche pas assez pour donner mon opinion.

    1. Yop, moi j’ai une idée légèrement différente… inspirée de la gestion de la chasse qui a fait ses preuves vu l’explosion du gibier en France depuis une dizaine d’années :
      En fait je verrais les mailles surtout pour préserver la population reproductrice… donc un prélèvement sur les juvéniles et les plus gros spécimens (comme dans la sélection naturelle en faite).
      Prenons comme exemple la truite : ça donnerait ça.
      – inférieur à 23 cm : possibilité de garder le poisson avec un quota journalier (genre 6 poissons/jours)
      -entre 23 et 30 ou 40 cm : relâche du poisson obligatoire
      -au dessus de 30 ou 40 cm : possibilité de garder le poisson sans quota.

      Avec ce système, la classe reproductrice est préservée, une sélection naturelle est faite chez les juvéniles favorisant leurs croissance (plus de bouffe pour les survivants) et les plus gros devenus prédateurs peuvent être prélevés… ou pas (en sachant que du coup la population de gros poissons devrait augmenter vu la préservation de la classe reproductrice.

      Voilà pour ma part la petite idée que j’ai 😉

  3. Je pêche depuis fort longtemps et c’est une règle que j’ai toujours appliqué. La maille actuelle toutes espèces confondues est bien trop petite, une maille à 50 cm pour le brochet est ridicule comme la maille du sandre ou de la perche;
    Quant a la limite haute je me la suis appliqué depuis toujours et puis avec la facilité déconcertante que nous avons pour immortaliser nos prises (smartphone petits appareils photo) a quoi bon les tuer sinon pour se faire mousser auprès des autres.
    Pour la truite une maille est complexe a mettre en place pêchant beaucoup les ruisseaux et tributaires du Morvan j’ai constaté que les truites de 23 cm sont déjà de belles tailles et qu’un poisson hors norme est au delà de 30 cm et que sur d’autres rivières 23 cm est petit et le trophée se situe au dessus de 60 cm.
    Quant à 6 truites par jour j’ai toujours trouvé cette pratique ridicule. Lorsque ces dames sont décidées 20 prises sont faciles sinon cela se résume plus a 2 ou 3 prises voire un capot. Pratiquant essentiellement le no-kill je ne me voit pas emmener 6 truites. Un beau poisson de rares fois dans l’année suffit a se régaler.
    Respectons et faisons respecter les périodes de reproduction et les frayères
    Que pense nos spécialistes?
    Les portions en réserve sont-elles suffisantes?-je ne trouve pas-
    En tous cas la maille inversée me semble une excellente chose.
    Je pense que chaque rivière, ruisseau, lac, etc…. devra être traitée au cas par cas et c’est facile les AAPPMA connaissent bien leurs parcours.
    Lançons la concertation!

  4. Je suis tout a fait d’accord sur le fait de la maille haute mais je tient à préciser que plus de 75% du cout du permis part dans les caisses de l’état qui lui ne fait pas grand choses des contrôles au bord de l’eau son quasiment inexistant donc libre cour au gens mal honnête de trafiquer avec des êtres vivants…

    De plus pour renforcer la présence de contrôles il faudrait également pensés au difficultés que l’ont rencontre sur certains plan d’eau comme le vol de matériel ou autres et ou la présence de patrouille de gendarmerie pourrait simplement résoudre ses problèmes ou du moins limités leur prolification surtout que l’amende pour le vol de poisson est énorme de quoi rapporter de l’argent a l’état sur le dos de gens qui méritent cette fois de payé…

  5. Et pensez à notre ami le pcb qui augmente dans le poisson au fil du temps … Manger un poisson D un mètre ne doit pas être neutre ….. Surtout dans nos fleuves.

  6. je n ais pas assez dexrecul sur le carnassier quoi que pour le brochet une autorisation entre 60 et 80 cm serait parfaite. pour la carpe de 3 a 6 kg..
    pour les truites a delimiter suite au rexenssement des pechrs electriques faites par les aappma.

  7. La maille inversée, pourquoi pas. Mais faudrait t’il pour commencer augmenter la maille existante et instauré un nombre de capture/espèce.
    Cela s’est fait en mer pour le Bar et d’autres poissons
    60 cm pour le Broc ( afin d’augmenter la population de reproducteurs )
    55 cm pour le sandre pour les mêmes raisons.
    28 cm pour la perche
    30 cm pour le black
    Pas de mail ni quota pour le silure
    Pour la truite, je ne la pêche pas. 25 cm ?
    Plus de parcours no kill notamment sur les zones de frayères reconnues.
    Le brochet présent en 1ére catégorie à sa place, ne plus le considérer nuisible.

    Mais il faut aussi plus de contrôle.Mon dernier remonte à 4 ans et je passe du temps sur l’eau.
    Les braconniers ne se cachent même plus par chez moi.J’en vois parfois pêcher au posé avec 5 voir 6 cannes. A se demander pourquoi je paye ma carte si ce n’est que pour engraisser l’état.
    Il est temps que la garderie a les moyens d’effectuer correctement son travail afin de faire appliquer une législation que nombreux transgressent.
    Alors la maille inversé, je suis pas contre, mais commençons déjà par le début.Faire appliquer la loi, plus de gardes et des sanctions plus lourdes à l’égard de ceux qui passeraient outres la reglementation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer