Graine ou bouillette? Quel est le meilleur appât pour la carpe ?

Le choix des appâts est essentiel pour réussir une bonne partie de pêche. Beaucoup d’entre nous privilégient la bouillette pensant que cette esche est de loin la plus efficace. C’est un appât magique, certes, mais il ne faut pas oublier les graines, plus accessibles pour les poissons, et surprenantes d’efficacité.

Les graines et les bouillettes sont des appâts possédant tous les deux leurs avantages et leurs inconvénients. L’important est de déterminer le bon moment et les bonnes conditions pour les utiliser. De nombreux articles ont déjà été écrits à ce sujet. Pas étonnant, car c’est une question que beaucoup de gens se posent en arrivant au bord de l’eau. Pour essayer d’aborder ce sujet de manière nouvelle, mon frère et moi allons exposer plusieurs cas de figure que nous avons vécus et quel choix d’appâts avons-nous fait face à ces situations.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Les graines permettent aussi de prendre des gros poissons.

Idées reçues sur la pêche à la graine

Tout d’abord je voudrais parler d’un point important. Je ne sais pas pourquoi, mais dans l’esprit de nombreux carpistes, pêcher à la graine ne permet pas d’attraper de gros poissons. Pour moi, c’est complètement faux. Certes les graines sont moins sélectives que les bouillettes, ce n’est pas un scoop. Mais ce n’est pas parce que l’on attrape plus de brèmes à la graine que l’on attrapera moins de carpes géantes. Elles nous ont rapporté beaucoup de gros poissons. Nous utilisons principalement le maïs et les tigers nuts, plus rarement du chènevis. Peu chères et donc accessibles en grande quantité, les graines sont des appâts facilement identifiés et consommés par les poissons. Très digestes, elles peuvent être amorcées en grandes quantités, constituant alors une zone de forte attractivité. Les bouillettes, appât roi par excellence devront, on ne cesse de le répéter, être de bonne qualité. Mat et moi sommes très à cheval là-dessus.

Les larges amorçages de particules jaunes rendent totalement fous les poissons du secteur, y compris les plus gros.

Vous l’aurez compris, les lignes qui vont suivre correspondent à notre expérience, à notre type d’approche. Il y a évidemment bien d’autres façons de choisir ses appâts, mais voilà comment nous avons procédé face à différentes situations.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
A la graine, en bordure.

Pêche sans pression

Pour cette première anecdote, nous nous trouvons dans un grand lac du centre de la France. Le lac est très peu pêché et véritablement gigantesque. Nous savons qu’il y nage une bonne population de carpes entre 12 et 20 kg avec quelques sujets plus gros. Il ne fait aucun doute que les poissons ne voient pas souvent des bouillettes et que leurs habitudes alimentaires sont bien ancrées. Même un amorçage massif à la bille ne permettra pas de changer ces habitudes, surtout pas en une semaine. Nous optons pour une pêche à la graine, essentiellement au maïs. Les larges amorçages de particules jaunes vives rendent totalement fous les poissons du secteur, y compris les plus gros. Une énorme roselière se trouve sur notre droite. L’eau est claire et nous voyons le fond. Tous les jours nous l’amorçons à la graine et à la bouillette. Pas une seule bille ne disparaîtra pendant la semaine. La seule canne placée à la bouillette face à nous ne produira pas un seul départ. Je pense que nous aurions fait capot si nous avions décidé de pêcher à la bouillette. Dans les endroits où les carpes sont sauvages, peu pêchées et où l’impact des indésirables est limité, la graine est sans conteste le meilleur choix d’appât.

Des graines pour les communes ?

Je pense que nous ne sommes pas les seuls à l’avoir remarqué : les carpes communes répondent particulièrement bien à la graine. Est-ce dû au fait que les communes soient plus sauvages ? En rivière, beaucoup d’empoissonnements se font exclusivement en carpes miroirs, les carpes communes sont donc un peu plus « originaires » des lieux. Toujours est-il que le bon moyen d’attraper une grosse carpe commune sauvage est de pêcher à la graine.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Les communes adorent les graines.

Pression de pêche modérée

Autre cas de figure. Plusieurs fois, mon frère et moi sommes allés pêcher des gravières bien peuplées en gros poissons et soumis à une pression de pêche relative. La stratégie pour aborder ce type d’eau est toujours la même. Nous amorçons assez copieusement et de manière très large le secteur où nous pêchons, de façon à impacter un maximum de poissons. Nous resserrons au fur et à mesure l’amorçage sur les spots précis que nous pêchons. Pour ce type d’approche, la bouillette est l’appât à utiliser. Elle offre dans le cas présent plusieurs avantages. Tout d’abord elle permettra de personnaliser l’amorçage, car il y a peu de chance que les autres pêcheurs utilisent au même moment les mêmes bouillettes, alors que tout le monde possède les mêmes graines. Dans ce type de plan d’eau, les poissons sont habitués à se nourrir de billes. La forte teneur en énergie des billes est très appréciée des carpes qui en sont presque devenues dépendantes. Tôt ou tard, l’amorçage va finir par intéresser les poissons. Et souvent, les poissons qui ont le plus besoin de se nourrir sont les plus gros. Ceci est un second avantage qu’offre la bouillette dans ce type de configuration. Toutefois, lorsque nous pêchons de la sorte, nous mettons toujours au moins deux cannes en dehors de l’amorçage à la graine. Les poissons les plus méfiants ou ceux qui ne sont pas « rentrés » sur l’amorçage pourront se laisser tenter par trois graines sur un cheveu.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Les bouillettes doivent être d’une qualité irréprochable.

Grosse pression de pêche

En revanche, quand la pression de pêche devient trop importante, voire démesurée, il faut revoir son approche. La graine est alors sûrement le meilleur appât. Je me souviens d’un plan d’eau où nageaient beaucoup de gros poissons attirant ainsi énormément de monde au bord de l’eau. Les places étaient chères. La plupart des carpistes débarquaient sur les berges avec des dizaines de kilos de bouillettes. Les carpes, surhabituées à ce type d’amorçage, ne se faisaient plus surprendre. Personne ne pêchait à la graine. Mon frère et moi eschions toutes nos lignes d’un seul grain de maïs et amorcions une voire deux poignées de graines par canne, pas plus. Le but était de surprendre les carpes avec une nouvelle approche. Ceci nous a vraiment bien réussis. On peut dire que nous avons pris l’essentiel du cheptel grâce à la graine. Parfois, le choix des appâts se fait par rapport à l’attitude des autres pêcheurs.

La forte teneur en énergie des billes est très appréciée des carpes qui en sont presque devenues dépendantes.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Énorme poisson pris à la bouillette.

Graines ou bouillettes pour l’amorçage à long terme

Parlons maintenant de l’une des meilleures techniques de la pêche de la carpe : l’amorçage à moyen voire long terme. Je veux parler des amorçages d’au moins une semaine au préalable. Sur ce type d’amorçages, il y a deux cas de figure suivant le lieu de pêche. Premièrement, le lieu choisi est régulièrement fréquenté par des carpistes. Dans ce cas, pas d’hésitation, il faut amorcer à la bouillette et bien sûr pêcher avec la même bouillette que celle ayant servi à l’amorçage. L’utilisation de graines n’est alors pas utile. L’important est de choisir une bouillette très digeste, c’est-à-dire pauvre en matières grasses. La bille devra être constituée d’un maximum de farines végétales. Deuxièmement, l’endroit choisi est peu pêché, les carpes ont gardé leurs habitudes alimentaires et n’attendent pas que les carpistes amorcent pour se nourrir. Dans ce cas, mon frère et moi mélangeons graines et bouillettes pour constituer l’amorçage. Dans une zone moins soumise à la pression de pêche, un temps d’adaptation est nécessaire pour que les poissons commencent à goûter aux bouillettes. Pour rendre cette transition plus facile, mélanger les deux types d’esches est la bonne solution. Les poissons, attirés par les graines en premier lieu, vont s’habituer petit à petit aux billes constituant l’amorçage. Au bout d’une semaine voire dix jours, il est bon de ne plus amorcer que des bouillettes. On limitera ainsi l’impact des indésirables. Nous avons appliqué cette technique il y a quelques années sur un lac complètement délaissé par les pêcheurs. Le plan d’eau d’une trentaine d’hectares est magnifique. Nous amorçons tous les deux jours, de la manière décrite précédemment. Au bout de trois amorçages, nous stoppons les graines et n’amorçons plus qu’à la bille. Pas besoin d’en mettre des tonnes, nous connaissons mal le cheptel, il ne s’agit pas de gaver les poissons. La première pêche durera 24 heures. Au bout de quelques heures, je sors un poisson de 26 kg, puis un autre de 21 kg, suivi d’une linéaire de 23,5 kg. L’affaire est dans le sac. Les départs s’enchaîneront jusqu’à la fin. Nous plions et décidons de revenir deux jours plus tard. Deux heures d’attente et nous voilà aux prises avec une belle. Une fois dans l’épuisette, nous reconnaissons tout de suite cette carpe. C’est la 26 kg que nous avons déjà attrapé. Preuve en est que les poissons étaient complètement conditionnés à notre amorçage.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Les bouillettes sont souvent plus facile à amorcer.

Le choix de la bouillette

Bien choisir sa bouillette est très important. Ce choix se fera en fonction du lieu, du cheptel, de la pression de pêche, de l’approche choisie. Beaucoup de billes du marché sont trop riches et surdosées en attractants pour plaire au client. Une bille bien équilibrée, qui ne pue pas à des kilomètres est souvent plus efficace.

Conclusion

Un peu comme d’habitude en matière de pêche à la carpe, à chaque situation sa stratégie, à chaque problème sa solution. La bouillette n’est pas un appât miracle, loin de là. S’obstiner à pêcher exclusivement à la bille est une erreur et prive de nombreux gros poissons. À contrario, la graine n’est pas le « sauve capot » que tout le monde croit. Adapter son esche à son type de pêche, à son objectif est donc déterminant pour réussir une belle session.

Graine ou bouillette pour la pêche à la carpe ?
Magnifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer