Pêche du thon rouge au popper : comment réussir ses pêches ?

La pêche du thon rouge au popper est une des techniques les plus spectaculaires qu’un pêcheur sportif puisse pratiquer. L’attaque en surface de ces grands pélagiques ressemble en effet à une véritable explosion et vous procure des émotions incroyables. Adrénaline garantie !

Pêche du thon rouge au popper
La pêche du thon aux leurres en stand-up est très physique !

Il est nécessaire d’avoir une autorisation de pêche délivrée pour votre bateau par votre fédération afin de pouvoir pêcher le thon en no-kill durant des périodes délimitées. Il sera nécessaire d’obtenir une bague en plus de ce permis pour pouvoir conserver un poisson. Il est nécessaire d’embarquer le thon à bord pour pouvoir décrocher le leurre proprement. L’article 4.1 qui mentionnait donc auparavant que « l’embarquement du poisson » était interdit a été reformulé par les autorités en : « la détention à bord est interdite ». Il est donc possible de se faire prendre en photo avec un thon avant de le libérer.

Pêche du thon rouge au popper
Le thon effectue un long premier rush. C’est quand il s’arrête que le combat commence.

Bien choisir son popper

Le choix du popper est crucial pour le thon. Il existe quelques pêcheurs qui se sont spécialisés dans les pêches ultra lourdes du thon rouge en 80 / 100 lb (et plus !) avec des poppers exotiques surdimensionnés pouvant dépasser les 18 cm pour des poids supérieurs à 100 g. Certains réussissent ainsi à faire monter des pélagiques de plus 100 kg ! Mais cette pêche  reste assez confidentielle car elle nécessite une grande maitrise technique du combat avec de tels spécimens et surtout une certaine abnégation. En effet, il sera nécessaire d’être opiniâtre car les attaques s’avèrent très rares – les poissons de cette taille l’étant tout autant ! Il faudra également beaucoup de courage et un physique à la hauteur car manier toute une journée des poppers aussi lourds est particulièrement difficile. Cette technique hyper spécifique étant  surtout pratiquée par certains spécialistes dans des zones particulières, nous parlerons ici d’une pêche plus « classique » de thons entre 20 et 60 kg, sachant que de telles prises au popper restent déjà une aventure exceptionnelle !

Le thon se nourrissant généralement de proies relativement petites (ex : sardines), il conviendra d’utiliser des poppers de taille correspondante au profil fusiforme et assez fin. Ces pélagiques ayant une excellente vue, ceux-ci devront être également d’un grand réalisme. Toutefois, les poppers s’avèrent généralement bien moins denses que d’autres leurres tels que les jigs minnows. La difficulté sera alors de pouvoir les propulser avec des lignes de 40 à 60 lb. Le bon compromis consiste donc à prendre des poppers de 12 à 15 cm pesant entre 40 et 60 g. Ils seront aussi choisis pour leurs excellentes distances de lancer afin de pouvoir atteindre les chasses lointaines avec ces lignes fortes. Ils devront également être capables de résister aux pressions considérables subies lors du combat avec ces prédateurs surpuissants. Une armature intégrale renforcée ainsi qu’un corps suffisamment robuste seront donc nécessaires. Ces poppers devront enfin supporter des récupérations assez rapides correspondant à ces pélagiques véloces sans pour autant décrocher. Avec l’expérience, vous constaterez que bien peu de poppers correspondent à tous ces critères et que seuls quelques modèles s’avèrent réellement efficaces. A l’usage, ceux nageant bas dans la pellicule de surface et tenant bien le clapot seront privilégiés car ils sont plus stables et supportent des vitesses de récupération soutenues.

 

 

  • Les poppers surface / subsurface

Bien que flottants, certains poppers ont la faculté de passer sous la pellicule de surface avec des maniements spécifiques. En plus de la projection de gouttelettes d’eau et des splashs en surface, ces derniers ont ainsi la particularité de produire des chapelets de bulles attractives qu’ils entrainent sous l’eau. Ce fort sillage visible à de grandes distances est particulièrement efficace sur les thons difficiles. Afin d’obtenir cet effet, le Feed Diving Wobbler Tackle House possède ainsi un point d’attache situé plus haut que le modèle traditionnel. Pour le 3D Popper Yo-Zuri, sa capacité à nager en subsurface provient du profil spécifique de ses lèvres débordantes.

 

  • Les poppers coulants

Ces modèles offrent de multiples avantages pour la pêche du thon rouge. En ayant une plus forte densité, ils sont plus lourds et se propulsent donc mieux que des modèles flottants. Le gain de poids peut être énorme. Par exemple, un Saltiga Dorado Popper Daiwa flottant pèse 40 g alors qu’à taille équivalente, la version coulante fait 56 g – soit un surpoids de 40 %. C’est considérable ! Les distances de lancers sont ainsi bien supérieures et ces modèles percent  beaucoup mieux les vents contraires. Ils ont également la caractéristique de bien supporter le clapot et de coller à la surface sans sauter de façon intempestive. Ce type de popper est donc excellent par mer agitée et lors de conditions difficiles. Il faudra bien sûr les récupérer un peu plus rapidement que des poppers flottants et ils seront recommandés pour des poissons bien actifs.

Pêche du thon rouge au popper
Lors du combat, il faut être mobile et suivre le poisson tout autour du bateau !
Pêche du thon rouge au popper
Prendre un thon rouge au popper est un moment d’émotion incroyable !

Une animation spécifique

Ces différents modèles de poppers seront sensiblement maniés de la même façon. Dans tous les cas, ces versions devront être récupérées assez vite pour intéresser ces rapides pélagiques. Tout en moulinant, des tractions seront effectuées avec un mouvement pendulaire régulier. Ces accélérations sèches repousseront brutalement de l’eau en créant un splash avec des projections de gouttelettes d’eau rappelant le crépitement de poissons fourrage acculés en surface. En effectuant une tirée de plus grande amplitude canne basse, le popper passera sous la pellicule de surface en laissant un large chapelet de bulles attractives. Juste après le splash, vous devez prendre appui sur le leurre et accélérer progressivement la traction. Avec le scion en position basse, vous forcez ainsi le popper à passer sous la peau de l’eau en entrainant à sa suite un sillage de bulles. En alternance avec les classiques splashs, ce maniement est d’une rare efficacité quand les thons sont difficiles et refusent de monter en surface. En présence de pélagiques chassant à courre en poursuivant leurs proies sur de grandes distances, une récupération encore plus rapide uniquement au moulinet générera un important sillage de bulles qui pourra décider ces poissons ultra actifs. Ce maniement est ainsi très efficace quand les thons sont éparpillés et sautent au dessus de la surface. C’est en variant vos animations ou en les combinant lors de la même récupération qu’il sera possible de définir celle qui correspond le mieux à l’activité du jour.

Très souvent, le pêcheur pourra croire que le thon a manqué son popper car il ne sent aucune tension juste après l’attaque. C’est pourtant le moment où il faut absolument récupérer aussi rapidement que possible sa ligne pour reprendre contact avec le leurre et ferrer ! En effet, le thon attaque le popper par l’arrière à grande vitesse et continue donc sa course vers vous. Même en ayant un moulinet offrant une bonne récupération, vous avez alors l’impression que votre ligne est lâche. Après avoir résorbé la bannière détendue, il sera ainsi conseillé de ferrer de tout votre poids – quitte même à le faire à plusieurs reprises – afin de bien ancrer les forts hameçons du popper. Vous éviterez alors les décrochés si fréquents avec cette technique.

Outre l’aspect spectaculaire d’une attaque de thon en surface, le popper offre d’autres avantages non négligeables pour la traque de cette espèce. Ainsi, même lorsque la chasse est terminée, les puissants stimuli d’un popper sont capables de faire remonter un poisson,  même longtemps après que l’activité ne soit retombée. C’est en fait l’exemple typique du leurre incitatif et provocateur qui joue sur l’agressivité naturelle du prédateur.

Contrairement à ce que peuvent vous faire croire certains souhaitant se mettre en avant, la pêche du thon aux leurres n’a rien de complexe comparée à d’autres techniques ! L’approche de la chasse devra juste être effectuée lentement pour que le bruit du moteur n’effraye pas les poissons. Il sera également nécessaire de rester à distance respectable de la zone d’activité afin d’éviter que les pélagiques ne sondent. Avec des leurres suffisamment denses tels que des jig minnows ou encore des casting jigs, même un débutant peut alors toucher du thon relativement facilement. La pêche de ce grand pélagique aux poppers sera certes plus difficile mais elle s’avère bien plus riche en émotion car l’attaque est visible. Un thon pouvant atteindre près de 80 km/h lorsqu’il charge le leurre, c’est une véritable explosion déchirant la surface qui fera monter votre adrénaline à des niveaux rarement atteints.  Cardiaques s’abstenir !

Pêche du thon rouge au popper
Les yeux rivés sur l’action de son popper, le pêcheur attend l’attaque toujours spectaculaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
Partagez
Tweetez
Email