Conseils de pêcheur pour la pêche du carassin à la grande canne

Pour pêcher de gros carassins, inutile de tergiverser sur les goûts, les couleurs et la taille de l’appât. Le carassin est un gros poisson qui ne rebute pas à venir fouiner dans les amorces riches à grosse granulométrie. Par contre, il n’aime pas vraiment les courants puissants et préfère les rivières lentes, les grands canaux et les étangs.

La pratique de la pêche du carassin en grande rivière est relativement peu fréquente car ce cyprin n’apprécie pas les courants puissants qui caractérisent souvent ces cours d’eau, notamment en périodes de crues. C’est pourquoi, à choisir, il préfère les plans d’eau et les ballastières qui sont parfaitement adaptés à son biotope, et c’est là que nous irons le chercher de préférence. Néanmoins la pêche en grande rivière est souvent un bon plan !

 

Choisir un poste gagnant

Les pêcheurs au coup sont toujours intéressés par une position qui doit leur permettre de déployer de grandes cannes pour atteindre une profondeur respectable (toujours vers le milieu du canal). La lecture de l’eau permet de repérer quelles sont les zones où la compétition alimentaire est la plus soutenue et qui nous indique immédiatement la présence de poissons. Qui dit poissons, dit souvent brèmes et carassins…
La zone de plaine (zone à brèmes) est celle qui précède immédiatement les estuaires et le carassin supporte très bien les eaux légèrement salines. Le parcours est généralement lent et les carassins y sont fréquents car peu exigeants sur la qualité des eaux. Si pour parfaire à cela, une abondante nourriture est régulière, vous pouvez être certain de réussir une belle pêche en vous installant sur cette berge.

Deux puissances pour faire face

La pêche du carassin ressemble pour beaucoup à celle des gros gardons de fond et des brèmes. Il est donc recommandé de prévoir un matériel adapté à ces poissons à la puissance des plus belles pièces.
Pour la pêche à la grande canne, deux kits (ou deux cannes télescopiques) sont suffisants.

 

Pêcher le carassin
A l’anglaise dans le Gard Paul Louis Lafont découvre les carassins du Vidourle avec une belle réussite

 

Les flotteurs plats

Largement utilisés aujourd’hui, ils ressemblent à de grosses sucettes ou à un voilier de compétition comme le Torpédo. Leur forme particulière permet de retenir ou de caler la ligne pendant quelques secondes afin que l’esche puisse dériver le plus lentement possible et se présenter correctement à la vue du poisson. Cette pêche est très utilisée pour prendre les carassins de fond. A la télescopique, vous pourrez pêcher entre deux eaux et ce type de flotteur vous permettra d’éloigner la ligne du bord vers le large pour contourner un obstacle et prospecter une zone où habituellement il est difficile de réaliser une coulée dans le sillage de l’amorce (branches par exemple).

Le flotteur « Edmond » de chez Sensas est très utilisé pour bloquer la ligne dans les rivières à courant soutenu. Chez Milo, le « Lek-lek » est un flotteur spécialement étudié pour la pêche forte des gros poissons.
Il faut noter la nouvelle génération de flotteurs « Cralusso » à la forme très particulière qui permet au courant de s’appuyer sur le flotteur (type Torpedo). Tous risques de vibrations parasites (vents, vagues) sont éliminés pendant l’action de pêche. Ces flotteurs seront donc utilisés dans les rivières qui subissent des accélérations ponctuelles, ne gênant pas pour autant l’habitat de ces cyprins.

La pêche en canal est l’une des pêches des plus techniques qui soit, notamment à l’anglaise, surtout si vous devez faire face à des éclusées. Dans ce cas, effectivement la pêche au rappel sous la canne est certainement la mieux adaptée. S’il s’agit d’un canal d’irrigation, non soumis à la navigation, l’amorçage de départ pourra être lourd sans craintes ultérieures sauf celles de perturber le secteur par des prises rapprochées.

 

Pêcher le carassin
La taille d’un carassin moyen est déjà appréciable pour un poisson blanc, surtout s’ils sont nombreux sur le coup…

Pêche en canal

Souvent le poisson n’est pas aussi loin que le pêcheur l’imagine. Cette disposition à vouloir pêcher au large, en canal (méthode qui se comprend en rivière puisqu’il est préférable de rechercher le lit naturel) n’est pas toujours récompensée. Ceux qui se promènent sur les berges savent très bien que les poissons, confiants, parfois naïfs, sont en bordure et qu’ils disparaissent dans un bouillonnement significatif dès que l’ombre du passant porte sur l’eau.

 

Conseils d’expert

  • La pêche en canal est compliquée s’il y a des éclusées. Un flotteur plat est souvent une bonne solution.
  • L’utilisation d’une canne télescopique est une bonne solution pour tenter les poissons sur le fond, entre deux eaux, à bloquer ou en dérive, en modifiant rapidement la hauteur de ligne sans être obligé de changer de matériel
  • A l’anglaise, vous pourrez piéger les poissons du large mais la distance n’est pas toujours nécessaire… regardez la bordure !

Un commentaire

  1. Le carassin , ca pululle dans les bras attenants au canal de Briare coté Montargis , environ 2.5 kg par poisson , ca se bat quasiment pas , mais impressionnat pour les passants , « qu’il est gros  » mais voui mais tellement inutile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer