Pêche Daurade Royale

Dorade Royale, la belle aux sourcils d’or

Ce sparidé a deux orthographes différentes suivant ses les régions « daurade et dorade ». Elle est surnommée la « Belle aux sourcils d’or » pour la bande dorée quelle porte sur sa tête sur le front et sur les joues. Poisson craintif, la daurade royale est difficile débusquer et à leurrer… La moindre résistance sur la ligne engendre un refus

Classification

Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Classe : Actinopterygii
Ordre : Perciformes
Famille : Sparidae
Nom vernaculaire : dorade royale
Nom scientifique : Sparus aurata
Nom vernaculaire : ourado, aura, aurado, daourada, daouradi, doraden, dorette, dourada, douradou, escordillo, gueule pavée, paoumarenque.

Caractéristiques

Poids moyen : 1 à 3 kg
Poids maximum : 8 kg
Taille réglementaire : 23 cm
Tailles moyennes : 30 à 40 cm
Taille record : 70 cm pour 7,360kg

Description générale

La daurade royale a un corps elliptique trapu et plat. Ses flancs sont plus ou moins argentés suivant le biotope et sa nageoire dorsale possède des rayons épineux. Sa caudale est très échancrée avec un liseré noir. On note trois épines suivi de 9 à 11 rayons mous sur la nageoire anale. Les nageoires pelviennes et pectorales sont implantées dans le même axe. Elle porte une tache noire sur le haut de l’opercule, ainsi qu’une autre de couleur orangée sur le bas ce qui permet de la distinguer des autres sparidés.

Biologie

La daurade est poisson migrateur. Elle rejoint les bords de mer et les estuaires dès que la température de l’eau se réchauffe. Elle se déplace en bancs de plusieurs individus, en quête de nourriture sur des zones de passages ou en stationnant plus ou moins longtemps sur des secteurs propices à son régime alimentaire. En mer ouverte la daurade royale est sur les rochers et les herbiers marins. Dès l’hiver elle regagne le large pour se reproduire. Les alvins se nourrissent de plancton, puis se rapprochent des côtes ou des estuaires à faiblement salinisé pour grossir.

La maturité sexuelle se développe à l’âge de 2 à 3 ans. Les femelles sont des reproducteurs en batch qui peuvent pondre 20 000–80 000 œufs chaque jour pendant une période qui peut aller jusqu’à 4 mois. En captivité, l’inversement sexuel est conditionné par des facteurs sociaux et hormonaux.

Ne manquez plus rien ! Recevez chaque nouvel article paru sur 1max2peche directement sur votre email !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *