N’attendez pas les carpes, traquez-les et découvrez une nouvelle pêche !

Au travers de cet article, je vais revenir sur une session qui a eu lieu en juin 2017 et qui m’a permis d’aborder ma pêche avec un tout autre regard, de m’enlever de la tête certaines idées préconçues et d’aller au devant des poissons plutôt que d’attendre naïvement leur passage.

L’objectif de cette session était de tenter de faire du poisson rapidement en pratiquant une approche très mobile. Pour cela, nous avions décidé de partir avec un ami pour une semaine de pêche en bateau sur un lac que nous connaissions déjà. L’avantage de ce lac étant la clarté de l’eau, nous allons pouvoir tenter de repérer des poissons et de leur pêcher directement dessus, plutôt que de mettre en place un amorçage et de faire une pêche statique.

Nico comme moi ne tenons pas en place et, en grand lac, nous avons ce besoin constant de nous déplacer afin d’aller au devant des poissons pour tenter d’en capturer un maximum dans un minimum de temps.

Stalking pêche à la carpe
Véritable cadeau de la nature !

Pêche « à vue »

Arrivés sur le lac, nous ne mettons pas longtemps à repérer quelques poissons qui maraudent en bordure à l’aval du lac et décidons de tenter une première nuit dans cette zone.

Au réveil, le constat est très simple, rien n’a bougé. Pas même une écrevisse pour goûter nos appâts. Aussi, nous décidons de réamorcer notre zone et après plusieurs heures de repérage, nous tentons une seconde nuit quelques kilomètres en amont qui se soldera par un nouvel échec.

Le lendemain, les bateaux prennent un cap inverse de celui parcouru la veille pour revenir dans le même secteur que la première nuit tout en prenant soin de disposer quelques offrandes sur un plateau peu profond en passant. En arrivant sur les lieux, quelques poissons passent sous la quille du bateau, ça sent bon ! Néanmoins, après une touche qui se soldera par une casse instantanée sur les multiples dreissènes qui peuplent ce lac, nous ne verrons rien d’autre.

Cela fait maintenant 3 nuits que nous sommes capots et surtout, nous ne réussissons pas à mettre en place ce pour quoi nous pratiquons une pêche mobile, à savoir capturer des poissons rapidement en se déplaçant pour pêcher au plus proche de leurs zones d’alimentation. Mais là, il n’y a pas photo, le lac semble sur OFF et les poissons occupés à autre chose. Nous décidons donc de rentrer à la mise à l’eau pour reprendre la route vers un autre lac de barrage que j’ai déjà pêché et qui devrait nous permettre de toucher du poisson, peu importe la moyenne de poids. L’objectif de cette session étant de faire du poisson rapidement, je prendrai mon temps au cours d’une autre session pour percer les mystères de ce lac.

Stalking pêche à la carpe
Commune prise 2 fois à quelques heures d’intervalle.

Changement de lac

Ni une, ni deux, les bateaux sont rechargés, la route est rapidement avalée, et les thermiques ronronnent de nouveau sur cette seconde destination. Pour la première nuit, nous tentons un secteur d’obstacles qui peut rapporter quelques poissons. Malheureusement, hormis une toute petite carpe décrochée devant l’épuisette, nous ne verrons aucune activité sur cette zone au cours de la soirée et de la nuit. Au matin, nous choisissons une fois de plus de bouger et naviguons vers une autre partie du lac plus encaissée et qui présente de nombreux obstacles sur ses bordures, susceptibles d’accueillir des poissons.

Pour la journée, nous avons choisi de pratiquer une pêche mobile à 2 cannes chacun afin de tenter de capturer quelques poissons au raz des obstacles. Ce ne fut pas une franche réussite mais nous avons quand même réussi à sortir une carpe chacun des branches et donc de tenir enfin dans nos mains nos premiers poissons de cette session.

Après avoir tenté notre chance de manière infructueuse tout au long de la journée, nous nous posons pour la nuit dans la zone qui nous aura rapporté les poissons et une fois de plus, cette nuit là sera stérile.

Stalking pêche à la carpe
Joli petit poste dans la pente.

C’est au cours de cette nuit qu’un début de théorie commence à émerger dans ma tête. Je touche davantage de poissons sur ce lac en pêchant seul ou à deux cannes chacun qu’en pratiquant une pêche plus classique à 3 ou 4 cannes chacun. Il est important de rappeler que ce lac n’est pas non plus sur-pêché mais a priori, la densité de fils dans l’eau a très vite un effet néfaste.

Le lendemain, nous reprenons une pêche en stalking et grattons encore quelques départs, malheureusement souvent décrochés au ferrage ou au début du combat. La nuit finit par tomber et c’est la dernière avant le départ de Nico. Une bouteille de Côte du Rhône et un bon cassoulet plus tard, nous finissons par tomber dans les bras de Morphée qui ne nous lâcherons pas jusqu’à notre réveil le lendemain.

Quelle session pourrie en termes de résultats ! 3 poissons à 2 en 6 nuits, du jamais vu pour nous, même sur des lacs bien plus complexes…

Stalking pêche à la carpe
Petit compagnon d’aventure.

La remise en question…

Une fois Nico parti, et après réflexion en buvant un café, je décide de procéder toute la journée en stalk’ par tranches de 2h par poste. De toute façon, si en 2h ça ne déroule pas, cela ne sert à rien d’insister, les poissons sont ailleurs.  Pour ce faire, j’ai choisi de ne pêcher qu’à 2 cannes afin de minimiser encore plus les fils dans l’eau et d’être discret au maximum.

Ce jour là, bien que je n’ai pas capturé de carpe avant 14h, j’ai pu suivre les bancs de poissons qui se déplacent d’obstacles en obstacles mais bien entendu, à chaque fois que j’arrivais dans la zone, les poissons se déplaçaient tranquillement vers l’obstacle suivant situé en amont.

Au cours d’un de mes déplacements, j’ai pu apercevoir plusieurs marsouinages sous un arbre qui pourtant ne présente pas d’obstacle particulier. J’ai donc choisi de m’installer temporairement à proximité et de pêcher par la même occasion un autre arbre immergé situé à proximité dans lequel je n’avais pas vu de poissons le matin mais où je distinguais maintenant quelques nageoires. Bien m’en a pris !

Entre 14 et 21h, les touches se succédant m’incitant à rester sur mon petit poste, j’ai pu mettre au sec 11 poissons ! Après une bonne nuit de sommeil, j’ai reposé les cannes et les touches ont repris rapidement me rapportant encore 7 poissons jusqu’au soir sans pour autant que je sois contraint de plier pour repartir à la recherche des poissons au stalk’.

Stalking pêche à la carpe
Exemple de bordure encombrée fréquemment longée par les poissons.

Les résultats arrivent

Bien que les 3 premières nuits sur le premier lac furent stériles, nous avons su nous remotiver pour appliquer la pêche que nous voulions pratiquer dans un autre contexte et malgré les 72 premières heures sur le second lac bien moroses, j’ai su me poser les bonnes questions afin d’aboutir à des résultats intéressants.

Le premier enseignement que je retiens de cette belle expérience, c’est qu’en pratiquant une pêche extrêmement mobile, j’ai pu suivre les poissons et remarquer des choses que je n’aurais pas forcément vues en restant sur mon poste en pêchant de façon statique. Ces marsouinages sous l’arbre n’étaient visibles qu’en étant à proximité immédiate de la zone. De fait, j’ai pu en quelques heures accroître considérablement mes connaissances sur le fonctionnement des poissons dans cette partie du lac. J’ai d’ailleurs reproduit l’expérience et figurez vous qu’elles empruntent très fréquemment le même chemin !

De plus, le fait d’avoir suivi les poissons de l’aval vers l’amont sur une grosse matinée m’a aussi amené à me dire qu’elles allaient forcément redescendre et que pour une fois, en étant déjà installé, je ne serais pas en retard sur leurs mouvements quotidiens et n’arriverait pas devant l’obstacle en voyant les poissons nager tranquillement jusqu’à l’obstacle suivant.

Stalking pêche à la carpe
Vue sur l’aval du lac, enclavé entre 2 montagnes.

Sur l’ensemble de cette semaine, la pêche s’est comparée à une traque, à la chasse d’un grand gibier. Au traqueur qui « fait les pieds » le matin pour comprendre les mouvements des cervidés ou autres sangliers pour faciliter la battue l’après midi.

Comprendre son environnement et savoir s’adapter devient essentiel pour moi alors avant de m’installer sur une zone pour plusieurs nuits. Il est indispensable à mes yeux de tenter de déposer des cannes ça et là pendant quelques heures, de faire plusieurs heures de bateau sur les bordures à la recherche de la moindre activité, de prendre de la hauteur sur une falaise ou dans un arbre pour apercevoir les ombres de nos cibles dans les branches d’un arbre immergé. Tout ce travail de traque opéré en amont ne devrait que vous apporter de meilleurs résultats.

Stalking pêche à la carpe
La plus belle miroir de cette session, de quoi redonner le sourire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
Partagez
Tweetez
Email