Comment pêcher le brochet dans les profondeurs en pélagique

Le brochet est un poisson aux mœurs très déroutantes. Il change de zone très facilement au gré des bancs de fourrages sur lesquels il concentre son activité nutritionnelle. Nous constatons que sa position dans la colonne d’eau varie énormément dans une même semaine et selon la climatique.

Pour pêcher essentiellement le brochet sur le lac Léman en tant que Moniteur-Guide de pêche, nous utiliserons ce grand lac comme exemple pour vous expliquer cette pêche particulière. Chaque année, nous vivons au gré des saisons ces changements brusques de position du brochet et nous les ressentons comme des apparitions et/ou des disparitions sur des hauteurs d’eau…. Mais contrairement à ce que nous pensons, le brochet reste la quasi-totalité de son temps de vie en profondeur.

Pêche du brochet en pélagique
Brochet de 88 pris à 16 m de fond.

Position du brochet dans la hauteur d’eau

C’est un peu compliqué de comprendre sa position si nous ne connaissons pas de milieux profonds. Nous savons que le brochet est défini en tant que poisson de littoral et de la zone pélagique mais cela ne veut pas dire qu’il vit au bord, cela signifie plutôt qu’il a une tendance à vivre dans l’entière hauteur d’eau du littoral et de la zone pélagique… Ce qui nous amène à déterminer cette profondeur d’évolution par la façon suivante.

Nous savons que c’est l’union des hauteurs d’eau de la zone littorale et de la zone pélagique. La zone littorale est définie par la pénétration de la lumière (zone euphotique) et son substrat (là où les herbiers poussent). La zone pélagique correspond à la profondeur de la zone euphotique et à la hauteur d’eau jusqu’à la thermocline. Pour le Léman, cela représente un pourcentage de la profondeur maximale de 3 à 10% ; soit de 11 à 31 mètres maximum. Cela tient compte des variations climatiques et des diverses productions planctoniques dans l’année (plus d’infos sur : www.cipel.org).

Nous voyons clairement que la position du brochet se situe dans une colonne d’eau de 0 à 31 mètres. Après, il faut le trouver dans notre journée de pêche en fonction de la climatique, des poissons de fourrage et des structures existantes. De toute manière, du moment que nous pêchons dans plus de 5m d’eau, limite technique d’immersion de la majorité des leurres durs de type poissons nageurs, nous pêchons en profondeur.

 

Choix des profondeurs et du spot de pêche

Rien ne prédit la pêche et nous sommes obligés de nous orienter sur notre lac selon les vents qui créent des courants dans lesquels les poissons fourrages sont présents et donc bien évidement les brochets. La configuration des fonds prend par la suite de l’importance. Plus les fonds sont alternés et différents, plus nous pourrons déterminer quelles sont les structures qui « accrochent » nos brochets. Pour affiner notre choix, la température du lieu doit être en adéquation avec ses optimum de vie c’est à dire jamais en dessous de 8°C ni au dessus de 24°C sinon notre pêche risque d’être très très difficile…

Pêche du brochet en pélagique
Brochet de 114 pris à 26 m de fond.

Les leurres

Le constat suivant s’impose de lui même, nous pêchons exclusivement avec les leurres souples. Nos boites doivent renfermer différentes vibrations pour coller aux attentes de maître esox. N’oublions pas que pour qu’un leurre souple fonctionne correctement, il doit être équilibré.

Pour bien équilibrer son leurre, c’est à dire pour qu’il émette les bonnes vibrations lors des animations et qu’il nage dans la bonne profondeur, nous avons deux paramètres à respecter. Le premier est la souplesse / dureté du leurre pour connaître les vibrations émises, le second étant de lui ajouter juste ce qu’il faut de poids pour le faire descendre et nager sur le bon niveau, celui des poissons. En tenant compte de ces deux contraintes, nous retiendrons que plus la texture du leurre est dure, plus nous devons charger en tête le leurre avec du poids ; plus nous allons en profondeur et plus nous augmentons le poids total du leurre.

Voici un tableau sur l’immersion d’un leurre et sa vibration selon sa texture :

Profondeur de passage du leurre en mPoids des TP à utiliser pour texture souplePoids des TP à utiliser pour texture médiumPoids des TP à utiliser pour texture dure
510g12,5g15g
1015g18g21g
1520g24g28g
2030g35g40g
2540g45g50g

 

La pêche et ses aléas

Attention aux pêches en profondeur supérieure à 15m, si vous souhaitez remettre les poissons dans leur élément dans les meilleures conditions possibles, respectez les règles suivantes :

  • pêcher gros en diamètre et frein serré pour écourter le combat au maximum
  • pas d’armement superflu, un seul triple sans ardillon en 2 ou 3/0 sur un leurre de 20/25 cm suffit à piquer correctement les poissons et à les manipuler le moins possible
  • Ne pas faire trainer la séance photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
Partagez
Tweetez
Email