Mérou, poisson solitaire qui recolonise la Méditerranée

Le mot mérou vient de l’espagnol « mero » dont la traduction veut dire seul, ce qui serait en rapport avec son comportement assez solitaire et peu farouche. Néanmoins, le terme « mérou » regroupe plusieurs dizaines d’espèces distinctes, dont la plus commune est le mérou brun (Epinephelus marginatus). A ce titre, le mérou brun est un poisson emblématique des côtes méditerranéennes.

Caractéristiques du mérou

  • Poids moyen: 15 kg
  • Taille moyenne: 80 cm
  • Durée de vie :  40 à 50 ans

Il a un aspect facilement reconnaissable avec son corps massif, sa tête imposante, parfois tachetée de jaune, sa bouche est épaisse, largement fendue. Il possède une coloration gris-brun rougeâtre, plutôt foncée avec des taches blanches transversales sur le dos. Sa queue arrondie possède également un liseré blanc. Ses deux yeux sont rapprochés sur le devant de la tête, ce qui lui donne une vision binoculaire, comme les humains, contrairement à la majorité des poissons où le champ de vision des deux yeux ne se recoupe pas. Vivant généralement en solitaire, il occupe des caches dans les roches, les anfractuosités, les fonds rocailleux, sableux et les épaves entre 10 et 100 mètres de profondeur.

Le mérou change de sexe en grandissant. Hermaphrodite le mérou noir est femelle lorsqu’il est jeune et à partir d’une certaine taille et d’un certain âge (10/12 ans) il devient mâle pour se reproduire dès qu’il atteint 80 cm. Il existe néanmoins des exceptions puisque des pêcheurs ont ramené des mérous de 20 kilos qui étaient toujours femelles. Le mérou se nourrit essentiellement de poissons, de crustacés et de céphalopodes (seiches, poulpes etc.). C’est un poisson apprécié des plongeurs, car il n’est pas craintif, ni agressif, et se laisse approcher facilement.

Sa répartition se situe de l’Atlantique depuis le sud-ouest de la Grande Bretagne jusqu’en Afrique du Sud… Le mérou est considéré comme un indicateur de l’écosystème marin et il faisait l’objet d’une forte pression de la pêche industrielle et des plongeurs, notamment en Méditerranée. En France, il est protégé par un moratoire reconductible depuis 1993 et désormais la pêche du mérou est interdite en France. Dans le département français de Guyane, le record officiel est de 78 kilos (Epinephelus itajara). Le mérou « Thiof » serait en voie d’extinction au Sénégal.

Certaines espèces de mérous peuvent mesurer jusqu’à 2,6 mètres pour 400 kilos.

 

Autres articles intéressants

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer