Comment choisir sa tresse pour la pêche sans stress

Vous portez certainement beaucoup d’attention à vos leurres de pêche, au piquant de vos hameçons, à la puissance de votre canne ou au ratio de votre moulinet. C’est une bonne chose, mais êtes-vous assurés d’avoir fait le bon choix pour votre tresse et qu’elle est en adéquation avec votre combo et l’espèce recherchée ? Voici quelques éléments de réponse dans le grand univers des tresses proposées.

Le marché de la tresse fut aussi exponentiel que celui des leurres, l’ensemble des fabricants ne cesse d’innover et de proposer chaque année de nouveaux modèles. Difficile de s’y retrouver notamment parce que les tresses, selon l’importation, ne répondent pas aux mêmes cahiers des charges et les unités de mesure sont variables selon la provenance. Pour le même diamètre indiqué par exemple, la différence sera conséquente quand on mesure le diamètre réel des tresses.

Choix de tresse pour la pêche
Rien que dans une même marque, le nombre de référence est déroutant !

C’est quoi une bonne tresse pour la pêche ?

La construction d’une tresse est faite de multi-filaments, donc de plusieurs brins tressés pour obtenir un fil composé revêtu d’un produit permettant une meilleure glisse et la protégeant de l’abrasion. On trouve généralement des tresses composées de 4 à 8 brins, celle en 4 brins est plus ancienne mais ses filaments sont d’un diamètre bien plus important qu’une tresse 8 brins pour un diamètre final égal. Pour faire court, à taille égale, une 8 brins sera plus fragile puisque ses filaments seront plus fins. Les tresses 4 brins, les plus courantes, résistent généralement assez bien à l’abrasion, mais leur glisse s’estompe assez rapidement dans le temps. Leur prix par contre les rend attractives. Les 8 brins sont plus lisses, un intérêt majeur pour de beaux lancers, mais semblent plus enclines à perdre cette qualité dans le temps et deviennent cassantes quand le revêtement s’estompe. Les tresses fusionnées sont de moins en moins usitées car elles restent fragiles, mais leur prix est très abordable et sont idéales pour débuter sans trop de frais. On trouve aussi des tresses hybrides enduites et même des 12 brins, mais aussi des lignes, (car elles ne sont pas tressées) comme le Nanofil qui semblait révolutionner l’existant faite d’un uni-filament réalisé avec un gel en polyéthylène et en fibre de Dyneema (plus résistant que l’acier) et dont la glisse était globalement comparable au nylon. Seulement l’enduit n’est pas vraiment durable et il devient assez rapidement cassant et s’effiloche sans compter que les nœuds classiques – tresse fluorocarbone ou nylon – étaient pour le moins… glissants ! Par contre, pour la pêche verticale dont le passage dans les anneaux reste modéré, le Nanofil de Berkley en raison de sa résistance initiale qui, à diamètre égal avec une autre tresse fait la différence, peut être utilisé. La résistance n’est pas exprimée de la même façon selon les fabricants et certaines tresses bien connues indiquent des diamètres erronés jusqu’à 5/100° de ce qui est indiqué. Les tresses japonaises semblent beaucoup plus précises. L’idéal serait qu’une norme mondiale soit prise pour l’ensemble des fabricants, c’est le combat de l’EFTTA (European Fishing Tackle Trade Association) depuis de nombreuses années, mais on ne se précipite pas pour la signer !

Choix de tresse pour la pêche
La tresse, un élément indispensable en casting.

Un poisson, une tresse

Comme pour un nylon, il va sans dire qu’il faut utiliser une tresse qui réponde au poisson recherché et si on peut garnir son moulinet d’une tresse de 10 centièmes pour pêcher la truite et étendre son utilisation pour la perche et même le sandre en verticale, elle ne sera pas adaptée pour pêcher le brochet, notamment en remplissage d’un moulinet casting. Sur une canne polyvalente l’utilisation d’une tresse de 12 à 15 centièmes sera à privilégier, par contre, si vous utilisez des big bait qui nécessitent un levier important au lancer et une résistance considérable pour ne pas voir son leurre s’éloigner tout seul sur la surface, un 22 ou 24 centièmes sera nécessaires. En tout état de cause, la tresse sera adaptée à la puissance de la canne et à la technique utilisée. Il faudra aussi prendre en compte l’environnement car la tresse n’aime pas, mais vraiment pas, les pierres qui se dépêchent de libérer une prise quand elle frotte sur cette surface abrasive. Comme il ne serait pas raisonnable de pêcher dans des bois immergés le sandre avec une tresse de 8/100°, non pas parce qu’elle n’est pas en mesure de faire face à ses rushs, mais simplement parce qu’il faudra l’extraire rapidement de ces amas de bois.

Choix de tresse pour la pêche
Choisir sa tresse en fonction des encombrement et de l’espèce recherchée.

Si les tresses de couleur ont la fâcheuse tendance à la perdre avec le temps, leurs qualités intrinsèques ne changent heureusement pas, elles ont l’avantage de donner de la visibilité et visualiser la distance où se trouve le leurre et même de permettre un ferrage quand on constate le déplacement de la tresse, ce qui arrive en verticale sans sentir la lourdeur ou l’attaque d’un carnassier. Un petit regret tout personnel sur les tresses qui n’ont pas d’élasticité précisons-le et peuvent être, pour certaines techniques, moins adaptées qu’un nylon.

Le marché de la tresse évolue assez rapidement et on est loin des premières tresses toronnées assez fragiles. Les 4 brins promus par Power Pro font toujours office de référence avec un rapport qualité/prix raisonnable, mais ce n’est pas une des meilleures du marché où les japonais avec les tresses Varivas et Gosen, tiennent le haut du pavé, le prix par contre, s’envole carrément ! Une bonne tresse est chère et sa durée de vie me semble assez limitée dans le temps, en tout cas pas mieux qu’un nylon nettement moins onéreux. Je concède que la technologie de tressage est plus complexe et que le revêtement nécessite des soins particuliers lors de la fabrication. La tresse fut une évolution, voire une révolution et ses qualités ne sont pas à remettre en cause, néanmoins, sa résistance à l’abrasion, sa tenue dans le temps posent question. Un investissement de 40 € ou plus pour garnir un moulinet laisse pantois ! Espérons que les fabricants proposeront des tresses dans l’avenir plus pérennes dans le temps et aux frottements, car leur résistance face au nylon pour un diamètre similaire, en font les stars du moment.

Choix de tresse pour la pêche
Quelques tresses bien connues pour la pêche

Quelques tresses à connaître

– Powerline Power Shot : très bonne tresse à un prix raisonnable.

– Varivas Super Sensitive : excellente glisse, pas de vrillage mais chère.

– Power Pro : une tresse historique et une référence dans les 4 brins, résistante à l’abrasion mais vrille assez rapidement.

– Daiwa Tournament 8 braid : bonne tresse mais assez fragile dans les petits diamètres.

– YGK WX8 real sports : le top, aussi bonne que la Varivas, bonne tenue dans le temps, mais elle est quand même chère !

Autres articles intéressants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer