[Interview] Isabelle Hawryhuk championne de France de pêche au coup 2016

Une nouvelle médaille d’or pour Isabelle Hawryhuk championne de France pour la 2ème année consécutive ! A son retour du Championnat du Monde féminin en Espagne avec une 5ème place pour l’équipe de France, Isabelle termine sur la plus haute marche du Championnat de France qui regroupait les 27 meilleures féminines de la pêche sportive au coup. Pour bien connaître « Isa » et sa pugnacité, je me suis invité sur les bords de l’Arèna pour la rencontrer avec son ami Daniel Carpentier (qui est aussi de coach) et lui demander de nous raconter les étapes qui l’ont conduite à la victoire.

Isabelle Hawryhuk, championne de pêche au coup

Palmarès national :

  • Championne de France en 2000 – 2004 – 2007 – 2010 – 2015 – 2016
  • Vice-championne de France en 1991 à Château Gontier (53)
  • 3eme championnat de France en 1993 à Bazet (65)
  • Vice-championne de France en 1997 à Mesle / Sarthe (72)
  • Vice-championne de France en 1998 à Availles Limouzine (86)
  • Vice-championne de France en 2001 Laval (53)
  • 3eme championnat de France en 2002 à Nantes (44)
  • Championne de France en 2004 à Issoire (63)
  • Championne de France en 2007 à Pagny la ville (21)

Palmarès international :

  • Championne du Monde par équipe en 1995 en France
  • Vice-championne du Monde par équipe en 1996 en Hongrie
  • Vice-championne du Monde par équipe en 1997 au Portugal
  • Championne du Monde individuelle en 2001 en Croatie
  • Championne du Monde par équipe en 2001 en Croatie
  • Vice-championne du Monde par équipe en 2003 en Angleterre
  • 3eme championnat du Monde en individuelle en 2006 au Portugal
  • 3eme championnat du Monde par équipe en 2007 en Espagne
  • 3eme championnat du Monde par équipe en 2008 en Hongrie
  • 2 eme championnat du monde par  équipe au Portugal en 2014
  • 1 ère championnat du monde par équipe en Belgique en 2015
  • 5eme par  équipe au mondial en Espagne en 2016

Confidences de la championne

L’entraînement est la phase cruciale d’un championnat sur un parcours inconnu, ou enfin, peu connu. Nous sommes arrivés le dimanche après-midi à Dampierre en Burly, à environ 50 km d’Orléans, dès le lundi matin. Nous avions rendez-vous avec les autres filles de l’équipe de France, Jean Pierre et Dominique Misseri, pour un entrainement en commun sur le plan d’eau communal de Dampierre. Cette phase est importante car c’est elle qui donne une approche plus juste du comportement des poissons sur chaque secteur. Après cette première approche nous avons constaté avec Daniel que le secteur des nénuphars était le meilleur, puis celui du milieu et ensuite celui de la digue

Un fond propre avec environ un mètre moyenne au bord et à trois à quatre mètres environ 0,80 m. Il y a déjà plein de gobages sur l’eau. Nous décidons de préparer comme amorce super gros gardons compétition et gardon RAMEAU, avec un peu de brun. J’utilise toujours les flotteurs que Daniel fait artisanalement et qui me conviennent très bien.

Très vite après l’amorçage j’ai aperçu des centaines d’alevins qui envahissaient toutes les places. Il était impossible de descendre dans la profondeur avec si peu d’eau, même avec un flotteur d’un gramme. Tels des Piranhas, les poissons se jetaient sur mon vaseux qui était englouti immédiatement. Tous mes ferrages sont vains. Soit je ferre dans le vide, soit je ramène des poissons de trois grammes de moyenne. Un vrai désastre. En bordure c’est la même pêche, peut-être un peu plus rapide, mais avec des scores qui varient entre 1000 à 1500 points. Je désespère un peu et quitte ce premier entraînement, pas convaincue du tout !

Isabelle Hawryhuk, championne de pêche au coup

Le lendemain, mardi, sur le secteur du milieu même observation que la veille. Pas plus de fond et toujours ces petits rond sur l’eau avant même l’amorçage. Après une longue observation du milieu et une brève concertation, nous décidons avec Daniel d’ajouter de la fiente. Mais ceci ne modifie en rien la taille de mes prises. Les scores de mes voisines sont beaucoup plus importants et je me décourage un peu. Daniel me réconforte très vite en me disant ce n’est pas le championnat, nous sommes à l’entraînement. Nous sommes là pour voir et comprendre.

Le lendemain mercredi nous repartons avec l’amorce du premier jour à laquelle Daniel ajoute deux kilos de doubles terres pour le rappel. Je dois avouer que j’ai un peu plus de réussite mais sans plus. Par contre nous remarquons très vite que les gros numéros sont meilleurs, même s’il y a toujours autant de petits poissons. Je suis découragée de ce troisième entraînement ne voyant toujours pas de solution comment faire du poids.

Un petit débriefing avec Daniel, qui contrairement à mes habitudes, me propose d’aller pêcher encore une heure ou deux demain matin. Habituellement la veille du championnat nous ne pêchons pas et préparons le matériel. Je vois dans ses yeux qu’il a une petite idée. Il veut tester une tactique de bordure. Alors nous coupons mes lignes pour réaliser de nouvelles lignes équipées de flotteurs type carotte de 0,15 a 0,20 gr que nous montons sur des mitraillettes Garbolino  de deux mètres cinquante à trois mètres sur les kits télescopiques.

Notre colocataire du gite, Séverine, est également membre de l’équipe de France est vraiment intriguée par notre initiative. Elle prend bonne note de notre démarche et monte également quelques lignes. Au cas où ! Le lendemain matin, à notre grande surprise le parcours est désert de concurrente. Daniel s’installe et pêche très court avec le matériel monté la veille. Ça marche… les poissons répondent présent mais nous sommes seuls, il n’y a pas de concurrence sur la berge

Daniel me laisse sa place pour que je prenne la main avec ces nouveaux matériels. Très vite je m’aperçois de l’efficacité des lignes montées hier et après un petit pointage de quinze minutes, cela nous semble concluant et décidons de rentrer au gite pour nous préparer.

Tout est clair, calé dans ma tête et cela va beaucoup mieux. Je crois que nous avons trouvé la pêche, tout en sachant que c’est le poisson qui décide et que le pêcheur doit impérativement en tenir compte, s’adapter en permanence. Aussi le soir, plus calme, confiants, nous élaborons notre stratégie.

Isabelle Hawryhuk, championne de pêche au coup

J’utiliserais les mêmes amorces fond et bordure avec de la double terres. Pour le rappel au large des esches tout les demies heures si possible. L’amorçage de départ sera constitué de dix à douze boules à 10m50 avec très peu de fouillis et un peu de casters.

Pour la bordure

  • quatre boules de la taille d’une mandarine à la coupelle à quatre mètres
  • des petites noisettes régulières à deux mètres.

Ensuite j’attaquerai le large pendant quinze minutes car nous avons observé pendant les entraînements que quelques jolis poissons de plus de 100 grammes pouvaient être pris. Ensuite retour à la bordure tout en rappelant régulièrement le fond avec des coupelles de terre et des petits vaseux.

Pendant les deux premières manches, j’ai pêché en bordure à deux mètres la première demi-heure et la troisième heure. Le reste du temps j’ai pêché le large en prenant des poissons sous la grande canne. Je me suis aperçue très vite que lorsque je fouettais, les poissons étaient plus petits alors que lorsque je déposais ma ligne j’arrivais à faire de plus gros poissons. La moyenne des prises étaient de 3 grammes en général alors que les miens faisaient 6 à 7 grammes, parfois plus. En majorité de petites plaquettes, quelques gardonneaux, de petits chats et des perchettes. Tout le long de ce championnat je n’ai jamais eu un moment de panique. Ma seule crainte venait de mon amie Pauline qui totalise également deux et trois points par manche. C’est le poids total qui nous départagera.

Isabelle Hawryhuk, championne de pêche au coup

Bien sur lorsque l’on gagne on dit que c’est un beau parcourt mais là, c’est sur, il y avait énormément de petits poissons. Il faut ce souvenir de ce triste printemps et des fortes inondations qui ont détruit tout en partie de ce plan d’eau. Malgré tout je sais que ce haut lieu de la pêche de compétition retrouvera son rang, et pour cela nous faisons confiance à monsieur le Maire et à toute son équipe.

LES LIGNES GAGNANTES

Isabelle Hawryhuk, championne de pêche au coup

Les lignes de fond

  • montage de gauche, lignes de 0,40 – 0,60 – 0,80 – 1,00 gr
  • montage de droite, lignes de 0,60 – 0.80 – 1,00 gr (moins souple)

Pour la bordure, même montage

  • ligne de quatre mètres de 0,20 – 0,40 – 0,60 gr
  • ligne de deux mètres : 0,10 – 0,20 gr

Isabelle et la famille Garbolino

Isabelle fait partie de ces champions liés à la Famille Garbolino de très près. Elle a vécu et contribué à de nombreuses évolutions de la gamme de cannes au coup. Toutes ses performances ont permis de mettre parfaitement en valeur la qualité des produits de la marque. Ceci a contribué à sa reconnaissance dans le domaine pointu et exigeant de la compétition. Garbolino a contribué aux résultats d’Isabelle, fidèle à la marque depuis de nombreuses années et à construire certainement l’un des plus beaux palmarès nationaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
Partagez38
Tweetez
Email
38 Partages