Parcours No-Kill : quels résultats pour la pêche et les poissons?

Par Fabrice Lemordant

Les parcours no-kill se généralisent dans toute la France mais sont-ils l’avenir de la pêche ? Obtient-on les résultats escomptés ? Petit point à partir de parcours déjà existants.

Pourquoi pratiquer le No-Kill?

De plus en plus de parcours no-kill ont vu le jour un peu partout en France. Que ce soit pour la carpe, la truite ou en seconde catégorie pour l’ensemble des carnassiers. Le but est simple : Attraper du poisson et le remettre à l’eau dans les meilleures conditions. Souvent accompagnés de restrictions comme les ardillons écrasés et des hameçons simples afin de blesser le moins possible les poissons. En effet, une partie de plus en plus importante de la population de pêcheurs n’est plus guidée par ce besoin ancestral de nourrir la famille et de remplir le congélateur. On veut pêcher pour le plaisir et prendre du poisson et du beau si possible ! Et comme ce qui est pris n’est plus à prendre, autant ne pas le garder. Après tout, si je le retrouve dans un an ou deux ans, il sera plus gros. Il se sera même reproduit !

Alors ça fonctionne ou pas les parcours no-kill ?

Je pêche régulièrement sur 4 parcours no-kill, qui le sont depuis 3 à 5 ans. Il y a un parcours sur une grande rivière canalisée et navigable de centre-ville, un plan d’eau d’une dizaine d’hectares, un petit plan d’eau non fermé d’une petite rivière et un ruisseau à truites. Après des débuts euphoriques les 2 premières années, aidés dans le petit plan d’eau et la rivière de centre-ville par des alevinages de poissons maillés, force est de constater que le soufflet est retombé. Et parfois assez brutalement. Actuellement aucun de ses parcours n’est plus productif qu’une rivière ou un plan d’eau basique soumis aux prélèvements.

Parcours No-kill
Si en plus le parcours est beau…

Des hypothèses

Cela n’a pas de sens. Pourquoi dans des endroits où les poissons sont remis la réussite n’est plus au rendez-vous ? Certes des poissons déjà leurrés peuvent s’éduquer mais à ce point ? Cela signifierait que les carnassiers seraient plus malins que les carpes par exemple ? En effet, les frères Mahin, carpistes reconnus depuis des années, avaient constaté qu’ils prenaient parfois certains poissons plus d’une trentaine de fois sur une année !

Une des premières raisons que l’on peut avancer est l’armement utilisé pour pêcher le carnassier. Au mieux des têtes plombées avec des hameçons assez gros et au pire deux hameçons triples. Ce n’est pas le même traumatisme pour le poisson qu’un hameçon simple. Et puis ne nous leurrons pas (C’est sûr, il vaut mieux leurrer les poissons…), l’ardillon est rarement écrasé. Certains poissons ne se remettent vraisemblablement pas de leur prise… Quelle proportion ? Difficile à dire… La pression de pêche étant très importante sur ces parcours (4 ou 5 fois plus qu’un parcours classique), cela multiplie les prises et donc la mortalité.

Et vous qu’en pensez-vous? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires, il est toujours bon d’échanger ses différentes expériences sur le terrain.

Fabrice Lemordant

Lecteur du magazine 1max2peche, il est désormais contributeur à travers quelques articles où il partage sa vision de la pêche.

11 commentaires

  1. je suis a la peche environs quatre jours par semaine je suis d,accord pour le no,kill mais ou va l,argent des permis et autre très peut de travail de la part des federations pas de poissons ,ou peut pas de mise a l,eau ,les rives dans un état deplorable ,alors personnes ne le sites revues et autres

  2. Ne pas pêcher de poissons, ne veut en aucun cas signifier qu’il n’y ont a plus.
    La pression de pêche peuvent les faire évoluer dans leur façon de consommer(nuit,changement de régime alimentaire,etc…)
    Ce qui serai intéressant ça serai le résultat de pêche électrique.
    De plus un nokill sans réel gestion derrière n’a rien de bénéfique.
    Je m’explique:
    Lors de surpopulation dans un endroit donnés, les carnassier ne peuvent grandir .
    De ceci entraîne un prolifération des maladies et la mort pour une certaines espèces.
    Avez-vous essayez de pêcher autrement?

    1. pas mal de pecheurs pechent de plus en plus fin ce qui prolonge le combat et ne permet pas de relacher le poisson dans des conditions optimum. C’est d’autant plus grave que c’est pareil pour les concours carnassiers en etang ou les organisateurs et sponsors vantent le no-kill sur le concour et quelques jours apres des brochets sont retrouves mort sur les berges…

  3. bonjour,

    pratiquant le nokill, je suis certain que quelques poissons ne s’en remettent pas. mais le problème principal des parcours nokill c’est les viandard qui savent qu’il y a du poissons et pas de gardes pèches. garde pèche non présent, je suis au bords de l’eau 4-5 fois par semaine j’ai croisé le garde 1 fois a l’ouverture.
    et sur les parcours nokill les appma ne rempoissonne pas car normalement le poissons reste. c’est pour cela qu’il n’y a pas plus de poisson. par contre en pratiquant le nokill sur l’ensemble de mes parcours, je retrouve mes poisson relâchés. (en comparant les photos une fois rentré)

  4. Les parcours no-kill peuvent être un complément à une bonne gestion du milieu.
    Ils ne doivent pas venir combler un déficit de gestion (hydro-morphologique , restuaration de la continuité écologique … ).
    Par contre ce que je ne supporte pas, bien que pêcheur à la mouche, c’est les no kill spécifique à la pêche à la mouche, je trouve ça trop élitiste et cela constitue une ségrégation par rapport aux autres pêcheurs.

    Un super parcours multi technique no kil par exemple: la Bienne sur sa partie aval dans le Jura!

  5. Bonjour,
    je suis pêcheur en eau douce et mer,je ne pêche quand no-kill même en mer pour moi la pêche est avant tous un moment de plaisir ,que ce soit carpe,sandre,gardon ou bar il nous donnes de l’adrénaline des la touche et de super combat alors pourquoi leur ôter la vie.
    De plus je me dit que les futur jeunes pêcheur seront heureux de retrouver se poisson dans les années avenir.
    Je suis aussi commerçant en articles de pêche est des-que j’ai la possibilité de faire transmettre le no-kill à un client je le fait volontiers.
    Je vois que vous parler du prix des cartes de pêche ,il est vrai que cela est un budget ,l’argent sert à construire des frayère,aménager les bord de rive,contrôlé les eaux,etc…
    Je peux vous dire que les AAPPMA et fédération ne gagne vraiment pas grand chose sur les permis de pêche ,il y a plus de volontariat qu’autre chose,ils sont la pour partagé avec nous cette grande passion.

  6. Bonjour,
    J’adore la carpe et d’autres poissons d’eau douce, j’ai des cahiers de recettes des trois générations…et on n’en trouve pas facilement à acheter en France. J’en ai acheté une fois à Auchan une énorme carpe de Pologne je crois, mais elle était d’élevage, bizarre et pleine de graisse… Rien à voir avec un vrai beau poisson musclé en liberté.
    Où est-ce qu’on peut pêcher en IdF, sans ‘no-kill’ (qui veut dire juste blesser pour rien, une sorte de corrida finalement;))
    Merci!

  7. raz le bol des nokill et de ces intégristes de la peche ces donneurs de leçon attaquez vous au vrais problemes POLLUTION Pompage a outrance l’été .La loue a été mis en nokill cette année suite maladie et forte mortalité ce n’ai pas le nokil lqui va soigner les truites.J’en ai marre de ces moucheurs qui se réservent les meilleurs parcours et laissent le moins bon aux autres et je suis moucheur mais quand la riviere ne se prete pas a la mouche je peche au toc vous allez dire je ne suis pas un puriste bien sur.Vous etes en train de tuer le loisir peche Rendez vous dans10 ans pour les cartes de peche.Merci

  8. bonjour
    avec beaucoup de retard je relance ce sujet en apportant mes témoignages
    Tout d’abord voisin d’une des très nombreuses rivières et ruisseau de ma commune, j’ai constaté que le nombre de pécheur est insignifiant.La quantité de truite dans ces ruisseaux n’a pas du tout augmenté(c’est mème le contraire), et il n’y a pas du tout de braconnage.
    En revanche, les ruisseaux resté en pèche normale, on vu une affluence record de pécheurs, et comme les berges de ces ruisseaux ne sont pas entretenu, tous les pécheurs sont obligés de passer dans l’eau, et je pense que cela est source de beaucoup de problèmes
    amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
52 Partages
Partagez52
Tweetez
Email