L’influence des têtes plombées sur les leurres souples

La pêche des carnassiers est une pêche technique. Nous ne pouvons pas improviser le choix du lest à insérer dans notre leurre souple. Qu’il s’agisse d’une tête plombée, d’un insert tungstène ou juste de l’hameçon, ils doivent faire nager le leurre correctement quelle que soit la vitesse d’animation.

La pêche aux leurres recèle une multitude de petits détails qui font que certains jours nous ne prenons pas de poissons ou à l’inverse, plus de poissons que nos voisins. Mais prenons nous conscience de ce qui a fait la différence ? Parfois, la réussite tient en peu de chose, comme le fait d’avoir confondu la très courante tête plombée de 7,5g avec sa voisine de 10g, ce qui ce jour là a permis au leurre souple de travailler parfaitement en terme vibratoire et donc de séduire des poissons.

Incidence des têtes plombées sur les leurres souples dans la pêche du carnassier
Exemples de leurres souples

Pré-requis

Pour poser les bases de la réflexion, nous prendrons comme exemple un leurre souple d’allure pisciforme et possédant un appendice vibratoire terminal c’est à dire un shad basique de 10 cm. Nous considérons que 7,5g est la valeur médiane pour effectuer un choix de plombée dans des eaux d’une profondeur jusqu’à 5 mètres, profondeur qui représente la majorité des pêches aux leurres pratiquées en lacs et rivières.

Caractéristiques du leurre souple

Pour comprendre comment plomber un leurre de ce type, il faut regarder sa forme et sa texture. Ces deux paramètres sont des fondamentaux et il est impossible de pêcher juste en faisant l’impasse dessus.

Les leurres souples sont majoritairement constitués de silicone communément appelé plastique, avec des degrés de souplesse différents suivant la signature vibratoire recherchée du leurre. Un leurre qui présente une grande souplesse nagera facilement avec de faibles grammages et bien entendu, cela est l’inverse avec un plastique rigide. La texture est le paramètre principal qui régit les mouvements du leurre lors des animations, ce que nous appelons l’amplitude* et la fréquence* des vibrations émises.

Bien que les vibrations dépendent de la texture, la forme de l’appendice vibratoire situé en queue est aussi à l’origine de celles-ci. Les formes des caudales ont une grande incidence sur le grammage à utiliser puisque leur aspect nous permet de trouver le bon poids qui les met en mouvement. Quand nous prenons deux types fréquents de caudales comme la forme « marteau » et la forme « faucille », les vibrations obtenues sont radicalement différentes puisque opposées. La forme « marteau », lourde et large, oppose une grande résistance à l’eau alors que la forme « faucille », légère et fine, n’en n’oppose quasiment aucune. Il nous apparaît alors que les poids sont différents pour mettre en mouvement ces deux types de caudale à vitesse identique bien sûr.

A travers cet exemple, nous venons de revoir les bases qui servent à plomber un leurre souple sans se tromper.

Incidence des têtes plombées sur les leurres souples dans la pêche du carnassier
Des montages avec des poids optimums

Plomber un leurre souple

C’est l’action qui permet au leurre de posséder une attractivité lorsqu’il évolue dans le milieu naturel. Pour réussir cette étape cruciale, nous avons vu précédemment qu’il faut adapter le poids à la « dureté » du silicone et à la forme de la caudale. Un leurre doit toujours émettre une vibration et cette capacité dépend du poids plus ou moins important que nous ajoutons au leurre. Nous devons nous rappeler que pour des pêches comme le weigthless, seul l’armement est un poids sur certains montages sans aucun autre ajout. Dans le cas d’un poids trop faible, le leurre n’est pas capable de nager proprement dans les phases de pêche à vitesse réduite. Un poids trop important et le leurre sature ; sa vibration ainsi que son animation sont altérées, il perd donc de l’intérêt pour les poissons.

Incidence des têtes plombées sur les leurres souples dans la pêche du carnassier
Différentes têtes plombées pour avoir le bon poids

En clair, le poids ajouté au leurre doit tirer suffisamment dessus pour le mettre en action sans que cela ne lui nuise, ni trop vite, ni trop doucement. Dès que la caudale s’actionne sous l’effet du poids dans les phases de relâchés, c’est que le poids est bon. Dans la pratique, une astuce consiste à monter une tête plombée de 7,5g et de regarder les mouvements de la caudale en action lors des relâchés. Au cas où le grammage s’avère trop lourd, nous passons sur une tp de 5g et s’il est trop faible, nous passons à 10g.

Une fois trouvé, le grammage optimal permet de pêcher de toutes les manières possibles sans avoir à changer de poids au cours de la partie de pêche. Si nous souhaitons prospecter à différentes vitesses, le leurre exprimera toute sa palette de vibrations, des plus lentes aux plus rapides sans jamais être pris en défaut.

Incidence des têtes plombées sur les leurres souples dans la pêche du carnassier
La vibration était bonne

Magazine de pêche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
34 Partages
Partagez34
Tweetez
Email