La pêche fine du bar au Glénan [Hommage à Hubert Calvar]

Nous avons tous perdu un ami

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de l’ami Hubert Calvar. C’est un homme que je connaissais depuis une dizaine d’années et j’avais eu la chance de le rencontrer à plusieurs reprises, dont une journée complète en sa compagnie l’année passée, en mer aux Glénans, puis chez lui, dans sa maison de Loctudy pour une interview très intéressante… un excellent pêcheur devenu guide de pêche et qui savait retransmettre sa passion.

Nous avions  évoqué cette rencontre dans le dernier numéro de 1max2peche paru il y a deux semaines, mais nous avons décidé d’éditer le reportage complet qui avait été initialement prévu, ainsi qu’une partie très technique, de la pêche du bar aux leurres souples, de cette interview afin que les mots de cette dernière rencontre ne se perdent jamais. C’est notre hommage a nous et il laissera un grand vide dans le monde halieutique, aussi grand que son talent et sa sympathie. Encore un pêcheur parti trop tôt…

Une pêche empirique qui attire des pêcheurs à la recherche de sensations et de belles prises, ainsi pourrait se résumer cet engouement pour la pêche du bar en bateau. J’ai rencontré Hubert Calvar, expert incontesté de cette technique qu’il récite du bout des doigts les yeux fixés sur les Glénan. C’est à Loctudy que j’avais rendez-vous avec Hubert. Un charmant petit village breton du Finistère, équipé d’un port à l’abri des vents du sud où Hubert met son bateau à l’eau tous les matins, quelle que soit la saison, face aux îles des Glénan.

Pêche du bar en finesse au Glénan

Le bar tout en finesse

Lorsqu’Hubert me parle de sa passion pour le bar il devient intarissable :

Le bar est notre partenaire, un noble et courageux adversaire. Il faut apprendre à le connaître, à le trouver, à adapter et choisir le matériel en fonction des conditions de pêche. Ma technique de prédilection est la pêche en finesse, elle donne d’excellents résultats sur mon secteur. Cela me vient certainement des longues heures passées à pêcher en eau douce.

Dans tous les cas, c’est le poisson qui décide. Aussi en fonction de la saison et des conditions de pêche,  je n’hésite pas à mettre à l’eau également quelques leurres durs, shads, jigs ou inshiku qui s’avèrent redoutables. J’utilise essentiellement la technique de la pêche en finesse par nécessité. Ici aux Glénan, nous bénéficions d’une eau extrêmement claire puisque nous avons des eaux marines dans les plus translucides d’Europe. Donc nous sommes obligés de pêcher très fin, notamment dans l’intérieur des Glénan et sur le littoral de la région.

Pêche du bar en finesse au Glénan

Quelle est la meilleure période pour pêcher le bar?

Si vous demandez à Hubert quand il faut venir en Bretagne, il vous répondra sans hésiter que la meilleure période depuis quelques années c’est août et septembre. C’est toujours la météo qui conditionne le comportement du poisson et dans la baie de Concarneau les poissons s’y plaisent quand il fait chaud. Autrefois, bizarrement, août était un mauvais mois pour la pêche. Depuis quelques années tout a changé, peut-être que les modifications des conditions climatiques modifient la donne, les étés arrivent au fil du temps de plus en plus tard.  C’est peut-être ce qui explique ce changement. Août est donc particulièrement favorable, en plein cœur de la saison touristique. Et pendant ce temps, la famille peut profiter de la baignade ou du farniente.

En début de saison (mai), les eaux sont encore froides. Les poissons sortent du frai, ils sont amaigris, groupés et il sera souvent nécessaire d’aller les chercher dans des profondeurs entre 25 et 50 mètres.

Si « on tombe dessus » on fait un carton, mais si on ne les trouve pas, on peut peigner l’eau des heures durant sans avoir la moindre touche.

 Puis vers la mi-juin les bancs de poissons s’éparpillent et ils sont un peu partout, sur une roche, sur le sable, dans les herbiers… Les bars ne reviendront vers les plages que lorsque les eaux seront chaudes et que la nourriture sera vraiment sur les bords. Ils se « feront du gras » en recherchant les lançons, sardines ou autres sprats. Groupés, ils resteront en clans plus ou moins importants pendant plusieurs jours sur le même spot avant d’aller à un autre endroit en fonction des marées et des vents.

Pêche du bar en finesse au Glénan

La pêche du bar au leurre souple

Hubert utilise beaucoup les « slugs » et s’il a plusieurs tactiques pour animer ses leurres, la plus rentable reste celle de la feuille morte. Il fait sautiller sur le fond le slug, le fait virevolter (comme un poisson victime d’un choc thermique) par des tirées très sèches, avant de le déposer sur le fond, pour ensuite provoquer un nuage de particules en le faisant « décoller » de 30 à 50cm.

La technique est au point :

  • Lancez le leurre.
  • Au moment où il touche l’eau, fermez le pick-up (avec la main et non pas avec la manivelle).
  • Relevez légèrement la canne pour tendre la tresse et éviter les nœuds au lancer suivant. (diamètre 1.2 soit 0.185 mm) avec une pointe de 4 mètres en fluorocarbone de + ou – 30/100 (soit 8 livres > 12 livres lorsque les fonds sont rocheux).
  • Positionnez la canne légèrement levée mais pas trop (environ 45° par rapport à l’eau), pour garder le contact avec le leurre le temps de la descente. Pas de scion dans l’axe du fil sinon on ne sent pas la touche.
  • Soyez toujours prêt à ferrer jusqu’au contact avec le fond.
  • En dérive récupérez un peu de fil si vous perdez le contact avec le leurre, canne toujours dans la même position.
  • Après avoir touché le fond, effectuez quelques petites tirées sèches avec le poignet pour faire virevolter le leurre et le faire retomber sur le fond.
  • L’attaque se produit le plus souvent au moment où le leurre est à l’apogée de sa course et qu’il va redescendre lorsque vous abaissez à nouveau la canne.
  • Pêchez le plus souvent vers le fond en faisant vivre votre leurre (Sauf bien sûr quand les poissons chassent à la surface). Si le fond est rocheux ou s’il y a des algues, faites évoluez le leurre juste au-dessus des obstacles et évitez de trop toucher le fond en accélérant un peu le rythme.
  • Evitez absolument un « ventre » dans la ligne. Si elle n’est pas tendue, le poisson recrachera le leurre avant que n’ayez eu le temps de sentir l’attaque et de ferrer !
  • A la touche, ferrage énergique et combat sans violence. Ne tentez pas de les battre en force, ils seront gagnants à tous les coups avec leurs coups de tête et leurs rushs.En douceur, ils rejoindront l’épuisette !

Pêche du bar en finesse au Glénan

Pour optimiser l’attaque, les leurres sont gorgés d’attractants et simplement posés sur le sable ils restent appétissants et seront souvent pris par le poisson ! Lorsque les poissons évoluent dans moins de 10 mètres d’eau j’utilise des têtes plombées de 7 à 10 grammes, mais dès que la profondeur augmente je change de tête plombée (jusqu’à 50 grammes) pour pêcher non plus en « lancer-ramener » mais carrément en verticale. Dès que j’ai trouvé, grâce à la technologie de mes échos-sondeurs, où sont les poissons, je positionne mon bateau en dérive pour passer sur le poste. Il ne reste plus qu’à les prendre !

Facile à dire n’est-ce pas… Je pourrai écouter Hubert pendant des heures sur ses approches et ses techniques de « vieux loup de mer » mais il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte.

Hubert nous a quitté brutalement début mai 2016. Toute l’équipe du magazine, et particulièrement ceux qui ont eu la chance de le rencontrer, s’associe à la tristesse de ses proches, ses amis et sa famille. Il restera ici une trace d’Hubert à travers son explication sur la pêche qu’il aimait tant pratiquer.

2 commentaires

  1. j’avais eut la chance de m’entretenir avec mr Calvard peu avant d’entrer en formation bpjeps, sa passion pour la pêche était communicative et n’avait d’égale que la sympathie qu’il dégageait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer