Pêcher la carpe autrement pour progresser dans vos qualités de pêcheur

Conseil : pêchez la carpe autrement
Le jour se lève, pour quels résultats ?

Il peut s’avérer confortable pour le pêcheur de fréquenter les mêmes eaux sans ne rien changer à ses techniques de pêche. Pourtant, les résultats enregistrés ont souvent tendance à chuter avec le temps. Le no-kill qui se généralise tant pour la carpe que pour les carnassiers induit une forme d’éducation des poissons qui parviennent à déjouer les pièges habituels. L’approche de nouvelles techniques serait-elle la solution ?

Chaque carpiste a un lieu privilégié vers lequel il retourne immanquablement, tant par confort que par besoin de se rassurer. L’inévitable routine qui s’installe session après session l’amène immanquablement à se contenter des quelques captures habituelles. Pourtant, il y a fort à parier que les résultats pourraient être améliorés par une remise en cause technique et tactique salutaire.

Conseil : pêchez la carpe autrement
Carpe de rivière…

Les bons carpistes sont également de bons pêcheurs !

Il est intéressant de constater que certains carpistes renommés postent régulièrement sur le net des clichés de leurs captures diverses, des carpes comme des salmonidés, des carnassiers ou encore de la friture. Penser qu’il suffit de passer beaucoup de temps au bord de l’eau pour multiplier les prises est trop réducteur pour expliquer la qualité de ces pêcheurs et surtout leurs résultats. Si la condition première pour enchaîner les prises est bien sûr de pêcher, encore faut-il utiliser les bonnes approches, les bonnes techniques, les bons appâts, un matériel adéquat… L’expérience acquise en multipliant les sorties sur les berges de son lac favori ou d’une rivière est un atout indéniable, mais le fait de cibler toutes sortes de poissons en mettant en œuvre des techniques différentes permet de progresser dans sa pratique et de développer un sens de l’eau généralement attribué aux cadors du microcosme halieutique.

Il existe des similitudes dans la traque des divers poissons : la recherche permanente des bons appâts ou leurres, des zones sur lesquelles les poissons se nourrissent, de leurs habitudes et de leurs préférences alimentaires, des profondeurs productives, ou encore l’emploi de techniques adaptées en fonction du cheptel et des saisons, sont des facteurs impondérables à maîtriser et pouvant expliquer la réussite permanente de certains au bord de l’eau et la maîtrise dont ils font preuve. Il est plus flatteur pour son amour propre d’attribuer de piètres résultats à des conditions climatiques spéciales ou à une pression de pêche démesurée que de se remettre en question, la capacité d’améliorer ses pratiques et la volonté de faire évoluer son approche de la pêche n’étant pas les dernières compétences que le pêcheur doit développer…

Conseil : pêchez la carpe autrement
Ou carpe de lac, des pêches bien différentes !

Les voyages forment la jeunesse, mais pas que…

Tout comme la pratique de différentes techniques pour capturer tous types de poissons, le fait de pêcher des eaux différentes contribue à améliorer l’expérience du pêcheur en général. On n’aborde pas une gravière comme on pêcherait un lac de barrage, un grand réservoir de plaine ou encore une eau courante. Les conditions de pêche ou encore le cheptel qu’on y rencontre font de ces destinations très différentes des défis intéressants à relever, et peu nombreux sont les carpistes capables de s’attaquer à toutes sortes d’eaux avec une même efficacité, même si les carpes qu’on y trouve ont des similitudes comportementales.

On apprend davantage de ses échecs à condition d’accepter d’en analyser les raisons que des sessions où tout semble vous réussir.

Si les résultats obtenus en un même lieu varient d’une session à l’autre, que dire alors quand on s’aventure sur des eaux inconnues, même fort d’un maximum d’informations données par des collègues ou encore recueillies sur des forums et le net… Le bagage technique de certains pêcheurs est tout simplement hallucinant.

Il est le fruit d’un travail acharné pour trouver les poissons et la façon de les inciter à s’intéresser à ses appâts, mais également de beaucoup d’heures passées à ramer au sens propre comme au figuré pour se forger une expérience personnelle introuvable par ailleurs, même dans la lecture du meilleur magazine spécialisé. De même, il ne suffit pas d’avoir une boîte de pêche remplie de matériels divers pour s’estimer prêt à répondre à toutes les conditions possibles au bord de l’eau.

Conseil : pêchez la carpe autrement
Le seul spot productif était sous un saule en bordure…
Conseil : pêchez la carpe autrement
La rivière de Matthieu et ses spots difficiles à atteindre…

Retour sur des expériences personnelles

Différentes expériences me viennent à l’esprit au moment d’expliciter mes propos. J’ai énormément appris en m’inspirant des techniques employées par des amis pour des pêches très spécifiques, pour ne pas dire en les imitant dans un premier temps avant de les faire évoluer… La pêche au cassant et en force est nécessaire pour espérer extraire des carpes de spots minés en eau courante où chaque mètre gagné par le poisson réduit nos chances de l’amener jusqu’à l’épuisette. J’ai eu un formidable professeur en la matière avec mon ami Matthieu au cours d’une session sur sa rivière fétiche. Jamais je n’avais jusqu’alors tendu « une corde à linge » d’une centaine de mètres au-dessus d’un cours d’eau, technique pourtant nécessaire pour envisager pêcher des spots le long de la berge opposée avec des montages tenant en place malgré un fort courant. Le poisson piqué ne doit pas reprendre un mètre de fil sous peine de le voir gagner un repaire dont on ne pourra pas l’extraire. Avec un montage adapté et notamment l’emploi d’un hameçon fort de fer de grande taille qui ne tricotera pas ses lèvres, l’intégrité physique de la carpe est préservée malgré le rude combat engagé, alors qu’elle pourrait fortement pâtir de la guirlande trainée dans son sillage suite à une casse…

La ruse de quelques carpes d’une petite gravière du sud m’a également rappelé que la priorité première de notre approche est de s’assurer de toujours rester en capacité d’amener la carpe jusqu’à son épuisette après la touche. Frustré de voir Mesdames se pavaner sous un saule surplombant l’eau cristalline en bordure et délaisser mes offrandes, ma meilleure idée ne fut pas de vouloir réduire le diamètre de mon bas de ligne tout en supprimant la tête de ligne, la casse inéluctable enregistrée mettant en évidence qu’il est préférable d’enregistrer moins de départs tout en assurant la capture des poissons suicidaires que de multiplier les touches sans voir la queue d’une carpe…

Mon ami Sébastien m’a également donné une bonne leçon de pêche sur un réservoir de l’est de la France. Habitué à pratiquer des lacs de barrage aux berges abruptes, j’ai été déconcerté par le manque de profondeur et l’absence de relief, avec à peine plus de deux mètres et demi sur toute la surface qui s’offrait à moi… Fort d’une expérience acquise session après session sur ce type de lac, Seb parvient à déterminer les spots qui s’avèrent productifs et les trajets que peuvent suivre les poissons dans ces profondeurs uniformes. La pêche que l’on pourrait croire facile compte tenu d’un cheptel intéressant s’avère être assez technique, notamment pour la dépose chirurgicale des lignes au milieu des herbiers, ou de nulle part !

Conseil : pêchez la carpe autrement
Trouver les carpes dans ce dédale d’herbiers s’avère être compliqué pour le néophyte.
Conseil : pêchez la carpe autrement
Seb à la manœuvre mais plaisir partagé, et c’est bien là l’essentiel !
Conseil : pêchez la carpe autrement
Une dépose ultra précise des montages dans les herbiers.

 

Profiter de ses échecs pour progresser

Les certitudes acquises au cours de mes pérégrinations halieutiques me font affirmer que chaque poisson se mérite. Hormis avec des conditions très favorables que nous souhaiterions tous rencontrer plus souvent en session, il est devenu plus compliqué avec le temps de faire régulièrement de belles pêches. Certes, tous les plans d’eau ne subissent pas la même pression de pêche, mais l’expérience reste le meilleur atout dont dispose le pêcheur. Les carpistes pratiquant sur les destinations très particulières que peuvent être les rivières à fort courant, les gravières aux eaux cristallines ou encore les lacs très encombrés, ont développé à bon escient des techniques qui leur sont propres leur permettant de capturer régulièrement des spécimens. Si le fait de chercher à se démarquer des pratiques usuelles et des autres pêcheurs est parfois gage de réussite en session, vouloir se passer des conseils avisés des collègues n’est pas toujours judicieux et j’ai payé le prix fort en ratant bêtement quelques poissons en des lieux où chaque run peut valoir son pesant d’or ! Il existe des règles d’or dont on ne peut s’affranchir sans voir ses efforts réduits à néant par des casses à répétition ou une absence de touches. Les pêcheurs doivent garder à l’esprit que le poisson peut payer cher leur inexpérience face à des éléments non maîtrisés. Les mètres de tresses et de fils en tous genres qu’on peut retrouver sur certains spots en sont les preuves flagrantes, tout comme les poissons mutilés par notre faute ! On apprend davantage de ses échecs à condition d’accepter d’en analyser les raisons, que des sessions où tout semble vous réussir. Prétendre tout maîtriser de la pêche, des éléments naturels et du comportement des poissons serait prétentieux. L’humilité est une qualité certaine et permet de relativiser les résultats obtenus, qu’ils soient exceptionnels ou négatifs.

Conseil : pêchez la carpe autrement
Heureusement, la pêche est parfois moins compliquée et les départs s’enchaînent.

Quand habitude rime avec échec…

J’ai longtemps pêché un lac naturel de moyenne montagne où mes seuls compagnons de jeu étaient les cormorans qui, heureusement, ne s’intéressaient pas aux mêmes poissons que moi… L’histoire était trop belle pour durer et la pression de pêche a peu à peu augmenté. Mon approche parfaitement adaptée à la situation antérieure ne m’a plus amené les mêmes résultats, les collègues nouvellement arrivés et dont beaucoup sont devenus des amis ont commencé à capturer des fishs que je connaissais par ailleurs sur des spots inhabituels et avec d’autres tactiques de pêche. Seule une remise en cause générale m’a permis de sortir mon épingle du jeu de nouveau et de recroiser des poissons aux poids en forte progression : et oui, la pression de pêche a aussi du bon !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
56 Partages
Partagez56
Tweetez
Email