A la recherche de la bouillette ultime : rêve ou réalité ?

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Les rayons des magasins regorgent de bouillettes « exceptionnelles » selon les publicités…

Les nouvelles générations de bouillettes peuvent donner l’impression au carpiste qu’il a enfin à disposition des appâts permettant de conduire la plupart des poissons sur son matelas de réception. Mais qui peut prétendre pouvoir détourner toutes les carpes de leurs sources de nourriture naturelle pour saisir les esches destinées à leurrer leur sagacité ?

La pêche de la carpe a énormément évolué au cours des dernières décennies, à tel point que les pratiques de nos pères peuvent paraître proches de la préhistoire à la nouvelle génération. Les dernières avancées technologiques concernant le matériel, la détection des touches et des poissons ou encore le confort du pêcheur peuvent donner à celui-ci l’impression de tout maîtriser. Pourtant, le doute peut très vite s’installer si les touches tardent à venir.

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
La première carpe d’une belle série sur un lac au cheptel imposant en constante concurrence alimentaire…

Un appât qui fait fantasmer le pêcheur

Le choix des bouillettes est alors immanquablement remis en cause : il faut avouer que le pêcheur a de quoi se sentir perdu face à l’offre pléthorique en appâts de toute sorte qu’il trouve dans les rayonnages des magasins spécialisés. Chaque saison de pêche débute avec son lot de nouveautés et bien sûr des bouillettes sensées donner des résultats supérieurs aux produits anciennement sur le marché. Il faut croire que les chimistes en tout genre découvrent continuellement de nouvelles molécules ou de nouvelles associations de farines et que l’essentiel de la pêche se joue au fond des laboratoires. Ces nouveautés sont rarement bon marché et les prix au kilogramme flambent : il devient plus onéreux de nourrir des poissons en no kill que l’homme qui les pêche et qui se contente de conserves et de plat déshydratés dans son biwy. Quelle marque choisir ? Quel diamètre ou encore quel parfum privilégier ? Beaucoup de questions qui n’ont pas toujours de réponses, ou alors des réponses multiples en fonction des situations…

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Un aspirateur à bouillettes, du moins si celles-ci répondent à ses besoins nutritionnels…

Il devient facile à un carpiste capot d’affirmer que les bouillettes utilisées ne valent pas un pet de lapin, juste histoire de se disculper… Le raccourci est certes un peu provocateur, mais qui n’a jamais pensé ne pas avoir la bonne esche quand les détecteurs restent muets, bien que les billes employées soient finement équilibrées et les montages parfaitement opérationnels et dissimulés à la perfection ? Il est plus facile au pêcheur et moins traumatisant pour son amour propre d’imputer la raison de l’échec subi à un élément extérieur échappant à son contrôle comme la bouillette qu’il achète que de remettre en cause sa technique et les tactiques face aux conditions de pêche. Je garde en mémoire une phrase de Mathias Rousselot, un carpiste au talent immense que vous avez plaisir à lire dans 1max2pêche tout comme son frère : « n’oubliez pas qu’un bon spot vaut mieux que toutes les bouillettes du monde »…

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
La rivière et ses spots où les carpes s’intéressent plus vite à un simple tapis de maïs qu’à une poignée de billes parfumées…

Quand la science vient au secours du carpiste

Les recherches menées en collaboration avec l’aquaculture ont permis de mieux cerner les goûts des poissons, de connaître plus précisément leurs besoins nutritionnels et donc d’affiner la composition des produits qu’on leur propose. Toutes les bouillettes de qualité ont des caractéristiques très proches et des ingrédients similaires : des farines carnées diverses et basse température, des hydrolysats de foie ou de crustacés, des épices sensées favoriser l’appétence, des extraits de levure pour faciliter la digestion, des protéines de lait, des extraits naturels liquides ou sous forme de poudres proches des sources alimentaires des carpes ou sensés l’être, des farines végétales de qualité, des éléments plus ou moins grossiers pour l’effet crunchy… Tous ces ingrédients dosés savamment pour approcher un taux maîtrisé de protéines assimilables avoisinant les 40% permettant de produire des bouillettes proches de la perfection, à conditions que celles-ci travaillent correctement au fond de l’eau grâce à une texture aérée favorisant une libération progressive des attractants et des substances solubles qu’elles contiennent tout en restant suffisamment attractives sur le long terme et fermes pour résister aux nuisibles… Les différences existantes entre les bouillettes proviennent davantage à mon sens des farines et autres ingrédients qui les composent : elles peuvent avoir des odeurs et des goûts différents malgré des qualités nutritionnelles comparables. Le nombre imposant de parfums à disposition accroît d’autant plus le nombre de combinaisons possibles, de quoi satisfaire la majorité des pêcheurs, sinon des carpes.

N’oubliez pas qu’un bon spot vaut mieux que toutes les bouillettes du monde

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
C’est en pêchant de bons spots que l’on multiplie les départs : les possibilités seront multiples quand le lac sera à son niveau maximum

Beaucoup de qualités donc à rassembler en un seul et même appât, mais on trouve de très bonnes billes dans le commerce à des tarifs raisonnables, et les produits les plus chers ne sont pas forcément les plus efficaces. Les moins fortunés ou les carpistes acceptant de passer des heures de roulage au fond de leur garage peuvent fabriquer leurs bouillettes, mais la tâche s’avère longue et fastidieuse quand on n’est pas correctement équipé. Reste alors des solutions alternatives comme la pêche avec des graines, avec du pellet ou des croquettes destinées à nos compagnons à quatre pattes. Mais je reviendrai sur ce point plus tard.

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Il n’y a pas que les bouillettes qui permettent de capturer des carpes

La bouillette ultime, leurre pour la carpe ou pour le pêcheur ?

La bouillette idéale en toutes occasions n’a pas encore été découverte, ou alors le secret est bien gardé. Même si les progrès dans la conception des appâts spécifiques à la carpe sont indéniables, des pêcheurs dont je fais partie pensent aussi que certains poissons acceptent difficilement toute nourriture exogène au milieu aquatique, notamment les appâts conçus dans les ateliers de fabrication. Il peut paraître hasardeux de penser que la carpe puisse assimiler des bouillettes à une quelconque source de nourriture naturelle. Rien ne me fera croire qu’une carpe puisse confondre des vers de vase, des gammares ou une écrevisse avec des billes parfumées et colorées inertes, même si celles-ci contiennent une bonne quantité d’extraits naturels. Comme tout animal opportuniste, il lui arrive pourtant de se délecter d’un apport alimentaire facile et attractif servi sur un plateau ou plutôt en spot, notamment quand toutes les conditions sont réunies pour le gavage des « cochons ». Mais est-on certain que tous les poissons adoptent un tel comportement quand il s’agit de passer à table ? Vous connaissez tous des anecdotes relatives à de gros poissons vus et connus mais qui ne sont quasiment jamais capturés. Plusieurs raisons peuvent être avancées pour expliquer leur discrétion : une intelligence supérieure et un instinct de conservation les amenant à déjouer les pièges tendus, des expériences antérieures malheureuses causées par des piqûres d’hameçons, ou encore une alimentation exclusivement naturelle… On trouve principalement ces spécimens en des lieux peu fréquentés regorgeant de nourriture et avec un cheptel réduit, l’absence de compétition alimentaire leur permettant de se nourrir quand et comme ils le désirent sans craindre que leurs congénères ne se servent avant eux. Le défi est immense pour qui veut s’y frotter et bien malin est celui qui peut affirmer avec certitude pouvoir capturer ces poissons fantômes, quelles que soient les bouillettes utilisées et leurs qualités. Mais heureusement pour nous, il existe des milliers de poissons beaucoup plus faciles à leurrer en nos eaux françaises et sur lesquels une approche somme toute traditionnelle donne encore des résultats acceptables. Et ce sont ces poissons que l’on voit photographiés partout.

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Mon choix question bouillettes pour cette année…

Les conditions de pêche prépondérantes pour le choix des esches

Si la quête de la bouillette ultime reste une utopie et fera encore couler beaucoup d’encre dans les rédactions des magazines halieutiques, il existe différents appâts de formes et de natures diverses permettant de répondre au mieux aux attentes du carpiste en fonction du temps de pêche, des eaux pêchées, de l’éventuelle possibilité de procéder à un amorçage ou de mettre en place un ALT, de la météo, de la pression de pêche ou encore tout simplement des moyens financiers du pêcheur. On trouve une multitude de produits de bonne facture sur le marché et nombreux sont ceux qui ont délaissé les fourneaux pour passer davantage de temps derrière leurs cannes. Les résultats obtenus avec ces produits manufacturés parlent d’eux-mêmes. Si certains sont meilleurs que d’autres ou mieux adaptés à un type de pêche à un moment donné, soyez convaincus que leur qualité principale réside dans la confiance que vous leur accordez.

Un carpiste ayant confiance en ses appâts et ne doutant pas de leur qualité pêche généralement mieux qu’un collègue indécis et prêt à tout jeter si les touches tardent

Un carpiste ayant confiance en ses appâts et ne doutant pas de leur qualité pêche généralement mieux qu’un collègue indécis et prêt à tout jeter si les touches tardent. Encore convient-il de tout faire pour déclencher les départs et surtout de trouver des poissons en activité et les inciter à se nourrir avant d’avoir recours à la poubelle ! Les certitudes et l’expérience acquises au bord de l’eau permettent de se concentrer sur d’autres paramètres de sa pêche pour améliorer encore ses résultats.

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Bons appâts et bon spot, le résultat est là !

La bouillette n’est pas toujours le meilleur appât

Des graines, des pellets ou même un simple morceau de plastique peuvent donner des résultats très supérieurs aux bouillettes en certaines occasions. J’en veux pour preuve l’anecdote que m’a rapportée un ami récemment. Pêchant une gravière difficile depuis plusieurs jours sans résultats significatifs, il a décidé de remiser ses bonnes bouillettes au fond de son carry all pour pêcher au spot avec du maïs doux. Les départs se sont alors enchaînés : une brème, deux brèmes, trois brèmes… Jusqu’à la dixième touche qui lui permis de faire rentrer dans le triangle le poisson record du plan d’eau. Un hasard me direz-vous ? Pas sûr quand on sait qu’il a aussi capturé 4 autres carpes par la suite dont une superbe fully à 21+ alors que les 3 autres carpistes ont dû se contenter d’une seule et petite commune.

Une gamme restreinte

Il n’est guère judicieux de multiplier les sortes d’esches dans ses bait bags et mieux vaut sélectionner une gamme restreinte de produits qui couvrent la majorité des situations, tant pour des problèmes de logistique en session que pour les résultats escomptés. Si je ne connais pas le lac ou la rivière où je vais tremper mes lignes pour une première fois et si les informations recueillies sont imprécises, je remplis mes seaux de deux sortes de bouillettes en me fiant à mon expérience, les premières étant gorgées d’attractants et de parfums avec une structure aérée pour travailler rapidement dans l’eau, les secondes travaillant sur le long terme avec des qualités nutritionnelles optimisées pour répondre aux besoins des poissons. Cette seconde sorte de bouillettes est optimale pour un amorçage de zone. Je n’oublie jamais mon seau de graines car elles m’ont souvent permis de débloquer une session mal engagée. Les carpes acceptent généralement plus vite le chènevis, le maïs, le blé, l’orge, les cacahouètes ou encore les tigers que les bouillettes et les poissons peuvent rester scotchés sur ces particules. Les graines sont certes moins sélectives, mais elles ont pour avantage principal d’intéresser rapidement la quasi-totalité des carpes de toutes tailles, et donc les plus grosses !

Bouillette miracle pour la pêche à la carpe
Autre lac, mêmes bouillettes et même constat : les carpes en redemandent.

La bonne bille ou le bon endroit ?

Tous les pêcheurs ont un appât fétiche, celui qu’ils considèrent comme le sauve bredouille par excellence ! Des discussions animées avec les autres membres de la team NRGI à Montluçon m’ont permis de constater que nous avons tous une bouillette favorite en fonction de nos expériences au bord de l’eau. Il est significatif de constater qu’une même bille est différemment appréciée par des carpistes reconnus et que nous lui attribuons inconsciemment une importance certaine dans nos réussites ou nos échecs. Et si ces résultats dépendaient avant tout des lieux où sont utilisés les appâts ? Je suis le premier à placer mes esches préférées sur les meilleurs spots et à reléguer celles qui ne m’inspire qu’une confiance modérée sur des spots incertains…

Voilà donc bien des pistes à explorer pour tenter nos cyprins favoris. Toutes les carpes ne rejoindront peut-être pas votre matelas de réception mais l’incertitude fait partie de nos pratiques et rend chaque capture magique que ce soit à l’aide d’une bouillette, d’une graine ou d’une autre esche. Rien ne remplace l’expérience emmagasinée en pêchant et le domaine des appâts ne fait pas exception à la règle.

Les appâts miracles n’existent pas mais certains carpistes utilisent mieux que d’autres ceux qu’ils ont à disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
105 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email