Emmener son enfant à la pêche : comment lui transmettre sa passion?

En tant que jeune Papa de deux garçons (3 ans et 1 an), le temps que je m’octroie à la pratique de la pêche a fortement et naturellement été réduit depuis l’arrivée de ces deux bambins. Passionné et en manque de temps de pêche, j’ai spontanément voulu emmener mes enfants avec moi pour assouvir ma passion mais pas seulement.

La pêche s’aborde sous un angle radicalement différent avec un enfant en bas âge et il faut repenser sa façon de pratiquer en faisant passer son fils ou sa fille avant tout. Il ne faut plus penser seulement à prendre du plaisir au bord de l’eau, il faut partager ce plaisir pour que l’enfant passe un bon moment. Je pense qu’il y a autant de façons d’envisager la chose que de papa ou maman tant l’éducation est une chose complexe, mais je me permets de vous partager mon expérience et les points important que j’en ai retenu.

Transmettre la passion de la pêche à son enfant
Apprendre à rester calme et à observer.

Mieux préparer ses sorties et privilégier la sécurité

Je prépare mes sorties plus en amont. La logistique est plus lourde et il n’y a pas de sorties improvisées. Le temps de pêche est compté et il ne faut pas se précipiter. Avant toute chose, il faut penser à la sécurité de l’enfant. Réfléchir aux postes pêchés : n’y a-t’il pas trop de courant, trop de hauteur, des accès difficiles… Il faut privilégier les endroits faciles d’accès. Pour ma part, je sors souvent avec un autre adulte, je préviens toujours maman des endroits précis où je vais et pour combien de temps (même si j’ai toujours une heure de retard, la faute au fameux dernier lancer…). Pour les enfants en bas âge, le porte bébé est un moyen confortable et sécurisant pour votre petit de découvrir la nature. En bateau ou en kayak, le gilet ajusté à la taille de l’enfant est O-BLI-GA-TOI-RE ! De même pour le parent. Il est de bon ton de prévoir des vêtements de rechange et d’avoir toujours des vêtements chaud, coupe-vent et serviette de bain dans la voiture ou sur le bateau. Sortir avec son enfant passe aussi par des conditions météorologiques bonnes : pas trop de vent, de froid, de pluie, d’orage… il faut aussi éviter de sortir trop tard le soir ou trop tôt le matin. Les enfants en manque de sommeil ou déphasés sont souvent grognons et pas franchement réceptifs…

Transmettre la passion de la pêche à son enfant
Jeune assistant à la mise à l’épuisette.

L’initiation

Pour que l’enfant prenne plaisir à vous accompagner, je pense qu’ils ne doivent pas seulement être spectateurs. Dans tous les cas, il faut faire et montrer les bons gestes qui seront surement répéter par la suite. Il faut les faire participer, même avec des choses simples qui peuvent paraître anodines. Au début cela peut-être tout simplement de toucher le poisson, pour appréhender cet être vivant gluant mais fort sympathique sans en avoir peur. Ensuite leur apprendre à relâcher les poissons. Un peu plus tard, l’enfant peut commencer à vous seconder pour la mise à l’épuisette, jusqu’à les emmener progressivement à pêcher. Il faut aussi toujours parler, expliquer ce que l’on fait (changement de leurre, les espèces de poissons recherchés…), répondre à leur question, éveiller leur curiosité et les familiariser avec la nature. Il y a tant de choses à voir au bord de l’eau. En multipliant les sorties, si l’enfant y éprouve du plaisir, la pêche est l’occasion de leur apprendre des choses positives tout en étant en plein air, sur le respect de la nature, le respect des règles de sécurité, les bons comportements, le matériel de pêche… Dans tous les cas il faut être à l’écoute de l’enfant, ne pas contraindre ni obliger. Dans mon cas, même si la majorité des sorties se passe très bien, il n’est pas rare de rentrer plus tôt que prévu car les enfants n’ont décidément pas choisi d’aller à la pêche maintenant.

Transmettre la passion de la pêche à son enfant
Vous ferrez, il combat!

Une logistique plus lourde

Emmener ses enfants à la pêche est un réel plaisir pour moi, d’autant plus si le plaisir est partagé. Cependant, la logistique d’avant (et après) session est très contraignante. Je pense mettre au moins 4 fois plus de temps à m’organiser et me préparer qu’avant d’être papa. Je me fais même des check-lists pour ne rien oublier et ne pas gâcher ou écourter une session. Plus que jamais je regarde la météo.  Je commence d’ailleurs non plus par préparer le matériel de pêche mais je prépare en premier les affaires des enfants : biberons, cotons, eau, serviettes sèches, vêtements de rechange et chauds, vêtement de pluie, chaussures adéquates, couches, goûter, doudou, couverture, crème solaire, chapeau… et la liste n’est pas exhaustive. La session prend des allures d’expédition et la voiture est souvent bien chargée. Tout cela est indispensable à un moment ou à un autre pour que l’enfant ne soit pas déçu ou rebuté par un petit incident de parcours. Son confort passe avant tout et ils vous feront surement savoir s’ils ne l’ont pas. Le matériel de pêche se prépare dans un second temps. Pour nous, papa ou maman, je conseille les portes bébés, plus rassurant et sécurisant. Une épuisette à manche long permet de ne pas s’accroupir pour la mise à l’épuisette ; un détail mais cela économise pas mal d’énergie. Prévoyez aussi de bonnes chaussures (on m’a déjà fait la remarque sur cet aspect…), de l’eau et de quoi supporter l’effort de porter votre enfant pendant parfois de longues heures (barres de céréales, biscuits…). En termes de pêche, il faut prendre son temps, plus réfléchir à la façon d’aborder les spots. Pas de courses sur les berges et de prospection rapide. Les déplacements sont réduits mais optimisés et il ne faut pas trop s’éparpiller.

Transmettre la passion de la pêche à son enfant
En lac d’altitude et en rando, il faut une bonne condition physique.

Conclusion…

…et peut être début d’une passion ?! Partager sa passion avec son ou ses enfants n’a pas de prix. Il faut penser à l’enfant avant tout et s’organiser avec rigueur. J’ai parfois appris à mes dépens que la session allait être écourtée pour de simples détails, mais qui font que l’enfant ne veut plus être à la pêche… Il faut savoir écouter pour y retourner encore plus complices la fois d’après. Dans tous les cas, je pense sincèrement que nos bambins sont mieux au bord de l’eau à partager un moment avec un de leur parent que devant la télévision… Mais ce n’est que mon avis.

Transmettre la passion de la pêche à son enfant
Le catch and release, c’est aussi pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer