Carpes en SpeedFishing : l’efficience de votre temps de pêche

La pêche de la carpe est chronophage et elle est de plus en plus délaissée en coup du soir au profit de la traque des carnassiers aux leurres, qui permet de se retrouver au bord de l’eau en quelques minutes et d’être activement à la recherche de poissons même pour seulement quelques dizaines de minutes en sortant du travail. La pêche de la carpe en speedfishing est possible et peut rapporter de bons résultats, mais elle demande une organisation et une préparation particulière.

 

Ce que je nomme le speedfishing pour la carpe consiste à se retrouver au bord de l’eau pour une pêche allant de 2h à une petite dizaine d’heures dans le meilleur des cas. Pour parvenir à prendre des carpes dans ce laps de temps assez court, il faut que tout soit parfaitement huilé et que tout aille très vite : pas question de conditionner et d’attendre le poisson en arrivant. Typiquement, le speedfishing s’applique à deux cas de figure : la pêche lors du coup du soir, ou la pêche d’une nuit, en arrivant le soir et en repartant au petit matin. Cette technique permet de pêcher correctement, avec de bons résultats, sans passer trop de temps au bord de l’eau ce qui est aujourd’hui problématique lorsque l’on doit cumuler vie professionnelle, vie sociale et vie familiale, sans compter d’autres éventuelles passions addictives.

 

Action immédiate

Pour avoir des résultats rapidement  il faut être prêt à pêcher. Exit les séances de sondage, la disposition des cannes hasardeuse, le choix des appâts au bord de l’eau : tout doit être décidé à l’avance! Si vous en avez la possibilité, rendez-vous sur le poste quelques jours auparavant pour repérer et pêcher dans des conditions similaires. Cela vous évitera de vous faire avoir par des herbiers, du courant et tous ces petits détails qui peuvent vous gâcher la pêche comme cela peut être le cas avec une erreur dans la disposition des cannes par exemple. Ce qu’il faut c’est aller vite et le matériel sera réduit à son strict minimum dans un premier temps car la rapidité d’action de pêche prime :

  • Préparation, si ce n’est pas déjà fait au préalable, de la première canne et installation.
  • Puis la même chose pour les cannes suivantes.
  • Ensuite l’épuisette.
  • Et enfin l’amorçage.
  • Pour partir, pratiquer l’ordre inverse.
carpe-speedfishing-04
Le premier poisson de l’année, pris alors que la deuxième canne n’était pas encore à l’eau.

En procédant ainsi, vous gagnez un maximum de temps de pêche et il m’est souvent arrivé de prendre ma première carpe alors que la deuxième canne n’était pas encore à l’eau. Et oui, une seule bouillette sur le poste et elle trouve compagnie de suite, sans amorçage! Le combat demande un peu de dextérité car comme vous l’avez compris, l’épuisette n’est pas encore montée, mais avec un peu d’habitude, on y arrive facilement. Je préfère ne pas perdre de temps de pêche au risque de décrocher un poisson plutôt que de prendre le temps de monter l’épuisette et prendre le risque de rater un départ. Simple choix personnel et j’ai à ce jour plus gagné que perdu à ce petit jeu avec un décroché et quelques poissons pris dans les 30 premières secondes.

Pour avoir une action immédiate, il faut avoir du poisson actif sur son poste. C’est un savant mélange de conditions météo, de stratégies d’amorçage et de sélection de poste.

 

Conditions météo

carpe-speedfishing-02
Du beau temps au printemps, il faut foncer au bord de l’eau

Dans le cadre d’un speedfishing, mieux vaut avoir les conditions avec soit, ou du moins éviter d’avoir les conditions contre soit. Si vous savez que les conditions ne sont pas bonnes, comme une chute des températures soudaine, un courant vous empêchant de tendre vos lignes ou autre, le jeu n’en vaut pas la chandelle, vous allez faire des efforts pour peu de choses. Avec un peu d’expérience  on arrive facilement à ressentir les bonnes fenêtres de pêche, comme peut l’être une semaine de beau temps au printemps, ou au contraire une baisse régulière des températures à la sortie d’un été caniculaire. Pour les plus courageux, les orages et les montées d’eau peuvent être autant d’indicateurs d’activité du poisson. Mais globalement, du moment que les conditions ne sont pas mauvaises, vous pouvez tenter votre chance. En pratiquant en soirée, ou en nuit, vous vous assurez de pêcher lors des moments les plus prolifiques de la journée, et souvent 1 heure à la tombée de la nuit vaut bien 4 heures en pleine journée!

 

Amorçages

carpe-speedfishing-01
La quantité est aussi importante que la qualité sur une session très courte

Concernant les amorçages, on retrouve les différentes stratégies habituelles. Seulement, lorsque l’on va pêcher uniquement quelques heures, il faut que le poisson soit actif, que les indésirables ne soient pas trop présents et qu’il soit amené à se nourrir facilement sur l’amorçage. Faire un ALT (amorçage long terme) est toujours une excellente solution, mais cela va vous prendre du temps, de l’argent, et l’activité sur le poste risque de faire venir les curieux. Pour pêcher dans de bonnes dispositions, un amorçage en 2 ou 3 fois durant la semaine précédente est également une bonne chose, mais souffre des mêmes problèmes. Pour allier la rapidité de mise en action des poissons et le peu de temps disponible, une bonne solution consiste à distribuer une bonne quantité de bouillette sur une zone de 100 à 200m². Selon le poste, la quantité d’indésirables, l’activité des poissons, étaler entre 5kg et 10kg de bouillettes sur une telle zone est une bonne alternative pour une pêche le lendemain. Cette solution permet également de venir repérer les conditions de pêche la veille pour être en pleine confiance le lendemain et ne pas être pris au dépourvu.

 

Sélection du poste

Là est la clé du succès, comme souvent, c’est le choix du poste qui va décider de vos résultats. Il faut choisir un poste où le poisson va passer régulièrement en étant en activité. Cela doit donc être une zone qui combine des obstacles, de la sécurité, mais également une nourriture régulière. Les postes qui regroupent ces critères sont souvent les zones de bordures, à proximité des herbiers et obstacles, ainsi que les zones à proximité d’iles. En pratiquant ainsi, sur des zones de passage où les carpes se sentent en sécurité, on s’assure de nombreux départs. Les rivières sont des endroits parfaits pour pratiquer le speedfishing puisque le poisson est habitué à se déplacer  et se nourrit tout au long de l’année.

 

[alert type= »green »]Anécdote : L’été dernier, je convoitais un poste qui s’est retrouvé occupé alors que j’arrivais pour une nuit de pêche. Je m’installe alors à une centaine de mètres et vais finir par faire 7 poissons contre 1 poisson pour celui qui était sur le poste convoité. Quelques jours plus tard, je reviens pêcher pour une nuit, et le poste convoité est libre, la personne de la première fois étant sur le poste que j’avais improvisé. Résultat pour cette nuit là, 13 poissons de mon côté et pas un départ sur l’autre poste! Quand les poissons sont conditionnés sur un appât et que l’on pêche efficacement la zone amorcée, les poissons sont souvent au rendez-vous![/alert]

 

 

La pratique de ce type de pêche permet de se remettre en question et de se changer les idées car c’est une pêche à mi-chemin entre la pêche statique et le stalking. Ce challenge est agréable car il pousse le pêcheur à chercher les meilleures solutions pour pêcher rapidement : on va à l’essentiel, on est toujours actif et éveillé, bien loin des longues heures d’attentes sur un bedchair. Prendre plusieurs poissons en seulement quelques heures, prendre un poisson alors que l’on vient d’arriver et qu’une seule canne est à l’eau ou encore prendre un seul poisson, mais un joli spécimen, voilà quelles sont les joies simples que peuvent vous procurer cette pêche singulière et ô combien pratique lorsque l’on ne dispose pas de beaucoup de temps libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
51 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email