Nouveau magazine de pêche 1max2peche #23 | Septembre 2017

Magazine de pêche 1max2peche #23bouton-site-ordinateur bouton-site-google bouton-site-apple

Merci qui ? Merci papy Marcel !

Il parait que ça ose tout et que c’est même à cela qu’on les reconnait, alors je me permets un deuxième clin d’œil après celui fait précédemment au chanteur Carlos, mélange des genres quand tu nous tiens ! L’humeur est taquine, la joie et la bonne humeur sont l’essence même de ce magazine, toute l’équipe est d’ailleurs tout aussi positive et enthousiaste que moi, pour ces mois, passés et à venir, dans l’aventure 1max2peche… mais aujourd’hui reste un jour particulier.

Il est désormais 8h54, en plein milieu du bouclage de ce numéro 23 et voilà 90 minutes que je viens d’apprendre que la mort a donné rendez-vous à mon aïeul en ce jour, lui qui avait su lui fausser compagnie dès son plus jeune âge. Je m’étais promis de lui rendre hommage à son départ, me voilà les yeux embués devant cet édito que je n’avais pas envie d’écrire. Si vous êtes plusieurs milliers de lecteurs à apprécier 1max2peche, c’est un peu grâce à lui. Lui qui m’a transmis le virus de la pêche. Lui qui venait me chercher à 5h du matin pour faire des parties de pêches au blé mémorables dans la darse sud de Mâcon, à savoir me faire apprécier tout autant le lever de la brume au petit matin que la capture des poissons. Lui qui s’était appliqué à me confectionner un classeur des meilleurs articles du magazine La Pêche et les Poissons. Lui qui avait cédé à mes caprices d’enfant lorsqu’il m’a ramené au bord de l’eau pour relâcher ma première carpe que je ne voulais finalement pas voir mourir dans l’évier de la maison avec les autres prises de la matinée. Comment ne voulez-vous pas devenir accroc à la pêche lorsque vous apprenez avec quelqu’un comme cela ? Vous aussi vous avez certainement votre « Papy Marcel » à vous.

J’ai eu la chance de pouvoir le remercier pour cela, mon seul regret aura été de ne pas avoir pris le temps de faire une dernière belle pêche en sa compagnie pour lui rendre la pareille, il y a quelques années, quand la santé et la mobilité ne lui faisait pas encore trop défaut. Alors, le moment venu, j’espère pouvoir être aussi doué que lui dans la transmission de ma passion et ainsi faire perdurer ce plaisir de la pêche de générations en générations. Si je partage avec vous ce moment un peu triste, c’est pour que vous preniez le temps de remercier ces personnes qui ont su partager avec vous leur passion de la pêche. N’attendez surtout pas qu’il soit trop tard, et filez pêcher avec eux pendant que c’est possible !  Je le voyais immortel et repoussait sans cesse le moment car trop occupé dans ma vie et c’est bien là mon seul regret, alors ne faites pas la même erreur.

PS pour papy : Merci pour tout, pour tes coups de gueule, pour ton aversion de l’injustice, pour le goût du travail, et surtout pour ce caractère « Juillard » bien trempé qui nous obstine à ne jamais baisser les bras. Ah oui j’oubliais… Tu te souviens que tu avais tendance à égarer bouchons et plombs lorsque l’on pêchait ensemble ? Et bien c’est moi qui les cachait dans ma boite de pêche, mais je suis certain que tu le savais déjà !

 

Ne manquez plus la parution d'un nouvel article !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *