Pêche du poisson-coq au Costa Rica : le paradis du pêcheur

En lisant des magazines de pêche ou en surfant sur les médias sociaux, j’ai toujours remarqué ce poisson. Un poisson de mer, rayé, beau et brillant avec une nageoire dorsale la plus étonnante que j’ai jamais vu, et toujours un décor qui ressemble au paradis sur terre en arrière-plan. Pendant de nombreuses années, j’ai eu une photo de ce poisson, y compris dans ma chambre. Le désir d’attraper ce poisson une fois dans ma vie a été de plus en plus grandissante chaque jour ! Le poisson de mes rêves était un poisson coq du pacifique !

Au début de 2019, mon partenaire Penn m’a demandé si je pouvais envisager de faire partie d’un voyage au Costa Rica ! Il y aurait une tombola pour les clients dans lequel ils pourraient gagner le voyage d’une vie, et je serai leur hôte !  « Oh – mon   dieu !!! » Je n’arrivais pas à le croire ! Le Costa Rica est la capitale mondiale de la pêche du poisson coq, donc je n’ai pas hésité une seule seconde !

Comme vous le savez peut-être, le vol pour le Costa Rica est long, alors j’ai décidé d’y aller une semaine à l’avance pour peut-être attraper le poisson de mes rêves depuis le bord par mes propres moyens avant l’événement. Mon plan était de pêcher tous les débouchés fluviaux dans le Pacifique, mais quand j’ai vu les énormes quantités de crocodiles vivant dans ces rivières, j’ai changé mes plans immédiatement ! J’ai passé quelques jours dans un bel hébergement dans la jungle qui était entouré par une nature luxuriante. J’ai été tellement étonné par la variété des espèces, la beauté de tant d’animaux et de plantes et les sons exotiques ! J’ai essayé une plage différente tous les jours, mais les vagues étaient trop hautes, donc ce n’était pas possible même avec toute la meilleure volonté du monde de capturer un poisson-coq depuis la rive.

La première semaine s’est déroulée très vite et j’ai déménagé au Crocodile Bay Lodge pour accueillir les gagnants de la tombola.

Quelques heures d’avance pour mon rêve

La bonne nouvelle est que j’avais une demi-journée d’avance, mais pas de temps à perdre. J’ai donc organisé une première partie de pêche de seulement 3 heures pour prendre mes marques, m’habituer aux vagues et à l’environnement. Vous n’allez pas croire cette terrible montée d’adrénaline que j’ai pu avoir en seulement 3 heures ! Après 30 minutes de navigation nous sommes arrivés auprès d’un rocher distinctif sur lequel des vagues venaient se fracasser dans un bruit étourdissant. En très peu de temps les appâts étaient à l’eau et seulement quelques secondes plus tard un moulinet hurlait pendant que la ligne sortait à grande vitesse. Le poisson n’était vraiment pas facile à maitriser ! Le capitaine était persuadé que le poisson à l’autre bout de la ligne était un poisson-coq. Le sourire sur mon visage se faisait de plus en plus grand à chaque fois que j’arrivais à remettre quelques mètres de fil sur la bobine. Ce moment a semblé durer une éternité jusqu’à ce que je puisse apercevoir pour la première fois un éclat argenté dans les eaux profondes. Finalement, mon rêve était sur le point de devenir réalité, un moment que je n’oublierais jamais !

J’ai eu la chance d’attraper un deuxième poisson lors de cette partie de pêche express. Il était temps de rentrer au lodge pour accueillir chaleureusement les gagnants venant de France, Irlande, Hollande et Allemagne. Ils étaient tous très sympas et j’avais vraiment hâte d’aller pêcher avec eux dans les jours suivants.

Jour 1 : thon record

La mer s’est présentée sous un jour vigoureux avec de belles vagues bien formées. J’espérais vraiment ne pas avoir le mal de mer à côté du manager Europe qui nous accompagnait ! Heureusement, je n’ai eu aucun problème, c’était même le contraire, j’étais devant, prête à affronter les vagues, les heures et les jours à venir à la recherche des poissons.

Ce voyage de 8 heures se déroule dans les meilleurs coins de pêche du pays ! Et d’ailleurs il ne faudra encore que quelques secondes après que les appâts soient dans l’eau pour que le premier poisson-coq viennent furieusement nous rendre visite. Nous avons été vraiment comblés de plaisir à chercher et combattre ces poissons-coq jusqu’à ce que le capitaine reçoive un message à la radio : « Nous avons trouvé une chasse de thons ». Pas de temps à perdre, plein gaz durant une heure en pleine mer. Sur le chemin, nous avons eu la chance de voir des dauphins, un banc de 200 individus qui se dirigeaient dans la même direction que nous !

C’est vraiment impressionnant de voir tous ces prédateurs marins travailler de concert pour amener la boule de poisson fourrage en surface, moment où les mouettes se jettent elles-aussi en surface pour capturer les petits poissons. Alors que j’étais à peine remise de mes émotions en pensant aux dauphins et que j’admirai ce gros bouillon de poissons, tout est allé très vite car un des pêcheurs s’est retrouvé pendu avec un thon jaune au bout de la ligne ! Autour c’était le bouillon, des éclaboussures de thons, dauphins, mouettes, tout le monde profitait de cette nourriture facile, nous étions en plein milieu ! Après une courte séance photo, le thon est retourné dans l’eau et nous nous sommes dirigés à nouveau vers la prochaine chasse. D’abord nous avons vu un nuage d’oiseaux, puis en nous rapprochant nous avons vu les dauphins, nous avons alors mis nos lignes à l’eau et quelques minutes plus tard, un autre thon était au bout de la ligne. Après le combat et sa relâche, le prochain serait le mien ! Nous avons remis les lignes à l’eau, direction la chasse et c’était parti ! C’est vraiment parti, inarrêtable, impossible de le retourner, le ligne ne faisait que me prendre du fil. Je n’avais jamais eu un poisson aussi puissant avec des rushs aussi longs. Lorsque j’étais heureuse de lui prendre quelques mètres de fil, il m’en reprenait le double sans que je ne puisse rien faire ! Après 20 minutes acharnées, mon premier thon arrivait en surface ! Il était énorme, et je pense plus lourd que moi !

Jour 2 : pêche près du bord

Le deuxième jour, j’ai pratiqué la pêche près des côtes. Dans cette baie il n’y avait pas de vagues ni le gros roulis du bateau que nous avons eu la veille. Nous avons d’abord essayé la pêche de fond sur quelques endroits mais nous n’avons pas eu de succès. Puis nous avons traîné le long du rivage ce qui a très bien fonctionné. C’est exactement à cette plage que j’avais essayé d’attraper quelque chose quelques jours avant, et là nous avons eu deux belles prises. Dans les profondeurs les poissons-coqs se battent plus fortement et sont un peu plus gros en moyenne ! Nous avons attrapé deux poisson-coqs sur six touches ce jour-là et nous nous sommes vraiment bien amusés !

Jour 3 : énorme thon et marlin

Aujourd’hui, je suis retournée au large à nouveau avec les gars ! Nous étions quatre sur un grand bateau. Pour l’échauffement, nous avons pris quelques poisson-coqs en pratiquant la traîne le long de la côte jusqu’à ce qu’une voix à la radio crie « Tunaaaaaaa !!! » Sans hésitation, nous sommes sortis au large avec la manette des gaz ouverte à fond ! Encore une fois, nous avons été témoins de ce scénario hallucinant ! Autour de nous, des oiseaux hurlants, de l’eau bouillonnante et de petits poissons fuyant dans la panique totale !  J’ai laissé les garçons s’épuiser d’eux-mêmes sur les thons, puis un gars est tombé sur un poisson si massif qu’il a dû demander de l’aide ! Même avec une ceinture de combat, il n’y arrivait pas ! Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait vraiment un poisson énorme sur la ligne et nous avons dû faire équipe pour mener à bien le combat !

Deux personnes étaient maintenant assises sur le côté du navire pour soulever la canne et mettre la pression sur le poisson et un autre récupérait la ligne sur le moulinet chaque fois que c’était possible ! Même si le capitaine a fait un travail parfait en positionnant le bateau toujours dans le bon angle pour le poisson, c’était un travail difficile ! Après une heure de pompage vraiment intense, un thon d’approximativement 150lbs est venu à la surface ! Quel géant ! Nous étions tous ravis et si heureux que notre travail d’équipe ait payé !  

Le soir de ce jour-là a été un peu moins éprouvant pour les nerfs avec quelques petits thons qui nous ont apporté beaucoup de plaisir à combattre ! Soudain, lors de la dernière chasse un marlin est apparu ! Nous avons essayé de le faire mordre avec différentes astuces et finalement…  Marlin ooooon!! J’étais à l’autre bout de la canne. Une course imparable suivie de deux sauts majestueux et la ligne s’est détendue ! Même si nous avons perdu ce poisson, il a laissé des pêcheurs heureux derrière eux avec un grand sourire sur leurs visages, c’est une rencontre que tous nous n’oublierons pas de sitôt !

Après cette belle journée, il était temps pour moi de quitter ce pays génial ! Le groupe avait encore une journée de pêche au paradis et j’ai entendu dire qu’ils se sont encore bien amusés.

Le Costa Rica est tellement incroyable, je me suis sentie en sécurité à tout moment et la nature, à l’intérieur des terres comme sur l’eau m’a tellement impressionné que je dois vraiment retourner dans ce paradis à nouveau ! Quelle aventure incroyable !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page