Techniques de Speedfishing pour pêcher les carpes rapidement

Par Cédric Dziadek

Pour beaucoup de pêcheurs, l’année 2013 n’a pas été une bonne année de pêche : un hiver très long (l’eau est restée très froide jusque fin mai) et les mois de juillet/août ont été vraiment très chaud ; seul réconfort, un automne assez doux et une eau qui s’est refroidie vraiment en douceur. Pour ma part cette saison fût la meilleure de mes 22 années de traque de la carpe et c’est lors d’une animation en compagnie du club « ultimat carpe 02 » que j’en ai pris pleine conscience. Puisque même si je pêche souvent, ce n’est rarement pour plus de 4 ou 5 heures, ce qui avait vraiment surpris l’auditoire.

Il faut tout de même avouer que j’ai un temps de pêche conséquent ; il n’y a pas de secret c’est avec une canne à l’eau que l’on a une chance d’attraper un poisson. J’ai choisi, il y a quelques années de changer de métier pour vivre pleinement ma passion mais j’ai du m’adapter à un changement de moyens financiers (on ne peut pas tout avoir). J’ai cherché un moyen de tirer profit de tout l’argent que je pouvais « investir » dans la pêche. Je n’ai pas remis toute ma façon de pêcher en question, je l’ai optimisé au maximum et tout y est passé : stratégie d’amorçage, montage, appâts, placement des montages et même le matériel.

carpe-speedfishing-002

Le matériel

C’est le premier point que je vais développer plus en détail. Je possède 3 jeux de 2 cannes de puissance et de longueurs différentes : un en 9 pieds et 2.75lbs pour le stalking et surtout la pêche de bordure ou en barque. Un en 12pieds et 3lbs (celui que j’utilise le plus car assez polyvalent) et un en 12pieds et 3.5lbs pour la longue distance ou les charges lourdes (gros sacs solubles).
J’emporte toujours ce qui va être le plus adapté. Si je dois mettre une canne très loin et une en extrême bordure, je n’hésite pas à prendre une 9 pieds et une 3.5lbs. Je privilégie les sensations sur le poisson plutôt que l’esthétique sur le rod-pod, que je ne possède pas d’ailleurs. Des piques simples ou un jeu de buzz-bar de 2 cannes sont plus légers et en tout cas plus rapides à installer. Par contre j’ai 6 moulinets ; je ne veux pas perdre de temps à démonter le moulinet de la canne. Depuis 2 ans j’utilise exclusivement du fluoro en corps de ligne. Personnellement, j’utilise du Gardner Mirage en 35/100e, il est vraiment très fiable et c’est ce que je recherche en priorité. Pour les rares fois où je dois lancer à plus de 100m ; j’ai 2 bobines équipées en nylon Gardner Hydro-flo de 30/100e.
Depuis quelques années, j’ai abandonné les fourreaux standards au profit de housses individuelles et d’une base quiver : cela me permet de n’emporter que le nombre de cannes nécessaires et un petit parapluie de 2.20m (un brolly style supa brolly est encore trop lourd et trop long à installer à mon goût).
Par contre comme je suis quasi tout le temps seul, j’ai 2 tapis de réceptions. Un grand (fox carpmaster) et un tapis léger (fox stalker). Le sac de pesée est placé sur le tapis léger et déjà mouillé, je pose le poisson dans le grand tapis pour le décrocher et ensuite le transfert sur le plus petit ; ça limite les manipulations et le risque d’arracher une écaille en enlevant le filet de l’épuisette.

carpe-speedfishing-006

Le placement des cannes

J’ai toujours était convaincu qu’en utilisant moins de cannes le nombre de touche était plus élevé ou au moins équivalent. L’effet toile d’araignée est réel et sur un poste restreint le positionnement de chaque montage doit être réfléchi de sorte que tous doivent être accessibles et pêchant. Avant chaque pêche je cherche le sens possible de déplacement des carpes sur le poste. Prenons par exemple une baie ou un poste situé dans un recoin d’un lac, les poissons doivent surement venir de la partie la plus large. Le premier montage ne doit pas barrer l’entrée de la baie, ce qui aurait pour effet d’interdire l’accès aux autres montages. Il est bien plus judicieux de placer ce montage sur votre bordure laissant l’entrée libre aux poissons. Je suis toujours surpris d’entendre certains dire qu’une seule ligne n’est productive alors qu’ils pêchent à 4 cannes. Je suis sur qu’il y a toujours une petite zone qui est plus productive sur un poste mais cela ne doit pas être toujours le cas.
Je ne suis satisfait que si toutes mes cannes enregistrent des touches. Si ce n’est pas le cas, je réajuste le placement des montages et si rien n’y fait, je supprime tout simplement les cannes qui ne servent à rien, libérant de la place pour les combats.

Si vous pêchez en binôme arrangez vous pour ne pas vous gêner. Car je me souviens d’une pêche en juillet 2012 où j’ai pris quelques carpes en 2h et mon pote qui arrive toujours en retard, se place à ma droite. Dès que ces montages ont touchés l’eau je n’ai quasiment plus attrapé un poisson alors qu’il en prendra pas moins de 15. Les poissons se déplaçaient de droite à gauche et étaient pris par ses montages. Même sur les plans d’eau faciles et productifs les bannières sont un problème important.

Au bon endroit au bon moment

Forcement le poste est important mais il n’existe pas de poste typique pour des pêches rapides.
Par contre il faut tenir compte du timing. C’est-à-dire le moment où je le pêche. Par exemple, sur une pêche de 24H et à la belle saison, il y a fort à parier que les carpes passeront au moins une fois sur votre montage. Mais dans mon cas, ce n’est pas obligatoire. Il faut donc choisir le poste en fonction du cycle de vie des poissons. Dans un lac près de chez moi, je sais que les carpes se trouvent le matin près de la berge ouest et le soir dans la queue de l’étang ; y pêcher le matin ne me rapporterais pas de poissons et c’est naturellement que je pêche l’ouest le matin.
C’est encore plus vrai à la saison froide, les périodes d’alimentations sont toujours courtes mais très ponctuelles.

carpe-speedfishing-005

Le montage

Les montages sont les points que je n’ai pas revus. Toutes mes pêches sont obligatoirement précédées d’un sondage à la canne très précis et mes montages sont fabriqués en fonction des indices retranscris par la canne et de la façon dont mes offrandes sont disposées au fond de l’eau.
J’applique toujours les mêmes règles de base : une tresse gainée en 15 ou 25lbs (Gardner chod skin), dénudée sur 1 ou 2cm et un hameçon pointe droite Incizor. La longueur est adaptée à la densité du fond ; plus c’est mou plus j’allonge. Pareil pour l’amorçage, plus c’est large plus le bas de ligne sera long. Au final, j’ai un montage dont la longueur varis entre 15 et 25/30cm.
Je ne confectionne pas le cheveu avec le reste du bas de ligne mais avec une tresse très fine et souple ; c’est pour moi un point essentiel mais pourtant toujours négligé.

Je ne me casse pas la tête à choisir entre un clip-plomb et un plomb in-line. Le clip plomb est polyvalent et discret couplé à 1m de lead-core bien souple (Camflex 35lbs). Je réserve le in-line pour la pêche au sac soluble.
Le poids du plomb est fonction de la taille de l’hameçon. Après beaucoup d’observations sur la pénétration de l’hameçon dans la lèvre des carpes, j’ai arrêté un poids idéal : 70/80gr pour des hameçons de 8, 100gr pour du 6 et 120gr pour du 4.

Et c’est tout ! Rien de plus compliqué. J’ajoute que je ne change pas de montage en cas de décrochage ou de touche sans suite. Dans tout les cas je n’en ai pas le temps ; j’aime laisser toutes les chances à la stratégie décidée au début de ma pêche et le montage en fait partie.

carpe-speedfishing-004

Les stratégies

90% de mes pêches sont précédées par un pré-amorçage. Il n’y pas photo, mettre en confiance une carpe par des appâts libres avant de pêcher est un grand pas vers le succès.
Un amorçage est déjà un plus mais deux est un bon compromis entre coût et résultats. Plus de deux ne m’a pas rapporté plus de résultats, en tout cas pour une pêche unique de quelques heures. La quantité est bien sûr fonction de plusieurs paramètres, le plus important est pour moi la température de l’eau. J’utilise dans une eau jusqu’à 8/9°C, 500gr à chaque amorçage et au dessus au moins 1kg mais rarement plus de 2kg d’un mélange d’au moins deux diamètres différents.
La façon de déposer vos billes est aussi importante. Dans tous les cas, c’est toujours plus large que la majorité des autres pêcheurs et cela même pour 1 canne. En couvrant plus de surface, je suis certain que les carpes sont moins méfiantes et que mon montage fonctionne et pique mieux. La méthode est très efficace et je l’utilise fréquemment. Il n’y a guère qu’en hiver et au canal que je regroupe mes appâts.

Le jour de pêche, je procède aussi de façon peu conventionnelle. Pour 1 à 3 heures de pêche, je ne rajoute rien d’autre que mes esches. C’est le point le plus important, ajouter des appâts libres supplémentaires peu ruiner vos chances de touches. Les carpes apprécient déjà mes appâts et logiquement j’ai une touche rapidement. Toutes les observations en eau claire que j’ai pu faire, m’ont démontré qu’un poste est rarement nettoyé en totalité, il reste donc toujours quelques bouillettes qui trainent.

Si je pêche plus longtemps, alors je mets 500gr à 1kg en une seule fois. Encore une fois, c’est peu conventionnel mais c’est vraiment différent des autres pêcheurs qui amorcent 30 billes et rappel à chaque poisson. En faisant ainsi, je m’assure de créer une concurrence alimentaire qui sera favorable et m’assure une série de touche quand une bonne partie des bouillettes libres aura disparue. Dans ce cas je pêche pour plusieurs poissons, alors qu’une assiette de 30 billes ne me rapportera qu’un seul poisson.

J’ajoute que je laisse le poste au repos (pas d’amorçage) pendant au moins 24H pour plusieurs raisons. Si je me suis trompé dans le dosage du pré-amorçage ; 24H est suffisant pour que les carpes aidées par les blancs fassent disparaitre le surplus et dans le meilleur des cas si les carpes ont appréciées mes appâts, j’arrive sur un poste avec des poissons qui vont rechercher mes bouillettes en priorité. C’est une bonne stratégie pour les pêcheurs qui recherchent les gros poissons car ils auront peu être remarqué comme moi que les gros poissons tombent souvent sur les premières touches.

Et si je n’ai pas eu le temps d’effectuer un amorçage ou si je ne suis pas certain d’avoir mon poste, je me résigne à une pêche directe.
Je ne veux toujours pas utiliser de graine qui à mon sens attirent trop de poissons blancs. J’utilise des bouillettes coupées en deux si la distance me l’autorise et surtout depuis cette année : des liquides. L’eau doit passer dans la bouillette pour en ressortir chargée des attractants, arôme et huile et cela peu mettre pas mal de temps. Pour accélérer la détection de mes appâts, j’effectue un nappage sur la totalité de l’amorçage et au moins 12 heures avant pour que le liquide pénètre bien les appâts.
J’utilise prioritairement le liquide utilisé pour la confection des bouillettes (n-gage dans mon cas), le Feed-stim XP ou le CSL. J’utilise aussi le nappage quand j’introduis un appât nouveau dans un lac ou sur un nouveau secteur.

carpe-speedfishing-003

Les appâts

Cette année aura été une vraie révolution. Pendant plus de 20 ans, je n’ai juré que par des bouillettes fraiches. Les rares pêches avec des ready-made ne m’avaient pas convaincus et c’est naturellement que j’ai continué avec le mix n-gage de CC Moore. Mais en comparant le prix de reviens et celui des ready-made pour une commande de 100kg (minimum), j’étais surpris de voir qu’elles étaient moins chères. Il aura tout de même fallu de longues discutions avec Lilian pour que je franchisse le pas. Et c’est finalement début Mai que je reçois 100kg d’un mélange de n-gage en 18 et 24. Le plus gros doute que j’avais était sur des amorçages de longue durée mais au final j’avais tord, puisque le plus long que j’ai fais à duré 1 mois et demi mais j’ai pris à chaque fois des grosses communes qui rejetaient de la purée de bouillette. J’ai même réussi à prendre des carpes à la bouillete sur des biefs de canal (petit gabarit) alors que mes tentatives étaient restées infructueuses pendant de longues années. C’est vraiment un appât très prenant qui me réussi partout et toute l’année (j’ai gagné un enduro en décembre en les utilisant exclusivement).
J’ai toujours basé mes stratégies de pêche sur un seul et unique appât. Si je m’investi sur un plan d’eau pour quelques temps, je suis certain d’avoir un net avantage sur les autres pêcheurs. Les poissons reconnaissent les bouillettes qu’elles rencontrent régulièrement (mes amorçages).

Autre produit que j’ai intégré à ma pêche : le stick mix. Auparavant, je l’utilisais plus pour son côté anti-emmêlement au lancé et pour le confectionner je me contentais de broyer des bouillettes. Mais c’est encore sur les conseils de Lilian que je suis passé au stick mix (n-gage) mouillé avec le liquide. Il est réellement plus attractif qu’un broyat de bouillette et travaille plus vite, si vous voulez ajoutez une bonne dose d’attraction à votre montage, je vous le recommande ; il équipe désormais tous mes montages.

Pour mes esches, je me contente d’un wafter (bouillette équilibrée par des copeaux de lièges) en 18 ou d’un bonhomme de neige réalisé avec une simple bille de liège.
Il m’arrive d’ajouter une flottante colorée mais uniquement dans les eaux froides ou sur des pêches de petits poissons, le stimulus visuel est important dans ces cas; les fluo rose (optical illusion) ou blanche (NS1) sont mes préférées.

Pour résumer ; les pêches rapides représentent 80% de mon temps de pêche et c’est donc sur celles-ci que j’ai concentré mes recherches pour être au top. Ces quelques prétextes ne sont pas à appliquer à la virgule près, mais ils sont une base très solide que j’applique systématiquement dans tous les lacs et canaux où je pêche. La seule chose que je remets en cause en cas d’échec sera le poste choisi.
Si je suis capot sur une pêche, je réfléchis déjà à un autre poste mais je me laisse une deuxième chance. Au deuxième echec, je n’hésite pas et je change. Dans tous les cas, j’ai déjà une idée très précise car j’observe tout le temps l’eau et je suis toujours à la recherche d’infos pour mes pêches futures.
En ce début d’année 2014 je pousse même jusqu’à pêcher un poste de canal le matin et un poste de petits plan d’eau l’après midi. Car je sais que sur le lac, la période d’activité se situe entre 14h30 et 18h. Je n’arrive plus à attendre une matinée alors que je peu prendre d’autres poissons ailleurs.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
45 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email