Pêche de nuit à Saint Cassien : L’avis de Michel Tarragnat

Par le 24 mai 2013
saint-cassien-michel-tarragnat-01

Après avoir publié l’avis du président de la fédération (lire ici), c’est au tours d’un pêcheur de carnassiers bien connu de donner son avis sur le sujet.  Il a longtemps pêché ce lac, avant l’arrivée des premiers carpistes, et il a vu cette évolution qui pour lui allait poser tôt ou tard des soucis. Entretien avec Michel Tarragnat au sujet du lac de Saint Cassien.

 

Présentation

Tu peux te présenter à nos lecteurs pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ?

Salut, Je suis journaliste halieutique professionnel (mes écrits et photos constituent l’essentiel de mes revenus), et je travaille exclusivement pour le magazine La Pêche et les Poissons, avec comme spécialité la pêche des carnassiers.

Mes activités journalistiques remontent à une petite vingtaine d’années (1994 exactement) mais je pêche depuis plus de 45 ans, et pas seulement les carnassiers puisque à la base je suis de l’ancienne école, c’est à dire celle des pêcheurs polyvalents qui ont touché un peu à tout et cela comprend aussi la pêche de la carpe.

 

 

Saint Cassien avant

A quel moment as-tu commencé à pêcher à Saint Cassien ? Comment cela se passait au début ?

saint-cassien-michel-tarragnat-02J’ai vécu une grande partie de mon enfance dans le Sud-Est, dont une vingtaine d’année dans le Var (de 1980 à 2000). Je connais donc bien Saint Cassien que j’ai pêché très régulièrement, y compris avant l’avènement de la pêche moderne de la carpe (qui de mémoire est apparue à Saint Cassien dans les années 83-84).

Au début des années 80 la pêche de la carpe était très peu pratiquée à Saint Cassien, seuls quelques « initiés » s’y intéressaient, j’en faisais partie (épisodiquement). Il était exceptionnel de croiser un pêcheur de carpe (le terme carpiste n’existait pas encore), on rencontrait surtout des pêcheurs au coup et de carnassiers.

Puis il y a eu les articles d’Henri Limouzin sur la pêche moderne de la carpe telle que pratiquée en Angleterre (pêche au cheveu, pêche de nuit, no-kill, etc.) et si j’ai bonne mémoire quelques anglais sont venus à saint Cassien, sans doute en vacances. Tout est parti de là.

 

A quel moment il y a eu des problèmes de comportements lors des sorties de pêche ?

En fait ça s’est passé en deux temps il me semble.

Dans un premier temps il y a eu rapidement des problèmes parce que des pêcheurs anglais ont commencé à venir régulièrement et à pêcher de nuit, ce qui a créé des tensions (la PDN n’était même pas encore un concept en France).
Certains pêcheurs de carpe locaux l’ont mal vécu et il y a eu des incidents. C’est allé assez loin : violences, vol de matériel et de poissons, etc. Mais assez vite c’est rentré dans l’ordre et la pêche moderne de la carpe a fait partie du paysage à Saint Cassien, sans que ça ne dérange particulièrement.

La seconde vague de problèmes, la plus importante, est apparue dans les années 90, quand le lac est devenu une destination mythique. De là, les problèmes et les tensions sont allé en s’aggravant jusqu’en 2000, date à laquelle j’ai déménagé pour habiter une autre région. Je ne suis donc pas très au fait de ce qui s’est passé ces 12 dernières années, mais j’ai su qu’il y avait eu des restrictions à la PDN, et finalement cette interdiction totale.

Pour être franc je n’en suis pas surpris, le plus étonnant est que ce ne soit pas arrivé plus tôt, probablement parce que Gérard Thévenon a fait tout ce qui était en son pouvoir pour essayer d’arranger les choses et calmer le jeu, aussi bien auprès des pêcheurs que des élus.

 

Quels sont les soucis que tu as pu rencontrer là-bas ?

Les problèmes étaient liés à plusieurs facteurs : sur-fréquentation, mauvaises pratiques et, dans une moindre mesure, pollution.

 

Sur-fréquentation : certains postes réputés (des pointes en général) étaient occupés par des carpistes quasi 24h/24. Quand une équipe partait elle était remplacée dans l’heure suivante. Se lever deux heures avant le jour ou pêcher en barque n’y changeait rien puisque les lignes étaient à l’eau en permanence.

Ce problème affectait d’ailleurs aussi bien les pêcheurs de carnassiers que les carpistes eux-mêmes. J’en ai vu, en période de forte affluence, faire le tour du lac au moteur électrique sans parvenir à trouver un poste où s’installer.
Ce problème de sur-fréquentation était largement aggravé par certaines mauvaises pratiques.

Mauvaises pratiques : le principal problème venait de ce que beaucoup de carpistes tendaient leurs lignes en bateau à de grandes distances, parfois sur la berge d’en face et souvent sans placer de repères. Je ne compte plus les fois les fois où j’ai accroché des lignes et entendu des détecteurs se mettre en route à 200m de là, alors même que j’avais fait un grand détour pour éviter de déranger. Je me suis fréquemment fait insulté par des gars exaspérés alors même qu’ils étaient manifestement dans leurs torts.

Mais la liste ne s’arrête pas là loin s’en faut : biwi et rod pod installés en plein sur la seule rampe de mise à l’eau quand j’arrivais au lever du jour, jet de bouillettes ou de plombs dans ma direction parce que j’approchais trop (pas de marqueurs), postes de pêches transformés en camping sauvage (linges étendus sur un fil, feux de camp pourtant strictement interdits), ligne tendues parallèlement à la berge bloquant 150 m de rive de chaque côté du rod pod, utilisation délibérée du sondeur en plein jour et en action de pêche alors que c’était interdit à l’époque, j’en passe et des meilleures.

Bien entendu, je ne dis pas que tous les carpistes se comportaient ainsi, mais suffisamment pour avoir des tensions voire même une altercation à chaque sortie ou presque. J’ai aussi eu l’occasion d’avoir des discussions sympathiques et passionnées avec certains, je ne mets pas tout le monde dans le même panier.

Pollution : je ne parle pas tant des poubelles et excréments, car je pense qu’il y a eu une part de responsabilité chez les municipalités, avec une poubelle ridicule là où il aurait du y avoir un container.
Je pense plutôt aux kilomètres de nylon et tresses qui jonchaient le fond du lac, j’en ai récupéré et rempli des sacs poubelles.
En début d’automne, quand j’attaquais ma saison carnassiers sur Saint Cassien, je commençais par passer le grappin sur mes postes favoris pour enlever le plus gros, sinon c’était impêchable. J’ai récupéré assez de plomb pour couler des têtes plombées jusqu’à la fin de mes jours :)

Il y a eu des tentatives de Gerard Thévenon pour essayer d’endiguer ces conflits (sac poubelle nominatif, distance limite de pêche, repères obligatoires, etc.) mais ce n’a pas été concluant.
probablement du fait que beaucoup de carpistes étaient étrangers ou venaient de loin, et se moquaient un peu des règles.

La pêche de la carpe sur Saint Cassien était devenue très technique voire difficile, et la tentation était grande, quand on avait investi dans un séjour très lourd en terme d’organisation, de réaliser son rêve à tout prix (prendre une grosse carpe de Saint Cassien).
Dans ce contexte le respect des règles et le souci des conséquences de mauvais comportement passe facilement au second plan.

Pour ce qui est des histoires de tour operators étrangers squattant des postes à l’années pour les louer, je n’étais pas au courant.
Je suppose que c’est (était ?) une pratique récente, même si à l’époque il est clair que certains postes étaient « retenus » par une équipe jusqu’à l’arrivée de la suivante. Mais ça pouvait très bien être des arrangements entre potes.

 

Et parmi les pêcheurs de carnassiers, est-ce que tu as rencontré des comportements limites aussi ?

saint-cassien-michel-tarragnat-03Oui bien sûr, les pêcheurs de carnassiers ne sont pas des sains, loin s’en faut. Du reste il ne s’agit pas de donner des bons et mauvais points aux uns et aux autres.
Le problème n’est pas tant chez les individus que dans le mode de pêche. Un pêcheur de carnassiers, même le dernier des abrutis sans aucun respect pour autrui, n’a qu’une faible emprise sur un plan d’eau. Il ne campe pas une semaine sur un poste, il ne tend pas 4 cannes sur la rive d’en face bloquant ainsi toute une baie, etc.

Après si le sens de la question était « est-ce qu’à Saint Cassien les carpiste ont eu des raisons de se plaindre des comportements de certains pêcheurs de carnassiers ? » la réponse est sans doute oui.
Un conflit d’usage, par définition, met en scènes deux usagers et il est rare que l’un d’eux ait tous les torts.

J’avoue qu’il m’est arrivé de m’installer en barque sur des zones occupées par des carpistes (à distance respectable tout de même), notamment les derniers temps. Pas pour faire ch… les gars mais parce que c’était ça ou renoncer à pêcher de nombreux bons spots occupés à l’année.
C’est d’ailleurs pourquoi la question des repères en place était importante (quand on sait où est un montage on peut l’éviter). Mais pour des raisons que je comprends mal nombre de carpistes semblaient totalement réfractaires à cette règle pourtant peu contraignante.

Je précise qu’en temps normal jamais je ne me permettrais de m’installer à moins de 150m d’un carpiste. Mais à saint Cassien c’était parfois ça ou renoncer à la pêche itinérante.

 

 

Saint Cassien maintenant

Que penses-tu de la décision qui a été prise ?

Elle ne me surprend pas, pourtant je suis témoin des efforts qui ont été faits pour justement éviter d’en arriver là.

Est-ce que tu penses que cela va permettre de mieux pêcher le carnassier à Saint Cassien ?

Tout dépendra de l’attitude des carpistes et des autorités. A priori, le fait de « camper » au bord du lac était un corollaire de la pêche de nuit, une tolérance accordée uniquement aux carpistes en échange du respect de quelques règles.

Si cette tolérance disparaît et que les carpistes doivent déserter les lieux à la nuit tombée, alors sans doute y aura t-il une amélioration. Dans le cas contraire, si la seule contrainte est de relever ses cannes le soir pour les replacer le matin, je pense que rien ne changera.

 

Quelle est ta réaction en lisant l’interview du président de la fédération du Var (http://www.1max2peche.com/peche-de-nuit-a-saint-cassien-la-reponse-du-president-de-la-fd83/)?

Rien de spécial, il explique comment les choses se sont déroulées, sans agressivité. J’ai juste tiqué en lisant que lors des réunions préliminaires très peu de carpistes étaient présents. Dans le cas contraire les choses auraient pu se passer différemment. Mais je n’en sais pas plus.

L’idée que cette interdiction puisse être le prélude à une restriction généralisée de la PDN en France ne me convainc pas. Saint Cassien est un cas à part à cause de l’outrance qui y régnait. Sans doute dans quelques autres endroits il y a également des problèmes, mais dans l’ensemble ça se passe plutôt bien.

Perso je serais favorable à une généralisation de la PDN quitte à la restreindre localement (le contraire de la situation actuelle). Plus il y en aura plus les problèmes seront dilués, alors que pour l’instant on les concentre.
J’avoue également que certaines PDN font pitié, c’est se moquer du monde, un os donné à ronger pour se donner bonne conscience.

Ceci étant dit il y a aussi un peu de ridicule chez les carpistes à n’envisager leur passion que si la PDN est permise, à se demander si l’important est de pêcher la nuit ou de prendre du poisson.
Il m’est arrivé d’indiquer à des amis carpistes qui galéraient sur une PDN moisie des zones ou j’avais vu des concentrations de grosses carpes. Mais ça ne les intéressait pas parce qu’on ne pouvait y pêcher que la journée. Perso j’y vois une dérive (même si je comprends les charmes de la PDN).

 

Et toi, si tu étais président et que tu devais prendre une décision, tu aurais fait quoi ?

Avant de prendre cette décision, j’aurais tenté une autre solution, toutes les autres ayant échoué, mais je doute qu’elle soit bien « constitutionnelle » ni acceptée par les carpistes : n’autoriser la pêche de la carpe que de nuit, puisque la majorité des conflits avec les autres usagers avaient lieu de jour.
L’idée de la restreindre à quelques jours/nuits par semaine était également une option.

Je suis conscient que ce genre de restrictions ne peuvent qu’être mal perçues par des passionnés, puisque ça reste une atteinte à la liberté individuelle. Mais la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres, et dans un cas extrême comme celui de Saint Cassien les restrictions sont inévitables.

 saint-cassien-michel-tarragnat-04

Une réaction? Venez en discuter sur le forum : http://forum.1max2peche.com/forums/sujet/fermeture-de-la-pdn-a-saint-cassien/ 

2 Commentaires

  1. cecchet l.

    26 mai 2013 à 21:44

    Lien pour signer la pétition « Pour la PDN à Cassien comme ailleurs », et boycotter l’achat des permis dans le Var , un département grandement Anti-carpiste

    : http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pour-la-p%C3%AAche-de-nuit-%C3%A0-st-cassien

    Cordialement

  2. Pingback: Saint Cassien : Clôture des débats | 1 Max 2 Pêche

Laisser un commentaire