Pêche en surfcasting : les poissons et zones de pêche depuis la plage

Lors de la période estivale, les sorties nocturnes en surf-casting deviennent des plus agréables. Mais pour pêcher la nuit sur nos plages favorites, de nombreuses questions se poseront à nous : quelle option choisir, quelles espèces pêcher, quel appât utiliser pour tel ou tel poisson. Il en est de même pour choisir son lieu en fonction de la couche d’eau ou encore de la distance de pêche à mettre en œuvre depuis la plage.

 Il est certain qu’il n’y a pas spécialement de vérité pure et dure, mais il y a des constantes, des habitudes que certaines variétés de poissons sont plus enclines à adopter la journée ou encore la nuit, surtout dans la période estivale pendant laquelle les eaux sont à bonne température, et donc où la vie bat son plein.

Partons de l’exemple d’une plage à pente moyenne sur les 20 premiers mètres, où il y a de zéro à 4 mètres de profondeur. C’est souvent à cet endroit que nous trouvons les petits poissons, et s’il y a des petits poissons il y a des prédateurs. Le loup, notamment, a l’habitude de naviguer proche du bord où il adore marauder à la recherche d’une proie dans une faible couche d’eau.

Pêche en surfcasting depuis la plage
Le loup fait partie des poissons que les pêcheurs en surf-casting admirent le plus. C’est une espèce que l’on trouve souvent très près du bord.

La bande des 20 premiers mètres

Il y a un autre élément à prendre en compte, c’est l’état de la mer. C’est dans cette bande des 20 premiers mètres qu’il y a le plus souvent des vagues et une agitation qui soulève le substrat et décolle la nourriture du fond, comme des vers marins, des coquillages et des crustacés. C’est à cet endroit que le sar aime se placer et jouer dans les vagues. Comme tous les poissons il est très opportuniste et si de la nourriture passe non loin de sa bouche il n’hésitera pas à engloutir cette manne providentielle.

La facilité pour les prédateurs à venir chasser dans cette partie de plage à faible profondeur est accrue quand il y a des vagues, car l’eau est la plus souvent teintée, les fonds sont remués et les approches pour les prédateurs sont ainsi plus faciles et plus discrètes.

Dans cette partie d’eau on trouve aussi le mulet qui aime particulièrement racler le fond à la recherche de petites algues, et il en est de même pour la saupe. Ce n’est pas pour rien que certains pêcheurs nomment ces deux espèces les « vaches de mer ». Elles sont constamment à la recherche de petites algues filamenteuses, et pour que celles-ci se développent, il leur faut de la lumière pour la photosynthèse. C’est pour cette raison que ces deux espèces vivent la plupart du temps dans cette partie de la plage.

Pêche en surfcasting depuis la plage
La daurade royale est l’autre poisson favori comme le loup en matière de surf-casting. Réussir à capturer une « belle au sourcil d’or » est souvent une consécration pour un pêcheur en bord de mer.
Pêche en surfcasting depuis la plage
L’ombrine est un poisson qui devient malheureusement de plus en plus rare. On en trouve dans le sud de l’Atlantique, dans tout le bassin méditerranéen et surtout en Corse. Ce poisson peut atteindre de très belles tailles, de plusieurs kilos, et il raffole des coquillages comme le couteau.

De 20 à 60 mètres de la plage

La seconde partie, qui est plus large de 20 à 60 mètres est une partie plus calme. Souvent à cet endroit il y a déjà moins de vagues ou encore c’est là qu’il y a une cassure dans les fonds marins qui provoquera la formation d’une vague.

Dans cette bande on va trouver une multitude d’espèces, comme le rouget, certaines variétés de sous-espèces du sar comme les paraclets ou encore les véirades. Il y a aussi les petits pageots juvéniles qui sont très souvent en bancs très importants ainsi que d’autres variétés comme les severeaux, les bogues, les oblades, des poissons qui vivent entre deux eaux, car la profondeur peut aller de 4 mètres à 10/15 mètres de profondeur.

C’est sur cette partie qu’il faut employer des montages un peu plus ingénieux. Il sera donc pratique de pêcher avec des montages à 2 empiles, un trainard qui va reposer sur le fond pour les poissons qui grattent le sable, et une empile haute avec une perle flottante pour permettre à notre appât d’être décollé du fond. Vous intéresserez ainsi certaines espèces qui ne se nourrissent que très rarement sur le fond.

Pêche en surfcasting depuis la plage
Le loup ou bar moucheté, lui aussi tout comme le severeau, on le trouve dans la partie médiane de la plage. Il vit entre deux eaux et il ne faut pas hésiter à le rechercher à l’aide de perles flottantes.

A plus de 60 mètres du bord

La dernière bande est encore plus importante et va de 60 mètres à largement plus de 100 mètres du rivage. Selon leurs capacités et le matériel utilisé, certains pêcheurs arrivent à pêcher à plus de 150 mètres. Dotés d’une très bonne technicité de lancer, mais aussi capables de finesse et en utilisant des appâts très peu volumineux pour rester dans la recherche d’aérodynamisme pour des distances de pêche importantes, il est  possible à ces pêcheurs de trouver des poissons qui sont plutôt timides et qui aiment le calme, comme le marbré et la daurade. Suivant la taille des poissons les bancs peuvent être très importants, mais plus ils deviennent gros et plus ils ont tendance à devenir solitaires.

Pour pouvoir donc pêcher le plus loin possible, il va falloir utiliser des montages très simples à une seule empile, et avec un appât plutôt petit comme par exemple le ver de sable. Lors du lancer cet appât ne freinera pas trop dans l’air, alors que vouloir lancer un gros morceau de ver de chalut ou encore un bibi aura pour effet de perdre au moins 30% de distance sur un lancer technique.

A cette distante on peut même faire quelques rencontres surprenantes, comme les raies, les rougets grondins, les hirondelles de mer, les ombrines (de superbes poissons que l’on trouve surtout en Corse). La pêche à longue distance permet de pouvoir capturer des poissons trophée, et certaines personnes n’hésitent pas à avoir une petite embarcation pour aller déposer des appâts volumineux au loin, ou encore à y aller à la nage…

Tous ces éléments sont une base. Il est indéniable que parfois on peut prendre un marbré tout proche du bord, tout comme un sar très loin, mais cela est beaucoup plus rare. Avec ces éléments, on peut déjà plus facilement choisir quel montage utiliser en fonction de la distance de pêche et bien choisir son appât.

Pour ce qui est du matériel il en est de même. Une canne pour pêcher en bordure ne sera pas la même qu’une canne pour pêcher à longue distance. C’est pourquoi il est convenable d’avoir au moins 3 cannes dans son fourreau ce qui nous permettra de pouvoir explorer les différentes sections depuis le bord. Il n’est pas nécessaire de mettre toutes ces cannes à la même distance, sauf si vous recherchez une espèce bien précise sur un lieu que vous connaissez bien.

Pêche en surfcasting depuis la plage
Le marbré est un sparidé que l’on trouve généralement très loin du bord. Il faut être capable de pêcher loin, car c’est un poisson très méfiant. Il raffole du ver de sable et c’est parfait car c’est l’appât numéro un pour la pêche à longue distance.
Pêche en surfcasting depuis la plage
La raie est un poisson que l’on trouve généralement loin du bord. C’est un poisson qui est plaisant à pêcher du fait de sa forme. Généralement après un beau combat, vous prendrez une photo et vous lui rendrez sa liberté.

En conclusion, il n’est pas si simple de pratiquer le surf-casting pour avoir de bons résultats. Il faut bien connaitre les plages que nous affectionnons le plus et les spots que nous avons l’habitude de pratiquer. N’hésitez pas à explorer les fonds marins pour bien repérer les cassures, les roches, les déclivités du fond. C’est à force de pêcher sur un secteur habituel que vous arriverez de mieux en mieux à surprendre des poissons de passage sur zone. Tous les poissons ne vivent pas ensemble, les espèces ne se mélangent quasiment pas et il en est de même pour la taille des poissons.

Pêche en surfcasting depuis la plage
Le tassergal est de plus en plus présent sur nos côtes. C’est un prédateur tout comme le loup et il a lui aussi l’habitude de chasser très proche du bord. Pour la recherche des prédateurs, l’appât le plus intéressant est le vif. Lors de vos parties de pêche, si vous attrapez un petit poisson, n’hésitez pas à le lancer à quelques mètres du bord et soyez patient. Si un prédateur comme le loup, le barracuda ou le tassergal, entre autres, passent par-là, ils n’hésiteront pas à se saisir de votre appât.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer