Reprenons les bases du sondeur

S’il y a un élément que l’on retrouve quasiment sur toutes les embarquations de pêche de nos jours c’est le sondeur. Mais rien ne sert d’avoir le dernier cri en matière de technologie embarquée si l’on n’a pas les bases pour le comprendre. A travers une série d’articles je vais donc faire un petit tour d’horizon sur des questions récurrentes que je rencontre en guidage sur l’utilisation des sondeurs.

Le sondeur, accessoire qui aura fait couler tant d’encre, fait aujourd’hui partie intégrante du monde de la pêche. Au départ diabolisé par l’ancienne école, voire même interdit sur certains plans d’eau, il a ensuite été hissé au rang de solution miracle synonyme d’anti bredouille ! Mais qu’en est-il réellement ?

« Un sondeur c’est de la triche »

Cela fait partie des remarques que l’on entend souvent, au même titre que « sympa la télé, on capte la TNT ? » ou « Et bien avec ça si t’attrapes pas de poissons… ». Il est vrai que ces systèmes de plus en plus performants peuvent interpeller, mais comme pour tout rien ne sert d’en posséder si l’on ne sait pas s’en servir. Ce n’est pas une légende halieutique que certains ont pêché toute une journée en mode simulation ! Donc revenons sur quelques principes de fonctionnement. Globalement chez toutes les marques on a le choix entre un mode en 2D habituel, un mode type Down Imaging, un mode Side Imaging et un mode GPS / cartographie. En fonction des modèles on aura plus ou moins d’options et de possibilités de combinaisons d’affichage.

Mais alors comment choisir son sondeur ? Et bien dans le monde idéal il faut avoir toutes les options possibles, de même que plus l’écran est grand plus la lecture est aisée. Dans la réalité c’est avant tout le budget qui va être déterminant, puis l’utilisation que l’on va en faire. Afin de vous guider dans votre choix éventuel, quelques explications.

Le mode 2D du sondeur

Le mode 2D est de fait présent sur 99% des sondeurs et, avec un peu d’expérience, il permet de réellement comprendre ce qui se passe sous l’eau. Les différents réglages permettent de s’adapter en fonction des conditions : nature de l’eau, matière en suspension, profondeur…Pour faire court, c’est une retranscription du retour des ondes envoyées par la sonde vers le fond ou tout autre objet se trouvant sur son passage. En fonction de la nature du fond ou de l’objet, l’intensité du retour sera différente et donc l’image aussi ce qui va permettre de distinguer un fond mou d’un fond dur par exemple.

Les bases du sondeur pour la pêche
Ici on voit la différence entre le mode 2D et Down Imaging

Down Imaging

Il s’agit d’un traitement spécial des données grâce à une sonde haute fréquence. Un peu à l’instar de ce qui se fait en imagerie médicale ; c’est un faisceau très mince qui réalise des captures quasi photographiques du fond et, qui mise côte à côte, forment une image. Le mode Down Imaging permet de valider certaines choses que l’on va voir en 2D et d’en distinguer d’autres.

Les bases du sondeur pour la pêche
Le mode Down Imaging permet de réelement « voir » la ligne reliant les bouées sous l’eau

Side Imaging

Fonctionnant sur le même type de traitement des données que le Down Imaging, le mode Side Imaging va quant à lui permettre de gagner du temps en prospection ou en pêche, de découvrir des structures intéressantes à exploiter. Ce mode va balayer jusqu’à 120m de chaque côté du bateau. Il va lui aussi aider à confirmer les informations du 2D et du Down car l’on pourra dire avec certitude de quel côté se trouve un obstacle, un banc de fourrage…

Les bases du sondeur pour la pêche
Ici, en mode Side Imaging, on voit les piles d’un pont sur la Mayenne
Les bases du sondeur pour la pêche
Avec le Side Imaging je sais où et ce qui se trouve sous l’eau : socles de lignes de bouées reliées

Carte du sondeur

Le mode cartographie a plusieurs intérêts et en fonction de son utilisation peut devenir indispensable. Sécuritaire : en fonction des modèles ou ajouts de données spécifiques on aura toutes les informations du lieu où l’on navigue (profondeur, zones dangereuses…). Optimisation de sa pêche : il peut offrir la possibilité de marquer les structures, de créer ses propres cartes…

Vous l’aurez compris, nous n’avons fait qu’effleurer le monde de l’électronique embarqué. C’est donc à travers une série d’articles que nous allons approfondir l’exploration de cette formidable technologie, qui une fois maîtrisée permet, au-delà de « doper » sa pêche, de réellement comprendre ce qui se trouve sous la surface.

Les bases du sondeur pour la pêche
La combinaison de plusieurs modes permet d’optimiser sa pêche

Petite astuce de pêcheur

Avec les bons réglages, si quelque chose apparaît sur le 2D et sur le Down, il y a de fortes chances qu’il soit sous le bateau.  Par contre, s’il n’apparaît que sur le Down, il se trouve plutôt à droite ou a gauche du bateau, on y reviendra plus en détails dans un prochain article.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
34 Partages
Partagez34
Tweetez
Email