Gardon : tout savoir sur le poisson des pêches au coup

La pêche du gardon fait toujours le bonheur des pêcheurs amateurs comme des compétiteurs. Il a fait l’objet de nos premières pêches et aujourd’hui encore il nous soumet à des situations délicates. Seule une parfaite connaissance de ce cyprin peut nous permette de faire de belles bourriches.

La grande diversité des techniques utilisées pour prendre « Rutilus rutilus » en fait un poisson très populaire chez les petits comme chez les grands. Pour mieux combattre votre « partenaire » apprenez à bien le connaître…

Description

Nom scientifique : Leuciscus rutilus ou Rutilus rutilus.
Noms communs : Pigeat, pigo, gardon blanc, gardoune, rubilio, roussette, roche, vengeron, blanc, blanchet et léchatout.

Son corps est allongé, fuselé et ses écailles proches de l’acier blanc lui donnent des teintes plus ou moins argentées selon les lieux qu’il fréquente.
Sa bouche est petite, s’allonge pour s’alimenter, se dirige plutôt vers le haut et sa lèvre supérieure est légèrement oblique.
Sa ligne latérale est composée de 41 à 45 écailles et ceci lui permet de percevoir les dangers très rapidement…
Le dos du gardon tend au gris verdâtre avec quelquefois des reflets bleutés. Une bande plus foncée or et rouge à l’âge adulte orne ses flancs.
Ses nageoires pectorales sont composées de 16 rayons durs et elles ont une teinte tirant plus ou moins sur le rouge et l’orangé, tout comme la nageoire anale. La nageoire caudale est très échancrée et se pare aussi de rouge au moment de la fraie tout comme la nageoire dorsale.

 

Biologie et reproduction

Le gardon est grégaire et il vit en banc près du fond. Vous le trouverez en priorité dans toutes les zones où la végétation aquatique est bien développée. Sa reproduction se déroule vers la fin de printemps et au début d’été. La femelle pond environ 100 000 œufs et l’incubation dure entre 10 à 13 jours.
Le gardon fait environ 5mm à sa naissance et 10 cm au bout de deux ans. Sa maturité sexuelle se fera la troisième année. Sa durée de vie est d’environ 10 ans.

 

Régime alimentaire

S’il n’est pas totalement herbivore, cette nourriture végétarienne est celle qu’il consommera les premiers mois de sa vie de gardonneau, puis, viendront ensuite les petits invertébrés aquatiques et les crustacés d’eau douce. Ce lèche-à-tout raffole également des insectes aquatiques et par voie de conséquence leurs larves, dont le ver de vase, dont il est très friand. Ceci n’empêche nullement les pêcheurs de lui proposer d’autres esches comme le blé et le chènevis dont il raffole !

 

Habitat

Le gardon est un poisson qui vit en bancs, parfois importants, de préférence dans les eaux stagnantes des lacs, étangs et réservoirs mais aussi dans les eaux à faible courant des rivières et canaux. Sa rusticité lui permet de bien survivre à une eau polluée et une eau saumâtre.

 

Distribution

Le gardon est répandu en Europe centrale et occidentale depuis les Pyrénées jusqu’à l’Oural. Par contre, il est absent de l’Espagne, du Portugal, de l’Ouest de la Scandinavie, de l’Italie, de l’Albanie et de la Grèce.

 

Conseils d’expert

Instinctivement, le gardon préfère les esches animales mouvantes comme l’asticot aux esches végétales immobiles. Le gardon est sensible à la thermocline et il joue l’ascenseur pour trouver la bonne température

peche-gardon

Autres articles intéressants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer