Comment pêcher la tanche à l’anglaise fixe en étang ?

Conseils de pêche de Daniel Laurent

Dès le printemps la belle de l’étang, dans sa robe d’or, redevient active. Méfiante il n’est pas toujours simple d’aborder cette demoiselle trop timide pour accepter votre appât. Au large elle devient plus active et sa convoitise lui fera oublier l’hameçon. La pêche à l’anglaise prend alors tout son sens.

Une fois l’hiver enfui, le soleil réveille l’étang qui s’était endormi. Lentement la température de l’eau remonte et la pêche des poissons blancs reprend ses droits. En bordure, entre les roseaux de minuscules bulles trahissent la fouille des tanches dans le substrat mais, sous la canne, la suspicion est de rigueur. Reste alors la pêche au large, à l’anglaise et en fixe, dans des profondeurs n’excédant pas 2,50 à 3 mètres.

Pêche de la tanche à l'anglaise fixe en étang
Certains flotteurs sont déjà pré-plombés comme le Drennan Chargé Paon Droit.

Comment différencier le passage alimentaire des tanches et des carpes

Très actives en début de saison, les tanches fouissent le fond des étangs à la recherche d’esches diverses : vers, escargots et larves de chironomes. Leur passage se signale par de minuscules bulles bien regroupées sur une zone très limitée, ceci contrairement aux carpes qui provoquent de grosses bulles sur un chemin alimentaire bien défini. Les tanches fréquentent les zones peu profondes, riches en herbiers et parfois elles se tiennent près de la surface pour profiter de la chaleur du soleil, point trop n’en faut malgré tout. Au large (20 à 30 mètres), dès que la zone alimentaire est repérée, la discrétion sera de rigueur pour déposer avec précision un bel appât sur le fond du plan d’eau et déjouer la méfiance légendaire de ce poisson.

Pêche de la tanche à l'anglaise fixe en étang
La pêche de la tanche intéresse aussi bien les pêcheurs amateurs que les illustres compétiteurs.

C’est la polyvalence du matériel qui doit guider son acquisition

Une canne anglaise de 3.90 m sera suffisante pour pêcher au waggler à distance moyenne. Le choix est vaste aussi est-il préférable d’utiliser une canne qui vous permettra également de pêcher dans d’autres situations, en carpodrome par exemple, que cela soit au waggler classique ou au pellet waggler. Ces cannes sont disponibles en version 11ft et 12ft, acceptent des nylons de résistances comprises entre 3lb et 6lb. Le choix du moulinet sera à la convenance de chacun, mais c’est la douceur du frein qui doit être prise en compte plutôt que la vitesse de récupération. Nylon de 16/100 et hameçon de 10-12 pour un beau ver de berge ou un morceau de pain d’épices.

Matériel de pêche

  • Canne anglaise Drennan Série 7 Puddle Chucker 12′ Carp Waggler
  • Moulinet Daiwa Legalis LT-OT (ratio 93cm/TM) LEG17LT3000CXHOT
  • Nylon Asso Waggler Fishing marron 16/100 (150 mètres)
  • Waggler droit pré-plombé au 2/3 Drennan paon
  • Hameçon N°10 monté Water Queen sur 14/100

Les esches et l’amorce

L’amorçage augmente les chances de regrouper les tanches sur un même coup. Malgré tout, la difficulté est de déposer l’amorce sans pour autant faire fuir les poissons par le bruit occasionné. L’idéal est d’amorcer la veille. Lorsque cela est possible, l’agrainage de mini-pellets ou de graines de chènevis est aussi une excellente solution. En cette saison, une amorce riche en algues et en farine de poisson sera un véritable aimant à tanches (Halibut BBQ de Browning). Pour la rendre plus collante vous ajouterez une dose de Black Magic (Browning) et une mesure de chapelure. Ceci fonce l’amorce, ce qui est apprécié des tanches puisque ces dames n’aiment pas les couleurs claires sur lesquelles leur livrée se détache trop facilement attirant ainsi les carnassiers. L’amorce maison est une alternative également très intéressante (voir encadré). Laissez gonfler 10 à 20 minutes puis tamisez pour aérer au maximum les particules et rendre l’ensemble moins « pégueux ».

L’amorce maison

  • 4 parts de grosse chapelure blonde
  • 3 parts de farine de granulés truitix
  • 1 part de biscuits sucrés
  • 1 part TTX
  • 1 part de sang déshydraté ou farine de crevettes

L’eschage à l’hameçon est au choix du moment suivant l’humeur des poissons et du… pêcheur ! Grains de maïs, vers, asticots, pellets, tronçons de pain d’épices, fouillis… tous sont bons en cette période car la tanche a de réels besoins nutritionnels et elle ne fera guère la fine bouche sur le repas que vous lui proposerez. N’hésitez pas à faire un panaché, ceci est souvent supérieur à une esche seule. De même des graines de couleurs différentes (maïs rouge, jaune, orange et blé cuit) attirent généralement les poissons plus rapidement sur le coup.

Mes esches préférées

  • Maïs doux de couleurs
  • Ver de terreau ou de berge
  • Caster, asters
  • Vers de vase
  • Pain d’épices
  • Le traine-buche

Action de pêche

La pêche de la tanche au coup, avec ou sans moulinet, est essentiellement une pêche sédentaire, sans pour cela être passive, même si l’attente est nécessaire. Il faut souligner qu’à l’anglaise le montage est un critère qu’il ne faut pas négliger sous peine d’être bredouille, c’est pourquoi le choix du nylon et son coefficient d’allongement est primordial. Cet allongement doit être faible, mais sans l’être pourtant de trop, car si son élasticité permet de contrer de gros poissons le geste ample du pêcheur ne doit pas avoir de répercussion retardée dans le ferrage. Comme l’anglaise est destinée avant tout à pêcher au loin, il convient que le waggler reste visible, sans pour autant que son poids influe malencontreusement sur la touche par un refus du poisson. Aussi les wagglers à un seul point d’attache sont les plus utilisés car ils détectent plus facilement les différentes touches : s’il s’enfonce, s’il se soulève ou s’il « tremblote ». Pour que la ligne soit la plus sensible possible, les deux tiers de la plombée sont disposées à la base du waggler (rondelles mobiles ou cendrées) et le tiers restant (cendrées ou olivette) est fixé sur le bas de ligne. Le réglage est réalisé de telle sorte que la plombée (40 à 60 cm) est délicatement posée sur le fond  avec une grosse cendrée ou une olivette posée sur le fond. De cette manière l’appât reste inerte et n’offre aucune résistance à l’aspiration du poisson. Lorsque la tanche soulève l’appât le waggler se couche et se met à plat sur l’eau. Il est temps de ferrer et de ramener le poisson à l’épuisette, de faire une belle photo et de lui rendre sa liberté.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer