Sebastien François, guide de pêche silure

Sebastien François, Guide de pêche spécialiste du silure

Bon nombre de pêcheurs ont débuté dans leur passion durant leur enfance. Avec les années, la magie les a parfois quittée. Et que dire lorsque le pêcheur lambda rencontre des résultats retentissants ? Pendant que beaucoup se perdent dans des extrémités que je ne qualifierai pas ici, il en est certains qui gardent cette magie enfantine au fond d’eux même malgré la notoriété qu’ils acquièrent. Sébastien François est l’un d’entre eux. Je vous propose de mieux faire connaissance avec ce surdoué des pêches aux carnassiers et particulièrement celle du silure.

 

Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, j’ai 33 ans et j’habite un petit village entre Saône et Seille dans le 71. Je suis guide de pêche depuis 2012. Je guide au silure d’avril à octobre sur la Seille, la Saône et le Rhône. Je guide également au sandre d’octobre à janvier en France et jusqu’en mars en Hollande. Je fais aussi un peu de brochet sur le lac Léman selon les demandes.

Tu pêches de manière très assidue, d’où te vient une telle passion ?

Ma mère pêchait la carpe au coup et elle me disait qu’elle calait sa canne sur son ventre quand elle était enceinte de moi. Il doit y avoir un peu de çà je pense (rires). Très jeune, j’étais très attiré par l’eau et c’est naturellement que je me suis orienté vers la pêche quand j’ai eu l’âge de tenir une canne à pêche.

Tu es très impliqué dans le domaine halieutique, quel a été ton parcours ?

J’ai commencé à participer au circuit AFCPL (ancien GN) en 2008. En 2009-2010-2011, je remporte les catégories silure de ce circuit. J’ai aussi participé au World Catfish Classic (championnat du Monde silure) où je remporte le titre de Champion du Monde par équipe en 2011 et le trophée du plus gros poisson en 2011 et en 2012. Pour le moment, il n’y a plus de compétition où le silure se démarque par un classement spécifique malheureusement. J’ai donc naturellement laissé la compétition de côté mais j’aimerais beaucoup me lancer dans le futur dans d’autres compétitions de pêche aux leurres multicarnassiers. Affaire à suivre…

Sebastien François, guide de pêche silure

Quels sont tes poissons favoris ?

Sans surprise, vous savez que je porte beaucoup d’intérêt au silure. Il est dans ma vie de pêcheur depuis plus de 22 ans maintenant. J’aime en particulier l’adrénaline que procure sa capture à mes clients. Je pratique toutes les pêches qui sont susceptibles de permettre sa capture. Le panel est énorme et çà j’adore !

Fin octobre, je délaisse totalement le silure et je me consacre exclusivement à la traque du sandre. Je suis fan de ce poisson. Ses pêches sont très techniques et la capture d’un sandre de plus de 90 cm est un véritable challenge ! Les sorties sont parfois frustrantes mais tellement captivantes !

Quels sont tes records personnels ?

Ce qui compte pour moi, c’est la régularité du nombre de prises. Prendre un gros silure record c’est bien mais en prendre un certain nombre c’est mieux, ou du moins davantage plaisant ! En 2015, je suis monté jusqu’à 6 poissons de plus de 2 mètres par jour de guidage, 17 poissons supérieurs à 2m20 et 3 de plus de 2m40.  J’essaie d’être régulier mais ce n’est pas simple et les journées peuvent être vite stressantes, mais aussi magiques…

Sebastien François, guide de pêche silure

Quelles techniques de pêche au silure affectionnes-tu le plus ?

Cela risque d’être long de toutes les énumérer.

Pour le silure, j’essaie de toutes les maîtriser. Pour connaître ce poisson à fond, je pense qu’il est important de le pêcher à toutes les techniques. Elles sont tellement différentes qu’elles me procurent une montée d’adrénaline à chaque mise en œuvre.

Pour le reste des carnassiers, c’est pêches aux leurres only ! J’affectionne tout particulièrement la verticale et ses dérivés.

Comment aborderas-tu le printemps au silure ? Quels sont les postes, montages et techniques que tu vas privilégier ?

Le printemps, fermeture du carnassier oblige, je pêche le silure principalement aux vers au clonck. Lorsque le débit le permet, je prospecte dans les coulées intermédiaires, aux alentours des fosses. Si les rivières sont en crue, il m’arrive de pêcher au posé aux vers, parfois décollés, à l’aide d’un flotteur sous-marin. Dans ce dernier cas, les retournes et les remous sont à privilégier.

Comment pratiques-tu la pêche du sandre en hiver ?

En hiver, je pêche le sandre principalement en verticale et en linéaire. J’aime beaucoup pêcher les contre-courants quand les rivières sont en crue, parfois dans moins de 2 mètres d’eau. J’affectionne aussi particulièrement les pêches en darses. Les limites de courant sont à privilégier, mais les poissons fourrage sont aussi de bon indicateurs sur la présence possible des sandres. En effet, la température de l’eau basse, les carnassiers cherchent à faire le moins possible d’efforts pour se nourrir. Ils ne sont jamais bien loin d’une réserve de nourriture facile à se procurer.

Ton partenariat avec Fox Rage te permet de développer des produits spécifiques. Peux-tu nous en dire davantage sur les nouveautés qui selon toi vont faire mal ?

Je suis très heureux de travailler en collaboration avec Fox Rage. Ils sont très à l’écoute et demandeurs… Que demander de plus ? La gamme Rage Cat qui vient de sortir est de très bonne qualité et par exemple, la canne verticale est un vrai bijou ! Je suis en contact avec des designers ce qui facilite grandement la compréhension et les délais. Je travaille actuellement sur beaucoup de produits pour fin 2016 et surtout quelques produits spécifiques innovants. Mais pour cela il va falloir attendre encore quelques mois…

Combien de temps consacres-tu à la pêche sur une année ?

Pas assez ! J’essaie de pouvoir sortir au moins une fois par semaine mais ce n’est pas toujours simple. Je vous rassure, il m’arrive parfois de pouvoir passer beaucoup plus de temps au bord de l’eau. Je suis un peu le Monsieur « Tout le monde » avec un travail en plus un guidage et une vie de famille. Les journées sont toujours trop courtes ! Mais qui sait, peut être un jour je pourrais encore plus profiter de ma passion.

Quels sont tes objectifs pour 2016 ?

Tout simplement continuer à pouvoir développer des produits pour les pêcheurs, donner du plaisir à mes clients et donc me faire plaisir. Je souhaite également me développer encore plus sur les pêches du sandre et pourquoi pas le pêcher en compétition.

A très bientôt lors d’un salon ou au détour de l’eau !

Merci beaucoup pour ta disponibilité et ta simplicité !

Ne manquez plus rien ! Recevez chaque nouvel article paru sur 1max2peche directement sur votre email !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *