Rencontre avec la team Berkley à Villerest

Sur le retour du salon de Clermont-Ferrand, une petite partie de pêche a été programmé entre les pêcheurs sponsorisés Berkley. L’occasion de se retrouver tous ensemble pour une partie de pêche géante sur le lac de barrage de Villerest, et j’ai eu la chance d’être convié ! Il ne m’en fallait pas plus pour affronter le froid et pêcher en compagnie de Syvlain Legendre, Gaël Even, Lenka Stary,Kevin Hernandez et bien d’autres pêcheurs à la renommée nationale.

La météo s’annonce très capricieuse, et le trajet va d’ailleurs être mouvementé. Alors que le barrage n’est qu’à 90 minutes de chez moi, je vais mettre 20 minutes supplémentaires pour le rejoindre à cause d’une pluie battante, puis de la neige trouvée sur la route. A ce moment-là, je me dis que si je tiens pendant 2h sur le bateau dans ces conditions, ce sera déjà bien ! Finalement, une fois quelques cols et tunnels franchis, le temps est plutôt avec nous avec un ciel pas trop chargé malgré des températures flirtant avec le 0.

Je vais commencer la journée sur le bateau de Raphael Joannet, le local de l’étape qui connait le barrage comme sa poche, accompagné de Sylvain Legendre. Côté matériel, du solide et de l’éprouvé pour une pêche verticale : tresse fireline en 11/100 suivi de 2.5m de fluorocarbone en 21 ou 24/100 et une tête plombée de 14g ou 17g. Premier poste, on s’aperçoit que les berges sont escarpées et se prolongent bien dans l’eau avec des pentes à 45°. A 20m du bord, il n’est pas rare d’avoir… 20m de fond ! Sur le premier poste jonché de souches, rien ne sera fait, les echos ne sont d’ailleurs pas présents et nous décidons, enfin surtout eux, de ne pas perdre notre temps sur ce poste.

Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Rien à l’horizon dans les « faibles » profondeurs de 10-12m
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Tête de ligne en fluorocarbone 21/100
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Têtes plombées en 14 et 17g, peu de grammage vu la profondeur de pêche
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Simple et efficace, voilà l’artillerie déployée

Rendez-vous donc sur un deuxième poste pour essayer de trouver la pêche du jour. Les eaux sont froides, voire très froides avec seulement 3,5°c. Après avoir essayé différentes profondeur, Sylvain et Raphaël vont enchainer les touches en quelques minutes dans 16 à 18m d’eau ! Avec moins de profondeur, rien, mais à cette profondeur, ils prennent quelques tapes et 2 petits sandres vont rejoindre le bateau. L’info est donnée par téléphone, la pêche semble trouvée. Au changement de poste, il est décidé d’aller essayer un bras mort, mais malheureusement il est partiellement gelé et il n’est pas possible de casser la glace avec le bateau car trop épaisse. L’autre moitié est pêchée par Jimmy Maistrello qui enchaine les petites perches et les petits sandres. Rendez-vous est donc pris sur un autre poste pour terminer la matinée. Hélas, les touches s’arrêtent et la pêche se complique. Les coups de téléphones fusent pour prendre des renseignements des autres bateaux mais tout le monde est dans la même galère. Retour sur le poste du matin et le vent s’est levé et la pêche n’est plus la même, encore plus difficile. Bilan de la matinée, 8 touches pour 2 poissons sur le bateau.

Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Sylvain a beaucoup pêché en finesse durant la journée
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Le premier poisson de la matinée, la pêche est trouvée
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Le deuixème poisson de la matinée sera pris sur cet ensemble tête plombée/ leurre

Pour les autres bateaux, c’est le même constat, seule Lenka va tirer son épingle du jeu avec un sandre un peu plus gros, pêché dans les eaux marrons beaucoup plus en amont, rapidement atteintes avec le Z7 de Kévin. Petite pause sur la plage pour se restaurer, échanger, rigoler et se réchauffer et les équipages sont déjà de retour sur l’eau ! Cette fois, c’est sur le Z7 de Kévin Herandez que je me retrouve, accompagné de son frère Jordan et de Sylvain Legendre. Une belle brochette et j’écarquille les yeux le plus possible pour prendre un maximum d’informations sur leur façon de pêcher!

Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Cest Lenka qui aura le plus de réussite le matin avec ce sandre

Nous remontons le lac en quelques minutes, la navigation est intense et saisissante avec le froid ambiant. A défaut de faire du poisson, la navigation reste une partie agréable, encore plus à bord d’un bass-boat! Les eaux marron qui ont rapportées un poisson à Lenka le matin sont plus chaudes. Nous allons donc les rechercher et les pêcher en priorité car elles fournissent de nombreux échos de poissons de surcroît. Malgré une recherche incessante toute l’après-midi, sur différents postes, nous ferons un joli capot avec seulement 1 tape chacun. Les autres bateaux s’en sont tiré un peu mieux, avec 2-3 petits sandres sur chaque bateau mais la pêche est vraiment difficile.

Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Les coloris naturels ont provoqués plus de tapes cette journée
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Une petite friandise à sandre
Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Mieux qu’à la TV, regarder Sylvain Legendre et Kévin Hernandez pêcher à l’avant du bateau, c’est top!

Au retour le soir, nous nous apercevrons que la pêche a finalement été trouvée… par les hollandais de Marcraft qui nous ont accompagnés toute la matinée ! Après avoir vu que la pêche se faisait dans 18m d’eau mais sans avoir pris de poissons le matin, ils sont restés dans la zone de la plage l’après-midi à pêcher dans ces profondeurs avec des petits leurres hollandais assez plats et particuliers et avec des petits poissons-mort en drop-shot. Ils vont faire monter une douzaine de poissons au bateau avec autant de ratés et s’en sortent donc plutôt bien vues les conditions.

Pêche du sandre en verticale avec Berkley à Villerest
Les hollandais vont observer le matin et passer à l’action l’après-midi en trouvant la pêche du jour

Au-delà de résultats qui peuvent paraître décevants, l’ambiance qui a régné toute la journée était agréable à voir. Des blagues, des infos en temps réel pour trouver la pêche, mais aussi beaucoup de sérieux et d’abnégation pour faire du poisson (certains n’ont rien lâché jusqu’à la nuit, d’autres n’ont pratiquement pas mangé le midi pour retourner pêcher plus vite), voilà comment l’équipe est apparue à mes yeux extérieurs. Finalement, c’est ça la pêche, se faire plaisir, partager avec les autres, même si le poisson n’est pas au rendez-vous et que les conditions sont difficiles. Et il faut bien avouer que sur ce plan, c’était une totale réussite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer