De Beaux Rêveurs : mise au point sur la pêche de nuit totale

Et si le proverbe « pêcheur devant l’éternel », n’en était finalement pas un, mais bien au contraire juste la bonne définition de ce que nous sommes réellement. A travers les quelques lignes qui vont suivre, je vais tenter de vous expliquer ma vision concernant notre pêche, la pêche, et même s’il en déplaise à certains d’entre nous.

En effet que faisons-nous pour notre avenir halieutique à part rêver à un monde meilleur qui nous correspondrait ? L’actualité récente en est un bien triste constat. Des milliers de « like » sur une page Facebook en faveur de la pêche de nuit totale en seulement quelques jours sont obtenus. Facile assis derrière son écran d’ordinateur. Mais est-ce vraiment des « j’aime » qui vont nous apporter cette fameuse autorisation de pouvoir pratiquer de nuit où bon nous semble et faire basculer l’opinion de nos dirigeants halieutiques ? Je ne montrerai bien évidemment personne du doigt, puisque moi-même j’ai « liké » cette page, en me forçant d’y croire un peu malgré tout au fond de moi. Mais en suivant l’actualité au fil des jours, force est de constater, pour ma part en tout cas, que cela ne mènerai finalement nulle part. Enfin, j’espère pour l’ensemble des carpistes qui y croient encore que je me trompe lamentablement.

Les pêcheurs devant l'éternel
Les pêcheurs devant l’éternel

Le questionnaire de la FNPF

Puis dans la foulée, la Fédération Nationale pour la Pêche en France nous fait part d’un communiqué comme quoi elle va mettre à la disposition de tous les pêcheurs un questionnaire, pour faire évoluer les lois pêche qui ne sont plus forcément en adéquation avec les techniques modernes et les attentes des pêcheurs d’aujourd’hui. Et là on commence à rêver, plus de 10 ans sans modification notable de la réglementation, on se dit qu’enfin nos instances nous ont entendus. La cause est juste car si un tel remaniement voit enfin le jour, c’est bien pour satisfaire le plus grand nombre de ses adhérents, mais surtout de dépoussiérer cette image de la pêche en France qui nous colle à la peau comme étant une activité ringarde vu de l’extérieur, n’ayons pas peur des mots. Tout cela donc dans l’objectif de regagner en popularité et de voir la courbe du nombre de pêcheurs s’inverser (tiens cela me dit quelque chose…). Quelle belle initiative donc de la part de la FNPF, sauf que tout s’écroule lorsque je découvre ce fameux questionnaire. A la lecture des 12 questions qui nous sont proposées, aucune ne fait allusion à la pêche de nuit de la carpe. Bon nombres d’entre elle, 7 au total, concerne la pratique de la pêche des carnassiers. Avec entre autre des questions sur les triples, les quotas, les périodes d’ouvertures, les tailles etc.…Une autre question dont tout le monde se fout royalement est la suivante « Seriez-vous favorable à extraire la perche soleil de la liste des nuisibles ? » C’est vrai que c’est vital pour la survie de la pêche en France. Mais le pompon revient à la suivante « Seriez-vous favorable à une ouverture de la pêche du silure la nuit aux pellets uniquement ». Je dois avouer qu’elle m’a fait bien rire celle-là, et c’est là qu’on se rend compte que nos dirigeants bien enfermés dans leurs bureaux sont bien loin de la réalité et du terrain. Car en effet qu’est ce qui nous interdit aujourd’hui de pouvoir le faire sur les parcours instauré pour la pêche de la carpe ? Et bien rien, donc question inutile, car seule la pêche à l’aide d’esche animal comme les vers ou les vifs est prohibée et visiblement cela le restera encore. Je ne pense pas que c’est ce que demandait les pêcheurs de silure, ils espèrent quant à eux de pouvoir pêcher de nuit, oui, mais bien avec des vifs et autres techniques que le pellet. Est-ce qu’ils ont tort de demander ce que nous demandons aussi ? Bien sûr que non, en revanche je pense que leur requête n’est pas près de voir le jour. Nous carpistes, n’arrivons déjà pas à obtenir la pêche de nuit sur de vastes secteurs alors que nous pêchons à la bouillette car nous sommes entre autre accusés de prendre des carnassiers la nuit. Alors s’ils autorisent la pêche nocturne avec des vifs, je vous laisse imaginer. Mais dans ce questionnaire force est de constater que la pratique de la pêche à la carpe est aux abonnés absents, preuve s’il en faut encore une que c’est bien le dernier de leur soucis. Dans tout ce remaniement, tout ce que l’on risque d’obtenir, c’est de voir le nombre de cannes autorisées réduit.

Nos instances sont toujours en marge des nouvelles techniques
Nos instances sont toujours en marge des nouvelles techniques

PDN : mieux ou pire ?

Au risque d’en surprendre plus d’un, je crois même que si par miracle nous obtenions ce fameux graal qu’est la pêche de nuit totale et bien nous ne pourrions en profiter pleinement qu’une voir deux années. Pourquoi je pense cela ? Et bien quand je vois ce qui ce passe au bord de l’eau à longueur de temps, je ne peux que croire à mon fondement. En effet une minorité de carpistes salisse notre éthique et nos valeurs. Combien de fois j’ai retrouvé des poubelles laissées par des équipes, combien de fois j’en ai entendu hurler après un pauvre pêcheur qui avait eu le malheur de s’aventurer sur un parcours de nuit ou pas d’ailleurs, et qui s’est pris dans une ligne par mégarde. Combien d’entre nous  tendent leur ligne au-delà du raisonnable causant ainsi des affrontements inévitables avec les pêcheurs en barque. A ce sujet je ne dis pas qu’il ne faut pas tendre à de grandes distances quand cela est nécessaire, mais faites le intelligemment. S’il n’y a personne alors pas de soucis, mais si vous savez que le secteur est fréquenté par des pêcheurs en bateau, alors dès l’aube levez-vous et retirez vos lignes, tout le monde s’en portera mieux. Et puis combien de fois j’ai vu des pêcheurs confondre pêche et camping en déballant un matériel digne des plus grandes colonies de vacances. Tous ces détails nuisent terriblement à notre image. Mais en marge de cela, j’ai pu me rendre compte, malgré tout, que dans certains départements comme la Marne, où la pêche de nuit est totale toute l’année, il n’y a pas de pêcheurs sur des kilomètres, tout se passe très bien visiblement. C’est un vrai succès

Pêcher sur le domaine public est un mélange d'épanouissement et de frustration
Pêcher sur le domaine public est un mélange d’épanouissement et de frustration

Une manifestation, tous ensembles

Le plus gros problème chez les pêcheurs c’est bien l’entente commune. Que ce soit au sein d’un type de pêche ; de même que les pêcheurs en général. J’en veux pour parfait exemple que bon nombre de fois lorsque je croise des pêcheurs de carnassiers sur les mises à l’eau et que poliment je leur dis bonjour, très peu sont ceux qui me répondent. Il est clair que tant que nous nous ne manifesterons pas tous ensembles dans le seul but de faire avancer la pêche, comme peuvent le faire les chasseurs pour défendre leurs intérêts, nous ne nous ferons pas entendre. C’est triste mais c’est ainsi, il n’y a qu’en attirant les grands médias que nous arriverons peut être à un résultat. La manifestation que CAMOU a orchestré à Chalon sur Saône sous l’ère de Philippe Laggabe était une grande première, dont j’étais heureux de participer, ne devait être qu’une première et non la seule et unique. Imaginez demain l’impact que cela aurait si tous les pêcheurs de tous horizons se retrouvaient pour manifester leur mécontentement en même temps, là cela aurait de l’allure! Mais non, aujourd’hui on préfère prêcher pour sa paroisse et ne pas avancer. En revanche tout le monde se rue dans les salons pour voir la dernière nouveauté.

La pêche de nuit totale, un rêve ?
La pêche de nuit totale, un rêve ?

De par le biais de mon activité professionnelle, je suis en contact permanent avec des pêcheurs de toutes catégories et les différentes instances de la pêche. J’en entends des choses et j’en aurais beaucoup à dire. Aujourd’hui, malgré tout, je préfère essayer de rester optimiste et de croire encore que nous pourrons continuer à pêcher librement sur le domaine public, et ce même si l’horizon s’obscurcit doucement mais sûrement à l’instar des sites privés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page