Braconnage en eau douce : que fait la police?

Le braconnage est un secret de polichinelle dans la pêche en France, mais comment lutter contre certains qui sont de véritables pilleurs de nos eaux? De grands fleuves en ont déjà faits les frais à l’Est et la Saône est désormais en proie à ces pilleurs depuis plusieurs années maintenant. Certains pillent légalement, en pêchant, sur-pêchant un secteur et en gardant tout le poisson, souvent pour le revendre dans les pays de l’est comme c’est le cas sur la Saône. Mais il y a des pilleurs qui exercent du braconnage en toute discrétion sur nos cours d’eaux : trafic de carpes spécimen pour les plans d’eaux privés et pêche de l’anguille à la crevette en région parisienne, autant dire qu’il existe de multiples facette à ce braconnage. C’est le quotidien le Journal Du Dimanche (JDD) qui s’est penché sur le sujet et a publié un article dimanche 13 décembre 2015. Une bonne chose que le grand public soit averti de ces dangers, en espérant que cela fera échos à quelques niveaux plus hauts pour essayer de prendre des décisions pour lutter efficacement contre le pillage du domaine public.

Braconnage sur les eaux du domaine public
Article du JDD du 13/12/2015

Lutter contre le braconnage?

Pour lutter contre le braconnage, il y a la voie juridique, avec une loi obligeant à relâcher les poissons trophés, la fameuse maille inversée mais on le voit pour la carpe, cela n’empêche pas les transferts illégaux. Surveiller les berges est très compliqué et en plus il faut prendre les fautifs en flagrants délits, autant dire qu’il faut un véritable travaille d’enquête ou alors un bon coup de chance pour tomber dessus car les moyens à dispositions des fédérations de pêche ne permettent pas un contrôle régulier sur les berges. Alors quoi faire? Augmenter le tarif de la carte de pêche pour financer de nouveaux gardes? Encourager les pêcheurs à dénoncer les actes illégaux?

Selon vous, que faut-il faire pour procéder à la lutte contre le braconnage? Donnez votre avis dans les commentaires.

12 commentaires

  1. Depuis deux ans la carte de pêche a augmenté justement sous prétexte de financement de nouveaux gardes !
    On ne nous a jamais tenu au courant d’une quelconque évolution dans ce domaine . Combien d’articles de journaux comme celui ci faudra t’il pour que nos instances prennent ce problème au sérieux ? Dans la dernière consultation publique avez vous vu une lueur concernant ce problème ? Alors pourquoi devrait on s’étonner ?

  2. Le braconnage existe depuis des siècles ,,, on nous annonce gentiment et en douce que la carte vas encore augmenter ,,, les braco ont bons dos ,,, pourvue que les pêcheurs se sentent un peu concernés …. d’ailleurs il n’y a pas que le braconnage a surveiller , d’autres préoccupations sont visibles et beaucoup plus importantes ,,, comme la pollution ,, mais çà , pas besoins de garderies ,, les constats sont multiples et rien n »avance ,, aucune peine a la hauteur des dégâts souvent irréversibles !!!! allez on se donne bonne conscience avant les fêtes et on balance de l’huile sur le feu , histoires d’avoir les méninges au chauds pour les prochaines fêtes …..

  3. Le problème, chez nous en Saône c’est que même en appelant les gardes locaux rien ne se passe, réponse de leurs part, « ce sont des étrangers on ne peut rien faire « …
    Par contre nous pauvre pecheurs français qui payons notre carte plein tarif pour du no kil on vient nous faire chié pour un hors secteur de 50m ou une pêche en graviere sans réglementation relative alors que relié au notre fleuve favoris en période de cru…
    Bref tellement dire à ce sujet…
    Merci pour cet article même si cela fait plus de 10 ans que ça dur…
    Un pêcheur passionné

  4. Augmenter la carte pour financer les gardes ? Certainent pas, je suis presidente d’aappma, et la garderie c’est les aappma qui la font tant bien que mal avec ses benevoles, ou avec des salaries difficilement financables sans les contrats aidés, ce qui veut dire bcp de turnover et des gardes qui sont a reformer a chaque fois ! Sans compter que sur une carte de peche a 75€ une aappma ne touche que 15€, comment financer des gardes alors ? il n’y a plus de garderie federale, il n’y a plus de garderie nationale, les agents de l’onema font la police de l’eau et non la police de la peche, comment voulez vous faire ?
    Le jour ou la FNPF aura compris que la garderie est indispensable et qu’il faut la professionaliser on aura gagné ! Sinon tout le monde va y perdre les pecheurs comme la FNPF !

  5. la fédération française de la pêche devrait se bouger un peu plus le cul au lieu de dépenser l argent de nos permis dans des réceptions,gueuletons et autres qui non rien a voir avec la pêche.Ou va l’argent de ces permis ??? a quand un bilan financier sur les comptes de la fédération nationale pour nous justifier les dépenses utiles pour la pêche ?

  6. J’ai communiqué plusieurs fois des endroits exacts sur Paris les endroits ou ces gogols posent des lignes de fond,
    avec photos et compagnie à mon APPMAA, dont le dirigeant donne son avis dans l’article.
    « Réponse simple : Nous n’avons personne pour ca.  »
    En effet : nous payons une carte pour un mini alevinage, zéro garde, interdiction de prélever.
    Autre fait rigolo, ils alevinent de mini brocs pendant les crues. Autant dires qu’ils ne restent pas longtemps !
    La Brigade Fluviale quand à elle s’amuse à venir en mode Rambo, à coupé les lignes des gars qui pêche au posé
    volontairement pour s’amuser, contrôle sans cesse dés qu’ils s’ennuie un peu.
    (j’ai tout de même eu trois contrôles en une semaine de la part du même mec…).
    Quand on leurs parles des braconniers, d’où ils sont et compagnie, réponse similaire aux autres :
    Cela ne nous concerne pas.

    Solution simple : le bénévolat!
    Formation de base, assermentation, le problème serait bien vite réglé !

  7. Le gouvernement devrait se pencher sur le problème en créant des emplois de garde de pêche combien de personne sont à pole emploi en recherche d’un job, je pense qu’il y a la un potentiel immense en formant des gardes assermentés.

  8. 5 ans que je péche sur les rives en region parisienne je n’ ai jamais été controlée par un garde péche ou par la gandarmerie mais je voi tout les jours des infractions comme de pécher la nuit le sandre avec des ligne de fond ou de pécher sans permis.

  9. bonjour quand vous dites plus de gardes peut etre mais n oublier pas que un gendarme a le droit de vous controler un garde onf a le droit de vous controler un garde chasse a le droit de vous controler et bien sur un garde peche .moi je trouve que ca fait beaucoup a mon avis les braconniers sont pratiquement toujours les memes et sont connus des gardes mais difficiles a attraper .la solution est difficile a trouver je pense que les pecheurs doivent etre responsables et cooperer

  10. Bonjour,
    Pour arriver à supprimer le braconnage étranger il faut interdire le camping sauvage. Pour le reste il n’y a aucune volonté des services de l’état de faire respecter la loi. Une solution serait de fusionner l’ONEMA et l’ONCFS pour plus d’efficacité et de les motiver avec des renforts de la police ou de la gendarmerie en cas de problème ou d’intervention sur les étrangers. Les Fédérations devraient pouvoir être plus efficaces mais ils ont plus de techniciens que de « vrais »gardes.

  11. le problème est que les missions de police de la pèche qu’effectuait le csp a l’époque devait être assuré par les fd or ce n’est pas la politique des fd elles sont la pour vendre des cartes et non pour faire la repression du braconnage, j’ai était salarié de fédération plus de 10 ans et quand on attraper une personne sans carte,on lui en vendait une les fd n’assure pas leur missions police de la peche et la transformation du csp en onema fut une vrai catastrophe pour la pèche,certes la fédération nationale a récupéré le magot mais l’investi uniquement dans la communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer
603 Partages
Partagez603
Tweetez
Email