La pêche de la truite au toc

La pêche de la truite au toc est la principale technique de pêche de la truite en rivière, elle reste le grand classique d’ouverture pour sa capacité à séduire les poissons même récalcitrants et apathiques. Une pratique qui apparaît sans grandes difficultés mais qui s’avère être très subtile et technique.

Pour bien pêcher aux appâts naturels, nous devons observer certaines règles de pêches fondamentales dont la principale est l’adaptation. Elle est la « traduction » de la lecture de la rivière, en termes de débits, de postes, de couleur d’eau, de températures et d’insectes aquatiques ou terrestres présents.

Les pêcheurs au toc utilisent différents plombées et appâts qui permettent de pêcher dans toutes les conditions d’eau. Pour se faire, nous choisissons des cannes appropriées à ces différentes pêches au toc, descriptif succinct et utile…

Le matériel de pêche adéquat pour la pêche au toc

Règle primordiale du pêcheur : un équipement léger et maniable.

Une canne télé-réglable de trois à sept mètres munie d’une longe d’anneaux importante et de première qualité est un choix judicieux si nous pratiquons un ou différents types de rivière dans la journée comme en ruisseau ou en grande rivière avec des dérives très courtes le long des obstacles susceptibles d’abriter une truite. Déployée en sept mètres, cette canne sera discrète en ruisseau alors qu’en trois ou quatre mètres, elle permettra de pêcher confortablement en grande rivière sans que nous ressentions trop de poids.

Quelques puristes pêcheront avec une canne à appâts naturels de type anglaise, plus légère pour effectuer une pêche en dérive sur les plages ensoleillées, et les amoureux des ruisseaux encombrés sortiront leur fil intérieur mais gare au gel qui peut être présent en ce début de saison et très désagréable avec ce type de canne.

La canne est équipée d’un moulinet à tambour fixe ou tournant selon la préférence du pêcheur et les pêches qu’il pratique, en dérive ou sous la canne. Ensuite, le corps de ligne  doit être d’un diamètre plus fort de seize à vingt centièmes pour lutter contre le froid et doit rester visible même à grande distance surtout que nous trouvons dans le commerce, des couleurs adaptées à nos yeux (vert, blanc, jaune, orange, rose).

Le bas de ligne sera incolore et deux à quatre centièmes plus petit en diamètre que le corps de ligne. Le petit matériel comme les plombs ou cendrées ou les hameçons sont choisis en fonction des courants, profondeurs et appâts utilisés.

La pêche de la truite au toc et aux appâts naturels
Un beau poisson d’ouverture

Les plombées

L’essentiel de la plombée d’ouverture n’est pas de passer à la même vitesse que le  courant mais de freiner légèrement l’appât pour qu’il reste plus longtemps visible sur un poste intéressant. Le bon bas de ligne est donc celui qui « gratte » ou plutôt « roule » sur le fond sans vraiment s’y accrocher, c’est-à-dire que, lorsque nous sommes en action de pêche, nous pêchons en dérive « retenue ». Le but recherché est de retenir l’appât le plus longtemps possible dans la zone d’attaque de la truite.

Inutile de monter nos bas de ligne avec des plombs « d’étiage » numéro 10… Les courants de la rivière seront forts, nous utiliserons donc des boites de cendrées avec des grammages plus forts comme des numéros 2, 3, 4, 5, et 6 voire 7. A cela, nous pourrons ajouter des billes ou de petites olivettes de 1 à 5 gr pour effectuer une prospection minutieuse des fonds.

La pêche de la truite au toc et aux appâts naturels
Un niveau bas, peu de plomb

Les appâts pour pêcher au toc

Les pêcheurs de rivière connaissent l’alimentation de la truite en fonction des saisons et qu’elle se nourrit toute l’année avec des insectes aquatiques ou terrestres. Ce régime varié est composé des larves de la rivière comme la patraque, le porte-bois ou la patache et des insectes terrestres comme les vers de terre, les scarabées, les chenilles ou autres insectes sauteurs et volants comme les sauterelles, mouches et fourmis.

Le ver de terre est l’appât le plus commun et peut-être le plus intéressant d’un point de vue nutritif pour la truite tout au long de l’année, son principal avantage est sa forte odeur. Faire l’impasse en début de saison est une erreur sauf si nous pouvons déjà ramasser quelques larves de patraque ou de portes bois bien plus attirantes pour la truite et donc nous pouvons nous passer de nos fidèles vers de terre… De toute façon, nous irons pêcher avec deux appâts minimum pour proposer au poisson un menu qui lui plaît !!

La pêche de la truite au toc et aux appâts naturels
Le ver marche en eau froide

Les hameçons

D’un piquant irréprochable pour ne pas abîmer l’appât, leur taille est déterminée selon les appâts utilisés. Nous prenons un hameçon de numéro 4 à 10 si nous utilisons les vers de terre, un n°4 pour le ver canadien, un n°6 pour le ver de jardin ou de berge puis un n°8 ou 10 pour le ver de fumier. Si nous pêchons à la teigne, nous utiliserons un hameçon de n°8 à 12 selon leur grosseur et pour les larves aquatiques comme les patraques, pataches et porte-bois, nous prendrons des tailles du n°8 à 16.

Choix de la rivière pour pêcher au toc

C’est un travail qui se prépare toute la semaine d’avant le jour de pêche en consultant la météo et il devient définitif la veille !! Ce choix est inspiré de critères logiques  souvent liés à notre expérience de pêcheur. Les critères logiques sont l’exposition de la rivière au soleil, au vent, son altitude, son enneigement, sa longueur, sa largeur, la profondeur des postes, la fréquentation de pêche, la technicité du parcours. Dans les subjectifs, nous retrouvons l’endroit où l’on a fait des truites les dernières années, l’endroit où personne ne passe ou tout simplement parce que nous aimons cet endroit.

Une fois la rivière choisie, les postes de pêche restent les mêmes, devant, derrière et sur les côtés des rochers, les racines, les murets, les arbres immergés, les fosses profondes et les seuils le matin puis les radiers de galets ou de sable ensoleillés en milieu et fin de journée.

La pêche de la truite au toc et aux appâts naturels
Ne négligez aucun poste…

La pêche au toc

Dans cette période, la pêche au toc est souvent reine à condition de ne rien négliger. Il est d’ailleurs sûr que les pêcheurs qui prendront des truites seront ceux qui n’oublieront pas de faire tous les postes…

 

Vous aimez pratiquer la pêche à la truite? Alors découvrez comment pêcher la truite en utilisant différentes techniques de pêche efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close
Partagez60
Tweetez
Email
60 Partages