Choisir son bas de ligne pour la pêche au feeder : 3 montages à la loupe

Le bas de ligne pour pêcher au method feeder est composé de trois éléments qu’il va falloir choisir de manière judicieuse afin d’optimiser la présentation de l’esche pour tromper le poisson visé. Il s’agit de l’hameçon, du fil et du mode d’eschage en fonction de l’appât utilisé.

Voici quelques critères à prendre en compte pour faire les bons choix en matière de bas de ligne :

  • L’espèce et la taille du poisson recherché déterminent le choix du diamètre du fil par exemple, on peut pêcher la brème en 14/100 mais s’il s’agit d’une pêche de grosses carpes, il faut monter en 30/100 (ou plus !).
  • L’appât utilisé conditionne notamment la taille de l’hameçon à monter et surtout le mode d’eschage choisi. Un pellet dur de 10mm nécessite un montage à élastique avec un hameçon de 10 alors que pour escher 3 grains de maïs, un montage quickstop avec un hameçon de 12 est idéal.
  • Avant de choisir son bas de ligne, il convient également d’évaluer la présence d’obstacles sur le coup qui pourraient endommager le fil. Si le secteur est jonché de rochers coupants ou de dressènes, il faut impérativement augmenter le diamètre du fluorocarbone utilisé pour ne pas casser à chaque départ.
  • La pression de pêche et « le niveau d’éducation » des poissons conditionnent eux aussi le diamètre du fil utilisé, si les poissons pêchés sont « difficiles », il faut prendre des risques pour déclencher des touches en affinant le montage avec un fil plus fin et un hameçon plus petit et plus léger.
  • Enfin, il faut dimensionner son bas de ligne en fonction de l’objectif de la partie de pêche… Pour rechercher les specimen, il faut assurer le coup avec un fil plus épais et un hameçon plus fort de fer pour ne pas risquer de perdre le poisson visé, en prenant le risque d’avoir moins de touches. Pour une pêche de rendement, c’est l’inverse, on affine le montage pour déclencher plus de touches, en prenant le risque de perdre quelques gros poissons.

 

Montage cheveu

Ce montage nécessite une aiguille à bouillettes et un stop appât d’une taille et une couleur adaptées à l’esche (1). L’aiguille à bouillettes traverse l’esche (2) et grâce au crochet qui équipe l’extrémité de l’aiguille, on enfile l’appât sur le cheveu (3). La longueur du cheveu est calculée de façon à ce que le pellet soit positionné au plus près de la courbure de l’hameçon, sans le toucher. (4).

Le principal avantage du montage cheveu est sa grande polyvalence, il permet de monter un pellet dur pré-percé, une bouillette, une pop up, du maïs doux, des cylindres de pain ou de pâté de jambon découpés à l’emporte pièce… Sa seule limite, ce sont les appâts durs (baby corn, pellets durs non pré-percé) qu’il n’est pas possible de percer avec une aiguille à bouillettes. Le principal inconvénient de ce montage est dans la complexité de l’eschage qui nécessite de manipuler un stop appât minuscule, beaucoup moins pratique qu’un montage quickstop par exemple.

Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder

Montage élastique

Il est possible de monter un dumbell sur l’élastique « à la main » mais l’eschage est grandement facilité par l’utilisation d’un écarteur à pellet (1). Il suffit ainsi d’écarter l’élastique grâce à la pince (2), puis de passer le dumbell dans l’élastique (3) et c’est fini ! Le cheveu qui retient l’élastique doit être très court afin de présenter l’appât au plus près de l’hameçon (4).

Le montage élastique a été conçu pour l’eschage d’appâts durs cylindriques. Avec l’utilisation d’un écarteur à élastique, l’eschage d’appâts tels que baby corn, dumbells ou pellets durs est vraiment très facile. Il est possible de passer l’élastique à l’intérieur d’un grain de maïs doux pour une présentation très fine, mais ce montage n’est pas très polyvalent et ne permet pas de monter des micro-bouillettes par exemple, qui fendent la plupart du temps quand on veut passer l’élastique à l’intérieur.

Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder

Montage quickstop

Le quick-stop reste en permanence à l’extrémité du cheveu (1) et vient prendre place sur une aiguille avant de traverser l’esche (2). Une fois l’aiguille retirée, le stop reste perpendiculaire à l’appât pour le retenir sur le cheveu (3). Il faut calculer la longueur du cheveu en fonction de la taille de l’appât et choisir la bonne couleur pour un maximum de discrétion (4).

Le gros avantage du montage quickstop est sa rapidité de mise en œuvre (d’où le nom !). Il n’y a pas à manipuler le stop appât comme sur un montage cheveu classique ce qui fait gagner un temps précieux au compétiteur pour lequel chaque seconde compte. Ce montage est vraiment parfait pour le maïs doux par exemple mais il n’est pas idéal pour des micro-bouillettes qui vont fendre.

Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder Montage pour la pêche au feeder

Le choix d’un bas de ligne peut être très technique et complexe si on prend en compte les nombreuses caractéristiques de chaque hameçon, fil et type de montage. Il faut disposer d’une multitude de références dans sa boîte pour proposer à chaque fois le bon bas de ligne en fonction du poisson recherché, de l’appât utilisé et du poste pêché. Dans ce cas, il est presque impossible de prévoir le meilleur bas de ligne pour la prochaine partie de pêche pour le préparer à l’avance… Mais, comme on l’a vu dans l’article, certains montages peuvent être très polyvalents et il est possible, en fonction de ses habitudes de pêche, de simplifier ce choix en retenant quelques modèles polyvalents qui permettent de faire face à la plupart de situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer