Mulet et rotengle aux leurres : une alternative aux carnassiers !

Quand on parle de pêche aux leurres on l’associe de façon quasi systématique aux mêmes poissons : brochets, sandres, perches… mais pourquoi se cantonner uniquement à ces espèces ? En effet, avec la variété et la diversité de leurres que la pêche moderne nous met à disposition, il serait vraiment dommage de se priver de ces compagnons de jeu.

Pêche du mulet et du rotengle aux leurres
Le barbeau, un invité suprise à sensations

Pêcher le brochet, le sandre, la perche ou le silure aux leurres est en quelque sorte un pléonasme tellement leur recherche avec ces techniques est entrée dans les mœurs. Mais, combien de pêcheurs entrent dans un magasin de pêche et demandent une canne spécifique pour pêcher les rotengles, les mulets ou les barbeaux ? Alors bien sûr, de temps à autres, en recherchant les carnassiers habituels, on tombe sur d’autres espèces, mais pourquoi ne pas alors les cibler de façon spécifique ?! Voyons 2 espèces qu’il est aisé de trouver un peu partout en France.

Le mulet : poisson souvent snobé, mais quel combattant !

Il est possible de trouver ces poissons aussi bien en mer qu’en eau douce tout comme il est possible de les pêcher du bord ou en bateau. C’est justement en bateau que leur pêche est grandement facilitée grâce à l’électronique embarquée. Pour localiser les bancs, il suffit de se laisser dériver et de régler la fonction « Side Imaging » en balayage latéral (du côté de la dérive du bateau). Du bord, il faut passer en mode « sioux » et les traquer à vue ! La technique la plus productive consiste à utiliser une cuillère à mulet qui n’est ni plus ni moins une cuillère tournante (taille n°1 à 2) dont le triple a été remplacé par un avançon court et un hameçon simple. Il en existe de multiples versions toutes faites, mais il est tout à fait possible de les bricoler soi-même, l’ajout d’un émerillon rolling de bonne qualité entre la cuillère et l’avançon permet d’éliminer les « vrilles » occasionnées par la rotation du ver. Sur l’hameçon, il faut enfiler un Néréide (ver marin) car sans celui-ci ou même avec une version « artificielle » les touches seront bien moins nombreuses. Dès qu’un banc apparaît sur le sondeur, il suffit de lancer en leur direction et entamer la récupération, la cuillère doit évoluer proche de la surface. L’été, quand les touristes pique-niquent au bord de l’eau dans les ports et nourrissent les mulets avec des morceaux de sandwich, profitez de cet amorçage involontaire pour les pêcher comme les chevesnes avec un leurre flottant de couleur claire, surprise des touristes garantie ! Ce poisson est un combattant hors pair qui, sur du matériel léger, est un régal pour les petits et les grands.

Pêche du mulet et du rotengle aux leurres
Le mulet, un poisson sur-vitaminé.

Le rotengle : l’alternative au chevesne

Sa pêche ressemble beaucoup à celle du chevesne mais est, en quelque sorte, plus simple pour les novices. Ils sont généralement moins méfiants que les chevesnes ce qui facilite grandement les choses mais en même temps peut être aussi super énervant… Des fois il faut lancer 15 fois au même endroit, voir 14 poissons du même banc, voir le même poisson venir inspecter le leurre puis au 15ème lancer, le gober ! Les postes sont relativement simples à trouver, il vous suffit d’avoir une bonne paire de polarisantes et d’aller faire un tour au bord de l’eau. Cherchez des zones d’herbiers et scrutez la surface à la recherche d’un poisson qui ressemble fort à un gardon. Une fois que vous les avez trouvés, il suffit de lancer le leurre à proximité des poissons et, sans animer, attendre qu’un poisson viennent le gober. Il ne faut pas hésiter à relancer très régulièrement car certains jours c’est uniquement à la tombée du leurre qu’ils viennent le gober. Pour ce qui est du leurre, le Woodlouse d’Illex est parfait. Il faut le monter sur un hameçon simple fin de fer et quand les poissons ont du mal à se piquer, n’hésitez pas à complètement enfiler le leurre sur l’hameçon.

Pêche du mulet et du rotengle aux leurres
Le rotengle, sourire assuré !

Les poissons que l’on peut pêcher aux leurres sont nombreux et variés, les barbeaux, les brèmes, les carpes sont autant d’autres compagnons de jeu que l’on peut attraper à condition d’utiliser son imagination afin d’adapter sa pêche.

2 équipements pour pêcher le mulet aux leurres : 

Canne L/ML (3-12gr), moulinet 1500-2000.

Tresse en 8°° à 12°°

Fluorocarbone de 17°° à 25°° en fonction des techniques.

Cuillère à mulet ou LS de petite taille.

 

Canne UL/L (0.5-5gr), moulinet 1500-2000.

Tresse en 8°° à 10°°

Fluorocarbone de 17°° à 19°°.

Leurres imitation insectes et hameçons simples ultra légers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
99 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email