Pêche du brochet au leurre suspending : pour faire la différence

Depuis une dizaine d’années, dans les pêches du brochet les pêcheurs ne jurent exclusivement que par les leurres souples. Se limiter, c’est passer à côté d’un vrai potentiel de pêche. Dans de nombreux cas, les leurres durs peuvent réellement être plus efficaces que les souples en conditions difficiles.

Les premiers mois de la saison 2016 ont permis de recadrer un peu les pêcheurs qui pensaient que toutes les conditions pouvaient être couvertes par les leurres souples… Et bien non, Il fallait pêcher avec des leurres durs pour avoir des touches et seulement avec une seule classe de durs, les poissons nageurs. Que représentent ces leurres pour le brochet et comment sont-ils capables d’enclencher l’agressivité de poissons aphasiques ?

 

Différence notable

Par définition, les souples possèdent un mouvement d’oscillation plus ou moins rapide et répétitif lorsque nous les ramenons mais dès que nous stoppons notre moulinet, ils nagent vers le fond tirés par leur poids. Pour les durs, en dehors des lipless et sinking, il n’en est rien, hormis une nage typée et dictée par leur forme et leur bavette, ils sont capables de pêcher dans une même couche d’eau. Les poissons nageurs qui possèdent cette aptitude sont les suspending. Cette capacité permet de pêcher à l’arrêt et de solliciter des poissons en restant dans la phase d’eau dans laquelle ils sont immergés. L’avantage que nous devinons est de pouvoir traquer les brochets sur des zones où généralement ils sont en repos.

Pêche du brochet aux leurres suspending
Brochet pris avec un SquadMinnow 95.

Zone de repos

Un tel endroit pour le brochet est une partie du plan d’eau ou du fleuve dans laquelle celui-ci se sent en sécurité. Il apparaît que cette zone doit posséder au moins une structure qui permette au poisson de s’abriter ou de se camoufler. Toute intrusion dans le périmètre du poisson sera considérée comme passible de peine capitale et encore plus pour un leurre qui viendrait se fixer sans bouger devant lui !

 

Description

Ce qu’il faut retenir de ces poissons nageurs, c’est qu’ils doivent être utilisés sans agrafe, juste un nœud, pour ne pas modifier leur action. Les suspending sont mis au point sur le principe de se maintenir dans une hauteur d’eau qui présente la même densité qu’eux. Dans une eau claire, ils s’immergent jusqu’à leur équilibre de densité alors que dans une eau chargée, ils descendent moins profond. La majorité de ces leurres évoluent dans une hauteur d’eau comprise entre 0 et 4 mètres maximum et pour le brochet, nous utilisons des modèles de 8 à 20 cm de longueur.

Pêche du brochet aux leurres suspending
Le casting est un équipement particulièrement adapté.

Utilisation

Après avoir repéré une zone de pêche qui nous semble intéressante à prospecter, nous déterminerons la profondeur de nage de notre leurre pour passer au plus près du poisson sans se mettre à son niveau mais juste au dessus. Nous pouvons facilement dire que si nous pêchons 2 mètres d’eau, il nous faut utiliser un poisson nageur qui descend dans 1,5 mètre. Pour bien l’animer, nous utiliserons indépendamment une canne spinning ou casting, c’est une histoire de goût et d’habitude mais ce qui est important, c’est de choisir une canne légère qui permette de twitcher les leurres de façon efficace et d’appuyer les ferrages, c’est le cas pour des cannes de puissance 10-40 ou 10-60g et de longueur de 6 à 6,6 pieds.

La mise en action du leurre se fait en une immersion rapide en ramenant puis lorsque le leurre est pressenti à la bonne hauteur, il suffit de mouliner sur une courte distance puis de le twitcher une ou deux fois, mouliner l’excédent du fil et de faire une pause plus ou moins longue, de l’ordre de 5 à 30 secondes puis nous recommençons et ainsi de suite. Le plus dur est de trouver combien de temps doit faire la pause pour tenter un brochet car c’est elle qui va décider l’attaque !

Schématiquement, nous résumons ainsi : Avancée -> fuite -> fuite –> pause où mouliner –> twitch –> twitch -> stop

 

Les coloris et les sonorités

Selon la luminosité, les poissons de fourrage existants et la couleur de l’eau, il nous faut de nombreux coloris neutres, flashy et miroitants pour proposer ce qui incitera le brochet à se saisir de notre leurre. Notons que le plus important est de déranger par notre présence, et en complément des teintes à posséder, nous pouvons choisir nos suspending avec des billes internes. L’avantage des billes bruiteuses est qu’elles excèdent le poisson et permettent de déclencher une attaque. Nous choisirons des billes métalliques, acier ou tungstène, correspondant aux sonorités intéressantes pour la traque du brochet. Attention à ne pas les utiliser en premier lieu, attendons de pêcher avec des leurres silencieux d’abord pour ensuite passer sur des leurres plus « agressifs ».

 

Finalité

Lorsque les conditions de pêche sont difficiles, rien n’est plus important que d’avoir des stratégies de pêche et techniquement, les leurres suspending ont tout à fait leur place dans ce cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
11 Partages
Partagez11
Tweetez
Email