Ma vision de la pêche et quelques propositions d’améliorations

Attention, ceci est un avis strictement personnel et je sais d’avance qu’il ne plaira pas à tous le monde voir même qu’il ne plaira à personne dans son intégralité! Devant les débats provoqués par l’annonce du projet de la nouvelle loi sur l’eau pour 2015, j’y vais également de ma petite touche personnel pour vous faire partager mon point de vue, l’expliquer et peut-être même vous convaincre. Un point de vue personnel qui prend en compte les pêcheurs de tous horizons que je côtoie intensivement depuis près de 7 ans maintenant.

 

La pêche en général

Alors globalement, je suis pour une ouverture générale tout au long de l’année. Pourquoi? Plus on pourra pêcher, mieux ce sera pour tout le monde. C’est aussi un bien car adapter des réglementations dans chaque département, c’est vraiment la foire. Au final, on ne sait jamais où et quand il faut pêcher et cela ne rime à rien d’autant plus que les lacs privés ne se gênent pas pour rester ouverts. Pourquoi en vouloir aux lacs privés? Ils drainent de plus en plus de pêcheurs vers leurs centres, qui prennent de moins en moins de cartes de pêche, ce qui affaiblit de plus en plus les fédérations et leurs investissements sur le terrain. Certains de ces privés, je dis bien certains, sont tentés d’empoissonner massivement, quitte à avoir une population surdimensionnée pour offrir du poisson aux pêcheurs. Cela finit tôt ou tard dans des dérives avec des empoissonnements illégaux de poissons provenant du domaine public. Voilà quelques règles qui me semblerait de bon sens :

  • Interdire les pêcheurs professionnels de transporter des poissons vivants (qui les revendent à des pisciculteurs peu scrupuleux par la suite, pour les revendre « blanchis » dans des centres de pêche privés)
  • Imposer les mêmes limitations (mailles, périodes d’ouverture, zones, interdictions) aux pêcheurs professionnels
  • Limiter les populations de poissons dans les centres privés, avec un nombre maximum de kilos par hectares. (Concurrence déloyale du domaine publique, mais difficile à mettre en place)
  • Ouvrir tout au long de l’année toutes les pêches et protéger les poissons lors du frai. (Pêcher quand on le veut du moment que l’on ne dérange pas le poisson lors de sa reproduction)
  • Avoir la possibilité de pêcher tout le domaine publique de France avec une même et une seule carte, laissant la possibilité d’acheter des droits de pêche sur des parcours privés. (Faire simple pour le néophyte)
  • Mettre en place un numéro de téléphone, au pire une messagerie, permettant d’alerter les autorités pour tous les actes de pêche illégaux (Il n’y aura jamais assez de gardes pour surveiller, il faut de l’auto-régulation entre pêcheurs)
  • Monter le tarif de la carte de pêche à 100€ pour permettre de financer plus de contrôle de garderie. 100€ représente une certaine somme, mais comparée à d’autres activités, ce n’est franchement pas un gros effort. (Voir les prix d’une licence de foot, de basket, de sport auto, etc…)
  • Généraliser la pratique du catch&release et instaurer des quotas ou des bagues comme il se fait dans la chasse. Instaurer également des mailles et mailles inversées pour toutes les espèces, pour que nos grands spécimens ne finissent pas au four s’ils rencontrent un jour un pêcheur qui ne pratique pas le no-kill. L’idée est d’empêcher certains de remplir les congélateurs, tout en sachant que les bracos puristes s’en cogneront royalement, il n’y a rien à faire légalement contre eux si ce n’est le fait de les prendre en flagrant délit.

 

La pêche de la carpe

vision-peche-03
Avoir le droit de pêcher la nuit où bon nous semble.

Concernant la pêche de la carpe, si j’avais la possibilité de la faire évoluer, je serais tenter de donner pour reprendre. Les pêcheurs de carpe veulent pêcher la nuit, l’activité nocturne du poisson est un argument plus que recevable, et devoir remonter les cannes durant la nuit en pratiquant cette pêche d’attente, c’est carrément frustrant, surtout lorsque l’on sait que le pêcheur ne va pas déranger grand monde la nuit. Les pêcheurs de carpes n’étant pas tous (comme toutes les autres catégories de pêcheurs) irréprochables, il faudrait instaurer des zones de bivouac pour pêcher de nuit, où l’on pourrait se servir de tentes, allumer un barbecue, etc… En dehors de ces zones qui pourraient être les zones actuelles, la pêche de nuit peut être tolérée si le pêcheur n’emploie pas de tapis de sol, qu’il ne dégrade pas la nature par sa présence et qu’il est discret. Cela permettrait d’avoir des zones de pêche de nuit bien définies pour les pêcheurs « sociaux », et laisser la possibilité aux puristes de pêcher discrètement et tranquillement s’ils le souhaitent, ce qui est le cas actuel, mais ils le font dans l’illégalité. En contrepartie, ayant la possibilité de pêcher pratiquement 2 fois plus que les autres pêcheurs, la pratique de la pêche de nuit serait soumise à un timbre supplémentaire du même montant que le prix de la carte. S’il n’en a pas les moyens, il pêche de jour seulement, cela ne change rien pour lui. Deuxième contrepartie, limiter la pêche à 3 cannes par personnes. Cela permettrait de faire baisser un peu la pression de pêche, 3 cannes c’est déjà largement suffisant pour pêcher correctement. Il faudrait également limiter la distance de pêche à une distance à portée de canne, les postes éloignés étant pêchés directement depuis une embarcation comme c’est le cas dans les autres pêches, cela développerait un autre type de pêche pour la carpe et un nouveau marché, tant en permettant une bonne cohabitation entre les usagers.

  • Utiliser les zones de pêche de nuit actuelles comme des zones de bivouac
  • Tolérer la pêche de nuit partout ailleurs sous condition de discrétion et de respect de la nature (pas de tapis de sol, pas de feux, pas de campements de grande ampleur)
  • Instaurer un timbre « Pêche de nuit » pour ceux qui veulent pratiquer la pêche de nuit
  • Limiter tous les pêcheurs à 3 cannes pour faire redescendre la pression de pêche, pour les poissons et aussi autres pêcheurs
  • Limiter la distance de pêche à une distance de canne

 

 

La pêche du carnassier

Pouvoir pêcher toute l'année
Pouvoir pêcher toute l’année

La réglementation a besoin de largement évoluer pour coller au mieux aux besoins des poissons et des pêcheurs. On se retrouve à l’heure actuelle avec des périodes d’ouvertures du carnassier qui correspondent aux périodes de frai du sandre par exemple. Les carnassiers ne sont plus fortement représentés dans nos eaux, et il faut donc trouver une solution.  2 possibilités : soit une fermeture généralisée de 6 mois pour protéger tous les carnassiers, soit une ouverture générale avec des périodes de fermeture propres à chaque poisson. Économiquement parlant, la première solution serait un désastre, la deuxième semble jouable comme le montre l’expérience transalpine. L’idée est de pouvoir protéger certaines zones, et/ou certaines espèces durant la période de reproduction. Cela ne semble pas évident à première vue et un gros travail doit être fait pour que la réglementation soit bien claire : utilisation de certaines techniques, utilisation de certains types de leurres qui seraient interdites à des périodes de l’année. Le reste du temps, on peut pratiquer comme on le souhaite, et on pourrait donc pêcher le carnassier toute l’année en alternant les techniques.

  • Mettre en place un système de bagues comme à la chasse
  • Enlever les périodes de fermeture
  • Protéger temporairement les poissons lors du fraie avec des règles clairement définis (techniques, lieux, leurres/appâts)
  • Interdire la pêche à moins de 20 mètres d’un spot de pêche clairement identifié par un repère.
  • Empêcher la mort obligatoire des brochets en 1ère catégorie. Cela ne changera rien aux problèmes car un brochet ne sera pas pêché s’il doit être tué, seul ceux qui veulent s’en débarrasser le pêche pour le tuer, ce qui revient finalement au même.

 

La pêche du silure

Oui à la pêche du silure la nuit!
Oui à la pêche du silure la nuit!

La pêche du silure est en pleine évolution et il faut la faire aller de l’avant pour dynamiser cette pêche qui se pratique de multiples façons. Proposer la pêche de nuit du silure est une bonne chose, cela va permettre de voir se développer une nouvelle activité et je pense que c’est une bonne chose pour ce poisson de sport. Attention tout de même, il faudrait que cela ne concerne que les pêches statiques du bord, en délimitant bien les techniques autorisées et les appâts employés. Je pense notamment à la pêche à la bouée et à la pêche au pellet qui peuvent drainer de nouvelles passions, et bien encadrées, il n’y a pas de risques que des pêcheurs pêchent d’autres types de poissons autrement que de manière accidentelle (en utilisant une taille minimum de vif par exemple)

  • Autoriser la pêche statique du silure de nuit
  • Soumettre les pêcheurs de silure aux mêmes réglementations que les pêcheurs de carpes (timbre « nuit » et zones définies)
  • Encadrer cette pêche en limitant à certaines techniques, sous certaines conditions

 

Le débat qui fâche

De nombreuses personnes vont dire que l’ouverture générale avec des fermetures locales en fonction des périodes de frais est une aberration et que des pêcheurs sans honte vont remplir des pleins congélateurs. Si des quotas ou bagues sont mis en place, ce ne sera pas le cas. Même sans les bagues, les pêcheurs italiens fonctionnent très bien ainsi et nous aurions besoin de prendre exemple sur leur gestion piscicole. Les nations qui font rêver comme la Slovénie ont des règles très précises et la pêche en France doit aussi s’en inspirer. A ceux qui pensent que pêcher le silure la nuit permettra de cartonner du sandre plus facilement, sachez que ces gens là le font déjà en « pêchant » la carpe, ils n’attendent rien d’une nouvelle loi. Au contraire, en multipliant la présence de pêcheurs au bord de l’eau, de jour comme de nuit, c’est un bon moyen pour les en dissuader.

Voilà à travers ces quelques lignes les orientations que je donnerais si j’en avais la possibilité, tout en sachant qu’elles ne vont pas plaire à tout le monde.

 

10 commentaires

  1. Bonjour je pêche la carpe une bonne partie de l année et je vous suis sur votre avis générale de la pêche mais pour la carpe j obligerai le no-kill. Je vois de plus en plus sur certain site de pêche les ordure laisser par les pêcheurs un peux de civisme SVP. Tolérer la pêche de nuit partout oui mais pas d accord pour éviter le matériel pour recevoir nos prise il faut y faire attention ils sont fragile.

  2. Bonjour,je suis en grande partie en accord avec vos propositions qui vont dans le bon sens et modernisent la réglementation de la pêche qui en a vraiment grand besoin.
    En effet,si la situation actuelle perdure la pêche associative va disparaitre rapidement.Donc il faut agir sans plus tarder pour inverser cette triste situation !!!
    Maintenant,il est vrai que les braccos pros resteront ce qu’ils sont…….des nuisibles,mais c’est une petite minorité parmi la masse des pêcheurs honnêtes.
    Et on ne peut pas continuer de pénaliser la majorité des pêcheurs pour quelques viandards !!!!
    Il faut aussi bien sûr absolument renforcer les effectifs de la police de la pêche,plus de vrais pros sur le terrain est une absolue néccessité incontournable !!!
    Si cette nouvelle réglementation voit le jour,attention de ne pas la rendre plus complexe que celle en vigueur actuellement.
    Si dans chaque département on impose ceci ou cela,on va tout droit vers une véritable usine à gaz !!!
    Il est important de s’implifier la loi au niveau national,c’est ce que tous les pêcheurs attendent .
    Si nos décideurs et nos représentants ne prennent pas en compte cette attente et une vision moderne, pragmatique de la pêche,alors les effectifs continueront de baisser….n’en doutons pas.

    Et bien entendu,la pêche associative sous sa forme actuelle aura vécu !!!

    Enfin et pour terminer,j’ose croire quel’immense majorité des pêcheurs de ce pays sont des gens honnêtes et responsables dans l’exercice de leur art.
    Il serait peut-être temps de leur faire un peu confiance,ne croyez vous pas ???

  3. tes propos sont respectables, mais quant on prend l’exemple de certains pays comme la Slovénie dont tu parles et que je connais. Mon constat reste le même, toutes ces belles rivières à salmonidés Slovènes ou autre comme en Bavière, sont soumises au respect des pêcheurs et, cela passe malheureusement par l’argent, donc une pêche élitiste, qui permet de payer pour avoir : des rivières contrôlées et poissonneuses, mais pas forcement accessible pour tous… Mon deuxième constat est contradictoire, puisque sur les eaux du domaine public que je fréquente la plupart du temps, c’est le cas contraire : peu de garderie, parfois des pêcheurs peu scrupuleux et de moins en moins de poisson, car peu ou pas assez de moyen pour entretenir nos plans d’eau et autres bras morts en soutien des espèces les plus pêchées. Bref un débat difficile !

  4. @ Thierry C’est vrai hélas que le domaine public chez nous est souvent bien pauvre en poissons,malgré tout il faut pourtant faire évoluer les choses.
    Toutes ces propositions vont dans le bons sens selon moi,il faut bien sauver la pêche de loisirs.
    Si rien n’est fait,les parcours publics deviendront effectivement privés et seront réservés à une seule élite.
    N’oublions pas que les rangs des pêcheurs sont formés en grande partie par les classes populaires et moyennes !!!
    Pour les moyens et tu as raison là-dessus,c’est une autre paires de manches.Il faut plus de moyens afin d’avoir entre autre une vrai garderie de pros digne de ce nom.
    N’oublions pas non plus que ce sont nos députés qui vont décider pour cette nouvelle loi et rien n’est fait pour l’instant !!!
    Débat difficile…..oui certes,mais incontournable pour faire bouger la pêche et si possible dans le bon sens !!!
    Cordialement.

  5. D’accord avec tout cela. Juste pas d’accord sur le timbre de nuit à 100€.
    Une grande partie des carpistes de nuit sont des pêcheurs occasionnels qui préfèrent passer 2 jours au bord de l’eau que plusieurs fois quelques heures. Ils vont y aller Max 10 fois par an… Ils ne payeront jamais 100€ pour le peu de fois qu’ils iront…
    Après c’est mon avis perso.

  6. @ Jérémy
    Tu sais si la pêche associative que nous connaissons tous sous sa forme actuelle se casse le nez faute de pêcheurs de loisirs et que ce soit des assos privées qui s’emparent des lots de pêche du domaine public ou des autres d’ailleurs…que crois tu,qu’il va se passer pour les pêcheurs ???
    Ce n’est pas un timbre à 100 euros l’année que tu payeras,mais plutôt un timbre à 100 euros la semaine dans le meilleurs des cas !!!
    Cordialement

  7. whaou!!!
    déconnecté du monde médiatique de la peche depuis un moment, je pratique comme beaucoup le « pour vivre heureux vivons cachés »… il y avait longtemps que je n’avais pas lu ou entendu des propos constructifs… et intelligents! du coup j’ai signé la petition. d’accord sur toutes vos propositions et j’ajouterai qu’il faudrait y associer une sorte de charte d’exemplarité qui punirait les mauvais… une sorte de permis à points… en tout cas toutes les pistes proposées ici sont à méditer… bravo pour votre engagement

  8. Etant moi même carpiste,je trouve ces « initiatives pleines de bon sens:un timbre nuit limiterait les tentations viandardes de certains(et serait justifié par le temps de pêche supplementaire).
    Une limitation à trois cannes me semble indispensable,nombres de carpistes ont tendance à s’approprier de bien trop vastes secteurs(bien souvent,les quatrième canne ne pêche pas la carpe),personellement,je pratique à trois cannes sur les très grands biotopes,et seulement deux en rivière.
    Quand aux carnassiers,j’irais encore plus loin,un quota d’un seul brochet/sandre me semble suffisant(j’ai vu de quoi étaient capable bon nombre de »pêcheurs » du 71)
    Quand à tuer systématiquement les brochets en premiere categorie,c’est une pratique qui date d’un autre age(quand on voit l’état des populations de ce carnassier en Saone et Loire,c’est…aberant!!!)

    1. bonjour, je serai d’avis d’avoir plus de gardes de pêche, surtout pour la reproduction de nos chères brochets et sandres. Nous connaissons tous ou presque, les frayères, et c’est là qu’il faut être le jour de l’ouverture, pour prendre du poissons et je serai ravi de voire à ce moments là, des gardes en bâteau pour proteger ces sites ! et bien il faut les préservés et mettre la date d’ouverture au mois de juin (reproduction aisée et préservée)! comme pour nos grands parents. après, ce n’est qu’une question de pognon pour nos APPMA malheureusement.
      Après, faire une règlementation, il en faut, mais celui qui veut tricher, il s’en fou!
      mettre des baques, ingérable, sauf peut être pour le professionnel sponsorisé, pour l’image de marque. et arrêtons de se leurrer, faire confiance aux pêcheurs locaux = 0!
      chérie du poisson ce soir? oui, il y en a plein le frigo!
      sur ce continuons à nous battre. depuis que je pêche, environ 30 ans, j’ai été contrôlé 3 fois (lac des settons, saint jean de losne par la gendarmerie fluviale) alors, pourquoi payer une carte de pêche en sachant que c’est toujours aux mêmes endroits que les berges, empoissonnement ont lieux!
      voilà pourquoi il y a moins de cartes de pêche vendue!

  9. si les cartes de peche continuent a augmenter je vend les cannes a carpes et je continue le surfcasting du bord de mer.
    la au moins pas de carte pas de fermeture et tous le monde s’entend bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
43 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email