10 raisons d’utiliser une épuisette pour la pêche des carnassiers

L’épuisette, ou salabre, a de tous temps été un outil servant à assurer la capture d’un poisson. Il y a longtemps, épuiseter servait à assurer les plus gros poissons mais aussi à garantir le repas. Depuis quelques années, l’approche est toute autre mais le but final le même : se donner le plus de chance de conclure un combat où l’issue est en faveur du pêcheur. Outre cet aspect, le recours à l’épuisette permet une meilleure manipulation du poisson, et pas seulement les gros sujets, et la garantie quasi-totale au poisson de repartir en pleine santé. Paradoxalement, l’épuisette est donc passée d’outils garantissant le repas à celui favorisant plus de sportivité et la pratique du catch and release, en plein dans l’air du temps. Voici 10 raisons de ne plus s’en passer.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
L’épuisette est un outils indispensable !

1/ Assurer la capture

Le rôle principal d’une épuisette est de concrétiser la capture d’un poisson de manière nette (sans jeu de mot), claire et précise. On ne tergiverse pas, il faut amener le poisson vers le filet ouvert pour valider sa capture. Pas de place ici pour une saisie aléatoire dans la panique de nos amis à nageoires glissants, pas de réflexion trop longue sur comment se saisir du poisson (ouïe, gueule, caudale…). C’est d’ailleurs pour cet aspect que les pêcheurs en compétition ont recours systématiquement à l’épuisette.  On écourte le combat en mettant dans le filet le poisson qui ne peut plus s’échapper, on maitrise littéralement l’animal. Le poisson ne peut plus se débattre, fuir, nager librement, tenter de se décrocher… L’épuisette se prête parfaitement à cette capture rapide, car le filet ouvert, très maniable, va nous permettre de le projeter vers le poisson qu’il ne nous reste « plus qu’à » amener vers le salabre…

Le recours à l’épuisette va de pair avec une tendance qui se popularise : pêcher sans ardillon. Car mécaniquement, plus vite on assure la capture et proprement, moins on laisse le loisir au poisson de se débattre et moins l’on a de chance de voir notre poisson se décrocher.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Une capture assurée facilement, même avec bébé dans le dos!

2/ Abréger le combat pour le poisson

C’est un point induit par le point précédent. Finaliser le combat rapidement et de manière brève, c’est éviter un surplus inutile de fatigue au poisson. Le pêcheur n’attend pas que son adversaire soit exténué pour s’en saisir. C’est un point important qui anticipe la remise en liberté. Plus le poisson sera en forme et gardera de l’énergie, plus ses chances de repartir en bonne santé seront grandes. Par ailleurs, comme évoqué au paragraphe précédent, plus le combat est bref, moins l’on a de chance de décrocher sa prise ou de perdre un poisson par casse de la ligne ; c’est alors limiter le risque de laisser le prédateur repartir avec un leurre en gueule.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Fin d’un combat sans encombres

3/ Manipuler le poisson

Une fois le poisson dans l’épuisette, il a très peu de chance d’en sortir seul. Cela permet une grande maitrise et liberté pour manipuler l’animal, le décrocher calmement ou le canaliser lorsque celui-ci bouge encore puissamment. L’épuisette offre la possibilité de se saisir correctement du poisson, le temps d’une photo par exemple, sans que celui-ci n’entre en contact direct avec le sol qui peut enlever son mucus protecteur et apporter des germes. De plus, si vous laissez l’épuisette sous le poisson, si celui-ci vient à tomber, il ne frappera pas le sol mais retombera dans le filet, qui enveloppe le poisson et maintient une pression bien répartie et homogène. L’épuisette offre un appui sur une grande surface humide, ce qui est confortable par rapport a une prise en main qui peut comprimer les organes ou une prise par la gueule parfois blessante si elle n’est pas bien maitrisée. Enfin, le filet mouillé enveloppant semble maintenir les poissons dans un calme relatif et génère moins de stress pour nos amis à nageoires.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Il est possible de manipuler le poisson sans risque qu’il ne tombe au sol ou dans l’eau et qu’il s’enfuit

4/ Ne pas se blesser

Blesser le moins possible le poisson est une bonne chose, ne pas se blesser soi-même en est une aussi. Bien maitriser et canaliser le poisson, c’est pouvoir s’en saisir sereinement, en le tenant bien. Prendre les poissons à la main directement peut-être une source de blessure : les ouïes coupantes, les dents, écailles, hameçons… sont autant de pièges que l’épuisette permet de contourner. Je suis prêt à parier que les pêcheurs utilisant une épuisette ne se blessent quasiment jamais comparé à ceux qui ne l’utilisent pas. C’est un point qui peut paraitre anodin, mais pratiquer sa passion en limitant les risques et en maîtrisant la situation, avouez que c’est gratifiant.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Les mailles épaisses (ici filet rubber) joue le rôle de matelas.

5/ Sortir un poisson même lorsque l’accès est difficile

Autre aspect pour lequel l’emploi d’une épuisette est fort utile, c’est lorsqu’il s’agit de mettre au sec un poisson depuis un poste situé en hauteur (quai, rocher, etc.) ou depuis un poste qui rend difficile l’accès direct à la berge (sol instable, berge scabreuse, végétation et arbustes, présence de houle et vagues en mer etc.). Si les petits poissons (du moins ceux qui ne menacent pas de rompre la ligne par leur poids) peuvent être dropés (action de soulever le poisson avec la canne), les poissons plus conséquents doivent être sortis différemment. Les épuisettes à long manche permettent une mise au sec propre, sans prise de risque, même depuis des postes situés à plus de 5 mètres au-dessus de l’eau. Les manches télescopiques compacts développés pour la pratique du street fishing (citons le manche GUNKI Streetfishing Pocket Handle qui offre un encombrement de 31cm et 302 grammes pour une longueur déplié de 1,90m) sont idéaux pour cela. Ils allient compacité, pour faciliter la mobilité, et longueur de manche pour assurer la capture même depuis les quais des villes, ouvrages portuaires et autres structures citadines. En allant même plus loin et en évoquant le précèdent article « emmener ses enfants à la pêche », l’épuisette évite de s’accroupir et de trop solliciter les jambes ; un vrai plus appréciable lorsqu’on a un enfant de plus de 15kg dans le dos…

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Depuis un poste en hauteur, l’épuisette est une puissante allié

6/ Prendre des photos seul

La meilleure maitrise du poisson induit d’autres points positifs. Notamment lorsque vous voulez photographier votre prise. Ne nous le cachons pas, beaucoup sont friands de la « bourriche à pixels » et l’épuisette permet de bien faire ses photos. Lorsque l’on prépare rapidement son appareil photo, le poisson est maintenu, enveloppé et protégé. Le filet de l’épuisette agit comme un matelas humide qui évite le contact direct avec le sol et dans lequel d’ailleurs il est possible d’immortaliser votre capture. Lorsque vous prenez les clichés, le filet de l’épuisette devra être positionné sous le poisson pour le réceptionner en cas de chute, lors d’une fausse manipulation ou lorsque le poisson se débat.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Il est maintenant aisé de décrocher et photpgraphier ce poisson

7/ Parce qu’il y en a pour tous les goûts

Aujourd’hui, l’épuisette est largement démocratisée et je ne peux qu’encourager son utilisation. L’excuse (je ne jette pas la pierre à ceux qui n’utilisent pas d’épuisette ou ne veulent pas, chacun est bien sûr libre de pratiquer comme il le souhaite, de la façon qui lui offre le plus de plaisir) « c’est encombrant » ou « c’est cher » n’a plus lieu d’être. Je peux comprendre que certains très petits budgets n’en fassent pas une priorité mais j’ai pour habitude de dire et penser qu’il vaut mieux, pour gagner en efficacité, une bonne épuisette qu’une bonne canne à pêche ! Toutes les pêches ou presque ont leur épuisette. On trouve des manches longs, courts (raquettes), des larges, des filets de différentes matières, anti-accrochages… Il y en a aussi pour tous les budgets : des plus exclusives, en bois précieux et filet coton aux plus abordables, avec manche métallique et filet plastique.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Même une épuisette à long manche peut être peu encombrante.

8/ Un troisième bras !

Outre la prise d’un poisson, l’épuisette peut solutionner pas mal de petits déboires au bord de l’eau. Qui n’a jamais fait tomber à l’eau une pochette de leurres souples, un leurre, une casquette… C’est quand même bien pratique et cela facilite la vie de pêcheur.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
L’épuisette est laissée sous le poisson lors de la séance photo

9/ Relâcher un poisson

L’épuisette facilite toute la phase de gestion du poisson. Cela passe par la capture, par les manipulations mais aussi par la relâche. Le filet de l’épuisette plongé dans l’eau retient le poisson qui a le temps de se réoxygéner, se rééquilibrer et se redynamiser pour repartir. Comme pour le point 5, depuis un poste situé en hauteur, il est possible de relâcher un poisson en le descendant jusqu’à l’eau dans l’épuisette, sans le jeter.

Epuisette pour la pêche des carnassiers
Le poisson est maintenue et maitrisé

10/ Parce que c’est dans l’air du temps

Ce dixième point peu paraitre tiré par les cheveux et il conclura ce modeste plaidoyer pour l’épuisette, mais il me semble important aujourd’hui de mettre en avant qu’outre les avantages directs qu’apportent cet outil, il est aussi en parfaite adéquation avec la pratique de la pêche moderne, au leurre notamment.  A l’heure où l’on véhicule beaucoup d’images et d’informations sur les réseaux sociaux, l’épuisette s’avère en parfaite adéquation avec le catch and release et le no kill, la prise de photo et la bonne attitude vis-à-vis du poisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
291 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email