Gros poissons en surfcasting
Il n’y a pas beaucoup de secrets dans la capture d’une grosse daurade royale. Un crabe, un gros morceau de ver de chalut ou encore un joli coquillage comme le couteau, le tout bien présenté, ne pourront que plaire à la « belle aux sourcils d’or ».

Pêche en surfcasting : Ciblez les gros poissons du bord de mer

Le surf-casting nous réserve souvent de belles surprises et quelques poissons trophées, mais pour cela il faut savoir provoquer la chance. Lorsque l’on recherche un poisson trophée, il faut savoir mettre tous les atouts de son côté et surtout ne rien négliger.

Pour commencer, le plus important est l’appât. Il doit être de taille cohérente avec l’espèce que l’on recherche. Les gros marbrés seront plus faciles à capturer avec un gros morceau de ver de chalut et les grosses daurades royales avec de gros crabes et divers crustacés et coquillages.

Gros poissons en surfcasting
La nuit en surf-casting, le loup est souvent en maraude dans les premières vagues. Un vif, un coquillage ou encore un morceau de poisson bien frais, le satisfera. Attention la touche du loup est souvent très brutale et comme vous ne le pêchez pas très loin du bord votre moulinet doit être correctement réglé.

Le plus important en surfcasting : l’appât

Pour d’autres espèces dites prédatrices, il est très intéressant d’employer des vifs qui peuvent être des poissons ou encore des céphalopodes.

La mise en place d’un appât volumineux n’est pas une chose si facile et sa présentation est primordiale. Lors du lancer notre appât va forcément prendre un sacré choc et aura de ce fait tendance à se tasser sur l’hameçon, c’est pourquoi l’utilisation de deux hameçons sous forme de montage dit « steward » est une solution à prendre en compte.

L’utilisation d’un fil élastique à ligaturer est aussi très intéressante et permettra à notre appât une tenue optimum sur le bas de ligne. Evitez néanmoins d’en mettre trop car il faut rester discret et ne pas transformer notre appât en « rôti ».

Quand on pêche avec un appât volumineux il ne faut pas trop en vouloir et multiplier les empiles sur le même montage. Un seul bas de ligne suffit amplement et la discrétion n’en sera que meilleure.

La taille et le diamètre du bas de ligne doit être en adéquation avec l’appât utilisé. Quelques exemples :

  • Le ver marin comme le bibi ou le gros morceau de ver de chalut, accordé avec un fluoro carbon de 22 à 24/100 sera ce qu’il y a de mieux, tout en gardant une bonne longueur de bas de ligne compris entre 2m50 et 3m50.
  • Pour les coquillages et crustacés de 24 à 26/100 toujours en fluoro carbon et dans des longueurs qui doivent aussi être importantes pour permettre à notre appât d’évoluer correctement dans le courant tout en étant le plus éloigné possible du montage proprement dit.
  • Pour les appâts encore plus volumineux le diamètre peut monter très haut vers les 50/100 avec un bas de ligne dont la longueur restera obligatoirement très importante.
Gros poissons en surfcasting
La préparation de l’appât est le moment le plus important. Elle doit être soignée et nécessite que vous preniez le temps qu’il faut. C’est un gage de réussite.

La bonne canne

Les cannes à pêche sont elles aussi relativement puissantes pour permettre le lancer des appâts qui font un certain poids. D’une manière globale les cannes de puissance 100/200 gr sont un compromis plus qu’acceptable pour pouvoir lancer un appât volumineux. Il nous faut du répondant dans la canne et le fait d’avoir du matériel inadapté peut avoir plusieurs conséquences comme celle d’abimer ou encore pire de casser votre canne. La puissance indiquée sur celle-ci est très importante pour son utilisation. Une canne de puissance 20/60 gr ou 40/80gr nous permettra d’envoyer un appât et un lest de 20 à un grand maximum de 80 gr. L’ensemble montage, appât et plomb doit tenir correctement au fond, d’où l’importance d’avoir du matériel adéquat.

Pour des pêches avec comme appât de gros vers marins ou des coquillages, en Surf-casting depuis une plage où nous risquons de chercher un peu de distance, l’idéal est une canne de puissance 100/200 gr qui offre un rapport poids/puissance général et qui convient très bien pour la pratique de ce type de pêche.

En ce qui concerne les pêches avec des appâts plus gros, nous opterons pour du matériel plus puissant du style 300/800 gr. Ce genre de cannes est vraiment adapté pour la recherche de très gros poissons, avec des appâts très volumineux comme des morceaux de poissons ou céphalopodes ou encore des vifs. Ne craignez pas de présenter un appât de belle taille ! Un loup ou bar de quelques kilos n’a pas peur d’engloutir une proie de plusieurs centaines de grammes… La recherche de poissons trophées passe forcément par là et le dicton « gros appât, gros poisson » a tout son sens.

Gros poissons en surfcasting
C’est un très bon début de saison de la pêche à la daurade pour Reno. En quelques jours déjà deux magnifiques poissons trophées et quelques daurades d’un kilo.

Un matériel bien choisi

L’équipement de notre canne d’un moulinet doit lui aussi être en adéquation avec la technique employée. Les moulinets de surf-casting dits aussi de long-cast, sont pourvus de grosses bobines offrant une grosse contenance. Pour pêcher avec des appâts relativement gros il va falloir garnir la bobine avec du fil tout aussi important. Là nous ne parlons plus de surf-casting en finesse avec nos vers de sable où la taille des nylons sur nos moulinets peut descendre sous les 20/100. Une prise de plusieurs kilos nous obligera à tirer dessus, car entre la résistance du poisson et d’éventuels courants ou vagues la force peut être très importante et un nylon de qualité entre 30 et 50/100 offrira une assurance qu’il ne faut pas négliger. Avec de telles tailles de nylon il n’est plus nécessaire d’utiliser d’arraché. Vous pouvez placer votre montage directement sur votre 50/100 ce qui évitera des agrafes ou divers émerillons raccordés avec des nœuds, entrainant des points de fragilité qu’il nous faut à tout prix éviter.

Notre matériel adéquat canne plus moulinet choisi, passons au petit matériel qui a aussi toute son importance. Capturer un poisson trophée est une opération difficile et rare.  Les hameçons doivent être eux aussi de bonne facture et être soigneusement choisis afin d’éviter qu’ils s’ouvrent entrainant ainsi la perte de votre poisson pendant le combat. Il en est de même pour le choix du nylon ou encore mieux du fluoro carbon utilisé pour réaliser votre bas de ligne. Choisissez bien le diamètre de votre bas de ligne et la taille de l’hameçon en adéquation avec la technique et n’hésitez pas à vous faire conseiller car malheureusement certaines fois la qualité n’est pas toujours au rendez vous…

Gros poissons en surfcasting
Avec une telle « gueule » et une telle dentition, une grosse bouchée ne peut absolument pas lui faire peur.

En action de pêche

Vous voilà enfin sur votre lieu de pêche. Vos appâts correctement eschés et présentés, un minimum de réflexion et de soin s’impose pour leur placement et le lancer. Un gros appât même de 100 gr ne pouvant pas être lancé à une centaine de mètres, il est vraiment souhaitable que notre spot de pêche corresponde à la technique et au poisson recherché. Il existe forcement des plages plus pentues où le fond est rapidement là, ou encore des trous appelés baïnes creusés par les courants. C’est ce genre de spots de pêche qu’il nous faut privilégier car il nous sera plus aisé d’y placer notre montage/appât plutôt que sur une plage au large de laquelle à 100 mètres il y a tout juste un mètre de profondeur.

Ne restez pas loin de vos cannes. Les gros poissons vous font parfois des touches très violentes et le rush qui s’en suit peut être lui aussi tout aussi impressionnant. C’est là que le réglage du moulinet est très important. Le poisson doit pouvoir prendre du fil, mais avec un peu de résistance afin qu’il se ferre un peu et que l’hameçon pénètre bien sa bouche. A la touche il doit pouvoir avancer un peu et ainsi commencer à se fatiguer. Laissez-le s’exprimer et n’essayez pas d’interrompre un rush puissant et violent car il va forcément finir par ralentir ou s’arrêter. C’est à ce moment que tout commence. Une prise de contact légèrement appuyée et le combat peut débuter. Mais il faut rester patient, et prendre le temps de fatiguer votre prise, vous offrant ainsi la possibilité de la ramener près du bord. Une fois la prise visible il ne faut surtout pas brusquer le combat et, au contraire, attendre le meilleur moment pour échouer votre poisson à l’aide d’une vague. Ne tirez surtout pas dessus en sens contraire quand la vague se retire, car c’est malheureusement toujours à ce moment-là que les défaillances apparaissent et qu’il pourrait y avoir un décrochage ou encore pire une casse.

Ne laissez rien au hasard. Le choix du matériel, la préparation de l’appât et vous pouvez commencer à vous imaginez en train de vous faire prendre en photo sur la plage avec vos cannes et un magnifique poisson trophée.

Gros poissons en surfcasting
Le crabe est sans nul doute un appât de base pour la recherche des beaux poissons, le « menu fretin » n’étant pas tenté par une telle bouchée.

Ne manquez plus rien ! Recevez chaque nouvel article paru sur 1max2peche directement sur votre email !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *