Lame et tailspin, les leurres gagnants en été

Avec la hausse des températures et l’apathie qu’elle provoque chez les carnassiers, les leurres les plus classiques semblent marquer le pas devant de petits leurres très vibrants. Parmi ceux ci, deux familles se détachent nettement du lot par leur efficacité estivale : les lames vibrantes et les tailspins. La lame vibrante d’origine est une simple lame d’acier dont la partie inférieure était lestée de plomb, ce qui occasionnait à la traction une vibration puissante à la façon d’un drapeau qui claque au vent. Le leurre a ensuite acquit sa forme de poisson et le poids qui l’accompagne s’est décentré sur la partie avant de façon à le faire nager verticalement pour soustraire les hameçons à la plupart des accrocs.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
La belle perche, première victime des lames vibrantes

Les lames vibrantes, éloge de la simplicité

C’est un leurre d’une simplicité étonnante qui ne demande aucune maîtrise technique particulière si ce n’est qu’il est plus efficace ramené près du fond. A cet effet il est généralement lourd pour couler le plus vite possible et se maintenir dans une profondeur qui peut atteindre plus de 6m pour certains modèles très lourds. La plupart des lames de 50 mm du commerce évoluent pourtant entre 2 et 3 m car c’est  la profondeur la plus courante chez nous.

Vous l’aurez remarqué, une lame possède plusieurs trous de fixation, ces derniers vont influer sur la position de la lame à la traction et sur les vibrations émises. Le trou le plus près de la tête va positionner le leurre à 45 ° et donner une vibration rapide, celui au milieu va positionner le leurre presque à la verticale comme un lipless et donner les vibrations les plus amples et les plus fortes. Le troisième trou est généralement celui qui sert à une animation verticale que je développerai un peu plus loin dans cet article.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Le grandgousier aime les grosses lames

Tailles, coloris pour vos lames

On trouve des lames dans de multiples tailles et de multiples grammages mais les plus courantes vont de 30 à 60 mm, tailles parfaites pour nos carnassiers d’eau douce. On trouve des lames plus grandes et plus lourdes néanmoins celles ci sont plus destinées à la pêche en mer. Concernant les coloris, pour les lames je suis un adepte du coloris agressif. Elles doivent réveiller le carnassier par leurs vibrations mais aussi par le coté flashy, c’est pourquoi je suis un amateur du coloris fire tiger ou très voyant comme le jaune ou le chartreuse.

L’animation d’une lame ne réclame aucun savoir faire particulier, la meilleure et la plus simple est la non animation. On lance, on laisse un peu couler et on mouline tout simplement. Si les poissons sont agressifs ou au contraire tapent court, il convient d’effectuer de brusques accélérations qui vont les décider à attaquer. On peut pêcher en verticale avec une lame et ça fonctionne remarquablement, il suffit de la jigger au ras du fond en ayant pris soin au préalable de positionner l’émerillon sur le trou le plus près de la queue, celui qui positionne la lame à l’horizontale.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Le silure répond très bien avec ces leurres

Les poissons visés avec les lames

Tous les carnassiers mordent sur des lames vibrantes, même des poissons blancs et même de très gros barbeaux dont certains pêcheurs se sont fait une spécialité, mais c’est bien évidemment la perche qui succombe le plus vite aux charmes de ce leurre.

Le brochet est aussi un amateur de ces leurres à la pulsation puissante, je ne compte plus le nombre de becs pris par accident en recherchant la belle zébrée.  Le sandre succombe lui aussi à la lame, en linéaire mais aussi en verticale en jiggant sur ses tenues, radical !

Le silure aime les grosses lames vibrant plus lentement que les petites et raclant le fond, quelquefois ce leurre a fait la différence avec un paquet de vers, c’est dire son efficacité. Truite et black bass,  même des poissons blancs comme les aspes,  les chevesnes et les rotengles se pendent aux hameçons équipant les lames vibrantes.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Un petit brochet gourmand de feraille

Les tailspins, la cuiller réinventée

Un tailspin est une imitation de silhouette de poisson auquel on aura rajouté une simple palette de cuiller à l’arrière. Difficile de faire plus simple et difficile aussi de faire plus efficace car le tailspin est diabolique.  J’ai connu ce leurre avec un modèle de chez Nories qui m’avait permis des cartons sur des perches puis sont apparus les Kozo et les modèles Spinmad. Je peux vous assurer que les perches ont eu mal aux dents avec ces leurres. Pourtant ils ne sont pas techniques, pas de bille bruiteuse, de transfert de masse….Mais ils sont très denses, c’est ce qui fait leur qualité.

Un tailspin pêche dès l’entrée dans l’eau, à la descente son propre poids mettra en branle la palette de cuiller. En linéaire, il ira côtoyer le fond et délogera les poissons sur leurs tenues.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Les grosses perches raffolent des tailspins

Deux familles de tailspins

Deux types de tailspin existent : les gouttes d’eau et les profils lipless.  Les gouttes d’eau sont les plus simples à l’exemple du Kozo. La vibration du corps vient de l’émerillon de la palette qui lui transmet ses vibrations. D’autres comme le Spinmad ne vibrent pas mais sont tout aussi efficaces. Ce sont généralement de petits leurres d’un centimètre ou guère plus qui cibleront les perches mais pas que, car attention les brochets adorent gober ces petits gâteaux apéritifs vrombissants.

La seconde famille se compose de leurres ayant un profil de lipless, ils vont donc vibrer comme ce dernier à cause du méplat sur le crane ou du lest en partie inférieure comme une lame vibrante. D’ailleurs les fabricants s’en sont inspiré et on sorti des lames équipées de palette ainsi  que des vrais lipless  équipés là aussi du même attirail. Cette seconde famille pêche encore plus creux car le corps du leurre est encore plus massif, c’est ma préférée pour racler le fond et c’est d’une efficacité insoupçonnée.

Le tailspin n’a qu’un seul défaut, de par sa constitution courte et massive, son triple ventral se prend régulièrement dans l’émerillon de la palette. Il semble que le modèle Deracoup d’Illex soit moins touché que les autres par ce désagrément. Les attaches sont situées soit sur le dos soit sur le museau, ceci n’influe pas sur la hauteur d’évolution car ces leurres ne sont pas nageurs, juste sur la présentation sous l’eau.

Aucune animation n’est requise mais il m’arrive de les jigger sous le bateau lorsque je vois un bel écho et ça marche bien. La nage en traction est là aussi efficace car la palette va aussi papillonner à la descente et ralentir la chute du leurre, à tester.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Le sandre, un amateur de ce type de leurres

Les poissons visés avec des tailspins

C’est un leurre multi carnassier qui prendra toutes les espèces mais c’est encore la perche qui se montre la plus amatrice de ses vibrations. Capable de pêcher creux, au milieu des courants les plus puissants ce petit leurre énervera le carnassier qui n’aura de cesse que de vouloir le croquer. Leurre de power fishing par excellence, c’est presque toujours avec lui que je commence mes prospections. Si un poisson est actif, ça ne mettra pas longtemps à mordre. Mon coéquipier de toujours, l’ami Patoche, a pris il y a deux ans une belle tanche au tail spin, incroyable mais vrai.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Une grosse perche morvandelle gourmande

Un point sur le matériel de pêche

L’usage de ces leurres nécessite une canne plutôt souple en puissance médium light. Il faudra qu’elle  atténue un peu les puissantes vibrations sinon cela finit par devenir plutôt désagréable pour le pêcheur.  De même cette souplesse sera un atout à la touche, toujours très franche sur ces leurres. Le blank devra absorber le choc et le premier rush sinon c’est le décrochage assuré. J’utilise une canne custom montée avec un blank St Croix très souple, on pourrait parler d’une action semi parabolique qui bien que peu utilisée à l’heure actuelle est pleine d’avantages.

Le moulinet que l’on utilisera pour une pêche avec ces leurres sera un spinning, le casting étant possible mais un brin surdimensionné. Un bon tambour fixe de qualité en taille 2500 sera idéal. Ne lésinez pas sur la qualité car ces leurres tirent et il vous faudra un ratio plutôt rapide afin de les animer au mieux. La tresse aura tout intérêt à être une 8 brins assez souple qui permettra de lancer très loin ces petits leurres. Vu que l’on visera en priorité les perches, une 10 ou 12 centièmes suffira largement pour mettre au sec la prise accidentelle d’un brochet même de belle taille. Ces leurres étant petits ils ne s’accommodent pas d’un bas de ligne en fluoro de 80 centièmes, on choisira donc un bas de ligne en titanium voir en crinelle thermosoudable de qualité.

Parlons un peu budget

Pêcher avec ce type de  leurres est la solution la plus économique pour le pêcheur au leurre. Pas besoin d’une canne super technique en carbone très haut module, une canne de  moyenne gamme suffira.  Le moulinet sera par contre très sollicité, vous avez donc tout intérêt à choisir un moulin de qualité équipé de nombreux roulements  pour la fluidité. On peut  pêcher en nylon mais c’est perdre des sensations  alors autant s’équiper d’une  tresse de 4 brins mais dans un diamètre assez fin, pas plus de 12 centièmes.

Les leurres eux mêmes sont dans la catégorie des moins chers, une lame de qualité ou un tail spin ne coûtent guère plus de 12 euros, voir 4 euros pour les modèles les plus basiques. On est loin du tarif des superbes swimbaits japonais ! Disons qu’avec 300 euros, tout compris, on aura un ensemble de qualité qui permettra l’usage de tous ces leurres.

Stratégie à mettre en œuvre pour la pêche

Les meilleurs postes pour ces leurres sont les plages le matin et le soir et la pleine eau. Pêcher l’eau comme on dit, c’est à dire pêcher sans but précis est la technique à mettre en œuvre avec ces leurres de powerfishing. S’ils passent à proximité de poissons actifs ceux ci vont réagir. C’est une pêche rapide, à la volée qui ne s’encombre guère de stratégie si ce n’est qu’on peut varier la hauteur d’évolution. Ces leurres sont par contre sujets à de nombreux accrocs lorsque l’on pêche du bord c’est pourquoi je ne les utilise qu’en barque où il est assez facile d’aller se décrocher.

Pêche des carnassiers aux leurres de type lames et tailspins
Un assortiment de lames et de tailspins efficaces

Une sélection de ces friandises

Concernant les lames, ma sélection coup de cœur ira à ces quelques modèles : Ecogear VX ma préférée, Megabass Blading X, Spinmad King, Strike Pro Cyber Vibe.

Pour les tailspins: Illex Deracoup, pour sa finition exceptionnelle, Viva Kozo, Nories In The bait, Dam Effzert Quick S et Spinmad Big.

Cette sélection m’est toute personnelle mais elle s’appuie sur de longues séances de pêche où ces leurres m’ont apporté toute satisfaction.  Vous aussi vous prendrez du plaisir à pêcher fin des poissons qui quelquefois vous donneront quelques frayeurs car avec ces leurres c’est aussi les gros qui mordent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close
Partagez20
Tweetez
Email
20 Partages