Comment pêcher le bar au toc en mer : une autre approche de la pêche

La pêche en mer aux appâts naturels est généralement pratiquée à la calée avec une ligne lourdement lestée pour bien tenir le fond, que l’on pêche du bord ou en bateau. Elle fait essentiellement appel au comportement alimentaire des poissons. A l’opposé, la pêche au leurre se pratique en dérive et vise à la fois l’agressivité et ce même comportement alimentaire. Mais il existe une autre manière d’aborder la pêche en mer dans certaines conditions, avec une technique issue de la pêche en eau douce : la pêche au toc aux appâts naturels, idéalement vivants.

Avec cette technique, on va jouer sur la gourmandise des poissons en leur offrant une friandise. Car les poissons sont gourmands ! Ce constat peut paraître très anthropomorphique, mais j’en ai eu la preuve à de multiples reprises en prenant ainsi des bars à l’estomac complètement vide, donc en dehors de leur période d’activité alimentaire ; ou à l’inverse gavés avec l’estomac déformé tant il était rempli ! Et dans ces conditions, les autres techniques conduisent le plus souvent à la bredouille.

Pêche du bar loup en mer au toc
Poissons trophé de l’été 2018.

Où et quand pêcher au toc en mer ?

Cette pêche très lente et précise n’est en aucun cas une pêche de prospection comme la pêche au leurre. Il s’agit de présenter le plus naturellement possible une friandise devant la gueule de poissons dans leurs refuges, ou sur leurs zones de passage. Les conditions estivales, jugées peu favorables pour les autres pêches, sont idéales pour la pêche au toc avec un grand soleil, une mer calme et peu de vent. Je pratique ainsi de juin à septembre sur la côte atlantique, principalement en Charente maritime. Mais mes essais dans d’autres secteurs atlantiques ont connu le même succès.

Les zones visées sont principalement les ports et leurs infrastructures, les estuaires et les coureaux (chenaux entre les parcs à huîtres) par 3 à 15 m de profondeur où le moindre obstacle peut abriter de très jolis poissons. Avec une expérience forgée en eau douce, j’ai commencé il y a maintenant plus de 30 ans à pêcher ces postes au bouchon coulissant. J’ai immédiatement connu le succès, mais très vite mesuré les limites de cette technique quand les fonds sont irréguliers ou que le courant forcit. C’est ainsi qu’est née l’idée de pêcher au toc, avec un montage inspiré de celui utilisé pour la truite, en plus lourd. Mes résultats attestent de l’efficacité de la méthode : à raison de 6 sorties par an, j’ai pris en moyenne en 3 décennies 3 bars de 50 à 90 cm par jour avec chaque année plusieurs poissons de plus de 70 cm. Je ne compte volontairement pas les poissons plus petits car je cherche plutôt à les éviter : d’une part leur voracité met rapidement à mal le stock de crevettes, et d’autre part leur présence indique que les gros ne sont pas sur le poste.

 

Pêche du bar loup en mer au toc
Les conditions idéales pour la pêche au toc en mer.

Les bons postes pour le bar

Sur ces fonds sablo-vaseux aux eaux souvent un peu turbides, tous les ouvrages tels que les quais, les jetées, les piles de ponts, les balises… peuvent abriter de beaux poissons. Et c’est à coup sûr un excellent poste refuge si l’ouvrage est vétuste et en partie délabré, avec de multiples anfractuosités, enroché ou jonché d’obstacles à sa base et recouvert d’huîtres ou de moules selon la profondeur. C’est en effet un excellent habitat pour les crabes qui sont la nourriture quasi exclusive des bars à cette époque de l’année. J’ai compté jusqu’à une vingtaine de crabes de toutes tailles dans le contenu stomacal de gros bars au ventre bien rebondi ! Si certains bars ne s’écartent guère de leur refuge, souvent les plus gros, d’autres sont très mobiles et se déplacent au gré des courants de marée. Le moindre obstacle au fond, la jonction de courants reconnaissables à la différence de clarté des eaux, sont autant de postes où les bars s’arrêteront durant leurs déplacements. Mais ces eaux abritées faciles d’accès et protégées sont souvent sur-pêchées, les bars reconnaissant tous les leurres souples par leur « petit nom » ! C’est là que la pêche au toc à la crevette montrera sa supériorité.

Une fois le poste à pêcher repéré, encore faut-il placer le bateau avec discrétion, au bon endroit. Une ancre suivie de sa chaîne suffit à alerter les poissons pour une longue période. Avec mon Cap 360, c’est avec une gueuse de plomb d’une vingtaine de kilos reliée au bateau par une corde plombée (corde à filets) que je me positionne discrètement et très précisément. Dans les courants, je vois la plupart des bateaux se positionner en aval de l’obstacle, dans la zone de remous. Si elle paraît plus calme, ce n’est pas une zone de confort pour les poissons qui se trouvent ballottés en tous sens avec les courants changeants. Comme les truites, les bars se postent devant l’obstacle où les courants se séparent en forme de V, ou le long dans la zone de friction avec le courant. C’est là qu’on devra présenter l’appât, ce qui demande une grande précision. Évidemment, il faut s’attendre à de nombreuses casses sur ces postes, mais on apprend progressivement à « apprivoiser » les accroches en anticipant leur passage.

Pêche du bar loup en mer au toc
Postes refuges par excellence, comme il en existe beaucoup en Charente maritime.

Pêche du bar loup en mer au toc

Le montage et les appâts

J’ai débuté en pêchant très fin, avec un bas de ligne en 18 centièmes et des hameçons numéro 4. Mais j’ai progressivement dû revoir à la hausse le montage car je perdais tous les plus gros poissons dans ces postes très encombrés. Et dans les eaux souvent turbides, j’ai constaté que la longueur du bas de ligne était beaucoup plus importante que son diamètre pour présenter le plus naturellement possible une crevette. Mon montage de base d’une grande simplicité est maintenant le suivant : un corps de ligne en tresse bien visible de 25 livres (environ 15 centièmes), un coulisseau pour fixer les plombs, une perle amortisseur, un émerillon et un long bas de ligne (au moins 2 mètres) en fluorocarbone de 20 livres (40 centièmes, un peu moins résistant que le corps de ligne pour ne pas avoir à refaire le montage à chaque casse) armé d’un hameçon simple de type octopus finition argentée de 1 à 3/0 selon la taille des crevettes. L’hameçon est particulièrement visible, mais je suis persuadé qu’il joue le rôle de teaser ! Le plombage est constitué de chevrotines de 3 grammes pincées sur un cassant fixé sur le coulisseau, avec de nombreux avantages : il est possible d’ajuster en permanence la plombée à la profondeur et la force du courant, entre 3 et 15 grammes et il n’est pas rare de ne perdre que les chevrotines lors des nombreuses accroches. La canne doit être suffisamment longue pour lancer le montage, résonnante pour bien sentir les touches et puissante pour brider les beaux poissons : j’utilise avec satisfaction une Tenryu Dragon Express de 2m90 pour une puissance de 20/60 grammes en pêchant pick-up ouvert, la tresse en permanence sur l’index. On peut également choisir une canne iso-fishing, le scion très fin faisant office de détecteur de touches.

 

Pêche du bar loup en mer au toc
Le bar est toujours piqué sur le bord de la gueule.

L’appât idéal pour le bar au toc

Une crevette frétillante est une véritable friandise pour les bars, quelle que soit leur taille. Elle perd par contre une grande partie de son attrait dès qu’elle est morte, et doit être changée dès qu’elle commence à blanchir : il faut en prévoir une bonne réserve, 50 à 100 pour une journée de pêche ! Elles peuvent être conservées une dizaine de jours dans un bac à l’eau oxygénée par un puissant aérateur d’aquarium, en éliminant les mues et les mortes, et en changeant l’eau tous les 2 jours (une centaine pour 20 l d’eau de mer). Le bouquet est un « must » absolu, avec sa grande taille et sa vivacité qui permet de le sentir gigoter par eau calme. Mais seules les grandes marées permettent d’en faire des réserves suffisantes en pêche à pied… A défaut, les crevettes de mares (celles que l’on trouve dans les poches d’eau quand l’estran est découvert, même par petit coefficient) sont également très vivaces, même si elles sont les plus petites : ce sont elles que j’utilise le plus fréquemment. A défaut, on peut se rabattre sur les crevettes de marais qui sont très abondantes, mais vraiment très petites. Enfin, les bars semblent dédaigner les crevettes grises dans les secteurs où je pêche.

Quelles que soient les crevettes, une seule doit être piquée au bout de l’hameçon par le dernier segment pour garder sa vitalité. Deux à trois crevettes en guise d’appât semblent éveiller la méfiance des bars, probablement parce qu’elles ont tendance à vriller en hélice dans le courant.

Pêche du bar loup en mer au toc
Un montage d’une grande simplicité qui a trompé ces deux jolis bars.

La technique de pêche

Elle est en tout point la même que pour la truite au toc. Dans le courant, on lance amont pour que le montage arrive au fond à l’aplomb du bateau et on accompagne la ligne sur une vingtaine de mètres en tutoyant les obstacles. Il faut sentir le « gratouillis » de la plombée sur le fond et la retenir très légèrement pour que la crevette se présente en premier. L’action de pêche est très subtile : avec une plombée trop légère ou la ligne trop tendue, la crevette décolle du fond. Plombée trop lourde ou ligne détendue, le montage traîne sur le fond et c’est le plomb qui tracte la crevette qui n’est pas pêchante, multipliant les risques d’accrochage ; pire, on ne s’aperçoit pas forcément qu’on est accroché et on continue à donner du fil… Alors que le montage est à proximité du bateau. Un pêcheur de truite au toc sera immédiatement opérationnel, mais pour avoir initié plusieurs amis à la technique, j’ai pu constater qu’elle nécessitait un long apprentissage. C’est plus facile à l’approche de l’étal quand le courant s’arrête : il faut alors lancer le montage pour pratiquer une pêche « à la tirette » très lente ponctuée de pauses où on laisse la crevette s’agiter, mais ce n’est pas le meilleur moment de la marée.

L’action de pêche demande une grande concentration pour une bonne présentation de la crevette, mais également pour sentir les touches. Les touches violentes sont le fait de petits poissons qui engament immédiatement l’appât. Elles sont beaucoup plus subtiles avec les gros poissons qui s’en saisissent avec délicatesse du bout de la gueule, ce qui se traduit par un toc ou un poids sur la ligne. Toute anomalie doit être sanctionnée par un ferrage immédiat, les gros poissons étant toujours piqués sur le bord de la gueule. Mais il arrive que la touche passe totalement inaperçue et que l’on ramène l’hameçon nu…Bien sûr on accroche souvent sur ces fonds encombrés, et il faut y croire à chaque lancer, même après plusieurs heures sans touche ! C’est souvent quand le courant forcit, ou au contraire ralentit, que les touches se déclenchent, et que l’on peut enchaîner les prises. Les coefficients de marée en hausse sont les meilleurs, surtout s’ils sont forts.

Le poisson est piqué et va avoir une défense différente s’il est dans son poste refuge ou de passage. Proche de son refuge, il va chercher à le regagner en force. Quelques mètres de fil rendus, et le poisson est perdu en allant se frotter dans les obstacles. Le frein du moulinet doit être irréprochable, et réglé à la limite de rupture : je le règle au peson à la sortie du moulinet au tiers de la résistance du bas de ligne, soit 3 kg pour du 20 livres, alors que les réglages habituels sont plutôt de 1 à 2 kg. Et si tout se passe bien, c’est un magnifique poisson à la robe noire que l’on conduit à l’épuisette après un combat brutal mais très court. Les poissons de passage prennent immédiatement le courant dans des rushs appuyés : le combat est alors beaucoup moins risqué pour monter ces bars à la robe beaucoup plus claire.

Fort de cette expérience, j’ai également adapté avec succès cette méthode à la pêche de la daurade royale et du maigre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
Partagez
Tweetez
Email