Carpodrome : pêchez la bordure pour réussir vos pêches

Bien observer un plan d’eau avant de s’installer pour pêcher conditionne une grande partie de la réussite à la pêche, il faut pêcher les poissons là où ils sont ! Je vais vous expliquer comment aborder une pêche de gros poissons en extrême bordure dans 40cm d’eau…

Il faut tout d’abord s’entendre sur ce que l’on appelle la bordure… Pour moi, il ne s’agit pas d’enlever un élément de la canne pour pêcher à 9m au lieu de 11m ! Je ne considère pas la bordure comme un poste que l’on exploite dans un second temps pour reposer le coup que l’on a préparé « pleine barre » à 11 ou 13m. J’aime adopter une installation et une stratégie spécifique pour exploiter un coup en bordure, à raz de la végétation, souvent dans très peu d’eau. Pour réussir cette pêche, il faut tenir compte des contraintes afférentes à ce type de poste : l’encombrement et surtout le type de végétation qui vont conditionner la puissance du matériel utilisé, et la faible profondeur d’eau, obligeant à une grande discrétion du montage et du mode d’amorçage.

Pêche de bordure en carpodrome
Un matériel puissant pour brider le poisson

Postes à potentiel

Il faut tout d’abord identifier le type de végétation rivulaire présente sur le plan d’eau. Il faut surtout repérer deux choses avant de pêcher un massif végétal : le potentiel en terme de tenue du poisson et sa capacité à extirper les carpes du massif. Il est en effet hors de question de s’installer sur un poste où l’on va perdre la moitié des poissons parce que l’on ne sera pas capable de contrer leur rush dans les obstacles. Je classe en général les massifs végétaux en trois grandes catégories : les végétaux possédant des feuilles et des tiges molles qui seront les moins dangereuses pour nos lignes (typha, nénuphars…) ; les végétaux possédant des tiges rigides et abrasives (phragmites) et les arbres dans l’eau. En plus du type de végétaux, il y a deux critères supplémentaires à considérer avant de choisir son poste : la hauteur des plantes et la densité des pieds. En s’attaquant par exemple à un massif de phragmites très dense avec des tiges de 3 mètres, il sera impossible de ressortir une carpe qui fait un rush dans le massif, la ligne va s’emmêler dans les tiges et va très vite casser suite aux frottements. Au contraire, en sélectionnant un massif de typha aux tiges relativement clairsemées, il sera possible de conduire la ligne entre les tiges, qui ne dépassent pas les 1.80m en général, pour ressortir la carpe du massif et finir le combat tranquillement en pleine eau. Dernier détail important, une fois le bon massif sélectionné, c’est l’installation du coup proprement dit : je prépare toujours mon coup sur une bordure extérieure du massif, côté pleine eau, à un endroit où la végétation est la plus dense afin que la carpe ne puisse pas pénétrer dans la végétation au ferrage. Il y a toujours un petit espoir dans ce cas là que le poisson parte directement au large !

Pêche de bordure en carpodrome
Un flotteur compact et une mini coupelle pour un maximum de discrétion

Montage discret et résistant

Pour le montage, il faut dans ce cas allier résistance et discrétion. Il est important de sélectionner un nylon, un flotteur et un hameçon qui vont résister aux très fortes contraintes qui s’exercent lors d’une telle lutte en terrain encombré. Ainsi, je choisi un nylon en 25/100, un hameçon très fort de fer n°10 (VMC7019) et un flotteur très compact comme le Rameau Kinsui. J’utilise une tétine qui permet de fixer le flotteur par la base (voir cet article pour plus de détails) et toute la plombée est groupée à la base de la quille du flotteur. L’utilisation d’un flotteur léger (0.3g) et compact, l’absence de plomb sur la ligne entre l’hameçon et le flotteur procurent une ligne très souple. Je n’hésite pas également à laisser trainer la ligne de 5-10cm sur le fond pour que mon montage passe inaperçu. Il faut en effet mettre toutes les chances de son côté pour aller dénicher les poissons dans des zones peu profondes, où tous leurs sens sont en éveil, prêts à fuir au moindre danger et rejoindre les secteurs plus profonds du plan d’eau. Concernant l’amorçage, je privilégie les grosses particules, de manière à sélectionner les plus beaux poissons et ne pas être embêter par la friture. Je prépare un mix à base de pellets en 6mm, bouillettes de 14mm coupées en deux et maïs doux. L’amorçage est déposé à la coupelle pour un maximum de précision et surtout de discrétion. La stratégie est d’intercepter les poissons de passage, il ne faut pas créer trop d’activité sur le coup, dans aussi peu d’eau, il faut chercher à prendre les poissons un par un. Je compte sur une concentration importante de poissons dans le massif végétal et je les intercepte lorsqu’ils passent sur la bordure extérieure. Dans ce cas un rappel régulier de faibles quantités de nourriture à la mini coupelle de scion sera le plus efficace pour conserver précision, discrétion et garder des poissons qui circulent entre le coup et le massif de roseaux. La pêche de bordure met à mal la robustesse du matériel et la concentration du pêcheur mais c’est souvent la plus productive et surtout la plus fun !

Faire la différence entre les typha et les phragmites

La massette à larges feuilles (Typha latifolia) forme des touffes très denses, ses feuilles sont larges de 2 à 4cm, longues parfois de plus de 2m. Ses fleurs sont formées de deux épis longs chacun de 10 à 20cm et non espacés.

Pêche de bordure en carpodrome

Le phragmite (Phragmites australis) possède une tige très grande (jusqu’à 6m) et dressée. Les feuilles engainant la tige sont très grandes et pointues (30 à 70cm et plus), perpendiculaires à la tige. La fleur de couleur brun-violet-argentée est très grande (10 à 30cm) et en forme de plumeau.

Pêche de bordure en carpodrome

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer