La pêche du brochet au leurre souple, mieux qu’une alternative

A ses débuts le leurre souple a longtemps été utilisé exclusivement pour la recherche des percidés ou du black-bass. Mais au fil du temps les leurres souples ont évolué. De la banale virgule ou du petit shad, on en est arrivé à une multitude de formes, de textures et de tailles différentes, avec des coloris qui peuvent désormais faire pâlir certains poissons nageurs. On est bien loin du petit morceau de plastique souple comme aiment encore l’appeler certains anciens.

Les pêcheurs de brochets ont très vite compris que les leurres souples avaient un potentiel énorme et pouvait venir compléter la gamme des leurres durs ou métalliques déjà employés dans la traque du brochet. On a donc commencé à voir fleurir des shads de 15cm pour progressivement arriver à aujourd’hui avec des leurres souples de 30 cm et plus. Tout ne s’est pas fait en un jour, il a fallu franchir les barrières psychologiques, mais au final on en est arrivé à des leurres surdimensionnés. On parle souvent de shad pour le brochet, car c’est la forme qui rassure le plus le pêcheur et le capital confiance est primordial quand on met un leurre à l’eau. Ce n’est pas pour autant que la forme virgule, créature, double queues ou écrevisse ne fonctionnent pas, bien loin de là.

Pêche du brochet au leurre souple
Il n’aura pas hésité à venir taper une virgule de 20cm.


Vibration

La nage de votre leurre va transmettre un signal, que la ligne latérale du carnassier va capter. En fonction de chaque matière utilisée pour la confection des leurres souples, il sera possible d’avoir des fréquences totalement différentes. Les gommes souples ont l’avantage d’avoir plus d’amplitude dans la nage du leurre, elles permettent des nages planantes, au ralenti dans les zones peu profondes ou encombrées. 

A tous les pêcheurs qui sont convaincus qu’il n’y a que la taille qui compte, détrompez-vous il y a aussi la vibration !

Un vrai avantage dès qu’il faut aller chercher dans les obstacles où les hameçons texans sont de rigueur.
A l’inverse les gommes dures nécessitent des animations plus rapides pour rentrer en action, il faut donc les lester davantage. Leur vibration est rapide et se capte de loin, c’est un véritable atout pour couvrir rapidement du terrain et essayer de trouver les zones productives.

Pêche du brochet au leurre souple
Ces leurres souples qui donnent la banane aux pêcheurs de brochets.

Fragilité 

Avec les leurres souples, on reste sur du consommable, même si les prix ont tendance à nous faire penser le contraire. Que l’on soit sur de la gomme dure ou souple, les dents du brochet sont de vrais rasoirs. Avec certaines colles qui restent souples, il est possible de réparer son leurre et de lui assurer une vie un peu plus longue (colle Savage Gear Soft Lure, Mend It). La super glue est à éviter car elle apporte un point dur sur le leurre. Vous pourrez donner une seconde vie aux shads qui ont perdu la queue en les transformant en shad à palette.

L’armement

Il y a plusieurs possibilités, la première étant l’utilisation de leurres déjà montés, il n’y a rien à faire, juste s’assurer que le leurre réponde aux nécessités du moment. Généralement le plomb se trouve entouré par le corps souple ce qui conduit à des leurres très bien finis.


– La tête plombée est la solution rapide, pour éviter de se faire arracher le leurre sur une attaque un petit point de colle permet de sécuriser l’ensemble et de rester pêchant jusqu’au bout. Certains jours les brochets auront la fâcheuse tendance à mettre à plat les hameçons simples, il suffira alors de rajouter un hameçon triple sur une tresse acier, ce qui ne nuira en rien à la nage du leurre souple.

Pêche du brochet au leurre souple
Quand le souple est coffré, l’épuisette a du bon, sinon il est préférable de les prendre à la main.


– Pour le pêcheur voyageur, qui évolue dans différents endroits, il se retrouve à passer son temps à changer ses têtes plombées et n’avoir jamais le bon grammage sur le bon leurre souple. C’est une vraie galère ! C’est en utilisant le Screw System de Storm, que je me suis dit qu’il était si simple d’avoir un leurre et de changer les grammages à volonté. C’est tellement simple et ultra efficace, outre l’adaptabilité instantanée au niveau du poids, le fait que les empiles se dégagent du corps du leurre à la touche permet d’éloigner votre leurre des dents du brochet et de lui accorder une vie un peu plus longue. Si le Screw Sytem est parfaitement adapté aux leurres de 18 cm et plus, c’est tout à fait possible de faire ses propres montages pour des leurres de 15 cm et moins. L’avantage des empiles est de pouvoir les positionner comme vous avez besoin, pour longer les herbiers, il sera mieux de les positionner pour que les hameçons soient sur le dessus du leurre. Alors que pour pêcher la pleine eau, un triple positionné en ventral se montrera particulièrement efficace. Autre avantage c’est que le leurre durant tout le combat n’est plus dans la gueule du brochet, il subit donc beaucoup moins de dégâts et avec un leurre souple c’est important. Inconvénient il faudra penser à vérifier régulièrement les empiles, car même sur des tresses acier, les dents du brochet arrivent à l’abîmer par contre elles ont l’avantage de conserver toute la souplesse au leurre sans le brider (tresse acier : Cannelle Supratress, Wondertress ou Pafex Fortress).

Montage simple qui s’adapte en moins de trente secondes

  • 1 screw (une tige en forme de vis avec un œillet au bout)
  • Des anneaux brisés
  • Des triples VMC en taille 4 et 2
  • Des plombs d’Arlesey différents grammages
  • 1 Bobine de Supratress Cannelle
Pêche du brochet au leurre souple
Un screw, un lest amovible et un triple à positionner en ventrale ou dorsale, à vous de choisir. Le montage est hyper adaptable !

Choix de  la taille du leurre souple brochet

Le brochet en cette fin de saison est en train de faire des réserves de gras en prévision de l’hiver, il suit les boules de poissons fourrage en lac. En rivière ne vous attardez pas sur les chasses d’alevins, car le brochet dans cette situation précise chasse en aspirateur. Il ne vise pas une proie, mais fonce gueule ouverte et filtre ce qui s’y est engouffré, un peu à la façon d’une baleine. Autant dire qu’il va falloir de la chance, pour que le leurre croise la gueule béante du brochet. En rivière on va rester autour des postes d’affût, des arrivées d’eau et des différentes sources d’apport en nourriture. L’idéal étant de prospecter avec des leurres d’une taille proche de celle des poissons fourrages qui occupent le milieu, au minimum 12 cm, ou d’utiliser un très gros leurre qui stimulera la concurrence. Il n’est pas rare de voir un brochet réagir par pure agressivité. En lac ce sera le brochet qui va se déplacer autour des bancs de poissons fourrages qui seront soit constitués de poissons blancs soit de percidés.  Il est possible de les retrouver sous la boule de fourrage, derrière en décalé, ou posés sur les herbiers en attendant l’heure de se mettre à table. Autant de zones à prospecter, dès que les perches se mettent en chasse les brochets ne sont jamais loin. L’excitation qui est montée dans l’eau ne les laisse pas indifférents, bien au contraire. Ils se sont rapprochés pour profiter de l’opportunité offerte. Les perches en chasse ne font plus forcément attention et deviennent rapidement des proies faciles. Pour le brochet les shads, les créatures et les doubles queues de 15 à 18 cm sont un bon compromis, leur volume est un peu plus important que les formes virgules où l’on montera régulièrement à 20cm. Il s’agit là d’une fourchette à utiliser au quotidien dans des grands milieux et non d’une vérité absolue. Car parfois des micros leurres font la différence, alors que d’autres jours, il faudra envoyer des leurres souples de 30 cm.

Pêche du brochet au leurre souple
Un petit posé sur le fond, qu’il aura fallu agacer par une animation rapide du shad en traction.

Choisir le coloris de son leurre souple pour le brochet

Pour les coloris, difficile de n’en choisir qu’un et chaque coloris présente bien des atouts en fonction du milieu.
Quatre coloris de base : blanc, naturel, perche, firetiger.
Au-delà de cette base, il y des milieux qui imposent certains coloris : pour toutes les eaux de couleur thé ou chargées, le rose et l’orange sont très bons. Pour les eaux très claires les coloris ventre transparent dos bleu, avec et sans paillette sont à avoir. Par temps sombre les coloris UV se démarquent particulièrement. Mais se limiter dans le choix des coloris est compliqué, car en plus de ceux cités, il y en a tellement qui sont preneurs. Le coloris brochet ou truite laissera rarement un brochet indifférent. Ce qu’il faut retenir, lorsque les poissons sont en phase alimentaire, le choix ira vers des coloris naturels, lorsqu’il faut jouer sur l’agressivité pour faire réagir et provoquer l’attaque on utilisera des coloris pétants.

Pêche du brochet au leurre souple
Ils font du gras en cette période pré hivernale !

Animation du leurre souple

Ne cherchez pas midi à quatorze heures, on cherche souvent bien compliqué. Mais le linéaire reste l’animation de base. Les yeux du brochet sont implantés sur le dessus du crâne de part et d’autre, il ne peut pas voir ce qui se passe en dessous même si sa ligne latérale le ressent. Par contre votre ligne a toutes les chances d’être perçue et de le déranger. Il est donc fortement conseillé de présenter le leurre au-dessus de lui. L’animation en lancer ramener avec quelques variations de rythme reste une des meilleures animations, à vous de trouver le bon niveau d’évolution et la bonne vitesse, c’est là que peut se trouver le casse-tête. Parfois il faudra passer pleine eau à vitesse soutenue pour les poissons actifs suspendus,  alors que sur les poissons en poste d’affût il faudra longer les restants d’herbiers.
Pour les poissons posés sur le fond, au repos, il faudra une pêche plus agressive pour les déclencher, pas forcément des  gros leurres, mais surtout des leurres plus lestés qui viennent taper le fond, qu’il faudra faire redécoller rapidement de façon à provoquer une attaque réflexe.

Pêche du brochet au leurre souple
La lumière baisse rapidement en fin de journée, les gros en profite pour se mettre à table, une grosse touche à revenir !

Lorsque les poissons sont autour des boules de fourrage et que rien ne bouge en linéaire, il ne reste qu’une chose à faire, semer la zizanie dans la boule de poissons. Une animation en traction dans la boule aura pour effet de faire éclater le banc dans tous les sens. Devant cette montée d’excitation, les carnassiers vont rapidement profiter de cette courte opportunité pour se mettre à table. Cela ne durera pas forcément très longtemps, mais les carnassiers se mettront en activité et à vous d’en profiter.


L’animation est une équation subtile entre la vitesse de récupération, le leurre (corps matière+lest), la section du corps de ligne, la section de la tête de ligne.


Pour un même leurre, plus la section de la ligne et de la tête de ligne seront fortes, plus la nage du leurre sera planante (mieux pour les pêches en linéaire). Plus le corps de ligne et la tête de ligne seront fins, plus le leurre coulera vite avec une action plus tranchante (mieux pour les pêches de réaction et tractions). A vous de trouver les bons compromis en fonction du milieu où vous irez !

Attention aux leurres souples 

  • Certaines couleurs migrent ne pas mélanger les couleurs.
  • Ne pas mélanger certaines marques l’Elaztech (Zman) peut vous faire fondre tous les autres leurres, réaction chimique. Par contre l’elaztech a une résistance et un étirement impressionnant.
  • Leurres salés, même si c’est plus rare pour le brochet, la corrosion intervient très vite et avec le temps les hameçons deviennent cassants.

Les leurres souples ont gagné leurs lettres de noblesse au fil du temps, leur conception n’a cessé de s’améliorer, il existe désormais de vraies imitations, à s’y tromper. Les coloris ont fait d’énormes progrès, mais c’est pour attraper qui, le poisson ou le pêcheur ? C’est vrai que si le pêcheur est ferré, il mettra le leurre à l’eau et fera du poisson, par contre si le pêcheur n’est pas convaincu le leurre restera dans la boîte et ne fera jamais un poisson. Dur dur la vie de leurre souple, il faut être beau, costaud et séduire les poissons rapidement. Avant de choisir la beauté d’un leurre souple, il faudra réfléchir à la qualité de gomme que l’on a entre les doigts, gomme dure pêche rapide, gomme tendre pêche lente ou texan et seulement ensuite regarder les coloris. Pêchez au moulinet en cette fin de saison !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page