Pêche du Sar en Surfcasting : les conseils pour réussir vos pêches

S’il y a bien un poisson qui se fait de plus en plus rare et qui en plus est extrêmement craintif, peut-être encore plus méfiant que sa cousine la daurade royale, c’est le sar. Ce poisson est pour moi un des emblématiques de la Méditerranée, comme le sont tous les poissons de sa famille : les sparidés.

 

Surfcasting Pêche Sar

Avoir la chance de capturer un sar de jolie taille, c’est à dire d’un poids minimum de 700/800 grammes, n’est pas courant. Il faut des conditions particulières : une mer relativement agitée avec beaucoup d’écumes ou une heure tardive dans la nuit quand la pénombre s’est bien installée et que le calme règne. C’est à ces moments propices que les sars sortent de leur cachette appelée sur nos côtes : « rague ». Ces ragues sont des failles dans les roches dans lesquelles les sars se cachent par dizaines. Souvent pris au piège, complètement coincés dans leur cachette et ne disposant d’aucun moyen de fuite, ils sont alors faciles à tirer par les chasseurs sous marins qui ont malheureusement contribué ainsi à la disparition de cette espèce. De nos jours il est très difficile de voir des ragues remplies de sars dans moins de 20 mètres de profondeur.

Pêcher le sar en surfcasting : où et quand ?

J’aime pêcher le sar en Surf-Casting depuis la plage dans une mer formée, quand la teinte bleue de la mer devient blanche et turquoise. On ne le trouve pas partout car c’est un poisson qui vit dans la roche et qui affectionne les tombants rocheux à proximité des champs de posidonies. Il s’aventure parfois non loin de son habitation à la recherche de sa pitance sur des fonds de coralligène, à la recherche de coquillages, crustacés ou divers vers marins. Quand je recherche le sar, j’aime utiliser les vers marins comme le ver de chalut, les néréides comme le jumbo ou le couteau pour ce qui est des coquillages. Je vous conseille d’avoir des appâts d’une grande fraîcheur et de soigner l’eschage car un appât correctement présenté est déjà un gage de réussite pour tenter le sar.

Mes coins de pêche sont très souvent des plages où, à distance de lancé, il y a une patate de roche ou un tombant. C’est près de ce type de milieu qu’il faut placer votre appât. Connaître votre spot de pêche est un atout considérable : n’hésitez pas à vous mouiller et à enfiler votre masque pour aller observer ces coins de pêche.

 

 

 

 

Montage pour la pêche du sar en surfcasting

D’une manière générale, je pêche avec un montage fixe : une seule empile de 1m50 environ, équipée d’un hameçon de qualité ultra piquant et fort de fer. Tout comme la daurade, le sar a de très nombreuses dents très puissantes qui écraseraient facilement des hameçons de piètre qualité. En pêchant ainsi avec un montage fixe, une fois que le poisson aura saisi sa proie, il se ferrera quasiment seul grâce à la traction du plomb.

Compte tenu de son rapport taille/poids, le sar est un poisson très combatif et grâce à sa forme ovoïde il sait très bien se servir du courant ou du ressac pour se mettre de côté et nous imposer une belle résistance. Une fois que le poisson est correctement piqué, après une légère prise de contact, et après s’être assuré qu’il est bien sorti des endroits où il risque se coincer, agissez doucement et prenez tout votre temps pour venir l’échouer. Le sar est vraiment un poisson magnifique, de couleur argentée avec des rayures noires et quelques reflets jaunes et bleus, que l’on rencontre malheureusement de moins en moins souvent. Après sa capture méfiez-vous de toutes ses épines dorsales et ventrales très piquantes et si, après une belle photo, votre poisson semble être en forme, n’hésitez pas à lui rendre sa liberté.

Matériel pour pêcher le sar en surfcasting

Pour la pratique du Surf-Casting par mer formée, dotez-vous d’un matériel adapté. La canne doit être suffisamment longue pour que la bannière soit au dessus des premières vagues. Une canne de 4m50 me semble être le meilleur compromis. Vous l’équiperez d’un moulinet adapté à la pratique de cette technique et la remplirez d’un nylon de 25/100. Vouloir pêcher avec du fil trop fin dans des endroits où l’on risque souvent d’accrocher serait trop risqué. Pour vous permettre de lancer des plombs compris entre 125 et 150 gr, rajoutez un arraché en 55/100 pour absorber le choc du lancer. Notez bien que l’arraché mesure généralement deux fois et demie la taille de la canne utilisée. Pour terminer, vous abouterez l’arraché sur le nylon du moulinet à l’aide d’un nœud de chirurgien ; c’est donc lui qui supportera le lancer.

Il ne vous reste plus qu’à trouver vos spots pour la recherche du sar et choisir les conditions optimums pour mettre toutes les chances de votre côté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
34 Partages
Partagez34
Tweetez
Email