Pêcher le black-bass aux crankbaits

Imaginons un instant qu’il nous faut amener un débutant à la pêche. Il faudrait trouver une technique où il lui suffirait de lancer et de mouliner pour attraper des poissons qui se pendraient tout seul à ses leurres. Et bien vous ne rêvez pas cette pêche existe, c’est la pêche aux crankbaits. Et le paradoxe dans tout çà c’est qu’il s’agit de la technique de prédilection des meilleurs pêcheurs de la planète !

Le crankbait est un poisson nageur flottant qui s’anime lorsqu’on le mouline. D’ailleurs l’action de mouliner un leurre est appelée « cranking » : il n’y a rien de plus simple. Un crankbait nage donc sans nécessité d’être animé, comme un leurre souple par exemple. Sitôt expédié dans l’eau, il va flotter. C’est lorsque l’on va commencer à mouliner qu’il va se mettre à plonger et à nager.

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Le crankbait a vu le jour dans les années 1930

Les premiers crankbaits à avoir vu le jour dans les années 1930 / 1940 étaient sculptés dans du bois. Aujourd’hui des marques utilisent encore ce matériau. En choisissant un type de bois en particulier (balsa, cèdre, etc.) les fabricants dégagent des caractéristiques propres à chaque modèle : flottabilité et wobbling pour le balsa, densité pour le cèdre, etc.

Mais avec la modernisation des méthodes de production le plastique est aujourd’hui le plus utilisé. Grâce au système de jointure par ultra sons les fabricants ont réussi à repousser les limites technologiques pour nous offrir aujourd’hui des crankbaits époustouflants. En incorporant des billes en métal, en verre, en plomb ou en tungstène, en ajoutant des pistons internes et en cloisonnant les coques, les designers ont mis au point de véritables Formules 1 !

Les crankbaits d’aujourd’hui offrent véritablement un plaisir jamais égalé en matière de lancer. Leur aérodynamisme et leur densité génèrent des distances de vol jamais atteintes. Grâce aux transferts de masse créés par des billes migrant à l’intérieur du leurre, la pêche aux crankbaits devient d’une précision incroyable. On peut envoyer son leurre très loin, avec une précision déconcertante.

Quant à leur nage, avec les systèmes actuels de balances internes, le wobbling devient subtil. Les fabricants ajustent très finement la nage des crankbaits selon leurs desideratas. Certains crankbaits ondulent lentement, d’autre frénétiquement. Enfin, l’ajout de billes bruiteuses augmente encore leur attractivité bien que certains fabricants décident aujourd’hui de rendre leurs leurres totalement silencieux.

Bref, vous l’aurez compris, les crankbaits modernes n’ont plus rien à voir avec leurs ancêtres qui se lançaient mal et nageaient de façon aléatoire.

Mais pour comprendre pourquoi les meilleurs pêcheurs de la planète utilisent ce leurre plus ancien qu’eux, il faut entrer plus en détail sur ce qui fait qu’aujourd’hui les crankbaits sont les leurres les plus vendus aux Etats-Unis, leur patrie de naissance.

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Crankbaits et crankbaits

Différents types de crankbaits existent, en règle générale plus leur bavette sera longue et plus il plongera profondément. Les crankbaits plongeant de 0 à 1,5 mètre sont considérés comme des shallow runner  (SR) ou crankbaits de surface. Les crankbaits plongeant de 1,5 à 4 mètres sont considérés quant à eux comme des medium runner (MR), des crankbaits intermédiaires. Reste enfin les plus difficiles à utiliser, les deep runner (DR), des crankbaits à la bavette surdimensionnée qui nagent au-delà de 4 mètres (parfois jusqu’à 6 mètres). Commençons par comprendre où et comment on utilise les crankbaits Shallow Runner ou SR.

Shallow Runner

Ce crankbait est divisé en deux catégories que l’on distingue en observant la bavette du leurre. La forme   la plus commune en Europe est le crankbait à bavette ronde, qui permet de « peigner » l’eau, les zones légèrement herbeuses et le sable. Parfait pour tenter d’imiter le poisson fourrage en bordure ou sur les zones peu profondes, il est en revanche difficile à faire évoluer dans les obstacles. Sa courte bavette n’offrant pas la surface suffisante permettant au leurre de se désaxer et de contourner ce qui se présente face à lui.

La deuxième catégorie, celle à laquelle nous allons nous attacher plus particulièrement, est la catégorie des squarebill crankbait. Ceux qui possèdent une bavette carrée. Pourquoi une telle forme ? Et bien parce que les angles de la bavette vont permettre au leurre de prendre appui sur des structures immergées telles que le bois et les cailloux et ainsi de se décentrer afin de franchir les obstacles sans accroc.

L’idée centrale lorsqu’on utilise un squarebill crankbait, un peu à la manière d’un spinnerbait, est de tirer profit de cette capacité à passer partout en réagissant de manière très erratique au contact d’obstacles.

Il faudra donc vous efforcez d’être précis et de pêcher méthodiquement. Que cela soit un enrochement ou des arbres immergés, vous devez « ratisser » la zone, et effectuer des lancers répétés afin de déclencher des attaques réflexes. Bien souvent la touche ne survient pas au premier passage, il vous faut insister.

Pour pratiquer cette technique deux choix s’offrent à vous en termes de canne. Soit l’utilisation d’une canne en carbone avec un blank très mou. Soit une canne en fibre de verre, « glass model ». Il faut comprendre que vous récupérez votre leurre de manière linéaire et constante, une canne trop raide ne plierait que trop peu à la touche et ne laisserait pas suffisamment de temps au poisson pour se saisir du leurre. En somme une réaction trop rapide de votre part arracherait le leurre de la gueule du poisson, et lui déchirerait les lèvres.

La souplesse d’une canne en fibre vous offre un léger temps de latence avant que vous ne sentiez véritablement le poisson. En comprimant votre canne par un mouvement ample et continu, et en accélérant la récupération de votre moulinet, vous assurerez la bonne tenue du poisson sur votre hameçon et éviterez les décrochages.

Le choix de la ligne est également important lorsqu’on utilise un squarebill. Utiliser du fluorocarbone d’une résistance de quinze livres, pourrait être une solution si l’on ne pêchait que des cailloux. Cela permettrait d’avoir un bon contact avec le leurre et de lutter contre le côté abrasif des rochers. Oui mais voilà, pêcher des enchevêtrements de bois est bien plus délicat, et impose que le leurre puisse jouir de la quintessence de sa flottabilité. Ainsi on choisira un nylon de gros diamètre, qui à la différence du fluorocarbone restera haut dans la couche d’eau, et évitera de s’accrocher dans les obstacles. Votre leurre n’en rebondira que bien mieux.

Le squarebill crankbait est le leurre de prédilection aux Etats Unis, car il permet de prospecter énormément, en ne s’accrochant que très peu, et peut être utilisé aussi bien dans les eaux chaudes que froides à condition d’adapter sa vitesse de récupération.

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Medium Runner

Tandis que les SR s’occupent plutôt des bordures et des zones peu profondes, les MR seront plus efficaces sur les cassures. En effet, les poissons ne sont pas toujours situés dans la partie haute de la colonne d’eau, et souvent n’ont absolument pas envie de monter pour se saisir du leurre. Il faut alors aller plus profond.

Comme l’on s’adresse aux poissons qui ne veulent pas monter sur nos SR, nous partirons du principe qu’ils ne sont pas coopératifs. Alors nous allons les aguicher un peu !

A la différence du SR où la précision est souvent plus importante que la distance de lancer, ici nous allons lancer le plus loin possible. Après une bonne période de récupération et sitôt la bonne profondeur atteinte, c’est-à-dire à mi-course, nous allons stopper notre crankbait, fil tendu afin qu’il s’immobilise quelques secondes, avant de reprendre enfin notre récupération normale. Cette opération devra se répéter à chaque lancer. On pourra même augmenter un peu la durée de cette pause pour légèrement laisser remonter notre leurre, car n’oublions pas qu’il est flottant.

Tandis qu’il est plus aisé, du bord, d’utiliser un SR, un MR sera plus efficace depuis un bateau, un float tube ou un paddle. Les lancers devront se réaliser en direction de la berge (le leurre nagera donc du bord vers le large). L’angle avec lequel on attaque la berge est très important. Si la cassure est prononcé (pente forte), alors il sera plus efficace de coller cette cassure avec l’embarcation et lancer presque parallèle à celle-ci. Mais si la pente est douce, alors il faudra s’éloigner et effectuer des lancers perpendiculaires à la berge afin que le crankbait évolue à proximité du fond et le percute de temps à autre.

Pour bien pêcher avec un MR il faut surtout utiliser le matériel adéquat. Une canne d’environ 7’ (2.10 mètres) est parfaite. Assez longue pour effectuer de longs lancers, elle reste assez courte pour rester maniable et cependant précise. Ni trop dure, ni trop molle, elle doit projeter loin, vibrer en bout de scion durant la récupération (pour laisser de la liberté au leurre), et ferrer de manière modérée car attention, lorsque se produira la touche, le fil sera tendu : gare aux ferrages trop secs qui pourraient casser la ligne. Cette dernière sera constituée de nylon ou de fluorocarbone de 0.24 mm à 0.30 mm en fonction de l’encombrement du site pêché. Le moulinet devra posséder une récupération moyenne (60 à 65 cm par tour de manivelle). Ici aussi, un ensemble baitcasting sera préférable.

On trouve de très bons crankbaits MR chez Hart. Les Echobottom, possèdent une nage très attractive avec de temps à autre des écarts irréguliers durant la récupération qui rompent la monotonie d’une récupération trop linéaire. Avec leur transfert de masse ils se lancent loin malgré leur poids. De plus, ils sont équipés d’une tige métallique qui dépasse de leur bavette, ce qui les rend très sonores et provoque des embardées latérales incroyables lorsqu’ils touchent le fond. L’Echobottom existe en deux tailles : le 66 plonge jusqu’à 2.50 mètres, tandis que le 77 plonge jusqu’à 3.50 mètres.

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Deep Runner

Les deep crankbaits (DR), comme les nomme-t-on souvent, sont destinés à deux types de prospections assez distinctes. Voici la première : les bordures encombrées et profondes. Grâce a leur longue bavette ils ont la capacité de plonger très vite et donc de déclencher les prédateurs postés dans les premiers mètres des bordures encombrées; bois morts notamment. De plus, leur bavette ricochera sur les troncs et jouera un rôle anti-accroc très précieux. Combiné à la flottabilité des modèles choisis vous passerez au plus près de l’obstacle ou rebondirez aisément.

La seconde utilisation des DR, c’est tout simplement de pêcher l’eau. En effet il faut parfois faire face à des situations où le poisson est éparpillé sur de vastes zones, parfois profondes, et il faut alors prospecter à proximité de ces poissons « suspendus » dans la colonne d’eau en multipliant les lancers et les passages pour couvrir de vastes étendues.

Dans ce cas là il est parfois même judicieux d’utiliser un modèle suspending ou bien coulant. Tout simplement car ils se lancent plus loin, pêchent plus creux et entrent mieux en action.

Il existe deux formes caractéristiques de Deep Crankbaits : les compacts, et les classiques.

Les classiques ont des proportions assez rondes, ou ventrues, combinée à une bavette assez large, ils ont une nage puissante et une grosse flottabilité. Un exemple typique est l’ILLEX : Mascle Deep 4+. Ils émettent de puissantes vibrations et permettent de rapidement cibler du poisson de taille correcte.

De leur coté, les modèles compacts ont un corps plus effilé et un flanc aplati, leur bavette est également plus droite, l’un des plus célèbres modèles est le ZipBaits B-Switcher 4.0. Ils émettent des vibrations plus fines et permettent des prospections plus rapides car ils tirent moins sur la canne. Ils sont redoutables sur les carnassiers éduqués, de taille modeste (Perche et Bass), que cela soit en eaux claires ou en zone de courant.

Le matériel idéal pour pêcher au deep crank est tout d’abord de sélectionner une canne capable d’amortir les vibrations et de lancer à longue distance. Un modèle en fibre de verre, MH et de plus de 7 pieds est l’idéal. Pour les pêches musclées au raz du cover, un modèle H en Graphite sera plus adapté pour des lancers plus précis et pour l’extraction rapide de vos captures.
Un soin tout particulier doit être apporté a votre ligne : elle influe beaucoup sur les performances du crank … En effet, plus elle est grosse, plus elle « porte » et freine l’action de plongée de la bavette. Evitez donc de pêcher plus puissant qu’il n’en est réellement nécessaire : 16lbs dans le cover et 12lbs en eaux ouverte est une bonne base. Utilisez plutôt du fil ou du fluorocarbonne, et en cas de touche, privilégiez un ferrage modéré mais ample (à l’inverse de rapide et violent).

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Conclusion

 En vous efforçant de réfléchir à votre approche, vous trouverez dans l’utilisation des crankbaits un fabuleux outil à adapter aux nombreuses situations que vous pourrez rencontrer. Pensez à sélectionner vos couleurs en fonction de la turbidité de l’eau, et de la nature du poisson fourrage présent. Faites une rapide analyse de votre spot du point de vue de la fréquentation notamment, cela vous aidera à choisir entre un modèle bruiteur ou silencieux. Une chose est certaine, l’utilisation de ce type de leurre très facile d’utilisation, à l’allure un peu étrange vous fera prendre du plaisir et des poissons tout au long de l’année. Alors, n’hésitez plus, crankez un Max !

Technique de pêche du black-bass aux crankbaits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
39 Partages
Partagez39
Tweetez
Email