Pêche des carnassiers en Hollande : tout ce qu’il faut savoir pour y réussir

Cela fait déjà quelques années que je me suis rendu sur les terres hollandaises pour la première fois et depuis que j’y ai gouté, j’avoue avoir de grosses difficultés à m’en passer. Des paysages sympathiques, une propreté exemplaire, un terrain de jeu d’une superficie exceptionnelle, une population piscicole multi espèces bien présente, avec des carnassiers en quantité qui atteignent de très belles tailles grâce à la richesse de la nourriture.

C’est en entrant dans un magasin de pêche que l’on constate que la Hollande est naturellement tournée vers la pêche depuis des années. Ici les magasins sont d’une superficie impressionnante et l’on y trouve du matériel à profusion, le commerce y fonctionne bien. Concernant les leurres souples, la première chose qui surprend est la présence d’imitations de poissons plats, puis ensuite c’est la présence des leurres souples de type finesse. C’est impressionnant de voir la quantité de  leurres finesses présents en rayon, cela va du 7 centimètres au 30 centimètres, quand on pense qu’en France les finesses sont absents des rayons des  détaillants au profit des shads, il y a de quoi se poser des questions… Ce qui surprend ensuite c’est le choix du matériel, les cannes, les moulinets, les leurres, les hameçons, la tresse, tout y est en quantité, permettant d’offrir un choix très large. Pensez à une chose avant de partir les cartes bleues Visa ne sont pas systématiquement acceptées.

Pêche des carnassiers en Hollande
Une magnifique perche toute en couleur.

Le pêcheur hollandais

Le VISPAS (permis de pêche hollandais 40€) en poche direction le bord de l’eau et la mise à l’eau pour retrouver notre ami Benoît. Les mises à l’eau sont biens pensées et les pêcheurs disciplinés, les bateaux sont préparés à l’écart et chacun à leur tour, ils sont mis à l’eau, c’est l’occasion pour moi de jeter un coup d’œil aux différents bateaux présents. Tous sont dotés d’un électronique de haut niveau et la marque Garmin semble faire l’unanimité pour les sondeurs. Les dernières évolutions concernant les sondes n’y sont pas étrangères. En pêche les images sont d’une propreté incroyable, le pêcheur peut suivre le poisson et lui présenter le leurre au bon endroit, pour la pêche en pélagique cela devient nettement plus facile.

Trois ensembles pour tout prendre :

  • Brochets : canne Casting puissance XXH 56-135g comme la Shimano Sustain, moulinet Shimano Tranx A 301, côté leurres plusieurs valeurs sûres les Rapalas Otus et Peto très complémentaires, les swimbaits Spro BBZ, quelques shads Berkley Pulse et Ripple en 11-14-18.
  • Perches- Sandres : canne spinning 10-30 puissance M ou MH, pour le linéaire, moulinet Shimano Stradic  FL2500 HG, un gros ratio pour garder un contact permanent avec le leurre. Côté leurres : Rapala Jigging Rap, jig métal, lames métalliques, lipless, shads de 7 à 15 cm, leurres finesses de 10 à 20cm. Têtes plombées football de 10 à 28g.
  • Verticale : un outil indispensable puissance 10-30g, un petit moulinet Shimano en taille 1000, une tresse 10 centièmes et quelques bons gros finesses entre 15 et 20 cm. Couleurs : lime charteuse, firetiger, naturel, dos marron ventre crème.

Réglementation et contrôle

Immense, de l’eau partout, mais attention il y a des zones de réserve à respecter et la Police de la Pêche ne rigole pas. Avec le permis, il vous est délivré un livret qui regroupe tous les secteurs interdits et autorisés, lors des contrôles, sous peine d’amende il faut le présenter. Une alternative existe avec le téléphone en téléchargeant une application permettant la géolocalisation. En bateau la pêche dans les couloirs de navigation est interdite, l’amende est salée 375€, même tarif pour la navigation sans avoir mis le cordon coupe circuit du moteur au poignet. La pêche dans les zones de réserve peut entrainer la saisie du matériel et une forte sanction financière. Alors attention ce n’est pas parce qu’il y a de l’eau partout que la pêche y est autorisée.

Le terrain de jeu

Aussi surprenant que cela puisse être, il s’agit du delta de la Meuse qui donne naissance à trois grandes zones de pêche que sont le Hollands Diep, le Haringvliet, le Volkerak, entre Anvers et Rotterdam. Il s’agit des trois plus grandes zones de jeu de la Hollande, mais c’est sans compter sur les nombreuses autres possibilités qu’offrent les canaux et polders. Il y a de l’eau partout, mais il faut juste s’assurer que la pêche y est possible.

Pêche des carnassiers en Hollande
C’est l’heure de rentrer mais d’autres vont sortir pour la pêche pélagique de nuit

En eau douce pensez mer !

Les rivières vont à la mer qui est très proche, en fonction de la marée et du mouvement d’eau le poisson va changer de poste, ainsi en fonction du moment de la journée, un amorti de courant devient une zone de courant, pensez-y ! La vitesse des courants n’est pas identique au fil de la journée, pour un même leurre plusieurs grammages sont nécessaires que ce soit en verticale ou en linéaire.

Attention au vent !

Dire attention au vent, c’est peut-être un peu faible, car la hollande donne directement sur la mer et l’absence de relief  n’offre quasi aucune protection au vent. Lorsque le vent rentre sur ces grands plans d’eau tout en longueur, il n’a pas besoin d’être très puissant pour soulever de jolies vagues qui empêchent la navigation. Par exemple un vent soutenu de 40 km/h conduira la plupart des pêcheurs en bateau sur le bord. Ce qui n’est que vaguelette sur un petit plan d’eau se transforme vite en mer très agitée sur ces océans intérieurs. La seule solution passer au plan B, jouer la sécurité et partir à la découverte des rivières. Les conditions changent très vite alors attention avant de partir, jetez un coup d’œil sur les météos spécialisées comme Windguru et n’oubliez jamais les vêtements waterproof, une belle averse bien dense est si vite arrivée et peut gâcher une journée.

 

Stratégie de pêche en Hollande

Devant un tel terrain de jeu, difficile de se lancer seul à l’aventure, nous sommes quelques-uns à l’avoir compris et depuis des années, lors de la découverte de grand milieu, nous faisons systématiquement appel à un ami local pour nous guider. C’est pour nous une évidence, nous connaissons le site, certes nous l’avons déjà pratiqué, mais l’avantage du guide est qu’il connait la tendance actuelle et le positionnement des poissons, c’est un gain de temps immense. C’est avec notre ami Benoît Degraux du Team Shimano que nous découvrons et redécouvrons chaque fois cet immense milieu. La recherche s’oriente surtout sur le sandre et la perche, mais il n’est pas rare de tomber sur un joli brochet, attention les dents coupantes ! Pourquoi choisir la pêche des percidés, tout simplement pour la beauté et la taille des jolies perches, et les sandres pour le plaisir des  nombreuses touches à vous arracher la canne des mains en verticale. En Hollande, notre pêche est orientée vers les poissons que nous ne croisons pas régulièrement en France et l’option brochet est volontairement mise de côté.

Pêche des carnassiers en Hollande
Une belle présentation au bon endroit en verticale, pendu !

Pélagique et poissons records

Une technique totalement à part, mais qui sélectionne les très gros poissons. La pêche est une pêche très particulière où le pêcheur devient chasseur. C’est d’abord l’électronique et le sondeur qui fait le job. Actuellement c’est Garmin qui a pris de l’avance avec sa sonde panoptix liveScope. Il s’agit d’une pêche en déplacement au moteur thermique, le pêcheur localise le poisson au sondeur, se repositionne au-dessus. Il descend son leurre, un finesse d’environ 25cm plombé à au moins 50 g pour une descente rapide et verticale. Un mètre au-dessus de la cible, le pêcheur bloque son leurre. Observation à l’écho de la réaction du carnassier, celui-ci peut monter intercepter cet intrus, ou simplement s’y coller, dans ce cas 2 tours de moulinets, attente, une petite vibration, si le carnassier s’en détourne on cherche le suivant. Sinon c’est une touche ultra violente. Tête de ligne titane ou fluoro 80 centièmes corps de ligne tresse de 20. J’ai testé pour voir, c’est impressionnant on croirait une simulation jusqu’au moment de prendre la touche qui vous arrache la canne des mains! Mais c’est une pêche individualiste qui ne permet pas aux autres pêcheurs de pêcher.
Une nouvelle variante arrive en Hollande avec la pêche pélagique de nuit, quand certains sortent de l’eau d’autres arrivent seulement. Leurs résultats sont impressionnants avec de très nombreux sandres métrés et une multitude de brochets entre 115cm et 130cm, de quoi réfléchir sur le mode d’alimentation du brochet de nuit.

Brochets hollandais

La population y est bien présente avec des spécimens de taille impressionnante, les poissons sont jeunes en pleine forme et ont un grossissement très rapide suite à la profusion de nourriture et la présence d’espèces marines. Attention les dents sont très tranchantes et il ne faut pas finasser sur les bas de ligne sous peine de se faire couper. Sur un séjour d’une semaine il n’est pas rare de se voir attelé à plusieurs brochets de 115 cm, avec des poissons de 120 cm bien gras. Contrairement aux lacs alpins où l’on rencontre ce genre spécimen et où il faut pêcher creux, ici les poissons sont sur des zones relativement peu profondes. En règle générale et jusqu’à l’hiver on va les rencontrer sur des zones d’herbiers et les plateaux dans des profondeurs allant de 1 à 4 mètres. La touche peut se produire à tout moment, au-dessus de l’herbier sous la surface avec un moment d’intense en émotion, à la sortie des herbiers au niveau de la cassure, ou au bateau… Cette pêche peu profonde n’a pas échappé aux pêcheurs à la mouche, une réelle aubaine pour eux. Pour ce qui est de la pêche aux leurres,  2 leurres se démarquent les Rapala Otus, Rapala Peto, n’hésitez pas à leur ajouter 10g de plomb au nez en fonction des conditions.

Sandres et Perches en Hollande

Voici mes deux poissons favoris en Hollande ! Je ne pêche pas pour prendre le poisson le plus grand, mais pour le plaisir de leurrer un poisson et de provoquer la touche. Dans le monde de la pêche deux styles de pêcheurs s’opposent, il y a celui qui ne recherche que les poissons trophées et celui qui prend plaisir à chaque touche. La pêche reste pour moi un sport contrairement à ce que certains pensent et réussir à provoquer la touche est un vrai plaisir.
Malgré la pêche professionnelle présente sur les eaux hollandaises, les populations de percidés restent bien présentes. Elles s’en porteraient tellement mieux s’il n’y avait pas ces pillards. Les perches ont une taille moyenne de 30 cm avec des spécimens dépassant largement les 50 cm, pour les sandres la taille moyenne est entre 60-70 cm, mais les métrés ne sont pas rares bien qu’ils nécessitent une approche spécifique.

Pêche des carnassiers en Hollande
Un petit sandre, il aura craqué pour un shad 10cm naturel

Approche de printemps

En fonction des températures et de la reproduction qui a eu lieu, il y a peu de temps, pour les sandres et perches, ces derniers ne sont pas encore fixés sur les postes. Les perches peuvent carrément disparaître pendant plusieurs semaines, les échanges entre pêcheurs montrent que plus personne ne les croise, elles semblent avoir disparu. C’est fou, mais elles réapparaissent plus tard dans la saison. Ce phénomène est bizarre et peu de pêcheurs ont trouvé la solution. Pour les sandres, ils évoluent dans les profondeurs entre 3 et 7 mètres avec tantôt des postes qui donnent certains jours, puis le lendemain plus rien. A ce petit jeu la connaissance précise du terrain est primordiale, l’électronique apporte aussi un réel plus. La présence du guide permet de passer de capot ou 1 poisson à 6 poissons par pêcheur avec des touches ratées ou inferrables dans les conditions difficiles. C’est  en se confrontant aux autres pêcheurs que l’on se rend compte de tout le savoir-faire d’un excellent guide de pêche.
Les brochets réservent eux, un peu moins de surprise. Ils se sont rapprochés des bordures à l’affût de la fraie des poissons blancs. Les herbiers et la première cassure sont des valeurs sûres.

Approche d’été

Il faut impérativement jouer la carte des herbiers, aussi surprenant que cela puisse paraître tout le monde se met à l’ombre, les brochets, les sandres et les perches ont élu domicile à l’ombre. Pour les solliciter les meilleures armes sont : le spinnerbait, le lipless monté avec hameçons simples, les leurres souples avec un montage texan.
A ce petit jeu de pêche rapide, il ne sera pas rare d’alterner entre les espèces capturées, un bas de ligne acier souple ou titane est fortement recommandé pour ne pas se faire couper.
Les sandres peuvent également se trouver tout comme les perches un peu plus profonds  en poste sur des structures, à proximité du chenal avec le passage des gros bateaux qui oxygènent l’eau.

Approche d’automne

Tout le monde a repris des forces et festoie encore, c’est un super moment pour  se faire plaisir et avoir de nombreuses touches avec de jolis poissons. Le début de l’automne est un excellent moment pour les pêches de réaction, perches et sandres répondent très bien sur les pêches au jigs métal ou au Rapala jigging rap qui n’a pas son pareil pour mettre le feu dans un banc de perches et déclencher la touche des sandres. La lame métallique donne également de très bons résultats. Pour les leurres souples, la pêche en linéaire au shad 10 cm avec des têtes football entre 15 et 21g fonctionne très bien sur les sandres et perches qu’il faudra commencer à rechercher un peu plus creux en fin d’automne au niveau de la cassure. Avec le brochet il faudra privilégier les sorties de zones d’herbiers qui se décomposent.

Approche d’hiver

La température a baissé, les poissons vont se localiser dans leur zone de confort et proche du garde-manger, la connaissance parfaite du terrain de jeu permet de se rendre rapidement sur les bonnes zones, reste ensuite à valider au sondeur la présence du poisson fourrage et des carnassiers autour. Certains jours les leurres ne fonctionneront pas et seuls les appâts naturels feront la différence, un poisson mort présenté sur un fireball ou un montage tirette sera l’unique solution pour provoquer la touche. Attention, la pêche au vif est interdite sanction immédiate !

La Hollande est un pays qui par ses étendues d’eau fait rêver,  ses pêcheurs sont largement en avance sur la pêche en France. Ils nous ont enseigné la verticale, nous ont démontré que pêcher léger n’est pas l’unique solution. Pour la pêche du brochet, comme les pays scandinaves les leurres de grandes tailles sont arrivés bien avant chez eux. Actuellement pour la pêche du sandre ils ne jurent que par le finesse et utilisent des leurres de 20 cm, ce qui a de quoi faire réfléchir quand on voit l’efficacité que cela peut avoir, peut-être devrait-on essayer…

La Hollande est un pays extraordinaire pour la pêche, le temps change très vite,  comme toujours il y a des jours avec et des jours sans, mais bien accompagné par un guide ou un local on arrivera toujours à sortir son épingle du jeu !

Pêche des carnassiers en Hollande
Tout paraît si simple avec une telle densité de poisson, que l’apprentissage se fait beaucoup plus vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer