Pêcher les coups de mer en surfcasting
Le placement du montage doit être précis. Plus les trous sont loin et plus l'exercice est compliqué.

Surfcasting : profitez des coups de mer pour pêcher et cartonner

En termes de pêche en surf-casting toutes les conditions climatiques et tous les divers lieux de pêche sont à exploiter. Mais les coups de mer avec de belles vagues qui se forment et où les fonds marins sont agités, constituent des moments à privilégier tout en respectant quelques règles de base.

Ces coups de mer sont des moments plus que propices pour aller à la pêche en bord de mer, mais ce sont aussi des périodes pas toujours évidentes où le vent, la pluie et parfois même le froid sont de la partie. Quand un coup de mer est annoncé, il faut y aller très rapidement et pêcher si possible dès le début du moment où les vagues commencent juste à monter, et surtout ne pas attendre « une vieille mer », c’est-à-dire une mer qui a déjà été secouée depuis plusieurs jours.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
Le sar est un poisson qui affectionne particulièrement les mers qui commencent à se former, être dans l’écume pour rechercher divers coquillages et vers marins.

Pêcher dès le début du coup de mer

Dès le début des coups de mer, les bancs de sable, les fonds marins bougent, tous les vers marins et les coquillages peuvent être décollés du fond et deviennent de ce fait des proies nettement plus accessibles. C’est aussi à ces moments cruciaux que les vagues frappent les rochers et peuvent décrocher divers crabes et crevettes qui se retrouvent ainsi en pleine eau sans défense. Les bancs de poissons fourrage deviennent eux aussi des proies nettement plus faciles à capturer car les eaux se teintent et les prédateurs peuvent effectuer leur approche d’une manière plus furtive.

Pour déterminer où aller à la pêche si un coup de mer est annoncé, il faut savoir et surtout apprendre à « lire la mer » et ne pas se placer n’importe où. Il y a quelques phénomènes qui peuvent vous aider : si les vagues roulent et s’il y a beaucoup d’écume sur une très importante distance depuis le bord de la plage, c’est que vous êtes face à un patin de sable et qu’il y a très peu de fond. Ce ne sont généralement pas des lieux propices au passage des poissons car il y a forcément beaucoup de courant et beaucoup de sable en suspension. Le poisson n’aime pas avoir tout ce sable qui va pénétrer dans ses ouïes et le gêner. Les eaux sont tellement agitées que les organismes vivant dans ce substrat sont enfouis relativement profondément et sont plus habitués à être secoués par les vagues et les courants.  Leur méthode pour survivre face aux éléments est de ce fait plus efficace.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
Les loups ou bars sont des prédateurs très présents lors des coups de mer.

Où pêcher le coup de mer en surfcasting ?

Par contre, si vous êtes face à un endroit où les vagues se forment au large et où vous les voyez se casser et se reformer que beaucoup plus tard, c’est qu’il y a un trou. Cela peut être juste une sorte de veine ou une cassure qui est la manifestation d’un endroit où il y a plus de profondeur. C’est à l’endroit de cette cassure que la vague se brise et roule tranquillement entrainant avec elle tous les organismes vivants rejetés par les courants. Et c’est justement là que les poissons sont en attente de leur pitance.

C’est au moment où la vague se reforme que la cassure est terminée, que le fond ne sera pas important et qu’il constituera le type d’endroit idéal où il faudra pêcher.

De même, si vous observez depuis le bord de la plage énormément de vagues et à un endroit très peu de vagues formant comme un « lac », un endroit calme, c’est que vous êtes face à un trou, voire une baïne. Il y a forcément dans tous les trous qui sont formés par les vagues et les courants une entrée et une sortie car les eaux sont elles aussi agitées mais d’une manière différente. Le but est de trouver l’endroit où le courant rentre et où il sort. Ce sont les deux endroits qu’il faut absolument exploiter, car c’est le « must » des lieux pour la pêche en surf-casting par coup de mer. Toute la nourriture ballotée par les vagues est acheminée dans ce trou formé par les courants et les poissons se trouvent à cet endroit, un peu comme dans un garde-manger.

Mais comme nous l’avons dit plus tôt, il faut y aller dès le début d’une agitation et ne pas attendre, car une fois que tous les fonds marins seront fortement brassés et que tous les organismes qui n’étaient pas suffisamment enfouis auront été décollés, cela sera trop tard. Les vers marins et les coquillages sentant la mer monter de plus en plus et les fonds sableux de plus en plus secoués, vont naturellement s’enfoncer plus profondément.

Le long des digues d’enrochement sont aussi des lieux plus que propices à la pêche quand la mer est fortement agitée. Les enrochements sont des lieux de vie impressionnants. Il y a plein de crustacés qui vivent dans les anfractuosités des rochers, des multitudes de coquillages au pied des enrochements et des vers marins dans le sable. La chaine alimentaire est complète et quand tout est secoué, de la nourriture se décroche et les poissons sont en attente.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
Les daurades royales, poissons de la même famille que les sars, apprécient le début des coups de mer, surtout dans les zones rocheuses où quelques petits crustacés peuvent se décrocher des parois rocheuses.

Indispensable précision

Lors de vos parties de pêche, une fois que vous avez déterminé où pêcher, il ne faut pas lancer son montage n’importe comment. Il faut être très précis, à quelques mètres d’écart cela peut être fatal et aucun poisson ne viendra voir vos appâts. Vos montages seront jetés avec précision, juste à la cassure où le trou commence à se former, ou à l’entrée d’une baïne, ou encore le long d’un enrochement. La précision est la clé de la réussite.

Il y aura beaucoup de courant. Prenez soin de bien choisir le type de plombs que vous allez employer. Il faut qu’ils tiennent sur le fond et qu’ils ne dérivent pas à grande vitesse. Employez des plombs à grappin ou des plombs étoile, voire des plombs du type « portugais » en forme de losange qui sont des lests qui tiennent très bien sur le fond. Testez-les sur votre spot de pêche et choisissez ceux qui tiennent le mieux. Une très légère dérive contrôlée peut être acceptée, mais il ne faut pas que votre montage navigue à grande vitesse dans les courants, car dans ce cas aucun poisson n’ira saisir votre appât.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
La daurade royale, poisson roi des sparidés. Capturer ce poisson est sans nul doute une pure satisfaction pour tout pêcheur en Surf-casting.

Montage surfcasting solide

En ce qui concerne les montages, vu l’état de la mer il n’est pas nécessaire de vouloir pêcher super fin. Vous pouvez aisément monter le diamètre de vos bas de ligne et le déterminer en fonction de l’appât utilisé et du poisson que vous recherchez, tout en évitant de descendre en dessous du 28/100.

Quelques exemples :

– pour la recherche des sparidés comme le sar ou la daurade royale, le 28/100 est un diamètre parfait.

– pour la recherche des loups ou du bar en Atlantique, vous pouvez employer des bas de ligne en 30, 35/100 et si vous recherchez de plus gros prédateurs à l’aide de gros appâts, c’est « no-limit ».

Par contre, le seul conseil et qui est pour moi le plus important, c’est de pêcher long. La longueur de votre bas de ligne doit être suffisante pour que vos appâts puissent avoir une nage presque naturelle lorsqu’ils sont ballotés dans le courant. Evitez toutefois qu’il donne l’effet d’un drapeau derrière votre montage. Plus il sera loin de votre montage et mieux cela sera. Une longueur de 1m50 à 2 mètres est un bon compromis.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
Tout au début d’un coup de mer, la houle commence à se former, les vagues apparaissent et montent très rapidement. Les poissons ne se font pas attendre et c’est le moment parfait pour réaliser de très belles prises. Lors de la fin d’un combat il faut profiter de la vague pour échouer votre prise.

Appâts adaptés

En matière d’appât, là aussi cela dépendra du poisson que vous recherchez. Les vers marins et les petits crustacés pour les sparidés sont ce qu’il y a de mieux. Pour les loups ou les bars, les gros vers marins, les coquillages ou encore les petits poissons fourrage sont déjà une large gamme d’appâts que vous pouvez avoir avec vous lors de vos parties de pêche. Et si vous êtes à la recherche de plus gros prédateurs, les vifs et les céphalopodes comme le calamar sont des appâts indispensables pour les capturer.

Face à tous ces éléments qui se déchainent et si vous avez cette chance d’être là dès le début d’un coup de mer, il ne sert à rien de vouloir pêcher avec une multitude de cannes. Une ou deux suffiront amplement car il va falloir vérifier très régulièrement vos appâts et l’état de vos montages. Vous allez forcément emmêler un peu vos lignes et il vous faudra trouver le bon compromis entre la longueur du bas de ligne et le diamètre.

Surveillez également attentivement le scion de vos cannes et réglez bien vos moulinets. Les touches peuvent être très violentes et avec la force des vagues et du courant, les poissons auront vite fait de se décrocher si vous ne réagissez pas rapidement. Le poisson se servira forcément des courants et des mouvements des eaux pendant les combats en se mettant de travers. C’est à ce moment  que le travail de la canne et le réglage du moulinet sont très importants. Ne précipitez rien, mais par contre servez-vous des vagues pour ramener le poisson vers vous. Quand les vagues reculent, donnez du fil et baissez votre canne, quand la vague monte profitez-en pour ramener votre prise. Armez-vous de patience car à un moment donné le poisson se fatiguera et vous pourrez plus facilement profiter d’une vague pour l’échouer au sec.

 

Savoir lire la mer

En Atlantique ou dans la Manche, il y a l’avantage des marées et lors de la marée basse on peut plus facilement lire la mer. On distingue facilement les veines d’eau, les baïnes, les trous et les patins de sable. Cela peut nous aider, mais il n’est pas évident, une fois que la mer est haute, de repérer ce que nous avons vu au sec. Le seul indicateur qui va nous rester sont les vagues, l’endroit où elles montent, se brisent et se reforment. A force d’observation on comprend vite leur rythme.  Plus la vague est haute, moins il y a d’eau et si elle se brise, c’est qu’il y a beaucoup plus de fond et dès que le fond remonte la vague se reforme. Il est indispensable de prendre ce phénomène en considération pour pouvoir capturer quelques poissons.

Pêcher les coups de mer en surfcasting
En Atlantique ou dans la Manche, il y a l’avantage des marées et lors de la marée basse on peut plus facilement lire la mer.
On distingue facilement les veines d’eau, les baïnes, les trous et les patins de sable. Cela peut nous aider, mais il n’est pas évident, une fois que la mer est haute, de repérer ce que nous avons vu au sec.
Le seul indicateur qui va nous rester sont les vagues, l’endroit où elles montent, se brisent et se reforment. A force d’observation on comprend vite leur rythme. Plus la vague est haute, moins il y a d’eau et si elle se brise, c’est qu’il y a beaucoup plus de fond et dès que le fond remonte la vague se reforme. Il est indispensable de prendre ce phénomène en considération pour pouvoir capturer quelques poissons.

 

Ne manquez plus la parution d'un nouvel article !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *