Pêche de bordure en stalking : la pêche au coup différemment

En plein cœur de l’été, les poissons sont comme nous, ils se mettent à l’ombre ! Alors rien de tel qu’une petite partie de stalking au frais, sous les frondaisons, pour fuir les grosses chaleurs estivales…

 L’observation est un des paramètres pour une partie de pêche réussie. Il peut en effet être plus efficace de pêcher les carpes là où elles se trouvent, plutôt que d’amorcer massivement un spot en attendant l’hypothétique passage d’un banc de carpes qui ne viendra peut être jamais. En observant les bordures, il est possible de détecter la présence des carpes assez facilement, particulièrement s’il s’agit d’une bordure peu profonde. Elles trahissent leur présence par des chapelets de bulles qui remontent à la surface, une queue qui sort de l’eau, des roseaux qui bougent, des sauts… Le stalking est une pêche où l’observation permet de gagner du temps pour repérer les poissons et ainsi augmenter ses chances de ferrer une ou deux carpes sur une pêche rapide de quelques heures. En été, nos chères compagnes de jeu affectionnent les zones ombragées telles qu’un massif de saules immergés, un banc de nénuphars ou une haie d’arbres en bordure. La technique de base consiste à arpenter une bordure en amorçant plusieurs spots prometteurs.

 

Pêche au coup en stalking
Une superbe pépite en bordure !

Un amorçage même en stalking

Pour une partie de pêche d’une demi-journée, il faut amorcer au moins trois spots différents en essayant de varier la typologie des postes en termes notamment de profondeur d’eau ou du type de végétation présente afin de mettre un maximum de chances de son côté.

Concernant l’amorçage, pour rester dans le concept de pêche rapide, il s’agit de voyager léger avec une ou deux boîtes d’appâts remplies d’un mélange facile à préparer et qui travaille vite. Des pellets de différents diamètres très riches en protéines et très huileux constituent une bonne base à laquelle on peut rajouter du baby-corn et du maïs doux. Pour les pellets, un mélange de 3 et 5mm est intéressant parce que les plus petits diamètres vont occuper les carpes plus longtemps sur le coup en les obligeant à fouiller le substrat pour aspirer ces micro-pellets. Ensuite, la présence de pellets de 10mm, de baby-corn et de maïs doux offre un menu varié aux poissons et donne trois possibilités pour l’eschage. Il s’agit donc d’un mélange très facile à préparer, à transporter et à utiliser au bord de l’eau. L’amorçage se fait à la main, deux ou trois grosses poignées par spot pour commencer et ensuite, on suit l’activité sur les différents coups avant de pêcher. Dès que les carpes rentrent sur l’amorçage, on voit les pellets « pétiller », des bulles qui remontent à la surface et parfois même la queue des carpes qui sort de l’eau sur les postes les moins profonds. L’action de pêche consiste à passer d’un poste à l’autre en fonction de l’activité des poissons et lançant une ou deux poignées du mélange après chaque prise.

Pêche au coup en stalking
Des combats musclés.

Le matériel pour le stalking

Pour une pêche en stalking réussie, le matériel doit être optimisé afin de voyager léger. Dans une main, le tapis de réception permet de transporter les boîtes d’appâts ainsi qu’une boîte avec le petit matériel nécessaire aux montages (fil, flotteurs, plombs, bas de ligne, coupe fil…). Dans l’autre main, une canne montée et une épuisette. Le principe est que l’on doit pouvoir transporter tout le matériel nécessaire en une seule fois, sans sacrifier ni au confort de pêche, ni au confort du poisson. Qui dit pêche de bordure, dit obstacle et donc pêche forte… La canne et le montage doivent être dimensionnés pour extirper les carpes des différents pièges présents sur les spots de pêche. Une solide canne de 4m comme la Shimano Beastmaster margin extreme, montée avec un élastique plein doublé et torsadé à la base constitue un ensemble très puissant qui va brider fortement les prises. L’élastique plein doublé constitue un compromis intéressant entre l’élastique plein simple et l’élastique creux en offrant plus de souplesse qu’un simple plein au départ pour éviter les décroches, mais avec beaucoup plus de puissance derrière qu’un creux, qui ne permet pas de brider le poisson à proximité des obstacles.

Pêche au coup en stalking
Un matériel léger pour une pêche itinérante.

L’approche est très importante car il s’agit de s’attaquer à des poissons très méfiants, à courte distance, qui évoluent parfois dans moins de cinquante centimètres d’eau… Il faut privilégier une tenue sombre ou « camou » pour passer inaperçu, une paire de lunettes polarisantes qui aide à voir ce qui se passe sous l’eau et une démarche de sioux ! L’action de pêche est assez sportive compte tenu de la présence des obstacles, mais surtout de la faible profondeur d’eau qui oblige les carpes à partir tout droit pour des rushs à arracher la canne des mains ! Dans ce cas là, c’est l’été, il ne faut pas hésiter à se mouiller pour suivre les carpes dans l’eau lors d’un rush un peu trop appuyé qui conduirait immanquablement à la casse ou à la décroche. Cette approche itinérante, légère,  est particulièrement adaptée à la recherche des carpes en bordure pour des parties de pêche estivales, à l’ombre et les pieds dans l’eau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
Partagez
Tweetez
Email