Dégager Claude Roustan et sa clique de la FNPF ? Mode d’emploi pour pêcheur mécontent

Le mandat de trop, c’est l’avis général qui se dégage lorsque l’on demande aux pêcheurs ce qu’ils pensent de l’action de la FNPF et de son président Claude Roustan ces dernières années. Et avec les confinements et les interdictions qui en ont découlé, la goutte d’eau a fait déborder le vase. Pourtant deuxième fédération en France en termes d’adhérents, la pêche de loisir se fait marcher dessus. Les pêcheurs professionnels qui font pratiquement ce qu’ils veulent à notre dépend, le gouvernement avec des interdictions aberrantes, et un président aux abonnés absents. Face à la gouaille du président de la fédération de chasse, notre président fait bien pâle figure. Ses coups d’éclats du dernier mandat ? Choisir de s’afficher sur le tour de France et une participation lunaire au Fishing Club. Chacun est libre de se faire son avis, mais si vous vous posez la question de comment faire pour dégager Roustan et sa clique de la FNPF, la réponse est ici ! 

Jouer sur l’achat de la carte de pêche 2021 ?

Certains pêcheurs mécontents de la FNPF préconisent de ne pas prendre de carte de pêche en 2021. En lisant cet article, vous comprendrez que cela va priver la FNPF d’une partie de ses revenus, mais également les FDAAPPMA et AAPPMA, maillons essentiels en bout de chaine, affaiblissant ainsi toute la chaîne associative halieutique.

L’autre idée émergente est de prendre sa carte dans les fédérations qui bougent plus que les autres. Là aussi c’est à double tranchant, car dans ce cas vous ne pouvez ni voter ni vous présenter aux élections des AAPPMA pour faire bouger les choses localement. 

L’organisation de la pêche en France

Sans aller à fond dans ce sujet vaste et complexe, il faut savoir que la pêche en France est structurée de manière associative et repose essentiellement sur du bénévolat. Au niveau local, ce sont les AAPPMA qui gèrent les lots de pêche et assurent leur gestion comme elles le souhaitent, en respectant les prérogatives de la FDAAPPMA et de la FNPF. La FDAAPPMA organise la pêche à l’échelle d’un département. Certaines ont des employés (secrétaire, agents, etc.) et elles sont en contact avec la préfecture notamment. Et au-dessus de tout cela, on retrouve la FNPF, censée donner un cap à la pêche de loisir en France à travers des actions de communication et du lobbying auprès des députés.

Tout en bas, il y a nous, simples pêcheurs. Tout en haut, il y a Claude Roustan. Entre les 2, il y a un système de votes plus ou moins complexe. Mode d’emploi !

Elections FNPF

Etape 1 : Assemblé générale des AAPPMA (dernier trimestre 2021)

Si vous avez une carte de pêche, vous pouvez voter lors de l’assemblée générale des AAPPMA. A l’issue de ce vote, un conseil d’administration sera désigné. Dans la foulée, le conseil d’administration va faire un vote en interne pour désigner le bureau, dont le président de l’AAPPMA. Selon la taille de l’AAPPMA, le président et un certain nombre de délégués auront un vote à porter lors de l’assemblée générale de la FDPPMA. En parallèle, les candidats (avec minimum 3 ans d’ancienneté dans l’AAPPMA) au conseil d’administration de la FDPPMA se déclarent et sont approuvés par l’assemblée présente, ou non, pour les élections qui auront lieu en mars 2022. Si vous avez minimum 2 ans d’ancienneté dans l’AAPPMA, vous pouvez vous présenter en tant que candidat.

Etape 2 : Assemblée générale des FDAAPPMA (mars 2022)

Le pêcheur lambda n’a plus son mot à dire, mais les présidents d’AAPPMA et leurs délégués vont désigner le conseil d’administration de la FDAAPPMA. Là encore, après ces nominations, le conseil d’administration se réunit pour faire un vote en interne et désigner le bureau, dont le président. l’élection du conseil d’administration de la FNPF. C’est aussi à ce moment que des candidats au conseil d’administration de la FNPF se déclarent pour les élections qui auront lieu en juin 2022.

Etape 3 : L’association régionale

Tout comme lors de la première étape, un certain nombre de personnes (les présidents élus des FDAAPPMA et les délégués) auront le droit de vote pour l’association régionale qui regroupe donc les départements par région. Bien souvent ce sont des accords plutôt qu’un vote pour désigner qui siégera au conseil d’administration de la FNPF même si techniquement un vote est possible. Et bien souvent ce sont des présidents de FDAAPPMA qui sont élus, même s’il y a quelquefois des dérogations. Mais convenez qu’il est difficile de devenir président de la FNPF si on n’a pas réussi à devenir président de sa FDPAAPPMA.

Etape 4 : Assemblée générale de la FNPF (juin 2022)

Les élus des différentes associations régionales font donc partie du conseil d’administration de la FNPF et se retrouvent pour élire le nouveau président de la FNPF. Une fois le président élu, il décide alors de son équipe pour les 5 années à venir jusqu’au renouvellement des baux de pêche et donc les prochaines élections.

Génération 80

La talentueuse génération « Club Dorothée » sera à mon avis la prochaine grande génération de dirigeants des fédérations d’ici quelques années. Les premières pierres ont été posées par certains dont par exemple Jean Baptiste Morel au sein de son AAPPMA, candidat pour être administrateur de la FD62 ou encore de Bruno Faure, qui s’est investi à l’AAPPMA de Cahors avec là aussi un rôle futur d’administrateur à la FD46. Il y en a d’autres, et ce n’est que le début !

Comment en finir avec la présidence Roustan à la FNPF ?

Tout d’abord, sachez que le président sortant est bien parti pour être à nouveau élu malgré la grogne des pêcheurs français. Pourquoi ? Car avec ce système pyramidal, les têtes ne changent pas souvent, faute de candidats motivés par ces activités majoritairement bénévoles. Et une personne motivée qui arriverait jusqu’au niveau départemental, voire régional, se retrouverait certainement un peu esseulé au niveau national les premières années, le temps de faire sa place. En revanche, si de nombreux départements sont renouvelés en 2021, un nouvel élan peut-être donné et tout peut changer très vite, dès l’an prochain !

Il faut donc se bouger et aller voter dans les AAPPMA pour des personnes qui veulent faire bouger les choses, et qui ne voteront pas pour un conseil d’administration de FDAAPPMA favorable aux actions du président Roustan. Ça existe déjà, en coulisses certaines FDAAPPMA ne cachent plus leur mécontentement envers la FNPF. Il y a fort à parier que d’autres FDAAPPMA vont changer de cap lors des prochaines élections et on n’est pas à l’abri d’une (bonne) surprise.

Il y a de vrais talents, des personnes impliquées, avec une vraie vision de la pêche, au sein des bureaux d’AAPPMA, mais aussi désormais de plus en plus de FDAAPPMA. Et le jour viendra où cela montera encore d’un niveau dans la pyramide et la FNPF sera enfin dirigée par un président ayant une vraie vision du cap à prendre pour la pêche de loisir.

Rendez-vous donc en juin 2022 pour le dénouement, peut-être verra-t-on Gloups faire ses adieux au président de cette manière ?

Qui n’a pas envie de voir Gloups le faire ?

La colère des pêcheurs

La colère des pêcheurs n’est pas nouvelle, mais elle devient de plus en plus grande devant l’inaction de la FNPF. Plusieurs personnalités l’ont dénoncé plusieurs fois, Léon Hoogendijk ou Frederic Jullian pour ne citer qu’eux, mais Philippe Lagabbe, qui manie aussi bien le verbe que la canne à pêche, résume parfaitement la situation dans un message envoyé il y a quelques temps à sa fédération départementale.

Dans toute l’histoire de la Pêche Associative, jamais la contestation n’a atteint une telle intensité. La crise sanitaire n’est que l’arbre qui cache la vaste forêt des incompétences et des abandons. L’autisme caractérisé de la FNPF (Fédération Nationale pour la Pêche en France) et de certaines fédérations départementales qui approuvent docilement une politique ubuesque est à son paroxysme. C’est la goutte qui fait déborder le vase et les Pêcheurs comme certaines associations spécialisées mais aussi certaines composantes du monde professionnel de la pêche de loisir, à juste titre, s’estiment trahies. C’était prémonitoire voilà le début de ma lettre ouverte envoyée à la FD 67 en octobre 2020 : Le bruit et non la rumeur enfle de plus en plus sur les berges des gravières et des rivières Bas Rhinoises. Encore que le mot bruit est un doux euphémisme puisque toujours attiré par la culture des faits je dois dire qu’il s’agit d’un grondement puissant qui comme chacun le sait peut précéder le tonnerre. Et bien le tonnerre il est là, au niveau national et bien malin celui qui peut mesurer aujourd’hui l’onde de choc. Le faible lien qui pouvait encore tenir entre les représentants des pêcheurs et les pratiquants est rompu car trop c’est trop. A force de donner la priorité à la politique et non à l’halieutique, à force de ne pas respecter ceux qui sont le socle de la pêche associative, à savoir les pêcheurs, à force d’employer l’argent de ces derniers à des opérations marquées du sceau du grotesque, à force de ne pas défendre les intérêts de plus d’un million de pratiquants et à force d’oublier les missions premières le lien est rompu. En ce qui concerne le dialogue ou la communication, pas de dégâts car ils n’existaient pas ou alors si peu. Il est temps que certaines fédérations plus que respectables montent encore plus au front qu’elles ne l’ont fait ces derniers jours, que la Presse et les Industriels s’en mêlent car le sabordage de la Pêche Associative est inacceptable comme le mépris de la FNPF qui aujourd’hui est indéfendable et coupable.

Philippe Lagabbe

29 commentaires

  1. Normalement, les commerces non existentiels réouvrent leurs portes le 27 Novembre 2020. Est-ce que la pêche à la ligne, au bord d’un lac, pourra recommencer en portant le masque, et, ayant le gel hydroalcoolique à porter de main ? J’habite la région de l’Aude, sur Quillan, merci beaucoup pour votre compréhension et votre réponse

  2. « Jouer sur l’achat de la carte de pêche 2021 ?
    Certains pêcheurs mécontents de la FNPF préconisent de ne pas prendre de carte de pêche en 2021. En lisant cet article, vous comprendrez que cela va priver la FNPF d’une partie de ses revenus, mais également les FDAAPPMA et AAPPMA, maillons essentiels en bout de chaine, affaiblissant ainsi toute la chaîne associative halieutique. »

    J’ajouterais une chose : acheter sa carte de pêche ne changera pas grande chose à la vie des élus qui sont des bénévoles. L’impact sera inexistant sur leur vie, hormis les priver d’un « passe-temps » et d’un éventuel nouveau mandat associatif…

    Par contre chaque Fédération compte en moyenne une 10aine de salariés (soient entre 900 à 1000 salariés au niveau national) et qui, au-delà du métier, sont à 99% des passionnés. Ne plus acheter sa carte de pêche, c’est aussi risquer de mettre au chômage des 100aine de personnes qui n’ont rien demandé et qui ne font que suivre les directrices de leurs élus associatifs, comme tout salarié qui doit suivre les ordres de son patron même s’il n’est pas toujours d’accord avec les choix réalisés. Les pêcheurs ont souvent tendance à perdre cela de vue, mais il y a aussi des salariés et derrière eux des familles qui seront les 1er impactés par un tel choix.

    1. nous avons plus le choix !!! les cours d’eau meures , les poissons disparaissent et toutes les personnes qui gèrent la pêche ne font rien pour lutter contre ces fléaux qui de jours en jours détruisent tous le milieux aquatique vraiment une bande de minable qui veulent apprendre aux autres pays à gérer leurs patrimoine piscicole alors que tous les pays qui nous entours regorge de richesses piscicole , honte à tous ces politiques et soit disant défendeur du cheptel , je ne vois qu’une solution au problème messieurs pour sauver tout notre patrimoine piscicole démissionnez car il est impossible de faire pire merci de votre compréhension .

    2. L’année prochaine pas de carte pour moi tampis pour vous et je ne suis pas le seul à penser ca .fédération inactivé une honte beaucoup de mes amis pécheurs vont faire de même.

    3. Salarié d’association, n’a jamais été un travail stable. Faire du sentimentalisme avec un tel sujet est vraiment déplacé.
      Je ne suis pas pour ne pas acheter ma carte l’année prochaine.
      Mais je suis pêcheur depuis trois ans et je trouve ce système aberrant mais on doit faire avec.

  3. Franchement ignoble de s attaquer au président de la FNPF car derrière la fonction il y a un être humain. Ne pas partager les orientations du CA de la FNPF ça peut ce concevoir, mais comme dans nos Fédérations, et nous avons nos structures associatives pour débattre et démocratiquement prendre les bonnes décisions. Par contre laver son linge salle sur la place publique par le canal des réseaux sociaux en se cachant derrière un pseudo, je trouve ces comportements lâches et inhumains. Au printemps 2021 si sortis du covid, auront lieu les élections des structures associatives de la pêche et, j invite tous les sans noms, sans visage et autres adeptes des réseaux sociaux à candidater au sein des nos AAPPMA et FD pour changer les choses si cela ne va pas. Cela vous permettra de découvrir les joies et les bonheur du bénévolat dans nos associations. En la critique est facile, mais se retrousser les manches et donner de son temps pour la protection des milieux aquatiques et développer le loisir Pêche, c est beaucoup plus difficile.

    1. 1) Je ne vois pas en quoi cela est dérangeant. Monsieur Roustan ce plain de ces attaques publiques ?! Ah bon ?! Comment le savez-vous ? Aucun pêcheur n’a entendu le son de sa voie depuis la veille du confinement. Vous semblez le connaitre, merci de lui demander de réagir dans ce cas. La contre-attaque est ouverte.
      2) J’ai bien peur que l’argument du « venez dans les asso! vous verrez si c’est facile » soit obsolète. Car oui, nous viendrons. Le rendez-vous de 2021 est prit, vous ne mesurez pas l’ampleur du mouvement et n’êtes certainement pas préparé.
      3) Quand on a plus les épaules pour représenter ceux qui nous ont élu, on s’incline, on se retire. Personne n’est irremplaçable, vous en ferez rapidement le constat.
      4) Je me répète mais : désolé pour Monsieur Roustan de se voir attaquer de telle façon sur la place publique, mais, une fois de plus, il a un droit de réponse et nous l’attendons. Le plus sage serait simplement de dire « Merci, de rien, au revoir ».

    2. Donc vous cautionnez l’immobilisme de Claude Roustan ???
      La critique est facile ? Non, elle est juste méritée !

    3. Mon cher Mr,

      Regarder et regarder a nouveau le numero du fishing club avec M Roustan. IL A TOUT DIT DU FOSSE QUI SEPARE SA VISION DE LA PECHE AVEC 70% DES PERSONNES QUI LA PRATIQUENT AUJOURD’HUI ….

      Ouvrez les yeux, on attaque pas l’homme, on attaque une présidence inexistante et aucun maitre a bord … qui veut pas entendre et surtout ne pas prendre le virage de la peche moderne d’aujourd’hui….

      Alors , oui plein de reconnaissance a vous et a tout nos benevoles mais honte a ce qui ne voit pas la colère et ne l’entende pas !

      Quel pecheur est heureux de ne pas prendre sa carte de peche pour assouvir sa passion? Aucun…

      C’est la goutte de trop, mais le malaise est profond !

    4. 3 ans que j’ai le permis donc je soutient entièrement cette article la majeure partie de l’argent du permis revient a la fédération les associations ne récoltent qu’une partie infime des permis et elles sont plus investies que cette fédération et ces dirigeants qui ne respectent pas ses engagements envers ses adhérents une honte l’année prochaine je ne prendrai pas mon permis .

    5. Ignoble de demander à une personne qui n’est pas capable de défendre les intérêts des pécheurs respectueux d’un environnement bien mal en point ?
      Cher Monsieur, je suis administrateur dans une APPMA ardéchoise (5 ans déjà), je relève très régulièrement les manches afin d’agir concrètement en faveur des milieu aquatique, je n’ai pas de compte sur les réseaux sociaux et ne me cache pas derrière un pseudo !
      Et parce que derrière une fonction, il y a un être humain, on ne pourrait pas critiquer l’inaction !? trop facile.
      Vous savez aussi que ce système pyramidal ne facilite pas du tout le changement, même avec une forte implication des bénévoles en APPMA…
      Cordialement.,

    6. Vous dites:
      « En la critique est facile, mais se retrousser les manches et donner de son temps pour la protection des milieux aquatiques et développer le loisir Pêche, c est beaucoup plus difficile. »

      Je partage votre avis mais pas pour les même raisons : j’ai voulu m’investir il y a quelques années dans une AAPPMA…bien mal m’en a pris, nous étions 3 « jeunes » à nous engager dans l’asso, et on nous l’a bien fait savoir et comprendre, nous étions très bien pour monter les stands du concours de pêche ou tout autre basse besogne, par contre nos propositions d’améliorations ou de changements ne furent jamais entendues, ni même écoutées, balayées d’un revers de manche en nous disant :  » vous les jeunes, vous n’y connaissez rien… » Pas vraiment de quoi donner envie de continuer, nous avons fini tous trois par quitter l’asso, aucun intérêt de participer à un dialogue de sourds…
      On en revient toujours au même, il y a ceux qui croient savoir et qui ne savent pas, et ceux qui voudrais proposer des choses et que l’on écoute pas…et je pense sans trop me tromper je crois, que c’est la même chose dans beaucoup d’AAPPMA qui sont dirigés par des bénévoles souvent retraités, qui peuvent être réfractaires au changements…

    7. Bonjour,
      J’habite Lille et ça fait trois ans que je peche. l’appma de Lille ne répond pas au téléphone (si s’est encore leur numéro), je ne trouve aucun moyen pour les contacter et je ne les vois jamais. Ils ont un forum mais il ne répondent jamais.
      Je lis les comptes rendus de la fédération du nord et il y a un étang qui appartient au pul de Lille (l’appma) et ça fais deux ans que j’y vais et le projet de restauration date à l’écoute des autres pêcheurs et pendant se temps là le niveau est de plus en plus bas.
      Donc achetant une carte, j’adhère à une association par obligation pour pêcher.
      Je n’ai aucun moyen de la contacter, le département fait beaucoup de projets mais peux ce réalise et l’instance du dessus est inconnue au bataillon.
      Je suis critique mais pour pêcher je suis obligé de payer cette mascarade.
      Maintenant
      on nous demande de participer à l’appma mais quelle pêcheur en finissant une partie de pêche ne part pas avec les déchets trouvé au sol, voir plus.
      On nous dit sentinelle, mais dois je rappellais la pollution de l’Hérault (tereos), de lactalis dans le nord (et partout en France) sans parler de Lafarge un peu plus loin dans la Seine.
      Des « braconniers » à défaut d’avoir une appma qui répond dont la police n’a pas le temps de gérer.

      Donc on nous donne un rôle à jouer dans la protection de la biodiversité mais qui nous est impossible à faire car rien n’est prévu quand la situation est présente.

  4. Lorsque quelqu’un n’est pas efficace, et bien on le remplace ! même si le système semble cloisonné dans cette organisation, une des vertue de la pêche est la patience, mais pour prendre les décisions et avoir le possibilité de vote au plus haut niveau : prenons le pouvoir ! peut-être serons nous obligé de supporter encore un mandat de ces personnes, mais ça changera bientôt !
    A chaque pêcheurs de s’investir déja au niveau local (AAPPMA) et d’intégrer les fédé départementale ensuite !

    Peut-être que le budjet de communicatioin de la FNPF sera dédié aux fabricants de gilets de sauvetage….
    afin d’éviter le naufrage de son CA !!!!

  5. Bonsoir,

    Je suis un jeune président d aappma depuis 12 ans, enfin presque jeune…42 ans.

    J espère bien que cette vague en 2021 va arriver et que je me fasse dégager par tous ces gens mécontents

    Mais bon ça n arrivera pas, moi le premier je milite auprès des plus jeunes pour s investir dans l asso mais personne …

    Entre réagir sur la toile via les réseaux et se sortir les doigts pour aller bosser bénévolement le week end, se taper des courriers et se coller les réunions le soir… Y a un gap

    Et c est vrai dans toutes les associations …

  6. La Fédération devrait tout faire pour que ses [nombreux] adhérents puissent continuer à pratiquer leur loisir, en se concertant avec les autorités pour faire valoir leur droits, et en cherchant des solutions pragmatiques et concrètes. Mais au lieu de cela, rien n’est fait !
    Lorsqu’on paye pour une carte URNE à 100€ (prix qui ne cesse d’augmenter chaque année), on est légitimement en droit d’attendre en retour une garantie de pouvoir pêcher.
    Si la Fédération n’est pas en mesure de garantir une saison de pêche normale pour 2021 : boycott massif de la carte de pêche.
    De toute façon la carte ne servira à rien puisqu’on nous empêchera encore de pêcher, le Covid n’étant pas près de disparaître selon les spécialistes et le gouvernement (donc rebelote restrictions & confinements à rallonge en perspective).
    Il nous faut des garanties sérieuses quant à la possibilité de pouvoir pêcher même en cas de « crise sanitaire ». Par exemple, à la fin du premier confinement, on avait tout de même le droit de pêcher sur les cours d’eau « sauvages », l’accès aux plans d’eau (lacs, étangs) étant laissé à l’appréciation du préfet. C’était déjà un peu plus sensé. Ils pourraient au moins autoriser de nouveau la pêche en solitaire sur les rivières, en laissant le soin aux gardes-pêche locaux et aux gendarmes de contrôler qu’il n’y ait pas d’attroupements de pêcheurs regroupés au bord de l’eau. Quitte même à pêcher en portant le masque (ce qui serait somme toute un peu stupide, mais bon)… Je pense que nous sommes prêts à faire des concessions pour pouvoir continuer à pêcher malgré tout, maintenant c’est à la Fédération de faire preuve de compétence et de loyauté à l’égard de ses adhérents.

  7. Notre ami Wied’zmin a parfaitement résumé la situation de la pêche de loisir Française (nous faisons parti du même Forum Lorrain ) bref ,le Papy que je suis (75 printemps )tire un grand coup de chapeau à Monsieur Philippe Lagabbe pour son article sur la situation ,mais, sans une cohésion totale de toutes les Fédés Dtales et de l’ensemble des pêcheurs mécontents (comme savent le faire les chasseurs quand on touche à leur « loisir  » ), ou , OUI un nouveau président à la tête de la FNPF MAIS à condition qu’il ait le « bras long » auprès de nos grands dignitaires politiques .J’ajouterai que certains coups de balais seraient également à faire dans certaines Fédés et même Aappma bien silencieuses en cette triste période (ce que j’assimile pour ma part à du fayotage !!!!)

  8. Citation:

    « La colère des pêcheurs n’est pas nouvelle, mais elle devient de plus en plus grande devant l’inaction de la FNPF. Plusieurs personnalités l’ont dénoncé plusieurs fois, Léon Hoogendijk ou Frederic Jullian pour ne citer qu’eux, mais Philippe Lagabbe,  »

    Oh oui vivement que c’est gens (qui ne sont que des marchands et non pas des pros de la gestion du milieu aquatique) nous disent comment faire… apres les bassines de truites, les bassines de carpes et les bassines de carnassiers! trop cool!

    Nous aussi on pourra faire du lobbying !

    on va en acheter de la bouillette magique et des leurres a 30 balles mais par contre 100€ de carte de pêche ha non y a pas moyen c’est beaucoup trop, faut pas déconner quand même… !! en plus le poisson on le bouffe pas.

    Le but du jeux c’est quoi ? prendre du poisson.. peu importe que ce soit dans une fosse a lisier ou dans un cours d’eau en bon état ??

    Plus ça va et moins je peux encadrer les pêcheurs, que des pleureuses qui passent leurs temps a se palucher sur facebook pour savoir qui a la plus grosse…

    enfin bref, la révolution c’est pas pour demain… pour ca il faut avoir plus que de la gueule 😉

  9. Interdire la péche de loisirs soit disant covid les pécheurs en ont mare qu’ont nous prennent pour des cons qu’elles risques quand je péche seul, je ne manquerai pas de sanctionner certains dirigeants qui n’ont rien fait pour défendre la cause des pécheurs lors des prochaines élections

  10. Bonsoir, quoi qu’il arrive monsieur DUCOIN je ne reprendrai pas ma carte de pêche 2021. Président inexistant à la défense des pêcheurs. Et moi je ne me cache pas derrière un pseudo.

    1. Salut Patrick ,pêche a papy ????J’en suis un ,je t’invite à venir faire un tour en Meuse avec moi comme tous les p’tits gars que j’ai formé ,ou mieux, rendre une petite visite au Forum « Carnalor  » tu comprendras vite que tous les papys ne sont pas tous à mettre dans le même sac .Quant à arriver à mobiliser les jeunes il suffit de les compter à chaque AG annuelle et pourtant je me tue à leurs dire « place aux jeunes !!!!  » ,parole de Papy!!

  11. L’année prochaine pas de carte pour moi tampis pour vous et je ne suis pas le seul à penser ca .fédération inactivé une honte beaucoup de mes amis pécheurs vont faire de même.

  12. Pas de pseudo pour moi non plus nom et prénom voilà heureusement que les associations sont la vue le prix du permis et le pourcentage ridicule qu’elles récupèrent dommage surtout pour elles. Mais pour ma part vous les dirigeants ne représentez pas du tout votre génération pêche

  13. Moi c est la première année que je penchais en eau douce j ai pris trois cartes 2 adultes et un 1 enfant pour 2021 je retourne en mer ça c est sur très très dessus.

  14. Salut à tous,

    Mon intervention peut surprendre, car je ne pêche pas en eau douce*, mais je suis un fervent engagé de la pêche eb mer, de la préservation des espèces et de la modernisation des compétitions dans ce même milieu.
    Je comprends pleinement la grogne des pêcheurs et le ras le bol de voir leur loisir livré à l’immobilisme (limite « régressisme ») des élus et du système !

    Pour faire bouger les choses, il serait peut-être opportun d’ouvrir une autre voie, mais pour cela il va falloir vous mettre au charbon. En effet, si des règles électorales et démocratiques existent, un président ne peut pas se soustraire à une demande globale qui remonte par étape.
    Lors des prochaines AG, vous devez participer et exiger que l’ordre du jour prévoie un vote pour élire le bureau et un autre juste après pour demander l’organisation d’un référendum (dont vous fixerez les tenants et aboutissants : démission des instances diverses et variées, refonte du système électoral,…)
    Ca il va falloir le réfléchir en amont et le ficeler avec des juristes (quelques annonces pour trouver ça dans vos troupes en mode bénévole), fédérer et motiver les troupes pour qu’elles aillent massivement voter, etc. Du taf en perspective, mais l’assurance de faire bouger les lignes rapidement et efficacement !

    De fait si toutes les AAPPMA votent à la majorité la demande de tenue d’un référendum, il sera compliqué pour la fédé de ne pas accéder à la demande de « la base ».

    Je n’ai pas du tout travaillé ce sujet et sa faisabilité, mais c’est une piste qui me semble réalisable 😉

    Un président d’asso qui consacre des centaines d’heures par an à faire bouger les lignes et qui ne se cache jamais derrière l’anonymat
    Arnaud CHEVALLIER « SKF »

    *si je ne pêche pas en eau douce, c’est la faute à un contrat « moral » avec ma femme : elle souhaite que je passe un peu de temps à la maison ^^ 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page