Pêche à la truite aux leurres en réservoir : ce qu’il faut savoir

La pêche aux leurres en réservoir est une pratique peu connue et peu pratiquée en France. Initialement dédiés à la pratique de la pêche à la mouche, certains de ces réservoirs ouvrent timidement leurs portes aux pêcheurs aux leurres.

Cette pratique largement plébiscitée dans des pays comme le Japon offre de nouveaux horizons aux pêcheurs. C’est le cas du réservoir de Barrouchat en Savoie, qui autorise son accès aux leurristes quelques jours par mois. Moyennant tout de même une trentaine d’euros l’entrée, plus un supplément d’une dizaine d’euros pour une barque, vous pourrez vous faire plaisir toute une journée. Le tarif de ces sites peut être assez élevé mais c’est le prix à payer pour profiter des belles journées hivernales.

Cette pêche devient rapidement une addiction, puisque de nombreux poissons de belles tailles sont présents. L’avantage du réservoir est aussi de pouvoir y capturer de nombreuses variétés de salmonidés. Des arcs en ciel combatives, côtoient des aquabonita à la robe jaune orangé, des saumons de fontaine, et parfois de belles farios. Quoi de plus agréable pour un débutant que de s’essayer à ces pêches pour comprendre les rouages du lancer, des animations des leurres et qui sait, de prendre un poisson trophée dépassant les 70cm.

Pêche à la truite en réservoir

Le matériel de pêche

Niveau réglementation il vous faudra être rigoureux. Hameçon simple obligatoire, pas d’ardillon, un seul hameçon par leurre en fonction des réservoirs. En principe tous les styles de leurres sont acceptés. L’utilisation d’une épuisette est aussi obligatoire, de préférence en maille caoutchouc pour protéger au maximum les poissons.

Concernant le matériel, votre ensemble truite rivière pourrait convenir, cependant vous vous apercevrez rapidement qu’il faudra utiliser un ensemble bien plus spécifique. Effectivement l’un des problèmes majeurs auquel le pêcheur en réservoir va être confronté est la distance de pêche.

La canne

C’est pourquoi l’utilisation d’une canne longue devient intéressante. Une canne light 2-8 g ou medium light d’une puissance de 4 -18 g d’une longueur comprise entre 1 mètre 90 et 2 mètres 30 sera donc idéale. Au niveau de son action celle-ci ne devra pas être trop raide, pour permettre de lancer assez loin des micros leurres et d’encaisser les rushs puissants évitant en partie les décrochages.

 Le moulinet

Celui-ci devra être léger, de préférence équipé d’une bobine large favorisant les lancers lointains. Une taille 1000 voire 500 en fonction des fabricants correspondra parfaitement. Niveau frein il en faudra tout de même puisque les poissons visés ici dépassent régulièrement les 50 cm. Pour la récupération, je lui préfèrerai un ratio lent à moyen environ 60 centimètres de tour de manivelle. Vous aurez donc un ensemble assez polyvalent.

Nylon ou tresse ?

La deuxième contrainte et pas des moindres sera de propulser des leurres excessivement légers à bonne distance. Si le choix de la canne est un facteur prépondérant, celui du nylon et de la tresse aura une grande importance lui aussi. Un choix délicat donc, puisque chacun aura ses qualités et ses défauts.

Le nylon : 

D’un diamètre assez fin compris entre 14 et maxi 18 centièmes, sa finesse permettra un frottement moindre dans les anneaux et donc de gratter quelques mètres précieux. Son utilisation fera en sorte aussi d’éviter un maximum les perruques sur des lancers appuyés avec des grammages légers. Le nylon aura aussi l’avantage de moins bloquer dans la bobine en cas de gel pendant la période hivernale. Un autre avantage non négligeable du nylon reste son élasticité qui permettra d’encaisser les rushs des truites limitant en partie les décrochages.

L’utilisation du fluorocarbone reste possible mais sa raideur à diamètre égal avec le nylon diminuera tout de même vos distances de pêche. Il sera donc plus intéressant de l’utiliser en pointe devant une tresse par exemple.

La tresse :

Là aussi il faudra se creuser un peu les méninges pour trouver un bon produit. Comme le nylon il faudra de la finesse, il est rare de trouver des diamètres en dessous de 6 centièmes. Pour avoir essayé le nanofil en 4 centièmes (hybride entre tresse et nylon), je lui trouve bien des avantages : finesse, excellente glisse, cependant il faudra être vigilant à son usure car ces petits diamètres sont extrêmement fragiles. Ce modèle permet donc de très longs lancers et ce même avec de faibles grammages. L’avantage indéniable de la tresse reste la retranscription des touches aussi subtiles soient-elles. Son utilisation sera aussi très intéressante pour les pêches de surface et sub surface. Sa vitesse de pénétration étant souvent plus faible que celui du nylon elle permettra de mieux contrôler la descente du leurre.

On lui ajoutera une pointe de deux mètres en nylon ou fluorocarbone de façon à optimiser la discrétion et gagner en élasticité.

Gardez en tête que vos adversaires du jour connaissent la musique, ne négligez donc pas la finesse de vos montages, ainsi que celle des bas de lignes.

Pour les petits budgets, le plus économique serait donc d’avoir pour un même combo deux bobines de moulinet équipées l’une en nylon et l’autre en tresse. Pour un budget plus important deux combos un en tresse l’autre en nylon permettra d’être plus réactif et optimisera le temps de pêche.

Pêche à la truite en réservoir

Les leurres

Si tous les leurres utilisés en rivière correspondaient aussi à la pêche en réservoir, il en faudrait néanmoins quelques-uns bien spécifiques pour faire face aux différentes situations.

Pencil et popper

Il vous faudra impérativement avoir dans vos boites ces tops water. Ces leurres quasi jamais utilisés pour la truite seront de vraies armes lorsque celles-ci s’alimentent en surface. Attention aux tailles car si les gros modèles déclenchent souvent de l’agressivité leur forme et densité provoqueront de nombreux loupés au ferrage.

Les jerks

Ici nous connaissons déjà beaucoup plus ces leurres et ils font généralement partie intégrante de nos boîtes. Il faudra posséder un panel de tailles et de couleurs différentes. Choisissez aussi différentes formes de bavettes, celles-ci donnant la profondeur de nage du leurre vous pourrez alors prospecter toutes les couches d’eau.

Les cranks

Ils seront un bon complément aux jerks pour des pêches en sub-surface et entre deux eaux. Là aussi il en faudra de plusieurs sortes et notamment des modèles flottants. Un crank à l’arrêt remontant la couche d’eau n’aura pas son pareil pour séduire une truite agressive.

Cuillères

Toutes les cuillères, qu’elles soient tournantes ou ondulantes seront des leurres efficaces en réservoir, il existe une quantité importante de ces produits sur le marché, un grammage compris entre 3 et 10 grammes fonctionnera très bien. Concernant les couleurs les classiques comme le cuivre, l’argent, et l’or fonctionnent très bien, vous pourrez inclure à votre choix des modèles plus flashy comme l’orange, le chartreuse, pensez aux couleurs comme le noir et le blanc qui contrasteront aussi.

Lames vibrantes

Ces leurres eux aussi feront partie de votre arsenal, ils auront l’avantage comme les cuillères de prospecter toutes les couches d’eaux rapidement et de proposer une vibration différente.

Dans le même genre de vibration le Lipless sera lui aussi très efficace pour de la prospection rapide.

Les leurres souples

Comme les leurres durs il existe un choix très large dans le commerce. Des tailles comprises entre 2 et 8 cm fonctionneront à merveille. Pour le choix des vibrations laissez libre court à vos envies.  Pour les couleurs, un panel de 4 différentes fera largement l’affaire, noir, blanc, naturel (pailleté ou non) et une couleur flashy genre Fire tiger conviendra très bien. Une poignée de têtes plombées de 2 à 10 grammes et vous serez équipé.

Pêche à la truite en réservoir

Attractant : 

Vendu sous forme de spray, de gel, ou comme les Gulp Berkley conditionnés en pots, ils permettront parfois de vous sauver la mise sur les journées difficiles lorsque les poissons rechignent vos leurres. Je vous conseille donc d’en avoir sous le coude.

Pêche à la truite en réservoir

 

Les techniques et les montages en réservoir

La pêche en réservoir peut paraître simple de prime abord mais ne vous y trompez pas ! Vous allez avoir affaire à des poissons souvent très éduqués qui connaissent bien nos artifices. De plus si en rivière les zones de tenues peuvent sauter aux yeux, en lac les choses sont différentes. Cette grande étendue d’eau peut paraitre déroutante surtout s’il n’y a pas d’activité apparente. Il sera donc impératif de bien appréhender le site. Équipez-vous d’une bonne paire de lunettes polarisantes, faites un tour de repérage, observez les bordures, car elles sont souvent délaissées. Veillez les vents dominants et les berges exposées à celui-ci, elles seront très souvent visitées par des poissons en quête de nourriture. Cherchez les plateaux, les cassures, les obstacles. En lac, Les pointes et les anses sont des postes clés !  Ne négligez pas les plages de sable dans peu d’eau on y trouvera des poissons tôt le matin et en tombée de nuit…. Outre ces repaires il faudra aussi chercher les poissons dans la masse d’eau. En fonction des conditions climatiques ainsi que de la saison, les truites seront souvent dans la même couche d’eau.  Prospectez par étapes, même s’il n’y a pas de gobages je commence très souvent mes pêches par la surface. Ensuite je descends progressivement la colonne d’eau en changeant de technique jusqu’à enregistrer les premières touches.

Variez les vitesses ! 

Comme beaucoup de carnassiers la truite est sensible au changement de vitesse. Cependant en cas de suivi, un arrêt net du leurre provoquera bien souvent un refus. Mieux vaut donc privilégier une vitesse constante suivie d’accélérations.  A contrario, une série d’animations lentes suivie d’une très longue pause, notamment avec un jerk suspending sera parfois très efficace. La bonne nage d’un leurre étant souvent déterminée par sa vitesse de récupération, il faudra adapter ceux-ci en fonction de l’humeur des poissons. Comme vu plus haut si une vitesse rapide est vectrice de touches, à contrario la lenteur l’est aussi. J’ai souvenir d’un jerk ramené très lentement à la limite de la rupture de nage, cette animation faisait fureur.  A la moindre accélération du leurre lorsqu’il était suivi, et c’était un refus systématique de la part des truites. Si la vitesse ultra lente était maintenue à rythme régulier la truite prenait à chaque fois.

Adaptabilité ! 

C’est un mot qu’il me plaît d’utiliser car sans cela le capot n’est jamais loin. Excepté les contraintes techniques liées aux matériels et matériaux que nous utilisons, il faut s’efforcer d’essayer, cela nous pousse toujours à évoluer. Même un jour de capot sera riche d’enseignement pour celui qui sait se remettre en question et analyser sa pêche.

Pêche à la truite en réservoir

La pêche en surface

Une de mes préférées mais assez délicate à pratiquer. Quoi de plus grisant que d’observer son leurre se faire happer en surface ! Il faudra s’armer de patience et oublier les ferrages réflexes sous peine de manquer le poisson. Parfois la non animation du leurre sera la solution. Un micro popper qui se déplace lentement au grès du vent sans aucune animation sera souvent une solution. Les tailles ainsi que la densité des leurres peuvent poser problème à une bonne prise en bouche, cela causera quelques loupés.

Le drop shot, le carolina

S’il est un moyen efficace de propulser loin un micro leurre souple c’est bien avec ces techniques. Généralement utilisés pour la pêche des percidés ils seront efficaces sur les truites qui s’alimentent légèrement au-dessus du fond. Elles permettent de présenter tout type de leurres souples, avec des animations minimalistes. Le plomb qui glisse lentement sur le fond et qui soulève le substrat suscitera l’intérêt des poissons.  J’affectionne particulièrement l’utilisation de leurres souples flottants qui restent bien stables à la hauteur souhaitée.

Astuce : varier les longueurs des bas de ligne, pour proposer vos leurres à différentes hauteurs, sera souvent un gage de réussite.

La pêche à vue

Comme la pêche en surface, c’est une technique vraiment intéressante et ludique. Après avoir repéré une truite en activité il faudra présenter son leurre à proximité.  Attention à ne pas lancer sur le poisson directement au risque de le faire fuir. Mieux vaut lancer en périphérie et observer son comportement. Le leurre quel qu’il soit sera repéré dès son impact sur l’eau. J’aime utiliser un leurre souple et le faire tressauter sur le fond suivi d’un déplacement au moulinet ou d’une légère traction, cela éveillera la curiosité et sans nul doute un réflexe d’attaque. La pêche à vue est vraiment intéressante puisque vous êtes en mouvement constant à la recherche de poissons sur les bordures. Elle est riche d’enseignements aussi car elle donne bien la tendance sur le comportement des poissons le jour J. J’avoue avoir une préférence pour cette technique, car elle procure de grosses montées d’adrénaline à l’approche d’une truite.

Voilà un petit tour d’horizon des pêches possibles en réservoir, j’espère qu’il vous aura donné envie d’aller vous y essayer car cette pêche est vraiment intéressante à tout point de vue.

Pêche à la truite en réservoir

3 commentaires

  1. Bonsoir;
    J’ai particulièrement apprécié votre article concernant la pêche de la truite au leurre en réservoir.
    Je souhaite savoir la liste des réservoirs en France qui proposent ce service.
    Merci pour votre réponse.

  2. Bonsoir Jean,
    Merci pour votre message.
    Il existe beaucoup de réservoirs en France le mieux serait de faire des recherches sur le net, en ce qui concerne la Savoie il y a Barouchat.
    Au plaisir

  3. J’ai aimé les photo pour faire les raccordement fluocarbon et tresse je vais recommander votre cité carre vraiment bien bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
36 Partages
Partagez36
Tweetez
Email