Un gros silure sur une petite spinning 3-10g

De temps en temps, rien de tel qu’une petite traque du carnassier en bateau pour passer une bonne journée. Anthony est de retour dans la région avec son bateau et je suis donc convié à le rejoindre pour quelques heures de pêche. Je vais profiter du dimanche matin pour faire une grasse matinée mais je vais finalement le rejoindre sur les berges en toute fin de matinée.

Cache-cache

J’arrive sur le lieu, pas de bateau à l’horizon. Je tente alors un coup de téléphone et je tombe directement sur son répondeur. Il ne doit pas être bien loin, mais je ne le vois pas. Je longe les berges plus haut pour changer de point de vue, toujours rien à l’horizon. Je décide alors d’aller jeter un œil dans une petite darse désaffectée au cas où, il n’y est toujours pas! Une heure de temps se passe, je décide de traverser la Saône en profitant de mon passage sur le pont pour visualiser plusieurs kilomètres de rives en quelques secondes, mais toujours rien! Je fais un premier poste, puis un deuxième et commence à m’engager dans un chemin de terre que je ne connais pas, pour voir s’il ne serait pas descendu plus bas que le lieu de pêche prévu. Entre temps bien évidement, je tente des coups de téléphone, mais à chaque fois c’est le répondeur direct, rien de bon. Je me résigne donc à ne pas pêcher car le retrouver serait digne du coup de chance. Alors que je descend le chemin, j’aperçois un bateau au loin près d’une île, et surtout du bon côté pour l’apercevoir. Je sors les jumelles, je reconnais le bateau, c’est bon, je vais pouvoir pêcher! Je me pose donc en face de son bateau, sort 2 cannes, une spinning et une casting pour couvrir mes différents besoins de la journée, du moins ce qu’il en reste.

Contre vents et marées

leurre-popper-sebile-splasherNous voilà dans l’embarcation, et je me rends vite compte que le vent violent n’est pas là pour nous aider. Le courant non plus, les premières piles de pont que nous pêchons nous montrent qu’il est encore fort et que la pêche en verticale ne va pas être des plus simples. C’est une journée off, Anthony n’a rien fait, les bateaux aux alentours non plus, et nous voilà à aller arpenter les postes en remontant le courant. Nous allons alterner les postes, les pêches, les leurres pour essayer de trouver un poisson actif. Nous finissons par remonter une petit affluent de la Saône et je décide de m’amuser avec un popper Sebile Splasher car cette pêche est vraiment ludique. En passant sous le pont, j’effectue un bon lancer comme je l’espérais, juste à raz le mur. Ni une ni deux, un banc de perches sort à la poursuite de mon leurre dès les premiers mètres, accompagnant celle qui s’est faite leurrer jusqu’à quelques mètres du bateau : elles avaient visiblement bien faim! Nous remontons le petit cours d’eau, avec des endroits sauvages magnifiques mais pas d’autres signes d’activité, nous décidons donc de redescendre pour tenter notre chance en Saône.

Nous revoilà en plein courant et en plein vent quand tout d’un coup, je repense à mes clés de voitures. Elles ne sont pas dans mes poches… elles sont donc sur ma voiture laissée sur le bord d’un chemin à 2km en aval! Petit coup de sang quand nous faisons demi-tour et que nous ne la voyons pas! Plus nous nous approchons de l’endroit fatidique, plus l’évidence s’installe… la voiture n’est plus là, ouverte avec les clés laissées dessus dans la précipitation de l’embarquement et l’excitation de pêcher au plus vite. Au dernier moment, nous l’apercevons sur la berge, et les clés sont bien dessus. Retour 2km en amont en voiture, histoire de ne pas avoir à faire le chemin inverse en soirée à la fin de la partie de pêche. A peine embarqué de nouveau, un coup de téléphone, c’est Maxime qui nous rend visite et nous aperçoit depuis la berge en face. Nous allons discuter avec lui quelques minutes, prendre la température « carpe » du moment, puis nous arrivons à le convaincre qu’il y a assez de place pour 3 dans le bateau.

Petit port désaffecté

leurre-flottant-rapala-ultra-light-crankL’objectif du moment est de remonter en amont dans un petit port désaffecté en pleine zone industrielle. Alors que nous remontons le courant, le thermique tombe en panne, plus assez d’essence. Après quelques séances d’essais, en positionnant la nourrice sur le côté, nous avions de quoi naviguer un peu. Nous voilà donc à l’entrée du port et chacun à nos postes : Maxime au milieu verticalise, Anthony et moi, aux extrémités, nous tentons les bordures et herbiers, lui avec un spinnerbait, et moi avec un crank. La zone est peu profonde, 2,5m environ et assez monotone, mais il y a des herbiers, des structures, des arbres immergés, des quais… de quoi passer quelques bons moments dans ce décors irréel de zone abandonnées, entre la nature sauvage et les bâtiments désaffectés. Tellement désaffectés que nous découvrons qu’ils servent à un groupe de jeunes pratiquant l’airsoft, et croyez-moi, quand on est en bateau, que l’on voit des gens en armes avec des détonations (grenades pour fumigènes?), cela fait un peu bizarre! Nous parcourons donc la zone, je change de crank pour un plus petit modèle, le Rapala UL pour pêcher en « finesse » et tenter une perche, seul poisson qui semble actif en allant taper dans les grands bancs des jeunes alevins de ce printemps. C’est finalement une deuxième perche qui va me rendre visite sur le minuscule crank quelques minutes plus tard. Nous continuons notre cheminement quand je me dis que Maxime n’a que très peu de chance de prendre un poisson avec son gros leurre souple, je décide alors de lui monter le plus petit leurre souple de la boite sur un hameçon drop-shot, décuplant ainsi ses chances de faire un poisson. Nous finissons par nous approcher de 2 bateaux semi-coulés, et je décide de monter dessus pour voir et pêcher derrière. Impossible de pêcher au crank entre ces 2 bateaux et j’utilise donc le drop-shot monté quelques minutes plus tôt. Pas raté, une troisième perche finira par craquer, sur une nouvelle technique essayée. Rien d’extraordinaire, mais à chaque fois que j’ai changé de technique ou de leurre, je vais faire un poisson dans les 15 minutes, presque étrange!

Plus d’une heure de combat sur une Spinning 3-10g

ensemble-carnassier-quantum-specialist-spinlight-exoNous décidons de sortir du port, de nous laisser dériver avec le courant pour tenter de prendre un silure. Maxime et moi pêchons en verticale sur de gros leurres souples, tandis qu’Antony croit encore au sandre avec un plus petit leurre souple sur son petit ensemble Quantum Exo. Rien de bien extraordinaire, nous nous laissons dériver tout en discutant tranquillement quand Anthony prend une drôle de sensation dans sa canne et ferre dans le vide. A l’écho, nous voyons quelques poissons posés sur le fond sur la fin de cette dérive et à quelques mètres de s’arrêter, et à quelques minutes de rentrer, Anthony ferre un poisson. Au bout de 30 secondes, nous avons la quasi-certitude que c’est un silure qui est au bout, reste à savoir si la petite spinning Quantum Exo va tenir le coup. Assez rapidement, nous tournons au thermique car l’électrique donne des signes de faiblesse en cette fin de journée. Je me mets donc aux commandes du thermique et le but est de se retrouver à la verticale du poisson pour exercer un maximum de pression. Les minutes tournent, c’est au bout d’une bonne demi-heure que nous voyons les premières bulles remonter. Seul souci, c’est que nous voyons les bulles à 2m de l’endroit où plonge le fil! Quelques minutes plus tard, un remou, le poisson apparaît en surface et la surprise est de taille : nous ne voyons que la queue, le silure a été pris par le haut de la queue! Le poisson nous balade, nous fait descendre plusieurs centaines de mètres de rivière et il est impossible à décoller lorsqu’il se cale dans des fonds de 4-5m. Heureusement, les fonds sont irréguliers et à chaque fois qu’il se retrouve sur un haut-fond de 2,5m, c’est l’occasion pour le faire remonter près du bateau. Seul soucis, comment prendre ce silure alors qu’il est maintenu par la queue et que sa gueule se trouve loin. Je dis bien loin, car lors de la première fois où nous voyons sa gueule, nous estimons ce poisson entre 180cm et 200cm. Je tente d’utiliser un gant pour le saisir, en vain, trop glissant. Maxime va tenter d’utiliser l’épuisette, mais impossible de le coller dedans, il s’éloigne dès qu’il sent le filet se rapprocher.

Dans la filoche !

silure-exo-anthony-03Le combat s’éternisant, et n’étant pas forcément à notre avantage puisque le silure nous balade et risque de se trouver bloquer dans un obstacle tôt ou tard, je décide de tenter moi aussi de le filocher. L’objectif est simple :  arriver à mettre l’épuisette dans la direction de sa tête pour qu’il se retrouve coincé et que je puisse le prendre ensuite par la gueule. L’eau est bien teintée, et c’est à l’aveugle que je tente une première fois. Le filet se met à trembler, il est passé juste à côté, et je me persuade que c’est notre seule chance. Nous nous somme rapprochés du bord, les fonds sont propices, c’est le moment où jamais! La deuxième tentative est vaine, la troisième s’annonce mieux puisque qu’Anthony arrive à le ramener plus proche de la surface. Je plonge l’épuisette le plus loin que je le puisse, il donne un coup de queue en surface et je sens d’un coup qu’il est peut être la tête coincée dedans! Je remonte au plus vite, la tête est dans la pauvre petite épuisette, Maxime prend appui et soulève le milieu du poisson tandis qu’Anthony nous aide également. Le poisson est sur le bateau, nous filons sur une petite plage de bordure pour mesurer et faire quelques photos de ce poisson avant de le remettre à l’eau. Verdict : 190cm tout pile, un grand moment d’émotions, et une joie partagée pour ce travail d’équipe improvisé! Voilà de quoi bien terminer cette journée car les dieux de la pêche étaient avec nous avec beaucoup de chance! Un combat à la limite de la rupture pendant près d’1h30, même le stinger finira sur les rotules avec 3 brins cassés, prouvant que la limite n’était vraiment pas loin!

 

 

 

silure-exo-anthony-02

 

silure-exo-anthony-01

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
49 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email